thème : travail
Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

jeudi 15 mars 2018 à 13h

4 parties : 1 2 3 4

Grève et rassemblement

des EHPAD et des soins à domicile

  • 13h00 : Rassemblement des salariés des EHPAD au ministère de la santé
  • 14h30 : Manifestation des retraités, à Montparnasse

L'intersyndicale pour l'aide et le soin de la personne âgée s'est réunie ce vendredi 9 mars et a évalué la situation et les diverses annonces de la ministre de la Solidarité et de la Santé.

Nous pouvons constater à ce jour qu'aucune des revendications portées par l'intersyndicale et l'AD-Pa n'est satisfaite.

  • Application d'un agent ou un salarié par résident, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Age ;
  • Abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d'application ;
  • Arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et exige par conséquent le maintien de tous les effectifs des EHPAD y compris les contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés ;
  • Amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le cadre du Statut et des conventions collectives nationales ;

Forts de ce constat, l'intersyndicale avec le soutien de l'AD-PA appelle à la grève et l'action partout en France et dans les outre mers le 15 mars 2018.

Elle appelle à l'extension et au durcissement de la mobilisation jusqu'à satisfaction de ces revendications légitimes.

A Paris, le rassemblement aura lieu
le 15 Mars 2018 à 13 heures
devant le Ministère des solidarités et de la santé.

L'intersyndicale Etablissements et Aides à Domicile au service des personnes âgées.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/60751
Source : http://www.snuter-fsu.fr/spip.php?article2339
Source : message reçu le 14 mars 18h


1 2 3 4

Jeudi 15 mars grève et manifestation

des EHPAD et des soins à domicile

Pour la dignité, le respect des aînés et du personnel, exigeons de réels moyens humains et financiers !

Le 30 janvier dernier, vous étiez des centaines de milliers de salariés, d'agents (31% de grévistes dans le secteur, du jamais vu !), à répondre à l'appel des huit organisations syndicales, toutes et tous mobilisé.e.s devant vos établissements ou en manifestation pour dénoncer vos conditions de travail et les conséquences dramatiques sur le bien-être, les soins et la sécurité des personnes âgées que vous accompagnez au quotidien.
Malgré cela, ni le Président de la République, ni le Ministère n'ont daigné répondre favorablement à la demande de l'intersyndicale d'ouvrir dès à présent des négociations dans le secteur, pour obtenir de réels moyens pour les agents et les personnes âgées.

Nous ne pouvons accepter un tel mépris !

Les 50 millions d'euros si généreusement accordés par Mme la Ministre (soit 6000 euros par Ehpad) sont une goutte d'eau dans un océan de misère !

La colère s'amplifie de partout… !

Plusieurs autres organisations ont rejoint l'intersyndicale et des milliers de retraités, des associations, seront dans la rue avec nous ! Pour nos enfants, nos parents, nos grands-parents… pour nos vieux jours à toutes et tous, c'est maintenant qu'il faut se révolter !

Aujourd'hui, les personnels exigent l'amélioration de leurs conditions de travail pour un accueil de qualité de nos aînés, prodiguer des soins à hauteur des besoins de chaque personne âgée. Il est maintenant grand temps que le gouvernement prenne ses responsabilités.

Jeudi 15 mars 2018, la CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FAFPT, FO, FSU, Solidaires, UFAS et UNSA appellent l'ensemble des personnels à organiser dans chaque département, des rassemblements, manifestations, délégations auprès de l'Agence Régionale de Santé et des Conseils Départementaux.
Les grèves et manifestations du 15 mars 2018 participent à la construction globale du rapport de force nécessaire face à la politique régressive globale du gouvernement. Les luttes et revendications convergeront alors le 22 mars 2018, lors de la journée de grève et manifestation à l'appel de l'intersyndicale fonction publique.

La CGT, aux côtés des professionnels revendique :

  • L'application d'un agent par résident pour les EHPAD, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Age
  • L'amélioration immédiate des conditions de travail : l'arrêt des glissements de tâches, des emplois du temps non « entrecoupés », le paiement des frais kilométriques non remboursés pour les aides à domicile
  • Des recrutements massifs, immédiats et statutaires de professionnels qualifiés et diplômés dans le secteur des EHPAD et Services d'Aides à domicile
  • La reconnaissance des qualifications, la revalorisation des salaires, l'amélioration des carrières
  • L'abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de tarification des EHPAD
  • L'arrêt des baisses de dotations : maintien de tous les services et de tous les effectifs y compris les emplois aidés qui doivent être intégrés et sécurisés
  • L'arrêt des réorganisations et mutualisations de services et des suppressions de postes
  • La création d'un droit social solidaire sur la perte d'autonomie et d'un grand service public de la santé et de l'action sociale
  • Nous refusons que la prise en charge des personnes âgées serve à verser des dividendes aux actionnaires

Plus que jamais, nous sommes déterminées à obtenir satisfaction !

Ensemble, exigeons des politiques au service du progrès social !

Source : https://www.cgtservicespublics.fr/spip.php?ar…


1 2 3 4

EHPAD et services à domicile

Du boulot à en perdre la tête

La lutte pour la dignité continue

SUD Santé sociaux

Nous nous sommes mobilisé-es nombreuses et nombreux le 30 janvier. Ce fut un succès historique ! Il faut continuer et amplifier notre mobilisation. Les annonces ministérielles ne sont pas à la hauteur des besoins, elles dénotent un mépris total de la gravité de la situation.

La situation n'est plus acceptable, ni pour les personnes âgées, ni pour les personnels :

Au regard du manque de personnel, il est impossible de travailler sur la relation à l'autre, sur l'écoute, sur la prise en compte des besoins et des souhaits de chacune des personnes âgées. Les personnels sont soumis à la réalisation de soins en série, de façon impersonnelle et inadaptée. Le manque de temps conduit à écourter l'échange avec le ou la soigné-e, ce qui génère frustration et culpabilité avec la crainte de devenir « maltraitant-e ». La part relationnelle est sacrifiée devant l'obligation des soins d'hygiène ou d'aide à l'alimentation.

Certaines pathologies (démences, fin de vie...) sont matériellement et psychologiquement difficiles à assumer, plus encore à effectif réduit. Les troubles psychologiques voire psychiatriques sont de plus en plus courants du fait du vieillissement des populations accueillies. Pour autant, les personnels n'ont pas ou peu accès à des formations dans ce domaine et certaines professions font défaut. Faute de prise en charge adaptée, ces situations peuvent parfois générer de la violence et de la souffrance pour les résident-es et les personnels.

Trop souvent les locaux non rénovés ou inadaptés à des populations de plus en plus âgées, les matériels manquants ou obsolètes, provoquent épuisement, accidents du travail, Troubles Musculo Squelettiques (TMS)....
L'indice de fréquence des accidents du travail en EHPAD est près de deux fois supérieur à la moyenne nationale, toutes activités confondues :

  • les lombalgies et autres TMS sont la 1ère cause d'arrêt de travail et d'inaptitude des aides-soignantes.
  • les chutes de plain-pied et de hauteur constituent la 2ème cause des accidents de travail.

Le manque de personnel entraine un glissement insidieux des tâches, de l'infirmier-ère vers l'aide soignant-e/l'auxiliaire de soins, de l'aide-soignant-e/l'auxiliaire de soins vers l'ASH ou l'agent-e social-e. Ce glissement a pour conséquences la dégradation du service charge rendu aux personnes âgées, la prise de risques quotidienne de soignant-es qui se retrouvent hors du cadre réglementaire régissant leur profession.

Les métiers du soin et de l'accompagnement ne sont pas considérés à leur juste valeur, il existe un manque de reconnaissance des professions d'aide à la personne, celles-ci étant majoritairement exercées par des femmes. Dans notre société soumise à la domination masculine, prendre soin des personnes âgées ou des enfants est considéré comme une tâche naturelle des femmes qui ne lui demande que peu d'efforts et donc ne nécessite que peu de valorisation, tant salariale que sociale

La Fédération SUD Santé Sociaux :

  • refuse que les personnes agées et les professionnel-les des EHPAD et de l'aide à domicile fassent les frais des politiques d'austérité.
  • exige le recrutement massif de personnels qualifiés pour atteindre à minima un ratio (toutes fonctions confondues) d'un personnel par personne accueillie.
  • revendique la titularisation ( secteur public) et le passage en CDI (dans le privé) pour l'ensemble des personnels.
  • s'oppose à la marchandisation de la dépendance
  • revendique la prise en charge de la perte d'autonomie par la solidarité nationale, contre les logiques assurantielles et marchandes.

La Fédération SUD Santé Sociaux exige la mise en œuvre des moyens indispensables à une prise en charge de qualité des personnes âgées quel que soit leur niveau de dépendance ou leurs moyens financiers. La prise en charge de nos ancien-nes doit être pensée comme une priorité sociale dans sa globalité, dans la discussion avec les profesionnel-les, les familles, les associations de patient-es et de résident-es. La vieillesse et la dépendance font parties de la vie, les personnes fragilisé-es ont une place dans la vie de la cité.
C'est bien là un choix politique que celui de la place donnée aux personnes âgées dans notre société.

Organisons nous, mobilisons-nous le 15 mars 2018

Les EHPAD et l'aide à domicile ne sont pas les seuls à souffrir des politiques d'austérité :

  • le 15 mars 2018, les retraité-es seront également mobilisé-es, il faut organiser des rencontres quand c'est possible, les bagarres se rejoignent : c'est pour leurs pensions qu'ils se battent, c'est pour leurs futurs conditions de vies, que les EHPAD et l'Aide à Domicile sont en lutte.
  • le 22 mars, c'est l'ensemble des secteurs de la Fonction Publique, ainsi que les cheminot-es, les étudiant-es et tant d'autres qui seront en grève et en manif, il est nécessaire d'organiser la convergence pour gagner.
  • le 7 avril est la Journée Mondiale de la Santé, ce sera une nouvelle occasion de porter les revendications pour le bien vieillir et la dignité.

Aide à domicile - EHPAD Travailleur-euses - Retraité-es Pour la dignité - Toutes et Tous mobilisé-es

http://www.sudsantesociaux.org/IMG/arton1634.jpg?1520332404

Source : http://www.sudsantesociaux.org/15-mars-2018-l…
Source : http://www.sudsantesociaux.org/15-mars-2018-l…


1 2 3 4

Services à domicile et établissements* pour personnes âgées :

Les professionnels restent mobilisés !

Appel intersyndical

Le 30 janvier, partout en France, des dizaines de milliers de professionnels de services à domicile et établissements pour personnes âgées ont répondu à l'appel à la grève nationale de l'intersyndicale, soutenue par l'AD-PA et les organisations des retraités et familles.

En dépit d'un mouvement d'opinion aussi large et sans précédent, le Président de la

République ne s'est toujours pas exprimé sur la situation de l'aide aux personnes âgées.

Or il est temps que l'Etat entende la nécessité de :

  • Mettre en place un financement pérenne et solidaire de l'aide à l'autonomie.
  • Pérenniser le financement de l'aide à domicile, abroger les dispositions législatives baissant les dotations des établissements et maintenir de tous les effectifs
  • Augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et appliquer le ratio d'un personnel pour une personne accompagnée en établissement (prévu par le Plan Solidarité Grand Age de 2006)
  • Revaloriser les salaires, améliorer les carrières et les conditions de travail des personnels à domicile et en établissement dans le cadre du statut et des Conventions Collectives Nationales.

Au-delà des mesures d'urgences nécessaires, un débat politique large débouchant sur la création d'une prestation autonomie doit être initié afin que notre société réponde enfin dignement au respect dû à la question du vieillissement de la population et aux professionnels qui les accompagnent. Il s'agit ainsi d'engager une large réflexion sur le regard que porte notre société sur le vieillissement, les personnes âgées et les salariés à leur service.

En conséquent, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, SUD, UFAS et UNSA, soutenues par l'AD-PA et rejointes depuis par la FSU et FA-FP, organiseront une nouvelle journée de grève et d'actions le 15 mars prochain.

L'intersyndicale et l'AD-PA, soutenues par les organisations de retraités et familles, ainsi que, désormais, par celles d'aidants et médecins, appellent l'ensemble des personnes âgées, familles et professionnels à se joindre à cette journée de mobilisation.

L'intersyndicale et l'AD-PA organiseront en ce sens une conférence de presse le 21 février.

*ce mouvement concerne tous les services à domicile et établissements (EHPA, EHPAD, USLD, hôpitaux gériatriques) personnes âgées

Source : https://foterritoriaux.org/actualites/service…
Source : http://www.communcommune.com/2018/02/ehpad-no…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir