Réagir (4)EnvoyeriCalPartager

samedi 1er décembre 2018 à 14h

5 parties : 1 2 3 4 5

Attention: ceci est la manifestation du 1er décembre

Pour la manifestation du 18 décembre, suivre ce lien:
https://paris.demosphere.net/rv/64460


1 2 3 4 5

Manifestation « Justice, dignité ou rien ! »

Le 30 novembre, c'est sans nous !
Le 1er décembre, c'est 100% nous !

Collectif Rosa Parks

Rendez-vous 14h, Place de la Nation, puis manifestation en direction de République

Le 1 er décembre 1955, une femme, noire, couturière, refuse d'aller s'asseoir à la place située à l'arrière du bus qui lui est assignée. Ce jour-là, Rosa Parks, est restée assise devant, pour que nous puissions vivre debout avec dignité.

Nous, héritiers de l'immigration coloniale sommes victimes de discours et d'actes racistes dont le caractère structurel fait système. 35 ans après la Marche pour l'Egalité et contre le Racisme, nous marchons encore.

Partout en Occident, nous sommes majoritairement destinés à occuper des places de subalternes. Si dans cette période de crise sociale, les gouvernements néo-libéraux de gauche et de droite font payer la facture à tous les peuples, nous, nous en payons le prix le plus lourd.
Souvent les premiers débauchés, les derniers embauchés, souvent précarisés et confinés aux travaux les plus pénibles et les moins bien payés, génération après génération, l'histoire coloniale se rappelle à nous.

Partout en Occident, nous sommes pour beaucoup d'entre nous, relégués, ségrégués dans des espaces qui sont les moins bien dotés par le droit commun. En privatisant les services publics, ils cassent le meilleur outil de redistribution sociale, fragilisant davantage nos vies et particulièrement celles des femmes de familles monoparentales vivant dans nos quartiers. En perdant l'accès aux services publics, nous perdons le droit aux services publics.

Partout en Occident, la répression contre les mouvements sociaux s'accroit, mais tandis que celle-ci s'abat sur tous dès lors que l'on conteste cet ordre néo-libéral, s'ajoute une répression spécifique à l'endroit des habitants des quartiers populaires, construits continûment comme des ennemis de l'intérieur. Les violences policières nous blessent, nous mutilent et nous tuent, non pas pour ce que nous faisons mais pour ce à quoi nous sommes réduits, essentialisés, stigmatisés : des noirs, des arabes et des rroms.

Partout en Occident, au nom de la lutte anti-terroriste. les lois se succèdent pour restreindre les libertés de tous, reste que les populations les plus visées, sont musulmanes ou supposées telles.

Partout en Occident, les campagnes électorales placent pour l'essentiel au centre des débats, non pas l'inégale répartition des richesses, mais les Migrants, faisant fit au passage des causes impérialistes de ces routes de l'exode. Dès lors, les partis les plus ouvertement racistes et islamophobes en particulier, font le plein des voix de ceux qui par peur du déclassement et de l'Autre construit comme barbare, se trompent de colère et d'ennemi de classe.

Parce-que notre antiracisme politique est résolument contre ce système néo-libéral, cet appel, initié par un « nous » de dignité, se termine par une exigence de soutien de « tous ». Si et seulement si, nous résistons ensemble à égalité de regard, nous pourrons ouvrir des horizons d'espoir loin des abîmes d'une histoire passée.

  • Contre la hogra, le racisme et le libéralisme
    le 30 novembre 2018, on disparaît de nos lieux de travail, de nos facs, de nos écoles, des réseaux sociaux, des lieux de consommation....
  • Le 1er décembre, on occupe la place pour exiger Egalité et Dignité pour tous et toutes.

Manifestation nationale 14h place de la Nation, Paris

Premiers signataires :

AMDH Paris, ATMF, BAN, Chapelle Debout, Collectif Sans Papiers 75, Collectif pour l'Union Antiraciste et Populaire, Fondation Frantz Fanon, Foul Express, FUIQP, PIR, UJFP, UNPA, Collectifs contre les violences policières pour Ali Ziri, Angelo Garand, Wissam El Yamni, Amadou Koumé, Amine Bentounsi, Palestine Vaincra - Comité anti impérialiste, Collectif Stop le Contrôle au Faciès, Syndicat des quartiers populaires de Marseille, Union Nationale des Lycéens (UNL), CGT de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration, Le temps des lilas, Collectif Ni guerres Ni état de guerre, Marche des solidarités, Survie, Paroles d'Honneur, Mizane.info, CRLDTH, UTAC (Union des Tunisiens pour l'Action Citoyenne), DIN (Decolonial International Network), FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec tou-te-s les Immigré-e-s), MNCP (Mouvement National des Chômeurs et Précaires), Act Up, ATTAC...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/64533
Source : http://www.sudptt.org/Justice-dignite-ou-rien
Source : http://rosaparks.webflow.io/
Source : http://collectif-ali-ziri.over-blog.com/2018/…


1 2 3 4 5

Manifestation

30/11 : c'est sans Nous ! 01/12 : c'est 100 % Nous !

« Contre la gestion raciale des populations qui ne peut que provoquer la dislocation du lien social, voire injecter le poison de la guerre civile, NOUS, citoyens français, militants associatifs, politiques ou syndicaux, travailleurs, chômeurs, NOUS, Noirs, Marrons, Rouges, Jaunes, Gris, Blancs et pas très clairs, décidons de faire la grève de la France le 30 novembre et le lendemain, de célébrer une France de la justice et de la dignité, à l'appel le collectif Rosa Parks. »

  • Fusillade à Beaune cet été faisant plusieurs blessés graves aux cris de « sales bougnoules, vous n'êtes pas chez vous ici » dans l'indifférence des autorités publiques et dans un climat où l'extrême-droite la plus virulente est de plus en plus décomplexée,
  • Recrudescence des violences et crimes policiers encouragés par l'état d'urgence et ciblant en particulier les habitants des quartiers,
  • Propagande de masse contre l'immigration post-coloniale accusée en vrac et sans discernement d'être une 5ème colonne à l'origine du désordre social dont le terrorisme, l'antisémitisme, le sexisme et l'homophobie seraient les caractéristiques fondamentales comme si le reste de la population en était vacciné,
  • Aggravation de toutes les formes de discriminations : à l'emploi, au logement, à l'éducation tant dans le public que dans le privé,
  • Chasse aux migrants et aux sans-papiers dans une Europe aux prises avec ses démons fascistes qui grâce aux renoncements et complicités des pouvoirs en place mais également des formations de gauche « nationales-républicaines », étendent leur emprise petit à petit faisant craindre le pire,
  • Une justice aux ordres, indulgente avec les puissants et impitoyable avec les faibles et un système carcéral à son image : surpeuplé et destiné aux pauvres et aux « métèques »,
  • Répression du mouvement social (Nuit debout, La Zad, manifestations contre le Loi Travail…) et criminalisation de l'antiracisme politique, de BDS et de l'antisionisme,
  • Gestion coloniale des territoires et département d'outre-mer

Enfin et surtout, poursuite des guerres impérialistes qui redoublent de férocité dans une période de forte compétition avec les nouvelles puissances régionales comme la Russie, la Chine, l'Iran ou l'Inde. Les vieilles puissances impérialistes effrayées par leur déclin mais toujours mues par leur appétit insatiable poursuivent leur infernal dessein : accaparer les richesses du monde et asservir les peuples provoquant guerres, famines et exodes forcés de populations. Dès lors, d'un côté, elles produisent les conditions d'où émerge et qui nourrissent le terrorisme ciblant cruellement les pays arabes et africains mais aussi les métropoles occidentales, et de l'autre, provoquent l'exil de millions de gens dont une infime partie vient frapper aux portes de l'Europe forteresse. En conséquence de quoi, celle-ci multiplie les lois, accords, dispositifs pour les empêcher de retrouver ici, une part de ce qui leur a été volé là-bas.

C'est un cycle infernal et mortifère dont personne ne sortira indemne car l'ultra libéralisme dont Macron, Trump, May, Merkel sont les chantres couplés à la logique des Etats-nations dont la mission principale est d'assurer l'ordre et le contrôle via entre-autres une gestion raciale des populations ne peuvent que provoquer la dislocation du lien social, voire injecter le poison de la guerre civile.

Pour toutes ces raisons, il nous faut :

  • NOUS, militants, habitants des quartiers, femmes et hommes des cités, étudiants, travailleurs précaires ou non, sans papiers, migrants…
  • NOUS, citoyens français, militants associatifs, politiques ou syndicaux, travailleurs, chômeurs
  • NOUS, Noirs, Marrons, Rouges, Jaunes, Gris, Blancs et pas très clairs

Réagir collectivement et de manière déterminée comme nous le propose le collectif Rosa Parks.

Ils ne veulent pas de Nous ? Ils ne peuvent plus nous voir en peinture ? Ils veulent nous voir disparaître comme par enchantement ? Exauçons ce vœu et disparaissons le 30 novembre de nos facs, de nos boulots, des réseaux sociaux, des grandes surfaces. Faisons la grève de la France pendant 24 heures.

Disparaissons le 30/11 le plus visiblement possible pour dire notre colère devant l'injustice et la hogra !

Et réapparaissons, plus visibles que jamais, le 1er décembre, jour anniversaire du « NON » de Rosa Parks, un « NON » de dignité réclamant la justice et l'égalité citoyenne. Un « NON » qui allait marquer le début du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis et populariser la figure du célèbre pasteur Martin Luther King. Un « NON » qui allait marquer l'histoire américaine d'un souvenir indélébile.

Réapparaissons, le 1er décembre 2018, pour fêter le 35e anniversaire de la Marche pour l'Egalité et contre le Racisme de décembre 1983.

Réapparaissons le 1/12, visibles et ostentatoires, plus beaux et plus déterminés que jamais pour dire et réaliser nos espoirs de justice, et surtout notre refus absolu de la guerre civile en particulier et de la guerre en général.

Départ à 14h, Nation, Paris.

Rejoignez-nous, participez en signant sur le site !

Premiers signataires :

  • Norman Ajari (philosophe, université Toulouse Jean Jaurès),
  • Adel Amara (militant antiraciste),
  • Sihame Assbague (journaliste et militante antiraciste),
  • Ibrahim Bechrouri (doctorant à l'université Paris 8),
  • Farid Bennai (militant au FUIQP, Front Uni de l'Immigration et des Quartiers Populaires),
  • Mohamed Bensaada (militant du Syndicat des Quartiers Populaires de Marseille),
  • Aziz Bensadek (militant du FUIQP Marseille),
  • Hourya Bentouhami (maitresse de conférence, université de Toulouse Jean-Jaurès),
  • Amal Bentounsi (co-fondatrice du collectif Urgence Notre Police Assassine),
  • Wiam Berhouma (enseignante et militante antiraciste),
  • Said Bouamama (sociologue, membre du FUIQP),
  • Alima Boumediene Thiery (membre de Femmes Plurielles),
  • Youssef Boussoumah (membre du Parti des Indigènes de la République),
  • Houria Bouteldja (membre du Parti des Indigènes de la République),
  • Ismahane Chouder (militante féministe et antiraciste, membre de Participation et Spiritualité Musulmanes),
  • Raphaël Confiant (universitaire et écrivain martiniquais),
  • Rokhaya Diallo (journaliste et réalisatrice),
  • Elie Domota (LKP),
  • Nacer El Idrissi (membre de l'Association des Travailleurs Maghrébins de France),
  • Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Frantz Fanon),
  • Ouissame Ghmimat (AMDH-Paris /IDF),
  • Kamel Guemari (délégué syndical FO Mac Donald, St Barthélémy, Marseille),
  • Nacira Guénif (professeure à l'Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, militante décoloniale),
  • Rédouane Ikil (Liberté et justice pour Redouane Ikil),
  • Malika Hamidi (sociologue),
  • Anasse Kazib (cheminot, militant Sud-Rail),
  • Radouane Kebdi (président de Droit à la différence sans différence de droits),
  • Franco Lollia (porte-parole de la Brigade Anti-Négrophobie),
  • Madjid Messaoudene (élu en charge de la lutte contre les discriminations),
  • Marwan Muhammad (fondateur de Foul Express),
  • Saadane Sadgui (co-fondateur du MIB et des JALB / ANC, membre du CNDP),
  • Michèle Sibony (membre de l'UJP, Union Juive Française pour la Paix),
  • Anzoumane Sissoko (membre de la Coordination sans-papiers de Paris et du CISPM),
  • Omar Slaouti (enseignant et militant antiraciste),
  • Pierre Stambul (coprésident de l'UJFP),
  • Maboula Soumahoro (fondatrice du Black History Month),
  • Opal Tometi (co-fondatrice de Black Lives Matter),
  • Françoise Vergès (Théoricienne décoloniale, militante),
  • Sihem Zine (militante membre de l'ADM, Association de Défense des Musulmans)

Source : http://www.ujfp.org/spip.php?article6693
Source : https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invite…


1 2 3 4 5

Communiqué de l'UJFP

Les vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre prochains, les organisations de l'antiracisme politique, dont l'UJFP, appellent à une mobilisation inédite « contre les inégalités structurelles, le racisme, la ségrégation et le mépris permanent ». Inédite, car il s'agira pour les militant.e.s de l'immigration postcoloniale et leurs partenaires de protester en disparaissant - des lieux de travail, des universités, des réseaux sociaux - pour mieux réapparaître le lendemain.

Alors qu'un peu partout dans le monde droite extrême et extrême centre se partagent le pouvoir et imposent leur agenda autoritaire, impérialiste, islamophobe et antisocial, nous porterons haute notre parole politique de justice, d'égalité et de dignité.

Les objectifs du Collectif Rosa Parks font écho aussi bien à notre héritage politique pluriel, de l'internationalisme socialiste juif du Bund aux luttes anticoloniales judéo-maghrébines, qu'à nos luttes quotidiennes dans le mouvement de solidarité avec la Palestine et contre le racisme d'État. Alors soyons nombreuses et nombreux à disparaître le vendredi 30 novembre et à réapparaître le samedi 1er décembre à 14h à Nation. Nos camarades comptent sur nous.

Le Bureau national de l'UJFP

Source : http://www.ujfp.org/spip.php?article6788


1 2 3 4 5

Nous ne sommes rien, soyons partout !

Tous et toutes dans la rue le 1er décembre

Solidaires

Ce 1er décembre nous serons dans la rue. Les mouvements et les manifestations sont éclatés, les revendications sont multiples, mais la colère contre le gouvernement utilise les mêmes mots : justice sociale, égalité.
Et le gouvernement fait mine de ne pas bouger sauf à reculer sur des mesures qui ne nous satisfont pas. Pour nous, il sera important dans chacune des manifestations où nous nous trouverons d'amener toutes nos revendications.

  • Nous serons dans la rue avec les manifestations antiracistes lancées par le collectif Rosa Parks. Elles se dérouleront à Paris et dans plusieurs villes : Marseille, Lille Montpellier, Rennes, Angers...
    Nous sommes engagés dans cette mobilisation depuis plusieurs mois parce que nous voulons que les discriminations cessent au travail et ailleurs et que nous luttons pour l'égalité. Ce combat est important pour l'unité dans nos luttes.
  • Nous serons dans la rue avec les chômeurs et chômeuses pour qui le 1er décembre est une date traditionnelle de mobilisation pour la défense de leurs droits, en particulier pour une indemnisation qui ne soit pas au dessous du seuil de pauvreté quelque soient les formes de chômage.
  • Des camarades et certains syndicats de Solidaires seront également présent-es pour porter la justice sociale, la justice fiscale et la transition écologique aux côté des gilets jaunes.

Nous manifestons donc ce 1er décembre et ce combat nous le continuons sur nos lieux de travail.
De nombreuses grèves ont eu lieu ces derniers mois, des combats longs, difficiles. Il est sans doute temps de les reprendre, comme le font les travailleurs et travailleuses des raffineries, comme les travailleuses de l'hôtel Parks Hyatt ou les salarié-es de MacDo à Marseille...

Agir ensemble au plan professionnel, c'est le sens de la demande d'une réunion intersyndicale que nous avons fait il y a deux semaines maintenant.

Nous voulons satisfaction, nous devons nous y mettre tous et toutes ensemble, en manifestation, en blocages et en grèves.

  • Pour la justice fiscale, baisse des taxes sur les carburants, abandon de la flat taxe, rétablissement de l'ISF, abandon des mesures sur le CICE...
  • Pour l'égalité, de vraies mesures contre les discriminations, aucun-e travailleur-eues n'est illégal-e, égalité des droits...
  • Pour un salaire minimum à 1700 €, une augmentation de 400 € pour tous-tes, aucun revenu au dessous du seuil de pauvreté, l'abandon de la hausse de la CSG sur les retraites...
  • Pour des services publics accessibles sur tout le territoire et à bas coûts...
  • Pour la transition écologique, taxer les plus gros pollueurs : entreprises, transport aérien, maritime et routier, soutien à la rénovation des logements et à des alternatives écologiques d'ampleur.

Source : https://solidaires.org/Nous-ne-sommes-rien-so…
Source : https://solidaires.org/Manifestation-national…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Par moderateur, le 30/11/2018 à 13:24

Merci pour le lien. C'est mis à jour.

Et on va où ?

Par Anonyme, le 30/11/2018 à 13:14

D'après le site de Solidaires, la manif part de Nation pour aller à République.

Qui a le parcours ?

Logiquement, pour éviter de se retrouver nez à nez sur le même parcours que la manif chômeurs, il y a des chances que la préfecture ait proposé de remonter le bd Voltaire.

Confirmation ?

https://solidaires.org/Soutien-aux-mobilisations-du-Collectif-Rosa-Parks

Bloc

Par Anonyme, le 23/11/2018 à 04:05

Faire bloc face au fascisme

Signataire

Par Anonyme, le 29/10/2018 à 16:28

Nous aimerions etre signataire de la manif du 1 decembre.

Nous sommes L'ACTIT ( ASSOCIATION CULTURELLE DES TRAVAILLEURS IMMIGRES DE TURQUIE)

CORDIALEMENT

EMAIL: actit2ex004@hotmail.excom