Réagir (15)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 24 septembre 2019 à 14h

12 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Manifestation unitaire

Emplois, salaires, services publics, retraites

Trajet / parcours : départ 14h, Pl de la République en direction de Nation
Trajet détaillé à préciser

Ordre des cortèges syndicaux: à préciser

Rendez-vous particuliers:

  • 9h30: Manifestation départementale 95 à Cergy
  • 10h00: AG des cheminots de Versailles - cours de Buc, gare V. Chantiers
  • 12h30: Assemblée et départ collectif de l'université de Nanterre
  • 13h00: Départ collectif du tram de Bezons
  • 17h00: AG éducation IDF inter-degrés - Bourse du Travail, 3 r. château d'eau
  • 18h30: AG interprofessionnelle IDF - Bourse du Travail, 3 r. château d'eau
  • Bientôt, ici, sur Démosphère, d'autres rendez-vous particuliers

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Manifestation unitaire interprofessionnelle

CGT IdF, FSU IdF, Solidaires, UNEF, UNL

Profitant de la période estivale et des congés d'été, le gouvernement a adopté des lois structurantes qui visent à démanteler notre modèle social : protection sociale, statut de la fonction publique, code travail, assurance chômage...

Avec ces « contre réformes », le président répond aux exigences du MEDEF.

Sur la retraite, le rapport Delevoy préconise l'instauration d'un « système à point », la disparition des régimes spéciaux, une décote pour les départs avant 64 ans, l'allongement de la durée de cotisation...

Ce projet néfaste vise à faire des économies sur le dos des retraités et futurs retraités !

Cela veut dire travailler plus longtemps et gagner moins !

Pourtant, les moyens financiers existent pour financer les services publics, la protection sociale, l'éducation nationale.

Ainsi, avec 51 milliards versés sur le premier trimestre par les sociétés du CAC40, la France est championne d'Europe du versement de dividendes !

C'est donc une rentrée universitaire 2019 qui s'annonce particulièrement difficile, la jeunesse n'en est pas épargnée non plus, avec l'augmentation du coût de la vie étudiante, conduisant à une précarité grandissante et à des conditions d'études dégradées.

Heureusement, dans de nombreuses entreprises des salariés sont mobilisés pour de meilleurs salaires, pour l'emploi, les services publics ...

Le mardi 24 septembre, journée de grève et manifestations sera l'occasion pour toutes et tous de se faire entendre. Tous ensemble, il s'agira d'organiser la mobilisation dans les entreprises, les services publics.

Exigeons l'augmentation des salaires, des créations d'emplois dans les services publics pour répondre aux besoins de la population, la possibilité d'un départ à la retraite dès 60 ans.

Urgence climatique, urgence sociale, même combat : c'est le cas de la lutte en cours contre la privatisation d'ADP, qui s'inscrit dans la défense des services publics. C'est le cas également de la mobilisation pour le « train des primeurs » menacé de fermeture par le gouvernement.

Tous ensemble organisons une forte journée de grève et une manifestation unitaire interprofessionnelle le mardi 24 septembre. Une date qui permettra d'unifier la colère sociale qui gronde dans différents secteurs (SNCF, RATP, Hôpitaux, Finances Publique...). Rendez-vous 14h Place de la République.

Dès le 25 septembre, faisons « le bilan » des luttes en cours et décidons des suites en organisant des assemblées générales des prolongements à donner pour imposer nos revendications.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/71842
Source : http://www.cgt-educaction94.org/spip.php?arti…
Source : https://fr-fr.facebook.com/cgtparis/photos/a.…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Emplois, salaires, services publics, retraites

Stoppons la régression sociale !

Dès le 24 septembre, tous mobilisés pour de nouvelles victoires !

CGT IdF

Dans de nombreuses entreprises, des salariés sont mobilisés pour de meilleurs salaires, l'emploi, les services publics... Le 24 septembre, tous ensemble il s'agit de se faire entendre. Dès maintenant dans chaque service et chaque entreprise débattons de l'organisation de l'action (débrayages, grèves...) ! Face à la politique violente et Ultra libérale du Gouvernement, aux ordres du Médef, il est temps d'imposer des choix de progrès social !

La question des retraites va être centrale dans les prochains mois.

Le gouvernement défend une réforme injuste, individualiste et qui poussera une grande partie des retraités à vivre dans la précarité et/ou les travailleurs à s'épuiser au travail avant de pouvoir partir à la retraite.

Le système par points, un système injuste !

Il est destiné à faire des économies sur le dos des salariés en accélérant la baisse de leurs pensions et en reculant l'âge de la retraite pleine et entière. La mise en place de nouvelles décotes recule l'âge réel de la retraite à 64 ans voire 65 ans. Les dernières déclarations de Macron sur l'augmentation de la durée de cotisation ne changent rien. C'est de l'enfumage : Augmenter la durée des cotisations ou reculer l'âge de départ : C'est toujours travailler plus longtemps !

Un système par points au service de la finance, au détriment des retraités

Le régime universel par points, c'est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires existants qui prennent en compte toutes les spécificités professionnelles et réparent les inégalités ou les contraintes particulières des différents métiers. C'est, surtout, la suppression des dispositifs de départs anticipés liés à la pénibilité pour de nombreux travailleurs. Ce système de retraite s'inscrit dans un projet de société construit sur le modèle libéral : il met en place un mécanisme purement gestionnaire et comptable de la retraite.

Les points acquis pendant la vie professionnelle ne garantiront pas un niveau de pension suffisant.

Manifestation unitaire
Mardi 24 septembre 14h00
Place de la République à Paris

Le montant de la retraite, cet inconnu ...

La valeur du point au moment de la retraite sera tributaire de la conjoncture économique ou démographique. Sera-t-elle décidée à Bercy ou à Bruxelles ?

Les pensions ne seront plus déterminées en référence aux salaires mais dépendront de la situation économique du pays.

En cas de récession économique ou d'explosion du nombre de départs à la retraite, le point baissera et la pension sera plus faible.

En Allemagne ou en Suède où un tel système existe, le montant des retraites a baissé fortement et rapidement.

Pour défendre et améliorer notre système de retraite, la CGT a des propositions :

  • Des droits garantissant dans tous les secteurs professionnels la possibilité d'un départ dès 60 ans.
  • Une pension d'au moins 75 % du revenu net d'activité (pour une carrière complète) sans que celle-ci ne puisse être inférieure au SMIC.
  • La réindexation des retraites sur le salaire annuel moyen et non sur l'inflation, facteur de décrochage de pouvoir d'achat entre les actifs et les retraités.
  • La reconnaissance de la pénibilité au travail cette dernière ne devant pas être une fatalité.
  • La prise en compte pour les jeunes des années d'études, de formation et de recherche du 1 er emploi.
  • La suppression des exonérations de cotisations sociales (dont la transformation du CICE en exonérations) pour dégager 20 milliards d'euros supplémentaires pour le financement des retraites.

Après le scandale des autoroutes

NON à la privatisation des aéroports !

Gagnons le référendum ADP : https://www.referendum.interieur.gouv.fr

Source : https://www.facebook.com/94Cgt/posts/89488149


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

En grève et dans la rue le 24 septembre :

Rassemblons nos luttes !

Solidaires

La rentrée sociale est marquée par l'accumulation de nombreux mouvements et une multitude de dates de mobilisation. La colère sociale loin de s'éteindre, s'amplifie face aux attaques du gouvernement sur l'assurance chômage, la fonction publique, les services publics, etc. dans un contexte répressif et autoritaire. Depuis des mois, le gouvernement balade les organisations syndicales dans des discussions sans fin autour de nouvelles attaques sur les retraites et recule sans cesse le lancement de cette réforme par crainte qu'elle catalyse la colère sociale.

Combattons la réforme du système par points !

La réforme des retraites du président Macron repose sur l'instauration de points qui ouvriront des droits à une pension. Ses déclarations sur le non recul de l'âge de départ, son prétendu abandon d'un « âge pivot » ne bernent personne : l'essentiel est que si cette réforme passe, chacun-e saura combien il/elle paye aujourd'hui, mais pas combien il/elle recevra à son départ en retraite. Concrètement, pour garder à un niveau constant les dépenses publiques de versement des retraites, la seule variable d'ajustement sera la valeur du point quand on y partira : c'est mathématique, le point ne pourra qu'être dévalué et donc sa valeur en terme de pension diminuée. Le point, en d'autre terme, sera une monnaie de singe.

Une réforme encore plus inégalitaire... où tout le monde perdra... sauf les systèmes privés de complémentaires retraites !

Derrière la communication du gouvernement qui prétend que le système de retraite à point serait plus « égalitaire », il faut donc comprendre que « l'égalité » se fera à la façon d'un nivellement par le bas de la retraite de la majeure partie de la population. Dans d'autres pays, des réformes de ce type ont été mises en place, chaque fois par des gouvernements qui menaient une politique de casse sociale. A la clé, ce qui s'annonce, c'est une paupérisation généralisée des retraité-es. Ceux qui pourront la financer souscriront une retraite complémentaire privée et les inégalités à la retraite s'accroîtront encore.

Solidaires a des propositions pour de meilleures retraites !

Pour tous les salarié-es :

  • l'amélioration du système de retraites actuel, pour la garantie d'une retraite décente avec un niveau de remplacement du revenu antérieur à 75%, et une retraite minimum au SMIC.
  • la retraite à 60 ans, et la prise en compte des spécificités des métiers pour un départ plus tôt compte tenu des pénibilités.
  • une réforme du financement du système de retraites sur la base d'une meilleure répartition capital/travail.

Unifions nos luttes

La stratégie du gouvernement est claire, nous diviser, nous opposer pour poursuivre la destruction de la protection sociale et notamment des retraites. Face à cela, le mouvement social a une lourde responsabilité et doit construire une stratégie cohérente qui s'appuie sur le bilan de nos échecs passés. Depuis l'élection de Macron, Solidaires appelle à l'unité la plus large sur une ligne combative et claire.

Une seule journée de grève isolée ne suffira pas.

Mettons-nous en grève dès le 24 septembre, non seulement pour faire reculer ce gouvernement sur la réforme des retraites, mais aussi pour mettre un coup d'arrêt à ses politiques anti-sociales et construire à la base l'unité nécessaire. Rassemblons nos luttes, c'est urgent.

Source : https://solidaires.org/En-greve-et-dans-la-ru…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

C'est la rentrée : Mobilisons-nous pour nos salaires, l'emploi, les services publics,

contre la casse de notre régime de retraites.

CGT IdF

Pas de vacances pour les mauvais coups ! La rentrée 2019 est déjà placée sous le signe de la mobilisation avec en perspective une manifestation, le 24 septembre, pour défendre nos services publics, un système juste de retraites, l'augmentation des salaires et la création d'emploi. C'est-à-dire des choix de progrès à l'opposé de la politique violente et Ultra libérale actuellement menée en France par le Gouvernement aux ordres du Médef, politique qui accentue la précarité, les inégalités, la pauvreté…

La question des retraites va être centrale dans les prochains mois. Le gouvernement défend une réforme injuste, individualiste et qui poussera une grande partie des retraités à vivre dans la précarité et/ou les travailleurs à s'épuiser au travail avant de pouvoir partir à la retraite.

Le système Macron par points est à l'image de sa politique : injuste !

Il est destiné à faire des économies sur le dos des salariés en accélérant la baisse de leurs pensions et en reculant l'âge de la retraite pleine et entière. La mise en place de nouvelles décotes recule l'âge réel de la retraite à 64 ans voire 65 ans.
Le retraité partant à l'âge légal de 62 ans, même avec une carrière complète (43 ans) verra sa pension amputée d'une décote de 10%.

Un système par points au service de la finance, au détriment des retraités

Le régime universel par points, c'est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires existants qui prennent en compte toutes les spécificités professionnelles et réparent les inégalités ou les contraintes particulières des différents métiers.
C'est, surtout, la suppression des dispositifs de départ anticipés liés à la pénibilité pour de nombreux travailleurs. Ce système de retraite s'inscrit dans un projet de société construit sur le modèle libéral : il met en place un mécanisme purement gestionnaire et comptable de la retraite. Les points acquis pendant la vie professionnelle ne garantiront pas un niveau de pension suffisant.

Le montant de la retraite, cet inconnu …

La valeur du point au moment de la retraite sera tributaire de la conjoncture économique ou démographique. Sera-t-elle décidée à Bercy ou à Bruxelles ?
Les pensions ne seront plus déterminées en référence aux salaires mais dépendront de la situation économique du pays. En cas de récession économique ou d'explosion du nombre de départs à la retraite, le point baissera et la pension sera plus faible. En Allemagne ou en Suède où un tel système existe, le montant des retraites a baissé fortement et rapidement.
Pour défendre et améliorer notre système de retraite, la CGT a des propositions :

  • Des droits garantissant dans tous les secteurs professionnels la possibilité d'un départ dès 60ans,
  • Une pension d'au moins 75 % du revenu net d'activité (pour une carrière complète) sans que celle-ci ne puisse être inférieure au SMIC,
  • La ré indexation des retraites sur le salaire annuel moyen et non sur l'inflation, facteur de décrochage de pouvoir d'achat entre les actifs et les retraités,
  • La reconnaissance de la pénibilité au travail cette dernière ne devant pas être une fatalité. - La prise en compte pour les jeunes des années d'études, de formation et de recherche du 1er emploi,
  • La suppression des exonérations de cotisations sociales (dont la transformation du CICE en exonérations) pour dégager 20 milliards d'euros supplémentaires pour le financement des retraites.

Pour gagner de meilleures retraites, de meilleurs salaires, des services publics pour tous et partout, la CGT appelle à se mobiliser le 24 septembre prochain. Dès maintenant dans chaque service et chaque entreprise débattons de l'organisation de l'action !

Source : http://urif.cgt.fr/cest-la-rentree-mobilisons…
Source : https://www.cgt.fr/comm-de-presse/retraites-s…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Retraites, climat, services publics - Imposons un autre avenir

Solidaires

Les mobilisation de septembre peuvent paraître dispersées. Elles répondent à différents enjeux. Nous pensons qu'il faut créer les conditions pour les faire converger pour créer un rapport de force suffisant. Pour faire plier le gouvernement et les patrons et proposer des alternatives pour un autre avenir.

Plusieurs dates de mobilisations et de grèves sectorielles auront lieu en septembre : dans les Urgences partout en France, le 13 septembre à la RATP, le 16 septembre aux finances publiques… Toutes sont le fruit des luttes contre des politiques régressives de ce gouvernement : attaques tous azimuts contre les services publics, suppressions de postes de fonctionnaires, dégradations des conditions de travail... Des mobilisations gilets jaunes vont elles aussi reprendre. Les « solutions » de Macron n'ont en rien éteint la colère sociale qui persiste malgré les répressions à l'œuvre. Les changements climatiques et les retraites s'inscrivent dans les combats à mener pour construire une autre alternative.

Pour le climat et la justice sociale ! grève et manifestations des 20 et 21 septembre !

Solidaires appelle le 20 à la grève et à manifester, pour être avec les étudiant-es, lycéen-es, collégien-nes qui se mobilisent pour leur avenir et le nôtre. Participons aux événements, rassemblements, manifestations, débats publics, à l'initiative des jeunes ! Le 21 septembre de nouvelles marches et actions de désobéissance auront lieu sur tout le territoire et les gilets jaunes seront aussi dans la rue !

Faisons entendre nos voix :

  • pour d'autres politiques du transport, de l'énergie : pour donner l'accès à des transports collectifs efficaces et sur tout le territoire,
  • pour des services publics de proximité (écoles, hôpitaux, accès à l'eau...)
  • pour une agriculture respectueuse de l'environnement et la fin des pesticides qui polluent la nature et met en danger les populations.

Notre avenir, nos retraites ! Grève et manifestation le 24 septembre !

Solidaires porte des revendications claires qui vont à l'encontre d'un système par points : celui-ci paupérisera les retraité-es et les fera basculer peu à peu vers des systèmes d'assurances privées coûteux !

Nous refusons ce système et revendiquons :

  • Un âge de départ à 60 ans maximum, et moins en cas de pénibilité,
  • un taux de remplacement de 75% et au moins le Smic,
  • que l'égalité entre les femmes et les hommes soit enfin mise en œuvre de manière effective !

La question des financements est celle que le gouvernement veut enterrer :
le capitalisme prospère pour le profit de certains (50 milliards d'euros reversés aux actionnaires d'entreprises françaises au premier semestre), les exonérations de charges patronales, les choix fiscaux, la fraude et l'évasion fiscale favorisent encore les même , c'est pourquoi

un changement radical est nécessaire,
pour le climat, pour les services publics, pour la protection sociale !

Luttons pour imposer d'autres choix, pour un autre avenir

Source : http://solidairesparis.org/imposons-un-autre-…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Retraites :

Stoppons le projet de régression sociale !

CGT

Le projet gouvernemental confié depuis près de 2 ans à Jean Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, prend forme. Ce dernier fait des annonces au cœur de la période estivale, après un simulacre de concertations orchestré pour détourner l'attention de la population sur les vraies raisons de cette nouvelle réforme régressive.

Au nom de « l'équité » personne ne sera épargné, actifs comme retraités toutes et tous perdants !

Le système Macron par points est destiné à faire des économies sur le dos des salariés en accélérant la baisse de leurs pensions et en reculant l'âge d'accès à une retraite pleine et entière avec la mise en place de nouvelles décotes :

  • recule de l'âge réel de la retraite à 64 ans voire 65 ans.
  • décote de 10% : un retraité partant à l'âge légal de 62 ans, même avec une carrière complète (43 ans) verra sa pension amputée.

C'est la fin de notre système de retraite calculé en trimestres et des mécanismes de solidarité.

Aujourd'hui, 15 millions de retraités (sur les 16 que compte le pays) bénéficient d'au moins un dispositif de solidarité ! Dans un système à points, il n'y a pas de périodes assimilées comme dans un système par annuité.

Par exemple avant de pouvoir bénéficier de points retraite couvrant les périodes de maladie, d'invalidité… il faudra décompter une période de carence plus ou moins longue 30 jours perdus pour un arrêt maladie. Tous les aléas de la vie professionnelle ont un impact sur la retraite et nécessitent d'être compensés, avec le risque que la compensation soit insuffisante.

Le simulateur

Jean-Paul Delevoye avait promis des simulations pour permettre à chacun de se projeter dans sa réforme. Alors qu'il a rendu ses conclusions, c'est toujours le flou sur ce que donnerait cette réforme pour chacune et chacun d'entre-nous.

La CGT relève le défi et vous propose un simulateur !

Pour gagner de meilleures retraites, de meilleurs salaires, des services publics pour tous et partout, mobilisons nous le 24 septembre.

Source : http://ulcgt20.org/spip.php?article2222


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Un 24 septembre pour stopper les régressions sociales

SUD-Rail

Sans surprise, les mauvais coups sociaux continuent, un an après une mauvaise loi pour un nouveau pacte ferroviaire votée sur des mensonges tant pour le service dû aux usagers que pour les garanties de protection sociale des cheminots, le gouvernement Macron a missionné JP Delevoye pour négocier la fin des 42 régimes de retraites par répartition et mettre en place un système par points qui ne visera qu'à réduire les pensions et à allonger la durée de cotisation.

Fort d'un constat d'une situation sociale catastrophique au niveau national et sans égale dans la branche ferroviaire, les composantes de la fédération SUD-Rail ont décidées de travailler dès maintenant à inscrire dans une dynamique toutes les forces qui refusent ces attaques antisociales. Pour ce faire, dès le 24 septembre, la Fédération SUD-Rail appellera l'ensemble des travailleurs du rail à une action de grève et de manifestations.

Par cette première journée de mobilisation, la fédération SUD-Rail s'inscrit dans la volonté de construction d'une convergence des luttes et d'un niveau de rapport de force qui fera reculer le gouvernement sur la régression sociale constituée par la « réforme Delevoye » mais aussi sur ces projets de liquidation des services publics et de dumping social dans la branche ferroviaire.

Comme pour la réforme ferroviaire, les engagements de l'Etat sur les conditions d'emploi et maintenant des retraites des travailleurs du rail sont des leurres. A l'augmentation des cotisations retraites, à la baisse des pensions pouvant aller jusqu'à 20%, la direction SNCF décomplexée vient y ajouter, avec son « pacte social d'entreprise », la saignée dans les effectifs cheminots, la paupérisation et la précarisation de l'ensemble des salariés du transport ferroviaire.

Alors qu'il a fallu près d'un an aux décideurs du ferroviaire pour exposer leur vision d'un Groupe Public Ferroviaire éclaté dans un système à 5 S.A. indépendantes, elles-mêmes redécoupées en activités ; Ce sont les mêmes qui voudraient aujourd'hui liquider les droits sociaux et le statut des personnels en quelques mois assorti de la double peine d'une énième contre-réforme des retraites.

Pour SUD-Rail, seul le rapport de force pourra permettre d'influer sur la descente aux enfers sociale prévue à tous les niveaux et pour gagner de nouveaux droits pour les salariés dans un service public ferroviaire de qualité qui mêle sécurité, continuité territoriale et progrès social !

Source : http://www.sudrailpse.org/site/un-24-septembr…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Face à la loi de destruction de la Fonction publique

mobilisons-nous !

CGT Fonction publique

La Loi adoptée

Définitivement adoptée par les parlementaires, jugée conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel le 1er août dernier, la loi portant transformation de la Fonction

Publique est promulguée. Elle fera l'objet de plusieurs dizaines de textes d'application et de quatre ordonnances.

Ces 4 ordonnances porteront sur :

  • la négociation collective aux niveaux national et territorial ;
  • la protection sociale complémentaire des agents ;
  • les modalités de recrutement en catégorie A et la formation professionnelle ;
  • La codification du droit de la Fonction publique.

Ensemble, poursuivons la bataille

Une nouvelle séquence de la bataille engagée s'ouvre. Celle portant sur ces différents textes et plus largement encore celle portant sur la défense, la reconquête et le développement d'une Fonction publique du XXI ème siècle au service de l'émancipation humaine, de la satisfaction des droits fondamentaux et d'une nouvelle logique de développement permettant aux générations d'aujourd'hui et de demain de satisfaire leurs besoins.

La boîte à outils...

Pour la CGT, cette loi est constitutive de la boîte à outil dont Macron, son gouvernement et sa majorité parlementaire, ont besoin pour mettre en œuvre les objectifs poursuivis au titre du chantier « Action Publique 2022 » initié le 26 septembre 2017.

Bien plus conséquent que la Révision Générale des Politiques Publiques et la Modernisation de l'Action Publique mises en oeuvre sous les quinquennats de Sarkozy et de Hollande, Action publique 2022 s'inscrit dans le changement et même le basculement de société que celles et ceux qui gouvernent entendent imposer au profit du capital et de la finance.

D'un point de vue budgétaire, l'accentuation et la généralisation des politiques austéritaires dans la loi de programmation des finances publiques, les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale, ont pour objectif de réduire toujours plus et encore les cotisations sociales et les impôts des entreprises et des classes sociales les plus fortunées.

C'est dans ce sens qu'« Action Publique 2022 » est conçu pour générer des « économies durables et structurelles » et dans le même temps dégager de nouvelles sources de profits pour le capital.

C'est aussi dans ce sens que les processus d'abandon, de privatisation, d'externalisation, de transfert, de délégation de politiques publiques, les fermetures et les regroupements d'innombrables services publics, d'administrations, de collectivités territoriales ont été engagés de manière conséquente.

« En même temps » que les pouvoirs publics organisent la fermeture et le regroupement d'innombrables services publics, la mise en place d'un réseau France Services a été décidée le 25 avril 2019 par les pouvoirs publics.

Ainsi, 300 points France services seraient créées au 1er février 2020 : des maisons fourre-tout minimalistes regroupant des missions des trois versants de la Fonction publique, de Pôle emploi, des CAF, etc…

De fait, c'est une logique d'extinction et de privatisation du service public et de la Fonction publique qui est aujourd'hui mise en œuvre par les pouvoirs publics. Dans le prolongement du discours de Macron du 5 septembre 2017 où il avait demandé aux préfets d'être des entrepreneurs d'Etat, la puissance publique est donc appelée à être gérée comme une entreprise.

D'où la machine de guerre construite avec la loi Dussopt qui a notamment pour objet de vider de sa substance le

Statut général des fonctionnaires fondé sur les principes d'égalité, d'indépendance et de responsabilité, de modifier de manière encore plus conséquente la politique de l'emploi dans la Fonction publique et les modalités de gestion des personnels.

Une attaque sans précédent contre les fonctionnaires et la citoyenneté au travail

Avec les attaques portées contre la démocratie sociale et le Statut général des fonctionnaires, c'est la négation du fonctionnaire citoyen qui est à l'œuvre.

Avec le recours accru et sans limite aux contractuels sur des emplois permanents ou encore la création d'un contrat de projet, c'est une Fonction publique sans fonctionnaires ou presque qui pourrait se construire.

Avec la fusion des CT (comités techniques) et des CHSCT, la suppression de presque toutes les prérogatives des CAP, la généralisation de l'entretien individuel, du RIFSEEP et de différentes formes de rémunération au mérite, avec les mobilités forcées liées aux abandons et privations de politiques publiques, de fermetures et de regroupements de services, c'est une dégradation conséquente des conditions de vie au et hors travail qui est promise aux agents.

La portée de l'attaque est telle qu'une agence d'accompagnement à la reconversion professionnelle des agents de l'État va être mise en place.

Pour la CGT, d'autres choix s'imposent : ceux constitutifs de services publics, d'une Fonction publique, d'emplois publics, de fonctionnaires et d'agents citoyens susceptibles de répondre aux défis posés par le XXI ème siècle consistant à permettre de manière solidaire, sur les plans international, européen, national et territorial, aux femmes et aux hommes de répondre à leurs besoins sans compromettre l'avenir de la planète.

Avec les personnels, l'ensemble du monde du travail, les citoyennes et citoyens, la CGT Fonction publique poursuit le combat pour la défense et le développement du service public. Les luttes en cours, dont celles des urgences, des sapeurs-pompiers et des finances publiques, attestent de la volonté de résister et des capacités de mobilisation.

D'ores et déjà, la CGT appelle à faire du 24 septembre une puissante journée d'action interprofessionnelle !

Source : http://cgtbezons.over-blog.com/2019/08/face-a…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Grève et manifestation

CGT Commerce et Services

Appel à la grève de la Fédération CGT Commerce et Services

Manifestation partout en France 24 septembre 2019 À Paris, rendez-vous place de la République à 14h

Pour :

  • Une augmentation immédiate des salaires, traitements et minimas sociaux de 300 €.
  • Des embauches massives en CDI à temps complet dans le secteur du commerce et des services.
  • Un Nouveau Statut du Travailleur Salarié et une Sécurité Sociale Professionnelle qui protège chacun.e.
  • Des Services Publics répondant aux besoins de toutes et tous.
  • Le remboursement intégral du CICE et autres exonérations versées aux entreprises qui licencient.

Contre :

  • La répression et les poursuites judiciaires envers manifestant.e.s et syndicalistes.
  • Les appétits des actionnaires et les stratégies patronales qui broient des vies.
  • La casse du droit du travail, de la Sécurité Sociale et de la retraite par répartition.
  • La guerre sociale menée par le gouvernement contre les travailleurs et la population.

Toutes et tous concerné.e.s !

Dans les entreprises du secteur du commerce et des services, les employeurs ont vu, depuis plusieurs années et grâce à quelques gouvernements successifs, s'élargir considérablement leurs possibilités de supprimer des emplois. En parallèle, les protections des salarié.e.s et les moyens de se défendre contre les agressions du capital ont fondu sous l'eff et des Lois Macron, Rebsamen, El Khomri...

Les moyens existent : depuis quelques années, les dividendes versés en France battent des records mondiaux et en même temps la productivité est la plus forte au monde ! Et on voudrait nous faire croire que le travailleur coûte cher, qu'il n'est pas possible de faire autrement ?

Les montant astronomiques d'argent public versés sans contreparties au patronat doivent être utilisés pour procurer à chacun.e les moyens de vivre dignement, pour répartir le temps de travail entre toutes et tous, pour améliorer les conditions de travail, une Sécurité Sociale contre les aléas de la vie et de l'activité professionnelle, une retraite par répartition à 60 ans...

Tout cela est possible, mais ne pourra se gagner que dans l'unité et le nombre !

Se résigner ne ferait que renforcer les attaques contre les travailleurs et la population, entrons toutes et tous dans l'action !

Source : https://www.commerce.cgt.fr/actualites/luttes…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Réforme des retraites

SUD éducation appelle à la mobilisation

SUD éducation

Comme toutes les réformes des retraites depuis 1993, la nouvelle réforme annoncée est présentée comme inéluctable. Le gouvernement prétend qu'il y a trop d'inactifs, que le déficit ne cesse de se creuser, et que sans réforme le régime de retraite risque de s'effondrer.

Le gouvernement présente l'allongement de la durée de vie comme un problème, dont la solution toute trouvée est le recul de l'âge du départ en retraite ou la baisse des pensions. Pourtant, nous vivons dans un pays où plus de gens travaillent qu'il y a 40 ans et qui produit plus de richesses chaque année.

Plus égalitaire la réforme ?

Le gouvernement présente sa réforme comme un système prétendument « universel », et donc plus juste. Pourtant les hauts salaires bénéficient toujours d'avantages fiscaux qui leur permettent une épargne individuelle et ainsi de compléter leur pension par capitalisation (avantage déjà prévu par la loi PACTE).

Le nouveau système veut passer pour équitable puisqu'un euro cotisé donnerait les mêmes droits pour tou-t-es. Mais si chacun-e pourra connaître ce qu'il-elle cotise, la valeur du point au moment de la liquidation sera, en réalité, différente d'une année sur l'autre, parce que la volonté de maintenir la part de richesse produite consacrée aux pensions devra rester constante (moins de 14 % du PIB) alors que le nombre de retraité-e-s va augmenter.

Une réforme perdant-perdant

La prise en compte de la totalité de la carrière dans le calcul de la pension (au lieu des 6 derniers mois dans la Fonction publique ou des 25 meilleures années dans le privé) aggravera la situation de celles et ceux qui ont des carrières discontinues (emploi précaire, chômage, temps partiel …). Les femmes en particulier seront les premières victimes de cette réforme, en raison d'un salaire moyen plus faible sur l'ensemble de la carrière et de période non travaillées plus longues.

Dans la Fonction publique, l'intégration promise des primes dans le calcul de la pension pénalise les corps où les primes sont faibles voire quasi inexistantes, comme c'est le cas chez les enseignants-e-s (en particulier du premier degré). L'injustice est si flagrante que Macron lui-même a jugé utile de préciser qu'il y aurait des ajustements dans la prise en compte de leurs salaires (par la création nouvelles primes notamment). Il s'agit bien de déminer à l'avance ce sujet explosif. Ne nous laissons pas berner !

Cependant, aucune solution concrète n'est proposée. Le dernier rendez-vous salarial dans la Fonction Publique (2 juillet 2019) a réaffirmé qu'il n'y aurait pas de revalorisation salariales, ce qui n'augure rien de bon. Les annonces ridicules de Blanquer lors de sa conférence de presse de rentrée sur les rémunérations ne rassureront évidemment personne.

Peu importe l'âge de départ autorisé (62, 64 ou plus), car il s'agirait de rester à "l'équilibre" : l'objectif du patronat est dans tous les cas de réduire les pensions pour que la solidarité lui coûte moins cher !

Nos revendications

  • 37,5 années de cotisations pour toutes et tous, public comme privé, et départ en retraite possible dans tous les cas à 60 ans à taux plein
  • Taux de remplacement net de 75% pour toutes et tous les pensionné-e-s
  • Pour des emplois stables à temps complet, contre toutes les formes d'emplois précaires, suppression des exonérations de cotisations accordées au patronat.
  • Maintien et amélioration du système par répartition. Suppression de tous les avantages fiscaux et sociaux pour les fonds d'épargne salariale, assurance-vie et autres fonds de pension.
  • L'égalité entre les hommes et les femmes au travail comme dans la retraite,

Contre la réforme des retraites, SUD éducation appelle à :

  • se réunir en Assemblée générale, heure d'information syndicale ;
  • participer aux actions et manifestations décidées en AG ;
  • se mettre en grève et manifester le 24 septembre

Source : https://www.sudeducation.org/Reforme-des-retr…


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Politique Macron : démantèlement à tous les étages

CGT-Educ'Action

Emmanuel Macron impose des réformes qui remettent en cause nos acquis et menacent la cohésion de notre société. Après le Code du travail, la Sécurité sociale, l'assurance chômage, c'est la Fonction publique qui est en train de subir une attaque sans précédent. Sans oublier les attaques incessantes contre l'Éducation nationale et ses personnels.

Réforme de la Fonction publique, réformes des lycées, projet de réforme des retraites... Les personnels de l'Éducation nationale lourdement pénalisés

Fonction publique : une casse en règle des services publics !

La loi de la transformation de la Fonction publique a été promulguée durant l'été. Et contre l'avis unanime des syndicats. Elle remet en cause la fonctionnement de la Fonction publique, les carrières des personnels et leur gestion.

Menace sur le statut :

  • fin de très nombreuses missions de service public et possible transfert au Privé ;
  • fin du statut et de la protection des personnels ;
  • fin du service public équitable et impartial sur tout le territoire.

Généralisation de la précarité :

  • développement des « contrats de projet » ;
  • généralisation du recrutement de contractuel·les ;
  • faible possibilité d'obtenir à terme un CDI ;
  • accentuation du management par la pression.

Des commissions paritaires vidées de leurs prérogatives :

  • fin du rôle tenu par les élu·es paritaires pour les mutations ou les promotions ;
  • simple gestion des situations individuelles (cas de recours, révisions du compte-rendu) et des cas disciplinaires ;
  • fusion des CHSCT et des Comités techniques pour minorer la médecine de prévention dans notre profession.

Place à l'arbitraire, aux petits arrangements locaux et au mérite. Recul historique pour les salarié·es et les usager·ères. Le 24 septembre, exigeons le retrait de cette loi rétrograde.

Lycées généraux et technologiques : rentrée sous tension

La mise en œuvre en cette rentrée de la réforme du lycée général et technologique est alarmante.
Personne n'est en capacité de prévoir quoi que ce soit : effectifs, organisation, respect des vœux, cohérence des choix... Cette réforme provoque la colère des personnels poussés à bout par la politique Blanquer. Si l'année scolaire s'est terminée par une grève inédite des examens et une nouvelle preuve de l'autoritarisme du ministre, la CGT Éduc'action appelle à construire la lutte pour
l'abrogation de la réforme et l'émergence d'un lycée enfin émancipateur pour les élèves comme les personnels.

Le démantèlement de la voie professionnelle se confirme

Le cocktail Blanquer pour les LP est détonant : mixité des parcours et des publics, généralisation de l'apprentissage, mise en place des blocs de compétences, horaires disciplinaires réduits qui hypothèquent les poursuites d'études... le tout saupoudré de loi « liberté de choisir son avenir professionnel » qui dérèglemente l'enseignement sous statut scolaire pour la mettre sous la coupe des branches professionnelles !
La CGT Éduc'action appelle tous les personnels à se mobiliser pour sauvegarder l'enseignement professionnel sous statut scolaire et obtenir sa réelle revalorisation.

Réforme des retraites : grand danger !

Avec la réforme Macron, c'est la création des retraites par points.

  • Fin des retraites par répartition et du principe de solidarité
  • Risque d'avoir une valeur du point qui baisse régulièrement
  • Recul progressif de l'âge de départ à la retraite.

Quels impacts dans l'Éducation nationale ?

  • Des retraites calculées sur l'ensemble de la carrière en intégrant les primes et non plus sur les six derniers mois.
  • Allongement de la durée de cotisation pour toucher la même pension.
  • Faiblesse des rémunérations, absence de primes d'où des retraites amputées de 20 à à 25%.

C'est une régression sociale majeure pour la population !

Pour défendre notre système de retraite par répartition
et pour imposer d'autres choix en matière d'éducation, la CGT-Educ'Action appelle tous les personnels à la journée d'action interprofessionnelle le 24 septembre 2019

Source : http://www.cgt-educaction94.org/spip.php?arti…