Réagir (3)EnvoyeriCalPartager

jeudi 3 mai 2018 à 12h

15 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Attention: ceci est la manifestation du 3 mai

Pour la manifestation du 5 mai, suivre ce lien:
https://paris.demosphere.net/rv/61412


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Manifestation et grève dans l'éducation

de la maternelle à l'université

Attention: changement d'heure et de lieu
La manifestation partira à 12h de Montparnasse (place du 18 juin)
et non pas à 14h de Place de la Sorbonne, initialement annoncé.

  • 9h30 : Assemblée générale de grève à la Bourse du travail
  • 12h00 : Manifestation à Montparnasse
  • 12h45 : Départ de Montparnasse en direction d'École militaire
    Montparnasse > bd des Invalides, Av de Vilars > place Vauban > av. de Tourville > place Joffre
  • 13h30 : Convergence avec les cheminots, Place Joffre
  • 18h00 : Assemblée générale éducation IDF Inter-établissements

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Face aux attaques de ce gouvernement,

une seule solution, public/privé : unité

CGT Éduc'action

Le gouvernement s'attaque à la SNCF ET à la Fonction publique

Après la casse du code du travail, parallèlement aux attaques contre les privé·es d'emploi et en préparant la destruction de notre système de retraites, le gouvernement s'attaque aux services publics et aux statuts des personnels qui assurent leurs missions.

C'est le cas, évidemment, à la SNCF avec l'ouverture à la concurrence, le sacrifice des « petites lignes » au bénéfice des seuls TGV et de sa transformation en société anonyme afin de permettre la privatisation.

C'est dans cette perspective que le gouvernement s'attaque au statut des cheminot·es.

Le gouvernement mène la même politique contre l'ensemble des services publics.

D'ores-et-déjà, dans le cadre de son plan CAP 2022, il prévoit d'abandonner certaines missions au bénéfice du privé. Quant aux fonctionnaires, le document gouvernemental « Refonder le contrat social avec les agents publics » annonce une casse du statut général de la Fonction publique à travers 4 chantiers :

  • Généraliser le recours aux contractuel-les en lieu et place des titulaires. C'est précariser l'ensemble des personnels, les non titulaires bien sûr mais aussi les titulaires comme cela s'est fait à France Télécom et à la poste et comme cela se ferait à la SNCF.
  • Généraliser le salaire « au mérite ». C'est permettre d'augmenter une minorité, selon le bon vouloir de la hiérarchie, au détriment de la progression de salaire d'une large majorité.
  • Supprimer les CHST et réduire les champs de compétences des commissions paritaires.
    C'est abandonner tout contrôle des représentant-es élu-es des personnels sur les mutations, les promotions, congés formation...et laisser les personnels face à l'arbitraire de l'administration.
  • Dans le cadre des 120 000 suppressions de postes annoncés, mettre en place des « plans collectifs de départ volontaires ». C'est profiter de l'usure des personnels face à la dégradation des conditions de travail et au gel des salaires pour « dégraisser »...et dégrader les services publics et les conditions de travail de celles et ceux qui restent.

Avec la remise en cause des conventions collectives du privé et des statuts des personnels des services publics, c'est bien une attaque massive contre tous les cadres collectifs qui protègent les salarié·es.

Le statut n'est pas un privilège, c'est le garant de l'égalité, salariale entre autres, entre les personnels mais aussi celui de leur indépendance vis-à-vis du pouvoir politique au service des usager·ères. C'est donc une conquête sociale, fruit des luttes collectives, pour l'ensemble de la population et pour les salarié·es qui en bénéficient. C'est enfin un facteur essentiel de réduction des inégalités sociales et territoriales.

Toutes et tous ensemble, généralisons la grève pour gagner.

La journée de mobilisation du 22 mars dans l'ensemble de la Fonction Publique et à la SNCF a été une réussite. Cela démontr e le dynamisme de la mobilisation, les luttes se développent dans de très nombreux secteurs (universités, énergie, EHPAD, grande distribution, sans-papiers, aérien...).

La CGT Éduc'action appelle les personnels à amplifier la mobilisation contre la politique destructrice de ce gouvernement, dans le cadre unitaire le plus large possible.

Dans l'Éducation nationale, les raisons de se mobiliser sont nombreuses : réforme du lycée, du baccalauréat, de la voie professionnelle, fermetures des écoles en milieu rural, sélection à l'université, salaires, suppressions de postes administratifs...

La CGT Éduc'action appelle à construire la grève dans notre secteur et à s'emparer de toutes les initiatives permettant de faire converger ces mobilisations.

Elle s'inscrit dans la date de grève interprofessionnelle du 19 avril et dans la réussite du 1er Mai.

Le 3 mai, la CGT Éduc'action appelle l'ensemble des personnels à faire grève, à se réunir en assemblés générales et à y mettre en débat la reconduction de la grève.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/61497
Source : http://www.cgt-educaction94.org/spip.php?arti…
Source : https://93.cgteduccreteil.org/Fonctionnaires-…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Le second degré dans l'action

SNES-FSU, SNEP-FSU, CGT éduc'action, SUD éducation

Justice, SNCF, hôpital, salariés de l'énergie, personnels des Ephad, retraités, étudiants … la contestation des mesures prises par le gouvernement s'étend à de très nombreux secteurs sans que ce dernier entende les demandes et ouvre de véritables négociations.
Pire, il annonce l'ouverture de nouveaux chantiers et, avant de s'attaquer aux retraites, prévoit d'affaiblir la Fonction Publique notamment en limitant le champ du paritarisme. Les fonctionnaires ont réagi fortement le 22 mars à l'austérité salariale qui leur est imposée ainsi qu'à la dégradation des conditions de travail.

L'Éducation n'est pas épargnée et, après la réforme du baccalauréat, le gouvernement vient de décider d'une réforme du lycée général et technologique dans la précipitation et en faisant là aussi l'impasse sur un véritable dialogue social .
Ces projets de réforme du lycée entrent en étroite cohérence avec celles de Parcours sup, du baccalauréat, de la formation professionnelle.

Loin d'un projet éducatif construisant une ambition commune pour tous les jeunes, ces réformes instaurent une sélection généralisée à l'entrée à l'Université, menacent la voie professionnelle au profit de l'apprentissage, mettraient en concurrence et fragiliseraient les enseignements disciplinaires, obligent les jeunes à faire très tôt des choix de spécialisation liés aux « attendus » du supérieur publiés sur « parcoursup », et auront pour effet d'accroître les inégalités.

Le développement de l'autonomie laissée aux établissements, l'absence de cadrage national et de financement spécifique de toute une série de dispositifs au lycée ( AP, grand oral à préparer sans horaires, options, dédoublements à prendre sur la marge ...) auront pour effet de supprimer des postes et de produire de la concurrence (entre disciplines, entre établissements), à l'image ce qu'a produit la récente réforme du collège.
Les conditions de travail des personnels seront aggravées, les réformes engendrant des suppressions de postes, le tronc commun autorisant des classes surchargées au lycée.

Le glissement des missions de conseil et d'orientation des psychologues de l'éducation vers les enseignants participe de cette surcharge.

La décision de décentraliser les Dronisep compromet le fait d'avoir une information exhaustive et neutre sur les différentes formations, les Régions ayant une visée adéquationniste à l'emploi local. La fermeture des CIO priveraient les élèves, les familles, toutes personnes ne pouvant être accueillies en établissement scolaire d'un accompagnement par un psychologue de l'éducation nationale.

Au contraire de ces projets gouvernementaux, nos organisations réaffirment :

  • leur demande de revenir sur la réforme du collège pour construire une autre réforme
  • la nécessité de démocratiser et d'élever les qualifications de tous et toutes
  • la nécessité de travailler tout au long du parcours au lycée à une orientation choisie, construite, accompagnée, n'enfermant pas les jeunes dans des choix trop précoces, disposant
    des moyens humains et financiers nécessaires
  • le maintien du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire garantissant l'accès de tous les bacheliers aux formations universitaires de leur choix

Elles appellent à poursuivre le travail d'information et de mobilisation, se réunir en assemblées générales dans les établissements, intensifier les contacts avec les parents d'élèves afin d'obtenir du gouvernement le retrait des projets de réformes du bac et du lycée et un autre calendrier pour d'autres réformes.

Dans ce cadre de mobilisation, elles appellent à participer massivement aux grèves et manifestations des 19 avril et 3 mai et le 22 mai avec l'ensemble des fédérations de la Fonction Publique
Elles appellent à faire du premier mai un moment fort de l'expression des revendications.

Source : http://www.sudeducation.org/Le-second-degre-d…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Universités : Amplifions la mobilisation

pour le retrait de la loi ORE et des réformes de régression !

FERC-CGT, FNEC-FP FO, FSU, SUD éducation, SUNDEP, Solidaires étudiant-e-s, Unef, UNL, UNL-SD, SGL, FIDL, ASES, SLU

Nos organisations se sont réunies ce 19 avril. Elles constatent que depuis le 3 avril 2018, les salariés de la SNCF sont puissamment mobilisés à l'appel de toutes leurs Fédérations. Les cheminot.es font bloc et ont repris leur grève massivement pour la quatrième fois les 18 et 19 avril. Leur combat pour la défense du service public du rail garanti par les statuts de ses agent.es est aussi le nôtre : ce sont les services publics accessibles à toutes et tous, garantis par les statuts de leurs agents, qui sont aujourd'hui dans le viseur de Macron. Nos organisations tiennent à apporter un soutien fraternel aux cheminot.es en grève et appellent à la solidarité financière pour alimenter les diverses caisses de grève.

Aujourd'hui, la mobilisation contre la sélection à l'université continue de s'étendre. Les lycéen.nes et étudiant.es sont venus en nombre dans les manifestations du 19 avril, aux côtés d'autres salarié.es mobilisés : justice, hôpital, salarié.es de l'énergie, personnels des Ephad, retraités… Dans les établissements d'enseignement supérieur les AG se multiplient, les motions contre la loi ORE se comptent désormais par centaines et plus d'un tiers des universités sont mobilisées à des degrés divers avec des situations de blocage, partiel ou total. Des évacuations coordonnées des universités (Tolbiac, Lille, Strasbourg …) se sont déroulées ces derniers jours : nous mettons en garde le gouvernement et les présidents d'université contre la tentation de la répression, comme ce fut le cas à Nanterre ou à Tolbiac contre les étudiant.es ou dans les rues de Tours contre les lycéen.nes. Contrairement à ce que martèle le gouvernement, la jeunesse mobilisée n'est pas constituée d' « agitateurs violents ». Ce sont des lycéen.nes et des étudiant.es. Les collègues engagés à leurs côtés ne sont pas non plus des « professionnels du désordre » mais des fonctionnaires qui défendent le service public.

Dans un tel contexte, nous réaffirmons notre soutien aux étudiant.es en lutte et aux lycéen.nes qui sont légitimement inquiets pour leurs études supérieures et leur avenir. Nous appelons les collègues à amplifier les AG et les réunions d'informations dans les lycées et les établissements d'enseignement supérieur afin de définir des actions qui peuvent être aussi communes avec celles des étudiant.es et lycéen.nes. Alors que des CIO vont être supprimés, nous alertons les lycéen.nes qui vont affronter très bientôt le mur de la sélection : dès le 22 mai des dizaines de milliers d'entre elles-eux découvriront qu'ils sont sans affectation et ils savent aujourd'hui que début septembre ils seront nombreux à recevoir un « NON », après avoir été mis en attente pendant des mois. Tout ceci est inadmissible.

Nous appelons les personnels, étudiant.es et lycéen.nes à rejoindre, étendre et renforcer le mouvement de contestation de la loi ORE, des réformes du Bac et du lycée ainsi que de toutes les contre-réformes du gouvernement. L'enjeu est clair : obtenir le retrait de ces réformes et mettre un coup d'arrêt à l'entreprise de casse des services publics de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

A cette fin nous appelons tous les collègues à participer massivement aux rassemblements et manifestations du 1er mai, ce 1er mai qui doit être massif et revendicatif. Nos organisations soutiennent et appellent à participer aux mobilisations et aux grèves du 3 mai.

Amplifions la mobilisation pour le retrait de la loi ORE et des réformes de régression !

Source : http://www.sudeducation.org/Amplifions-la-mob…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Pas de vacances pour les mobilisations :

grève les 19 avril et 3 mai selon les zones et le 22 mai

SNES

Mobilisation des cheminots, des postiers, des éboueurs, des salariés de l'énergie… À cela s'ajoute dans les universités la mobilisation des étudiants face à la généralisation de la sélection et à l'annonce d'une réforme de la licence qui verrait les horaires d'enseignement diminuer et les frais d'inscription augmenter.

Côté éducation, les nouvelles sont alarmantes :

  • la réforme du lycée qui est en cours pour une application à la rentrée 2019 renforcerait encore l'autonomie des établissements, mettrait en cause la voie technologique, dénaturerait les disciplines et se traduirait par une perte d'horaires d'enseignement pour les élèves et la suppression à terme d'environ 7 000 postes (à lire ici),
  • le gouvernement a décidé la fermeture des CIO et la vente à la découpe de l'orientation scolaire (A lire ici),
  • les chiffes des effectifs sont tombés : la hausse est confirmée en collège à la rentrée prochaine (+ 36 000), et comme les moyens n'ont pas été donnés en conséquence, les conditions de travail vont continuer de se dégrader.

Dans la Fonction publique, après les premières mesures de gel de la valeur du point, de report de la revalorisation PPCR et de rétablissement d'un jour de carence, le gouvernement entend remettre en cause le statut : en savoir plus ici.

Pour protester contre ces projets inacceptables, les organisations de fonctionnaires ont quitté la réunion de concertation mercredi matin et appelleront à une journée de grève fin mai. La FSU œuvre pour que cet appel soit le plus unitaire possible et permette ainsi de faire masse. Les mobilisations de la Fonction publique les 10 octobre et 22 mars ont en effet permis d'obtenir que le rendez-vous salarial soit avancé à juin. Il nous faut maintenant amplifier ce mouvement.

Pour toutes ces raisons, le SNES-FSU a décidé la semaine dernière à la clôture de son congrès de Rennes d'un plan d'action.

Nous appelons en particulier à se mettre en grève dans l'éducation selon les zones : les 19 avril et 3 mai, et à poursuivre ce mouvement dans l'action Fonction publique dont la date précise sera connue la semaine prochaine.

Face à un gouvernement qui détricote sans complexe l'État social, nous devons plus que jamais agir collectivement et avec détermination et contribuer ainsi à amplifier le mouvement social qui se construit. La mobilisation de chacun-e compte !

Source : https://www.snes.edu/Pas-de-vacances-pour-les…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Toutes et tous ensemble dans l'action le 3 mai

de la maternelle à l'université

SUD éducation

1er degré : Fermeture de classe, postes supprimés

Baisse des postes ouverts au concours de recrutement, fermetures de classe, hausse des effectifs dans les écoles non-REP, multiplication des classes à multi-niveaux non-choisis et à effectifs pléthoriques dans les écoles rurales. Dans le 1er degré, les effets d'annonce sur la maternelle ou les CP à 12 ne suffisent pas à cacher les conditions de travail qui se dégradent. De nombreux départements perdent des postes.

2nd degré : On brade

Alors qu'en collège la réforme du lycée est appliquée dans la douleur, le ministre est en train de mener à marche forcée une réforme du bac et du lycée qui doit entrer en vigueur dès septembre 2018. Sans aucune concertation avec les équipes enseignant-e-s, cette réforme est menée sans tenir compte des avis du Conseil supérieur de l'éducation et selon un calendrier établi en dépit du bon sens. De plus, les nouveaux horaires prévus ne sont pas financés dans les DHG et les établissements sont contraints d'utiliser leurs marges. Surtout, cette réforme va aggraver les mécanismes de sélection sociale en créant des lycées spécialisés dans certains couples de majeurs. Ce n'est pas la fin des filières mais bien la multiplication des filières pour en affiner la hiérarchie.
Dans le même temps, le lycée professionnel est tenu à l'écart : le ministre s'apprête à l'attaquer à part. Bien que le ministère repousse sans cesse les annonces, les pistes discutées actuellement suite à la présentation du rapport Marcon/Calvez laissent entrevoir un lycée professionnel réduit au rôle de sas vers l'apprentissage. La baisse des DHG des SEP et LP pour l'an prochain ne ment pas. Les « Harvard du professionnel » seront plutôt cheap.

Supérieur : une réforme en ORE

Dans le supérieur, la mise en place de la sélection à l'entrée de la licence se met en place dès cette année. C'est une véritable rupture, au détriment des élèves issu‑e-s des milieux les plus populaires. Étudiant-e-s et personnels ne s'y sont pas trompé-e-s et les mobilisations se développent. Les seules réponses apportées par le gouvernement consistent en des interventions policières sur les campus.

Fonction publique : vers la régression

Généralisation du recours aux contractuel-le-s, du salaire au mérite, abandon de certaines missions au privé, plan de départ volontaire, suppression de 120 000 postes, remise en cause du statut, suppression des CHSCT… Ce sont de rudes coups que le gouvernement veut porter aux fonctionnaires et au service public.

Il est temps de riposter toutes et tous ensemble. SUD éducation appelle avec la CGT éduc'action, le SNES-FSU et le SNEP-FSU à la grève le 3 mai. Cette journée sera également une journée de grève des cheminotes et cheminots mobilisé-e-s pour la défense de leur statut et du service public. Construisons-les convergences !

Source : http://www.sudeducation.org/Toutes-et-tous-en…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

L'UNL-SD appelle à une semaine de la révolte lycéenne !

Les 1er (fête du travail), 3 et 5 mai (marche citoyenne), partout en France se tiendront des manifestations à l'appel des organisations syndicales, associatives et politiques.

Avec la loi dite "Orientation et Réussite Étudiante" (ORE), les lycéen-ne-s et étudiant-e-s modestes seront les premier-e-s touché-e-s par ces changements qui favorisent le phénomène de reproduction sociale, condamnant ainsi l'université libre et accessible à tout-e-s.

l'UNL-SD appelle les lycéen-ne-s à se mobiliser massivement sous toutes les formes d'actions y compris par des blocages et des occupations du 30 avril jusqu'au 5 mai inclus en convergence avec les étudiant-es, cheminot-es, fonctionnaires, salarié-es pour une grande semaine de la révolte lycéenne.

Source : http://unl-sd.fr/semaine-revolte-lyceenne-2
Source : message reçu le 29 avril 23h


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Collèges, lycées, lycées professionnels de Seine-Saint-Denis

mobilisés : grève le jeudi 3 mai !

Appel unitaire 93

Collèges, Lycées, Lycées Professionnels de Seine-Saint-Denis mobilisés…

Grève et manifestation le jeudi 3 mai pour la défense d'un service public d'éducation ambitieux !

Manque de moyens, autonomie, concurrence, réformes régressives et inégalitaires du lycée, du bac national et de la voie professionnelle… nos élèves méritent mieux !

En Seine-Saint-Denis, depuis l'obtention des 3 000 postes supplémentaires en 1998, le nombre d'élèves n'a cessé d'augmenter. Depuis 2007, ce sont ainsi 6 000 élèves de plus qui sont arrivé.e.s dans les collèges du département. En parallèle, le gouvernement a sabré dans les postes, en collège comme en lycée, entre 2007 et 2012, puis n'a ouvert que des postes permettant de maintenir la situation de 2012. Or, la hausse démographique se poursuit ! Les collèges de Seine-Saint-Denis ont encore accueilli 1 200 élèves supplémentaires à la rentrée 2017 et il faudrait ouvrir au minimum 4 lycées dans le département. Le rectorat a refusé de répondre aux revendications des collègues mobilisé.e.s dès la rentrée sur ces questions. De son côté, la Région traîne à mettre en place un plan d'investissement qui permettrait d'accueillir élèves et personnels de lycées dans de bonnes conditions.

À la rentrée 2018, il n'y aura aucun poste de CPE supplémentaire dans le département alors que les collèges de Seine-Saint-Denis accueilleront 2 000 élèves en plus ! Pire, en Seine-Saint-Denis, l'État choisit de faire des économies sur les élèves les plus fragiles, sur les familles souvent les plus en difficulté.

Dans un contexte social qui se durcit, des collèges et des lycées du département ont dû faire face à une recrudescence de faits de violence dans leur enceinte comme à leurs abords. Ces violences trouvent aussi leur origine dans la situation de décrochage et d'échec d'adolescent.e.s que l'école n'est plus en mesure d'accompagner. Nous restons convaincu.e.s que cette situation alarmante est symptomatique d'un manque de moyens en vie scolaire, d'effectifs trop importants en classe et de moyens humains pérennes pour de meilleures conditions d'apprentissages pour tous les élèves !

La réforme du lycée, qui s'inscrit dans la même logique destructrice que la réforme du collège, va renforcer les inégalités. En clair, c'est une sanction pour nos élèves :

  • Une baisse de qualité d'offre de formation : filières sacrifiées, des enseignements disciplinaires rabotés, des options et des enseignements dédoublés menacés et 7 000 suppressions de postes.
  • L'autonomie et de la mise en concurrence organisées entre les établissements : inégalités accrues dans le choix des spécialités, évaluation permanente des élèves et des personnels, diplôme assujetti à la « réputation » du lycée...

Les organisations signataires s'opposent résolument aux projets du gouvernement en matière d'éducation et revendiquent à nouveau un plan de développement de l'éducation en Seine-Saint-Denis répondant aux besoins de nos élèves.

Par conséquent, nous exigeons :

  • le retrait de l'ensemble des projets de réforme du baccalauréat et du lycée, le retrait immédiat du projet de transfert de l'orientation professionnelle aux régions, la non fermeture des CIO qui entraînerait une surcharge de travail pour les professeurs principaux et leur maintien sous la responsabilité de l'État ;
  • la défense de la voie professionnelle du lycée sous statut scolaire ;
  • le retrait de la loi ORE / Vidal, de Parcoursup et le maintien du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire, garantissant l'accès de tou.te.s les bachelier.e.s sur tout le territoire aux filières post-bac et aux établissements de leur choix ;
  • l'ouverture massive de places supplémentaires en premier cycle post-bac et le refus de toute sélection à l'entrée à l'Université ;
  • le respect des seuils historiques du 93 (25 élèves par classe en non-classé, 24 en éducation prioritaire, 23 en sensible) en collège comme en lycée, la création de classes d'accueil pour élèves allophones (26h) à hauteur des besoins et le retour des heures supprimées en ULIS, dans les classes et ateliers relais ;
  • des créations urgentes de postes de CPE et d'AED ;
  • une résorption réelle de la précarité : notre département a besoin d'un plan de titularisation des personnels précaires. De plus, nous ne pouvons accepter la suppression des contrats aidés qui sont nombreux dans nos établissements (vie scolaire, secrétariat, agent.es d'entretien et d'accueil, assistant.es - documentalistes...). Nous exigeons dans l'immédiat le réemploi de tous les collègues en contrats aidés et que tous les emplois en contrat aidé soient transformés en emploi statutaire.

Pour un plan de développement de l'éducation en Seine-Saint-Denis !

Pour les moyens dont les collèges et les lycées ont besoin !

Contre les réformes du lycée, du Baccalauréat et de la sélection à l'entrée à l'université !

Pour le maintien et le développement de la voie professionnelle du lycée sous statut scolaire !

À l'appel des organisations syndicales SNES-FSU 93, SNEP-FSU 93, CGT Éduc'Action 93, SUD Éducation 93, CNT Éducation 93 :

Tout.e.s en grève et en manifestation à Paris le 3 mai !

Nous invitons tou.te.s nos collègues à échanger et à se rassembler en assemblée générale dans leur établissement et dans les villes, à lister leurs revendications et à décider la grève le 3 mai, y compris en débattant des suites à donner.

Nous les invitons à soutenir les étudiant.e.s en lutte contre la sélection à l'université et les cheminot.e.s contre la casse de leur statut et la mise en concurrence de la SNCF.

Source : https://93.cgteduccreteil.org/Colleges-Lycees…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Mobilisons-nous contre la réforme du lycée

CGT Educ'action

Tri des élèves, suppressions de postes, concurrence généralisée, dégradation des conditions de travail…

Projet Blanquer : Le tri sélectif en lycée

Si le lycée actuel porte en lui la sélection et le déterminisme social, le projet de Lycée Blanquer l'accentue :

IL spécialise chaque année davantage les élèves :

En dehors du tronc commun, les élèves se spécialiseront dans trois disciplines en Première, puis deux en Terminale. Sous un couvert démagogique (« les élèves ont le droit de choisir des disciplines »), ce projet retranche certains savoirs et savoir-faire de la culture commune des bachelier·ères.

Ces spécialités influeront sur l'accès à l'université :

Les attendus permettant d'accéder aux différentes filières universitaires seront liés aux spécialités et au niveau obtenu dans ces spécialités. Ainsi, ne pourront accéder à tel ou tel cursus universitaire que celles et ceux qui auront fait les bons choix et auront obtenu les meilleurs résultats, en particulier dans les filières en tension (pour l'heure

STAPS, Droit et psycho mais attendons-nous à ce que certaines universités organisent la pénurie!)

Une orientation précoce :

Cette fois, l'orientation en seconde sera encore plus déterminante. On sort de la logique « Avec un bac S, tu pourras tout faire » que nous entendions jusque-là, où les autres bac offraient malgré tout un large choix. Cette fois, dès la seconde, l'élève devra se déterminer en fonction de son choix de licence. Et si le ministère invoque les perspectives de « passerelles », nous savons que, compte-tenu des contraintes budgétaires et des visées idéologiques du ministre, elles ne permettront jamais un rééquilibrage mais plutôt des réorientations « à la baisse » (rappelonsnous que la réforme Chatel était censée permettre des passerelles que nous attendons toujours!).

Une concurrence entre élèves renforcée :

Dans ce contexte, la concurrence entre élèves dans les choix de spécialités et d'options, puis d'orientation postbac, ne peut que s'aggraver. Or, la concurrence entre élèves, c'est non seulement plus de pression sur leurs épaules, mais aussi plus d'inégalités entre les élèves pouvant le mieux mettre en valeur leurs dotations culturelles familiales et dont les familles ont la meilleure maîtrise du système scolaire et post-bac.

Un projet inquiétant pour les postes et les conditions de travail des personnels.

Des suppressions de postes massives. La raison ? Une baisse globale des « heures prof » et surtout une optimisation des groupes pour remplir les classes avec la fin des séries.

Des disciplines en danger et en concurrence. Pour les spécialités, les choix des élèves influeront sur les classes en

Première - comme avant - mais aussi en Terminale puisque les élèves devront choisir deux spécialités sur les trois initiales. De même, de nombreux enseignements flous (« Histoire-Géo, Géopologique et Sciences politiques », « Enseignements scientifiques »…) impliqueront plusieurs disciplines qui devront se les « partager ».

La multiplications des évaluations. Dans le cadre des « partiels » servant à 30% de la note du bac, les enseignant.es devront évaluer à plusieurs reprises dans des conditions très lourdes d'examen : surcharge de travail mais aussi exagération des évaluations sommatives au détriment de l'aspect formatif de notre travail.

La voie technologique déqualifiée Les spécialités seront largement résumées à un « tronc commun » plus particulièrement en STI2D. De plus, en terminale, les heures de tronc commun et de spécialités sont globalisées sans que l'on connaisse leur poids horaire respectif.

Une dévalorisation du baccalauréat

60% du baccalauréat en Contrôle final. Oui mais…

Si le Français reste en épreuve anticipée en fin de Première, la Philosophie en fin de Terminale, ce contrôle final implique aussi le fameux oral, sorte de TPE sur deux ans mais avec vraisemblablement sans moyens pour réellement accompagner les élèves vers l'autonomie demandée. Il implique aussi les deux spécialités de terminales évaluées en fin de second trimestre… pour servir à ParcourSup !!

40% en contrôle continue.

Soit 10% sur la base des bulletins et 30% sur la base de partiels multiples et variés !

Outre la surcharge, c'est le risque de la suspicion du « bac maison » en particulier concernant les établissements accueillants les publics les plus en difficultés. Certaines universités zélées ont déjà, par anticipation, décidé de pondérer leurs critères de sélection par… l'établissement d'origine !

Des élèves trié·es à l'entrée de l'université.

La loi ORE, prenant prétexte de l'instauration du tirage au sort dans certaines filières et des difficultés de certain·es étudiant·es en licence, met en place une sélection qui ne dit pas son nom.

À la lecture des attendus nationaux, les bachelier·ères technologiques sont quasiment écarté·es de la licence, les bacs pro le sont totalement.

Pour la CGT Éduc'action, cette sélection est inacceptable. L'obtention du baccalauréat, 1er grade universitaire doit permettre à chaque élève d'accéder à la poursuite d'études souhaitée.

La réponse aux réelles difficultés liées à l'orientation post bac doit être trouvée dans les moyens alloués à l'orientation, dans le recrutement de personnels universitaires en nombre suffisant pour satisfaire les demandes d'inscription mais aussi pour aider à la réussite de chacun·e en licence.

Un autre projet pour un lycée démocratique et une École émancipatrice

Le système scolaire classe, trie et répartit les élèves en fonction des besoins des entreprises. Ces réformes (lycée, bac, accès à l'université) aggravent encore ce phénomène et exacerbent les déterminismes sociaux.

Or, l'Ecole devrait fournir un égal accès à tous les projets d'études pour tou.tes les élèves, donner réellement plus à celles et ceux qui en ont le plus besoin. Elle devrait également permettre l'émancipation des élèves en leur donnant accès à une culture commune plurielle et de haut niveau.

La CGT Éduc'action fait vivre ce projet parce que nous croyons qu'une alternative est possible. Une autre École doit se construire dès la maternelle, un véritable collège unique doit voir le jour et une Université ouverte à tou.tes en ayant les moyens de réussir doivent être des objectifs.

Pour le lycée, la CGT revendique un véritable rééquilibrage des trois voies du lycée (général, technologique et professionnel) dans la perspective de la mise en œuvre d'un lycée unique et polytechnique :

  • Pas de distinction de voies et de filières mais un cursus unifié avec des options d'approfondissement
  • Un enseignement qui fasse part égale aux enseignements scientifiques, artistiques, professionnels et aux humanités
  • Des effectifs par classes à 24 élèves (15 pour les lycées réintégrés en éducation prioritaire) et des heures en petits groupes, avec des dédoublements fléchés nationalement, etc… dans le cadre d'un temps de service réduit pour les enseignant.es et intégrant le temps de concertation.

Contre toutes ces attaques, pour un collège et un lycée émancipateurs, pour des moyens au service des personnels et des élèves, mais aussi contre la casse annoncée des statuts...

Toutes et tous en grève le 3 mai…

Source : http://cgtparis.fr/spip.php?article3345


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

La nécessité de s'unir de la maternelle à l'université

SUD éducation

Sélection, inégalités territoriales, tri social, précarisation, casse des statuts, voilà les maîtres mots de la politique gouvernementale. à l'image des cheminot-e-s et du service public ferroviaire, l'éducation nationale et ses personnels sont durement attaqué-e-s. Notre réponse doit être à la hauteur des enjeux car c'est la notion même de service public qui est menacée.

Egalité, justice sociale, démocratie : il y a des principes qui deviennent des lieux dans lesquels est ancré le progrés. C'est ce qu'incarne plus que tout l'école publique. Aujourd'hui, plus que jamais, ces lieux sont attaqués. Alors de la maternelle à l'université, rassemblons-nous, convergeons avec les luttes en cours pour le bien commun. Organisons des zones à défendre, remettons le progrés social au goût du jour !

1er degré

Précarité renforcée

L'éducation nationale, première utilisatrice des contrats aidés est loin d'être épargnée par leur disparition. Pour pallier ce manque, le ministre de l'éducation a annoncé « une montée en charge » des Services Civiques qui ne dépendent pas du Code du Travail et perçoivent une « indemnité » de moins de 600 euros par mois. Contrairement à leurs objectifs initiaux, les Services Civiques sont amené-e-s à effectuer des missions qui relèvent d'emplois statutaires.
On observe que la création des CP à 12 élèves dans les REP+ à moyens constants a amputé le nombre de remplaçant-e-s qui ont été redéployé-e-s sur des postes en écoles. Pour faire face à ce manque de personnels, le recrutement de contractuel-le-s été généralisé. Cette situation scandaleuse pour ces collègues peu ou pas formé-e-s est également dangereuse pour les titulaires. Le recours massif aux contractue-le-s et la diminution des postes aux concours s'inscrivent dans la volonté de dé-fonctionnarisation de l'éducation nationale.

Postes supprimés, fermetures de classes assurées

En effet, pour fournir les enseignant-e-s nécessaires dans les classes à 12 élèves, dans de nombreux départements, ce sont des titulaires brigades (remplaçant-e-s dans le premier degré qui sont pourtant déjà en nombre notoirement insuffisant) et des PDMQDC (plus de maîtres que de classes) qui seront déplacé-e-s. Leurs postes seront supprimés pour la plupart. Le nombre de poste au concours apparaît insuffisant, car l'augmentation est bien trop faible pour couvrir les besoins d'ouvertures de ces postes. Le ministère ne se donne pas les moyens de sa politique. La conséquence : des fermetures de classes. Les classes de Très Petites Sections sont largement concernées en contradiction avec les politiques annoncées pour la maternelle. Mais aussi l'augmentation du nombre d'élèves par classe dans toutes les écoles qui se situent hors ZEP ainsi que la multiplication des classes multi niveaux ( non choisis) à effectifs pléthoriques dans les écoles rurales.

école maternelle au privé ?

Les annonces du passage de l'instruction obligatoire de 6 à 3 ans, entèrine une situation de scolarisation quasi-généralisée. Mais en l'absence de moyens supplémentaires c'est le privé sous contrat qui devra assurer ce service avec le financement des municipalité. à cause des inégalités financières et sociales qui existent entre les communes, c'est une école maternelle multi-vitesse et inégalitaire qui risque de se mettre en place et l'enseignement privé qui va en bénéficier.

Lycée

Dégradations des conditions d'études et de travail

Le ministère de l'EN, vient de communiquer les projets de textes concernant les réformes concomitantes du lycée et du bac. Les informations sont encore un peu vagues à ce jour : le ministère arrête la répartition des horaires des enseignements au lycée mais sans préciser ce que contiendront ces enseignements et notamment ceux de spécialités dont les intitulés révèlent des disciplines qui pour l'heure n'existent pas, ou des associations disciplinaires dont l'organisation et les répartitions horaires demeurent inconnues. Le ministère maintient le flou et à dessein, car ces nouvelles spécialités et disciplines impacteront les postes, les horaires et conditions de travail des enseignant-e-s. L'estimation pour la seule première année de mise en place est entre 5 et 10 000 suppressions de poste. De plus, la question des effectifs n'est pas réglée. Les classes seront globalement plus chargées (puisque sans filière), sauf pour une partie des enseignements de spécialités et options. Les seuils des effectifs par classe seront donc toujours à 36 élèves.

Sélections et inégalités territoriales

Une plus grande autonomie est donnée aux établissements dans la gestion de la marge horaire, ce volume d'heures données en plus aux établissements. Actuellement ces heures sont destinées à des dédoublements et des cours en groupe à effectif réduit. Dans les nouveaux textes, leur usage n'est plus défini. La proposition de ventilation est dévolue au conseil pédagogique, ce qui renforcera le pouvoir des hiérarchies intermédiaires.
La disparition des filières et l'autonomie des établissements vont de fait entraîner la disparition de la carte scolaire et donc permettre aux chefs d'établissement de choisir les élèves. C'est la mise en place de la concurrence entre les lycées et l'aggravation des inégalités territoriales.
Enfin, le ministère en profite, pour non seulement diminuer le volume d'heures consacrées à l'accompagnement personnalisé (54h annuelles en seconde et 1h30 hebdomadaire en première et terminale) en les amalgamant à ce qu'il nomme de « l'éducation à l'orientation », mais également entériner la disparition de l'orientation scolaire et sa fusion avec l'orientation et la disparition des CIO, en prévoyant la possibilité de faire appel à des organismes extérieurs pour les heures « d'éducation à l'orientation », de fait entraîner la disparition de la carte scolaire et donc permettre aux chef-fe-s d'établissement de choisir les élèves. C'est la mise en place de la concurrence entre les lycées et l'aggravation des inégalités territoriales.

Réforme de l'enseignement professionnel

Dans le même temps, Jean-Michel Blanquer enclenche une réforme de la voie professionnelle, distincte de celle du bac et du lycée. Complètement dépendante de celle menée par Pénicaud sur l'apprentissage et la formation professionnelle, elle porte un rude coup à l'enseignement professionnel scolaire. Claironner partout vouloir faire des « Harvard du professionnel » c'est bien. Mais dans la réalité la plupart des DHG de SEP et LP sont ponctionnées dès cette année et l'on nous promet une place accrue du patronat dans le choix des formations et la rédaction des référentiels, la casse du cadre national des diplômes, la mise en danger du statut de PLP et la transformation de la voie pro en sas de l'apprentissage.

Université

Sélection à l'université

Dans le supérieur, la mobilisation contre la loi relative à l'orientation et la réussite des étudiant-e-s (ORE) s'étend. Dans un contexte marqué par des violences intolérables contre les étudiant-e-s mobilisé-e-s, une quinzaine d'universités sont désormais occupées ou bloquées. SUD éducation s'oppose depuis l'automne à cette loi et demande son abrogation pour les raisons suivantes :

  • La possibilité de la sélection à l'entrée de l'université : au prétexte d'une meilleure orientation, la loi donne la possibilité à chaque université de créer des attendus locaux, mettant fin au baccalauréat comme diplôme garantissant l'accès à l'enseignement supérieur.
  • L'usine à gaz Parcoursup : la formulation de 10 vœux non hiérarchisés et le refus du gouvernement d'autoriser les classements ex-aequo contribuent à faire de Parcoursup un outil injuste et inutilisable. Dans les filières en tension, il sera humainement impossible d'examiner les vœux des élèves (plusieurs milliers de dossiers souvent) et des algorithmes vont être mis en place pour le faire. Frédérique Vidal ment donc éhontément quand elle déclare que les lettres des élèves seront lues par les équipes pédagogiques. Plusieurs collègues ont ainsi déjà annoncé qu'ils et elles refuseraient de classer les demandes dans Parcoursup et réfléchissent aux moyens de contourner le système.

Fin du cadre national des diplômes

La Licence sera désormais délivrée si l'étudiant-e obtient 180 crédits, pouvant être obtenus sur une période de 2 à 4 ans, dans une optique de « personnalisation des parcours ». L'étudiant-e s'inscrit ainsi à l'UE et non plus à l'année ou au semestre, impliquant une grande maîtrise du dispositif de formation. Ce mode d'inscription impliquerait la fin de la compensation entre UE dans le cadre d'un semestre et entre semestres dans le cadre de l'année.
Loin d'être une simple réforme technique d'APB, la loi ORE est le cheval de Troie d'une offensive de grande ampleur contre le service public de l'enseignement supérieur, quasi-gratuit et ouvert à toutes et tous. Par exemple, l'université de Nice proposera dès la rentrée prochaine des diplômes d'établissement (locaux) de niveau master… avec des droits d'inscription de 4000 euros ! Il faut donc soutenir les étudiant-e-s mobilisé-e-s qui combattent la loi ORE et inciter les collègues à refuser sa mise en œuvre !

On se mobilise !

Source : http://www.sudeducation.org/La-necessite-de-s…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Précaires de l'éducation

La première journée de grève nationale contre la précarité dans l'Éducation nationale du 5 avril dernier a été un véritable succès : des manifestations et assemblées de grève ont été organisées dans plus de 20 villes en France. À Paris, malgré les vexations policières arbitraires lors de la manifestation de l'aprèsmidi, l'assemblée générale des grévistes d'IDF a décidé d'appeler à une nouvelle journée de grève le jeudi 3 mai 2018.

Sous prétexte d'austérité budgétaire et de libéralisation de l'économie, le gouvernement ne fait qu'accroître la précarisation du personnel contractuel et nontitulaire de l'éducation nationale. Cette précarité toujours plus intense et générale concerne l'Éducation nationale, mais également la fonction publique dans son ensemble :

après avoir privatisé France telecom, la poste et edf, après avoir cassé l'hôpital public, c'est aujourd'hui au tour des cheminots de subir les accusations d'être des privilégiés, afin de mieux les isoler et délégitimer leurs revendications.

Ainsi le gouvernement essaie de casser la mobilisation par l'isolement et la répression. Nous l'avons vu et subi le 5 avril, lorsque la préfecture nous a imposé un parcours de son choix la veille au soir et que nous avons été nassé.e.s pendant plus d'une heure de manière complètement arbitraire. Nous continuons de le voir lorsque la police rentre dans les facs, à Nanterre et à Lille 2, et déloge avec violence les étudiant.e.s qui se mobilisent contre le projet de loi VidalBlanquer (sélection à l'entrée à l'Université, réforme du bac et du lycée).

Parce que nous considérons qu'il n'est pas besoin d'attendre les attaques contre l'Éducation nationale (déjà en cours par ailleurs) pour se battre et que seule la lutte nous permettra d'obtenir la satisfaction de nos revendications, nous appelons l'ensemble des personnels, titulaires et nontitulaires (AVS, AESH, AED, contractuels), à se joindre à nous le 3 mai, en grève pour soutenir les cheminots, et affirmer notre volonté d'obtenir une amélioration de nos conditions de travail, de meilleurs salaires et la fin des statuts précaires !

Parce que la solidarité est notre force,
Parce que ce sont nos luttes qui construisent nos droits,

Titularisation de tou.te.s les précaires de l'éducation !

  • Rejoignez le cortège des précaires de l'Éducation dans les manifestations des 1er, 3 et 22 mai (les heures et lieux des rdv seront annoncées dès qu'elles seront connues sur notre page fb et notre compte twitter).
  • Prochaine assemblée des précaires de l'Éducation d'IDF mercredi 9 mai à 18h30 à l'annexe de la bourse du travail, 67 rue de Turbigo métro République.

Mail : precaiexres.educatioexn@riseup.net
Facebook : Assemblée des précaires de l'éducation - IDF Twitter : @Precaires_Educ

Source : message reçu le 16 avril 01h


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Précaires de l'éducation

Communiqué suite à la manifestation du jeudi 05 avril 2018

Le jeudi 5 avril avait lieu une première journée de mobilisation et de grève nationale des précaires de l'éducation, à l'appel de l'assemblée générale des précaires de l'éducation nationale - Île de France soutenue notamment par la fédération Sud éducation.

Avec une vingtaine de réunions d'information, de rassemblements ou de manifestations partout en France, cette journée de mobilisation a été un succès et a permis de mettre en lumière la situation de l'ensemble des personnels précaires de l'éducation, considéré-e-s comme des variables d'ajustement par l'administration alors que leur rôle est essentiel dans le fonctionnement du service public de l'éducation.

À Paris, une manifestation a rassemblé plusieurs centaines de personnes et a permis, malgré les vexations policières, de porter les revendications des précaires grévistes. La veille de la journée de mobilisation, la préfecture de police de Paris a en effet décidé de cantonner le cortège dans les couloirs du bus et, au terme de la manifestation, des CRS en nombre ont voulu pratiquer une fouille systématique des personnes présentes et des relevés d'identité ciblés en obligeant les manifestant.e.s à sortir cinq par cinq. L'ensemble des manifestant.e.s a collectivement refusé cette opération de fichage, préférant rester nassé.e.s et se faire raccompagner jusqu'au métro en cortège encadré par des dizaines de CRS plutôt que de se soumettre individuellement à ces contrôles.

Cette vaine tentative d'intimidation n'affaiblira pas la détermination des précaires de l'éducation qui, réuni-e-s en assemblée générale, ont décidé :

  • d'une nouvelle journée de grève convergente avec les cheminot-e-s le 3 mai
  • d'une nouvelle assemblée générale le 9 mai à 18h à la Bourse du travail (annexe 67 rue de Turbigo)
  • de se rassembler le mercredi 30 mai devant les rectorats contre les non-renouvellements de contrats.

Contacts de l'assemblée générale des précaire de l'éducation nationale - Île de France :

mail : precaiexres.educatioexn@riseup.net
facebook : Assemblee des precaires de l'éducation IDF

Source : http://sudeducation75.org/spip.php?article101…
Source : message reçu le 11 avril 16h


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

En mai, fais ce qu'il te plaît

Sud éducation Paris

  • 1er mai journée internationale des travailleur.euses : Manifestation à 14h30 Place de la Bastille
  • 03 mai grève dans l'éducation nationale : AG de grève à 9h30 à la Bourse du travail - Manifestation à 14h place de la Sorbonne
  • 22 mai grève dans la fonction publique : Heure et lieu de la manifestation à venir
  • 30 mai mobilisation des précaires de l'éducation : Contre les non-renouvellements, titularisation ! Rassemblement devant le rectorat de Paris, 15h

Des attaques de toutes parts

Précarité, suppressions de postes, manque de moyens, réforme du lycée et du bac, réforme de la voie professionnelle, sélection à l'entrée à l'Université avec Parcoursup, formation-formatage pour les enseignant-es, régionalisation de l'orientation... Les contre-réformes s'accumulent.

De la maternelle à l'Université, nous sommes tou.tes concerné-es par les attaques successives contre le service public d'éducation.

L'école craque : nos conditions de travail comme les conditions d'études de nos élèves sont de plus en plus difficiles. Le système éducatif est le reflet de la société : il développe les inégalités et promeut l'individualisme. Les dernières réformes (ParcourSup, réforme des lycées, etc.) en sont des exemples criants.

Ces contre-réformes s'inscrivent dans une attaque globale services publics (gel du point d'indice, jour de carence…) et du droit du travail, au service des classes dominantes.

Une résistance émerge

Depuis plusieurs semaines, un mouvement prend forme : dans le rail, dans les universités, dans le secteur de la santé. Le 22 mars dernier, nous étions nombreux.euses en grève et dans la rue ; les universités sont bloquées et occupées, étudiant-es et personnels sont en grève ; les cheminot-es sont entré-es dans la bataille le 3 avril ; les précaires de l'éducation étaient massivement en grève le 5 avril ; le 19 secteurs public et privé ont convergé pour une grève interprofessionnelle.

Il faut maintenant amplifier ce mouvement, faire se rencontrer les colères, construire la grève reconductible. Face aux reculs sociaux, l'enjeu est aussi de gagner de nouveaux droits, pour le progrès social, contre le capitalisme qui broie nos vies.

Enseignant.es, assistant.es d'éducation, agent.es techniques, AESH, psychologues scolaires, assistant.es sociaux.les, ATSEM, chargé-es de TD, assistant.es pédagogiques, agent.es administratif.ves, bibliothécaires, infirmièr.es et médecins scolaires, CPE... Résistons !

Sud éducation Paris appelle l'ensemble des personnels de l'éducation nationale à se réunir en assemblées générales, à prendre part aux différentes initiatives de lutte, à passer dans les occupations d'universités, à descendre dans la rue, à se mettre massivement en grève.

Face aux attaques contre l'éducation, contre le service public, la lutte ne fait que commencer !

De la maternelle à l'Université, des moyens pour l'éducation
pour une autre société, pour une autre école

Source : http://sudeducation75.org/spip.php?article102…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Appel de l'assemblée générale de coordination régionale

des étudiant.e.s du 26 avril à Nanterre

Au niveau national, la mobilisation étudiante contre la loi ORE et son monde ne faiblit pas et se renforce même dans certaines villes comme à Grenoble.

En région parisienne, malgré les vacances, la lutte se poursuit dans tous nos établissements : des AGs massives ont continué à se tenir comme à P3 lundi dernier où l'AG a encore réuni 1 000 étudiants. Dans les autres facs, des comités de mobilisation continuent à se réunir pour préparer une rentrée de lutte la plus massive possible.

Face à notre mobilisation, le gouvernement a envoyé ses CRS évacuer violemment les occupations de Tolbiac, Saint-Charles, Metz et Nancy. Nous condamnons cette répression et le disons haut et fort : ce ne sont ni les vacances, ni les partiels, ni même les interventions policières qui nous arrêteront.

Dans certaines villes, à Tours ou à Nantes, la mobilisation a gagné les lycées. Sur Paris, la rentrée pourrait à son tour marquer l'extension de la mobilisation aux lycéens: nous devons tout faire pour contribuer à l'encourager et à l'organiser dans la région parisienne en nous rendant aux portes des lycées dès le 30 avril.

Face aux attaques du gouvernement contre les lycéen.ne.s, les étudiant.e.s, les cheminot.e.s, les fonctionnaires et tous les travailleu.se.rs, nous devons œuvrer à toutes les jonctions et convergences possibles. La grève des cheminots se poursuit avec des taux de grévistes particulièrement élevés. Nous continuerons à les rejoindre dans les gares et dans la rue pour lutter tous ensemble contre les réformes du gouvernement.

  • nous appelons tou.te.s les lycéen.ne.s et étudiant.e.s à se mettre en grève pour cette première semaine de mai et à nous retrouver dans la rue ensemble et visiblement, en cortèges de facs et de lycées, avec tous les autres secteurs en lutte les 1er, 3 et 5 mai,
  • nous appelons tou.te.s les étudiant.e.s à se retrouver le 3 mai après la manifestation dans la fac de P4 pour préparer la suite.

C'est en coordonnant nos forces, c'est en nous retrouvant dans la rue à des échéances communes, c'est en faisant la démonstration de notre détermination que nous parviendrons à obtenir le retrait de la loi ORE et toutes les mesures pro-patronales du gouvernement.

Source : https://www.facebook.com/NTR.VS.VIDAL/posts/2…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Mobilisation lycéenne le 3 mai

Par Anonyme, le 30/04/2018 à 12:38

l'UNL-SD appelle les lycéen-ne-s à se mobiliser massivement les 1er, 3 mai et 5 mai.

http://unl-sd.fr/semaine-revolte-lyceenne-2

Par Anonyme, le 29/04/2018 à 23:35

L'UNEF appelle tou∙te∙s les étudiant.e.s à continuer et amplifier leur mobilisation les 1er et 3 mai afin d'obtenir le retrait de loi Orientation et Réussite des Etudiant.

http://unef.fr/2018/04/28/lunef-soppose-a-la-loi-ore-et-exige-la-creation-de-66-000-places-durgence-pour-la-rentree-prochaine/

Convergence des luttes.

Par Anonyme, le 29/04/2018 à 13:49

Pas de convergence avec la manif des cheminots ? C'est bien dommage.