Réagir (1)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 24 septembre 2019 à 17h

3 parties : 1 2 3

Assemblée générale éducation IDF inter-degrés

[ voir aussi: manifestation unitaire à Paris ]

L'AG Éducation IDF appelle à une AG Éducation IDF inter-degrés pour décider des suites à donner à la grève, le mardi 24 septembre à 17h à la Bourse du Travail centrale de Paris. (Une salle est déjà réservée.)

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/72804
Source: communiqués ci-essous


1 2 3

Décisions de l'AG Éducation IDF du mardi 10 septembre

L'AG Éducation Île-de-France inter-degrés a réuni le mardi 10 septembre en tout 80 collègues en provenance de plus de 30 établissements et écoles.

L'AG et la manifestation au départ de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris ont permis de faire converger plusieurs établissements en grève aujourd'hui : lycée Angela Davis (Saint-Denis, 93) qui est reçu jeudi au rectorat de Créteil, lycée Mozart (Blanc-Mesnil, 93), lycée Utrillo (Stains, 93), lycée Jean Zay (Aulnay-sous-Bois, 93), lycée Paul Bert (Paris 14ème), lycée Balzac (Mitry-Mory, 77), etc.
Fait nouveau : dans plusieurs de ces établissements, la grève est partie de certaines équipes disciplinaires avant d'essaimer dans les autres équipes.

* Il a également été constaté qu'au bout d'une semaine complète de cours, de nombreux problèmes devenaient visibles alors qu'ils ne l'étaient pas sur le papier, en particulier dans les lycées GT, que ce soit pour les élèves ou les personnels.
Les discussions et réunions entre collègues, tout comme le projet de « contre-comité de suivi » des réformes Blanquer lancé par la Coordination nationale de la Chaîne des Bahuts, sont apparus comme des éléments importants pour nourrir la mobilisation.

* De plus, un responsable syndical académique présent à l'AG a indiqué que lors du Conseil Interacadémique de l'Éducation Nationale (CIEN), le recteur de la région académique Île-de-France a répondu qu'il n'y aurait pas de « sanctions financières » suite au mouvement de grève reconductible du Bac en juillet, comme cela a été brandi par Blanquer.

* Enfin, une AG intersyndicale du 1er degré parisien se tenait au même moment à la Bourse du Travail de Paris. À la fin, des collègues PE ont rejoint l'AG Éducation IDF pour rendre compte des propositions de leur AG intersyndicale :

  • appel à se réunir dans les écoles pour discuter entre autres des évaluations nationales, des PIAL ou de la réforme des retraites : des AG sont déjà prévues dans les 18ème, 19ème et 20ème arrondissements ;
  • soutien des organisations syndicales du 1er degré parisien à toutes les formes de résistance aux évaluations nationales en CP et CE1 (refus de passation à partir de lundi 16 septembre, « rétention » des évaluations à partir du vendredi 11 octobre, etc.) ;
  • appel à la grève le 24 septembre par plusieurs organisations syndicales.

Suite aux débats sur les actions à mener, l'AG Éducation Île-de-France inter-degrés a confirmé et précisé ses décisions précédentes, conformément au plan de remobilisation déjà décidé.

1) Conférence de presse du mercredi 11 septembre pour un « contre-bilan » de la rentrée

L'AG Éducation IDF organise une conférence de presse mercredi 11 septembre à 13h30 à la Bourse du Travail centrale de Paris, en salle Louise Michel (3, rue du Château d'Eau, Paris 10ème, métro République).

Elle appelle à y participer nombreux et nombreuses pour assurer la réussite de ce « contre-bilan de rentrée », afin de démentir les affirmations télévisées de Blanquer sur les conditions de rentrée. De nombreux médias ont déjà confirmé leur participation.

2) Grève interprofessionnelle du mardi 24 septembre + AG Éducation + convergence interpro

  • L'AG Éducation Île-de-France inter-degrés appelle à rejoindre le temps fort de grève interprofessionnelle du mardi 24 septembre contre la réforme des retraites, et à en faire une grève générale dans l'Éducation, avec cortège Éducation dans la manifestation francilienne (plus d'informations sur ce rendez-vous dès que possible).
  • Elle appelle à tenir des AG dans les établissements et écoles, pour mettre en débat la grève et sa poursuite.
  • Elle appelle à une AG Éducation IDF inter-degrés pour décider des suites à donner à la grève, le mardi 24 septembre à 17h à la Bourse du Travail centrale de Paris. (Une salle est déjà réservée.)
  • Elle considère que le secteur de l'Éducation a désormais une responsabilité dans la convergence entre les différents secteurs en lutte (entre services publics, avec le privé, avec la jeunesse, etc.), et elle invite les autres secteurs à converger dans une AG interprofessionnelle à partir de 18h30, à la suite de l'AG Éducation.

Une délégation de l'AG Éducation IDF est déjà intervenue aujourd'hui à l'AG nationale des hôpitaux, pour favoriser la construction de cette convergence.

3) Grève et mobilisation pour le climat les vendredi 20 et samedi 21 septembre


- L'AG Éducation Île-de-France inter-degrés considère que les politiques qui détruisent l'Éducation sont les mêmes que celles qui détruisent la planète.

  • Elle soutient la mobilisation lycéenne et écologiste du vendredi 20 septembre (à l'appel de l'UNL, MNL, FIDL, Youth For Climate...) et appelle l'ensemble des personnels à rejoindre la grève internationale pour le climat. Elle appelle à accompagner les élèves et à les protéger contre la répression dès lors qu'ils et elles se mettent en mouvement et sortent des établissements.
  • Elle considère aussi comme essentielle la manifestation parisienne du samedi 21 septembre (appelée par de nombreuses organisations dont les Gilets Jaunes), lors de laquelle elle invite les parents d'élèves à manifester ensemble dans des cortèges Éducation. (Plus d'informations sur ce rendez-vous dès que possible.)
  • Elle appelle à participer le samedi 21 au matin à une action Stylos Rouges. (Plus de détails le jour même.)

4) « Contre-comité de suivi » des réformes Blanquer

L'AG Éducation Île-de-France inter-degrés fait sienne la proposition par la Coordination nationale d'un « contre-comité de suivi » des réformes Blanquer.

Dans l'attente de questionnaires en ligne (qui seraient lourds à décliner niveau par niveau et à chaque étape de l'application des réformes), elle privilégie la souplesse et la simplicité d'expression des collègues, des élèves et des parents. La présidente de l'UNL a présenté un projet semblable déjà acté par son organisation : il a été convenu d'unifier ces démarches.

Pour cela, l'AG Éducation IDF a d'ores et déjà mis en place une boîte mail dédiée :

suivi.exreformes.blaexnquer@gmail.excom

Elle appelle à envoyer les témoignages (petits ou grands) et les bilans de rentrée produits dans les établissements et écoles, non seulement pour relever les conditions de rentrée catastrophiques et les absurdités de réformes faites dans la précipitation, mais aussi pour avoir une visibilité sur des modalités d'application très différentes selon les types d'établissements, et donc pour pointer les inégalités dans les conditions de rentrée.

Elle créera également un compte Twitter et un « hashtag » pour centraliser les témoignages et les rendre publics auprès des parents et des médias.

Source : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?ar…


1 2 3

Mettre en échec les réformes du lycée et du BAC

SUD éducation 93

La réussite de la grève des examens en juin et juillet et de l'université d'été des enseignant.e.s et de l'éducation fin août confirment que les réformes Blanquer sont rejetées par la presque totalité des actrices et des acteurs de l'éducation.

Nous n'acceptons toujours pas les conséquence de la reforme des Lycées généraux et technologique du Bac et de l'orientation.

Les réformes Blanquer, c'est :

→ la dégradation des conditions de travail des professeur.es et des lycéen.nes :

  • effectifs de classe pléthoriques à 35 entérinées par la reforme en tronc commun ;
  • la disparition d'une définition nationale des dédoublements pour les TP et les TD ;
  • des classes sans cohérence pédagogique avec des spécialités très diverses ;
  • des programmes de spécialité qui amalgament plusieurs disciplines sans co-enseignement ;

→ l'instauration d'un bac local que ce soit par la moyenne des notes des bulletins de première et de terminale ou par les épreuves de contrôle continu décidées par lycée dès cette cette année en 1ere.

→ une pré sélection accrue des élèves :

  • un tronc commun tellement réduit qu'il ne permet pas toutes les orientations aux bacheliers généraux.
  • la disparitions des enseignements scientifiques, maths, svt et physique-chimie du tronc commun -l'impossibilité de changer d'établissement pour les élèves qui veulent une spécialité en dehors de leur établissement
  • des évaluations de seconde qui n'ont aucun intérêt pédagogique et servent à classer les établissement.

→ les pertes de pouvoir d'achat dues au gel du point d'indice et l'augmentation de notre charge de travail :

2 années de programmes à refaire, l'augmentation des taches des Professeurs
principaux maintenant chargés du travail des ancien.es conseill.eres d'orientation...

Les réformes Blanquer engagent une dégradation inacceptable du service public d'éducation, des conditions d'enseignement, des conditions de travail et de vie des enseignant.e.s et des élèves.
Elles accentuent l'évolution de l'Ecole vers un modèle libéral car elles aggravent dès la seconde la sélection pour l'accès au supérieur et rendent les élèves et les familles responsables de leur "choix" d'orientation.
Les réponses apportées par Blanquer à nos mobilisations sont dérisoires et méprisantes. L'augmentation de 300 € par an est dérisoire et c'était une mesure déjà prévue par le gouvernement précédent dans le cadre du protocole « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » dont Blanquer avait bloqué l'application en 2018.
Comment accepter la création d'un observatoire de la réforme du lycée avec le ministère alors que nous revendiquons son abrogation et que les acteurs les plus arrangeants avec le ministre demandaient son ajournement ?

SUD Education 93 revendique :

  • l'abrogation de toutes les réformes Blanquer : loi de la confiance, réformes des lycées, du baccalauréat et de Parcoursup.
  • la limitation des effectifs à 24 élèves par classe en LGT,
  • un baccalauréat donnant accès à l'enseignement supérieur dans la filière de son choix,
  • la création de 30 000 places dans l'enseignement supérieur par an pendant 10 permettant la scolarisation des enfants du babyboom de l'an 2000.

SUD éducation 93 appelle :

  • à faire grève le 20 septembre et appelle à manifester dans des cortèges éducation le 21 septembre pour « changer le système et pas le climat »
  • appelle à faire grève et à manifester le 24 septembre dans le cadre de la grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites. Un cortège éducation et une AG interprofessionnelle sont en discussion.
  • à amplifier les actions contre la réforme déjà mise en oeuvre dans des lycées : refus collectif ou démission de la charge de Professeur principal, boycott des réunions de mise en oeuvre de la réforme, formation et action avec les parents …
  • soutien l'appel de l'AG IdF à la grève du 10 septembre pour organiser des tournées d'établissements et d'écoles, des AG de villes, à manifester à 15h30 à partir de la CCI rue Coquillère et à se retrouver en AG Education IDF interdegrés à 17 heures à la bourse du travail de Paris.

Source : https://www.sudeducation93.org/Mettre-en-eche…