Réagir (9)EnvoyeriCalPartager

samedi 2 octobre 2010 à 14h30

10 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Attention, ceci est la manifestation du 2 octobre

Pour la manifestation à Paris du samedi 16 octobre,
suivre ce lien


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Manifestation à Paris pour les retraites

Trajet / Parcours : départ 14h30 de République en direction de Nation

Deux parcours:

Parcours principal : République-Bastille-Nation
Carré de tête - Solidaires - UNSA - FSU

Deuxième parcours:
République - Bd Voltaire - Nation
devrait concerner CFTC - CGT - CGC - CFDT

Rendez-vous particuliers:

  • 10h00 - manifestation à Mantes la Jolie - devant le Palais de Justice
  • 10h30 - rdv CNT - à partir de 10h30 au Cirque d'hiver, M° Filles du Calvaire, le cortège CNT bifurquera avant Nation (plus d'infos)
  • 12h30 - rdv cheminots et enseignants du 18e - devant la Gare de l'est
  • 13h00 - manifestation à Saint Denis, avec Jolie Môme - devant la mairie
  • 13h00 - départ collectif de Paris 20e - Mairie du 20e
  • 13h30 - rdv cheminots et enseignants du 18e - GO-Sport République
  • 13h30 - départ collectif d'Orly - rdv gare Les Saules
  • 14h00 - rdv de l'université de Nanterre - M° Filles du Calvaire
  • 14h00 - rdv Décroissance - 10 Place de la République
  • 14h30 - PCF (1) - bd Beaumarchais / Bastille
  • point fixe - table et animation Attac - rue voltaire, M° Rue-des-Boulets
  • point fixe - stand LDH - bd Beaumarchais près de Bastille
  • point fixe - féministe, "lesbiennes of color" - 23 Bd Beaumarchais
  • point fixe - NPA (1) - bd Voltaire, à St Ambroise
  • point fixe - NPA (2) - bd Beaumarchais / rue du Chemin vert
  • 16h00 - PCF (2) - bd Voltaire / Richard Lenoir
  • 18h00 - assemblée générale lycéens/étudiants - siège du PCF
  • d'autres rendez-vous particuliers à venir

Source : http://93.snuipp.fr/spip.php?article1289
Source : siège Solidaires Paris au tel. le 27/9 à 15h
Source : http://cgteduc93.free.fr/?Unis-determines-et-...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Déclaration unitaire des Unions régionales

CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA

La mobilisation unitaire ne cesse de croître pour faire reculer le gouvernement sur son projet injuste et inefficace de réforme des retraites.

Avec les organisations syndicales régionales, les salariés franciliens du privé comme du public montrent avec détermination, leur opposition à ce projet injuste mené au pas de charge dans un contexte économique et social dégradé, alors que l'emploi et le développement économique devraient être au cœur de l'action gouvernementale.

Le puissant rassemblement du 15 septembre devant l'assemblée nationale, les formidables journées du 7 et du 23 septembre ont montré la mobilisation grandissante des salariés. Les sondages d'opinion confirment ce refus massif de cette réforme gouvernementale et l'exigence d'un véritable débat national Pour la très grande majorité des français l'age légal de départ doit rester à 60 ans, et à 65 ans pour toucher une retraite à taux plein : les sénateurs dans les débats qui vont débuter le 5 octobre devront en tenir compte !

Les « mesurettes » proposés par le gouvernement sur la prise en compte de la pénibilité, les poly-pensionnés et les carrières longues ne changent rien à la logique de ce projet injuste et inefficace. Les organisations syndicales mettent en garde le gouvernement sur les conséquences que provoquerait l'ignorance de la colère qui s'exprime profondément. Elles réaffirment leur totale détermination, et appellent dès maintenant à faire du samedi 2 et mardi 12 octobre d'importantes journées d'actions.

Les Unions régionales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA confirment que « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n'est pas d'actualité » ; ils demandent aux sénateurs de rejeter cette réforme injuste qui fait peser l'essentiel de l'effort sur les salariés et contribuera à accroître les inégalités.

Les organisations syndicales, fortes des grèves et manifestations imposantes, fortes de l'opposition d'une grande majorité des français au projet du gouvernement appellent l'ensemble des salariés du privé comme du public à se mobiliser encore plus massivement pour faire reculer le gouvernement sur ce projet inéquitable. Ensemble, il est possible de gagner !

Sachant que le texte de loi sera à l'examen du Senat à partir du 5 octobre, les organisations régionales appellent les franciliens à manifester le Samedi 2 octobre à Paris à 14h30 de République à Nation. Pour permettre l'engagement de nouveaux salariés dans l'action, pour conforter et amplifier la mobilisation, les organisations syndicales ont fait le choix d'un samedi :

Samedi 2 Octobre en cortèges : des entreprises, des établissements, des localités, en famille, entre amis tous à 14h30 Place de la République !

Source : http://93.snuipp.fr/spip.php?article1289


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

2 octobre : journée nationale de manifestations

Communiqué Solidaires

Une fois de plus le gouvernement Fillon adopte une attitude totalement fermée, malgré plus de 3 millions de manifestant-e-s qui refusent le projet de loi. L'intoxication gouvernementale sur l'inéluctabilité du report à 62 ans de l'âge légal du droit au départ et à 67 ans pour une retraite sans décote ne fonctionne pas. L'aggravation des injustices et des inégalités engendrées par leur contre-réforme et le choix de faire supporter l'essentiel du financement par les salarié-e-s ne passent plus.

Contrairement à ce qu'affirme le gouvernement, l'idée qu'il existe des alternatives crédibles grandit de jour en jour notamment celles appuyées sur une nouvelle répartition des richesses pour maintenir et améliorer le système de retraites par répartition.

Tous et toutes dans la rue, le samedi 2 octobre !

Au lendemain de la journée de grève et manifestations du 23, l'ensemble des organisations syndicales nationales appellent à des manifestations partout en France le samedi 2 octobre.

Prolongeant les très fortes mobilisations du 7 et du 23 septembre, les manifestations du samedi 2 octobre permettront de nous rassembler encore plus nombreuses et nombreux : salarié-e-s du secteur privé et du secteur public, chômeurs/ses, retraité-e-s, jeunes, nous serons des millions dans la rue pour exiger le retrait du projet de loi concocté par le patronat et le gouvernement.

La lutte s'enracine dans le pays

Le 23, il y a eu énormément de manifestant-e-s et aussi beaucoup de manifestations dans des petites villes où cela n'est pas courant : c'est un signe fort du rejet très massif du projet de loi, dans l'ensemble de la population.

De même, la participation des salarié-e-s du secteur privé aux manifestations se renforce.

Des blocages ont été organisés de manière unitaire dans plusieurs zones industrielles.

La construction d'un mouvement reconductible est nécessaire

L'Union syndicale Solidaires affirme qu'un affrontement central avec le gouvernement est nécessaire pour gagner.

Plusieurs assemblées générales représentatives de grévistes se sont prononcées en ce sens. Des syndicats, et pas seulement Solidaires, prennent position pour la grève générale.

Un appel de syndicalistes unitaires circule : www.syndicalistesunitaires.org

L'idée de grève générale progresse. Nous pensons qu'il est de la responsabilité des organisations syndicales de donner aux salarié-e-s tous les outils pour la construire.

Unité dans l'action, pour gagner le retrait du projet !

Six organisations syndicales ont décidé de repousser la prochaine journée nationale de grèves et manifestations au 12 octobre. Encore une fois, nous regrettons ce refus de « battre le fer quand il est chaud » et n'avons pas signé le communiqué décidant cette date bien éloignée ; mais nous en prenons acte et réaffirmons notre volonté de tout faire pour que les salarié-e-s gagnent le bras de fer engagé par le gouvernement.

L'Union syndicale Solidaires

  • appelle à une forte mobilisation nationale le 2 octobre
  • soutient les grévistes qui ont reconduit le mouvement
  • réaffirme la nécessité d'un mouvement de grève d'ampleur, le plus rapidement possible

Source : http://www.solidaires.org/article32627.html


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Retraites : préparons la grève reconductible !

Communiqué de presse confédéral CNT

Suite à la manifestation du 23 septembre 2010 qui a rassemblé plus de 3 millions de salariés, du public comme du privé, l'intersyndicale nationale, à laquelle la CNT n'est malheureusement toujours pas invitée,a décidé de continuer la mobilisation en appelant à une manifestation le samedi 2 octobre et à une journée de grève et de manifestation le mardi 12 octobre.

Si la CNT aurait préféré que la grève soit reconduite dès le 24 septembre, comme cela a d'ailleurs été le cas dans certains lieux ou certains secteurs, et si elle estime que ces dates sont trop éloignées, elle appelle néanmoins l'ensemble de ses adhérent.e.s et sympatisant.e.s à participer massivement à ces mobilisations.

En outre, la CNT continue de considérer que face à l'arrogance de classe du gouvernement, quelques journées isolées ne suffiront pas. La victoire des salarié.e.s est cette fois indispensable et les organisations syndicales ne doivent plus subir les défaites de 2003 ou 2007. La CNT appelle donc toutes ses structures syndicales, à tous les niveauxgéographiques et industriels, à oeuvrer pour la construction d'unmouvement de grève générale reconductible dès le 13 octobre. Sachant que ce mouvement ne pourra réussir que dans l'unité syndicale, elle réitère son appel à toutes les structures syndicales des autres centrales à l'unité d'action la plus large pour lancer cette dynamique.

La CNT soutiendra toute initiative de reconduction de la grève ou visant à populariser cette dynamique auprès des salarié.e.s.

Le vote final du projet de loi aura lieu le 20 octobre au Sénat. Nous ne pouvons plus reculer. Il faut exiger collectivement le retrait de ce contre-projet de réforme des retraites et de ses appendices (comme la destruction du service de la médecine du travail - cf. article http://www.cnt-f.org/spip.php?artic... ).

Organisons-nous pour imposer :

  • la retraite à taux plein à 60 ans pour tous et à 55 ans pour les salarié.e.s ayant effectué des travaux pénibles,
  • le retour aux 37,5 annuités public-privé,
  • l'indexation des pensions sur les salaires,
  • la garantie d'un taux de remplacement de 75% du salaire brut (calcul sur la base des 6 derniers mois),
  • pas de pensions inférieures au SMIC,
  • le refus des retraites par capitalisation,
  • la gestion des organismes de solidarité par les salarié.e.s eux-mêmes,
  • la hausse des salaires, induisant automatiquement une augmentation des cotisations.

Le recul social ne se négocie pas, il se combat !

Source : http://www.cnt-f.org/spip.php?article1380


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Tous ensemble vers la greve generale pour le retrait de la contre-reforme des retraites !

Communiqué SUD Education

Le 23 septembre, un grand nombre de travailleuses et de travailleurs ont exprimé leur refus de la contre-réforme des retraites imposée par le gouvernement et le MEDEF.

Malgré un matraquage médiatique annonçant à l'avance un essouflement du mouvement, malgré une intersyndicale qui, après le succès de la journée d'action du 7 septembre, recule les échéances, la mobilisation ne faiblit pas.

La journée du 23 septembre marque un tournant dans la lutte :

  • la grève a été reconduite dans différents secteurs et localités,
  • les Assemblées Générales de grévistes se sont multipliées.

Le pouvoir ne reculera pas devant de simples manifestations d'opinion. Seule une grève bloquante pourra instaurer un véritable rapport de forces. L'unité doit se concevoir en ce sens et pas au détriment de ceux qui luttent. ( voir l'appel unitaire des syndicalistes pour la grève générale).

http://www.syndicalistesunitaires.org

Il faut intensifier la lutte, multiplier les initiatives, amplifier les mobilisations ! Il faut être de plus en plus nombreux-euses à débrayer !

C'est pourquoi SUD Education :

  • soutient les mouvements de grève reconductible en cours et leur extension,
  • propose de faire de la journée du 2 octobre autre chose qu'un simple mouvement de protestation passive et à mettre en oeuvre, partout où c'est possible, des actions collectives fortes de blocage des zones industrielles, des axes de communication, de tout ce qui pourra bloquer l'activité économique,
  • appelle à la grève le 5 octobre et à sa reconduction partout où c'est possible.

C'est tous ensemble qu'il faut lutter ! C'est maintenant qu'il faut y aller !

Source : http://sudeducation92.ouvaton.org/spip.php?ar...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Retraites : L'action unitaire continue

Communiqué commun de l'Intersyndicale du 24 septembre / CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

Les organisations syndicales considèrent que la journée nationale d'action du 23 septembre 2010 est un franc succès. Les salariés du public et du privé, en participant massivement à cette 2ème journée de grèves et de manifestations du mois de septembre, ont réaffirmé leur détermination à ne pas accepter une réforme injuste et inefficace.

La journée d'hier a été marquée par l'engagement de nouveaux salariés du privé, notamment des PME mais aussi par la présence de plus de jeunes et de femmes. Cette vaste mobilisation s'accompagne d'un large soutien de la population qui refuse le report de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ainsi que celui de 65 à 67 ans pour toucher une retraite à taux plein. Quoi qu'en dise le Gouvernement, la démobilisation suite au vote à l'Assemblée nationale, n'a pas eu lieu.

C'est bien l'exigence d'un véritable débat et l'examen d'autres alternatives au projet de loi qui s'expriment plus fortement.

Les organisations syndicales mettent en garde le Gouvernement sur les conséquences que provoquerait l'ignorance de la colère qui s'exprime profondément.

Les organisations syndicales réaffirment leur totale détermination. Elles confirment les termes de leur lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires, notamment : « le vote de ce projet dans sa logique actuelle n'est pas d'actualité ».

Elles invitent leurs organisations à poursuivre ensemble, à tous les niveaux, la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires et les entreprises en interpellant les sénateurs et en utilisant (pétitions, tracts…) très largement cette lettre ouverte.

Sachant que le texte de loi sera à l'examen du Sénat à partir du 5 octobre et que la procédure parlementaire pourrait se poursuivre jusqu'au 20 octobre, elles décident :

  • D'une grande journée de rassemblements et de manifestations dans le pays le samedi 2 octobre pour conforter la mobilisation et permettre l'engagement de nouveaux salariés dans l'action.
  • De faire du mardi 12 octobre une nouvelle journée massive de grèves et de manifestations pendant le débat au Sénat. Cette journée trouvera toute sa place pour amplifier la mobilisation dans le cas où les parlementaires ne prendraient pas en compte ce qui s'est exprimé dans l'action et si le Gouvernement restait intransigeant. Le Gouvernement porterait l'entière responsabilité des suites que les salariés et leurs organisations entendront donner au 12 octobre.

Plusieurs organisations participeront à la journée de manifestation européenne du 29 septembre pour s'opposer aux plans de rigueur en Europe. Elle donnera l'occasion à des milliers de salariés français de porter leurs revendications, notamment sur la retraite, à Bruxelles et partout en France.

Les organisations syndicales se reverront le 4 octobre et analyseront la situation.

Le 24 septembre 2010

Source : http://cgteduc93.free.fr/?Retraites-L-action-...
Source : http://eldiablo.over-blog.org/article-retrait...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Communiqué de presse du 25/9 de la CGT-Educ'action Ile-de-France :

La lutte contre le projet de loi sur les retraites continue

A l'initiative de la CGT-Educ'action, une intersyndicale Education de l'Ile-de-France s'est tenue vendredi 24 septembre au soir. La CFDT, l'UNSA, FO, SUD et la CNT ont répondu à cette proposition.

La CGT-Educ'action Ile-de-France a considéré nécessaire la réussite des initiatives de l'interconfédérale nationale (manifs le 2 octobre, grève le 12 octobre). Mais, pour gagner, il faut accélérer les rythmes de mobilisation pour créer d'un mouvement à la hauteur des enjeux.

C'est pourquoi, la CGT-Educ'action Ile-de-France estime que ces deux dates ne sont pas suffisantes.

Dans ce cadre, la CGT-Educ'action Ile-de-France, a posé la question de l'organisation de la grève reconductible, que des AG et autres initiatives se tiennent dans la semaine du 27 septembre pour réussir la manif du 2 octobre et qu'une journée de grève soit organisée le 5 octobre, début du débat au sénat.

Les organisations syndicales présentes ont fait connaitre leur intérêt sur ces propositions, sans pouvoir donner un accord sans consultation interne.

L'intersyndicale se réunira à nouveau mercredi 29 septembre au soir, chaque organisation syndicale ayant pu débattre des propositions de la CGT. Cette nouvelle réunion doit aussi être l'occasion pour d'autres organisations syndicales absentes lors de la réunion du vendredi 24 septembre de nous rejoindre.

La FERC-CGT a déposé un préavis de grève du 27 septembre 2010 au 2 octobre 2010.

Source : message reçu le 25 septembre 08h


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Samedi 2 octobre, on remet ça !

Actu chomage

L'intersyndicale, réunie au lendemain de la remarquable mobilisation de jeudi contre la réforme des retraites, a décidé d'une nouvelle journée d'action nationale le samedi 2 octobre. Chômeurs, précaires, jeunes, sortez de chez vous et venez nombreux !

En appelant un samedi, les syndicats espèrent attirer plus de manifestants qu'en semaine. Une autre journée d'action est aussi prévue le mardi 12 octobre.

Alors oui, nous aurions préféré qu'ils lancent de concert un solennel appel à la grève générale reconductible, de quoi paralyser suffisamment l'économie pour faire frémir nos dirigeants (les frapper au porte-monnaie, il n'y a que ça qu'ils comprennent). Mais les syndicats majoritaires - notamment la très lâche CFDT - craignent que cette solution, la plus radicale mais pourtant la plus efficace, ne "coupe le mouvement de l'opinion"... Heureusement que FO, Sud/Solidaires et certaines fédérations CGT et CFDT ont déposé des préavis en ce sens dans des secteurs névralgiques : transports, fonction publique, pétrole. De quoi servir de locomotive.

Une fois de plus, samedi 2 octobre, nous vous demandons de venir : il le faut, c'est important. De plus, participer à des manifestations d'une telle ampleur est véritablement stimulant. Bref, c'est bon pour le moral !

Comme les fois précédentes, nous vous communiquerons au fur et à mesure notre lieu de rendez-vous et les divers points de ralliements fixés par les associations de chômeurs et précaires.

Toutes les infos à suivre dans le courant de la semaine prochaine sur ce même article...

Rien n'est plié : il y a eu des précédents.

De plus, si on ne fait pas reculer ce gouvernement maintenant, il nous en fera baver jusqu'au bout.

Nous sommes à un tournant du mandat Sarkozy, dont la légitimité est fragilisée par son incompétence et sa corruption. C'est le moment de le mettre à bas ! Si la réussite de la mobilisation et son issue - le retrait du projet - n'est pas fatale pour l'UMP, le rapport de force restera en notre défaveur jusqu'en 2012, où nous verrons tous nos acquis sociaux partir en charpie.

Le mouvement s'accélère : il ne faut surtout rien lâcher !

C'EST MAINTENANT OU JAMAIS.

A bientôt, donc !

SH

Source : http://www.actuchomage.org/2010092412292/L-ac...


1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Après le 23, on continue !

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/14156

Communiqué NPA

Malgré les tentatives d'enfumage du gouvernement, la journée de grèves et de manifestations du 23 septembre a été un franc succès. 3 millions de manifestants, des défilés dans plus de villes et de localités que le 7, le mouvement est loin de s'essouffler. C'est un signe supplémentaire de la profondeur du mécontentement, de l'ampleur du rejet du projet de loi sur les retraites, du discrédit qui frappe le gouvernement et encore plus particulièrement le ministre Woerth.

La tonalité des manifestations était plus combative encore que le 7 septembre et la question de la reconduction se pose dans de nombreux endroits. Des AG sont prévues notamment dans la Chimie en ce sens. Des opérations de blocage de rocades ont eu lieu ce matin, vendredi 24.

L'intersyndicale nationale vient de se réunir et a décidé d'appeler à une nouvelle journée de manifestations le samedi 2 octobre afin de permettre l'expression conjointe du mouvement gréviste et de la majorité de la population qui soutient le mouvement. Elle appelle également à une nouvelle journée de grèves et de manifs le mardi 12 octobre.

Si pour notre part nous souhaiterions que les appels à la mobilisation soient plus radicaux, en terme d'appel à la reconduction des grève, nous appelons à faire des temps forts de mobilisations à l'appel de l'intersyndicale des réussites qui montrent que le mouvement ne faiblit pas, qu'au contraire il s'enracine et progresse. Mais ces temps forts seront d'autant plus forts que la reconduction de la grève sera devenue une réalité dans un maximum d'endroits où cela s'avère possible, d'autant plus fort que les opérations de blocage s'organiseront partout.

Le gouvernement la joue '"droit dans les bottes" mais on a déjà vu des gouvernements adoptant cette attitude contraints à capituler en rase campagne le lendemain. Ce fut le cas en décembre 1995 contre le plan Juppé et en 2006 contre la loi Villepin instaurant un CPE et pourtant votée par le Parlement.

Le dossier des retraites n'est pas clos. Nous pouvons gagner. Les fissures apparaissent à droite car un député, ça cherche d'abord à être réélu et ces gens savent ce qu'il va leur arriver aux prochaines élections si ça continue comme ça. Le mouvement a de la réserve : toutes celles et ceux qui sont contre la politique du gouvernement ne sont pas encore venus battre le pavé. On a vu apparaitre des jeunes dans les manifs du 23 et ce phénomène peut et doit s'amplifier.

Contrairement à ce que dit Woerth, la "pédagogie" du gouvernement est moins efficace que celle des opposants au projet de loi. De plus en plus de monde comprend bien que sous couvert de sauver le système par répartition, il s'agit en fait de le tuer, de forcer à cotiser dans des assurances privées ou des fonds de pension. Personne n'a envie de mourir au boulot. L''argent existe pour conserver la retraites à 60 ans sans augmenter le nombre d'annuités voire même en retournant à la situation d'avant 1993, les 37, 5 annuité pour une retraite à taux plein dans le privé comme dans le public. Il suffirait d'y consacrer 3 points du PIB comme le dit Conseil d'orientation des retraites qui n'est pas un organisme infesté de dangereux gauchistes. C'est une question de répartition des richesses : il faut prendre sur les profits pour que nous puissions profiter de nos retraites. Moins d'argent pour les amis de Sarkozy, les Bolloré, les Bouygues, les Bettencourt et leurs collègues du CAC 40, c'est plus d'argent pour nos retraites, la sécu et nos salaires.

Alors on ne lâche rien ! On continue en frappant de plus en plus fort !

Source : http://npa-scpo.blogspot.com/2010/09/apres-le...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

les retraites

Par Anonyme, le 02/10/2010 à 09:54
je suis entièrement d'accord et pourtant certains me taxent de bourgeoise !!

LES RETRAITES

Par Anonyme, le 01/10/2010 à 20:40
Ce que la droite et tout le patronat ainsi que toutes ces multinationales maintenant, ne supportent pas, c'est l'idée de jouissance chez le peuple !!! en 1936, les bourgeois criaient déjà que le peuple allait connaitre l'oisiveté et la paresse avec les congés payés et la semaine de 4O h.!!! cette bourgeoisie molle, indolente et paresseuse vivant aux crochets du labeur des autres classes sociales, qui devait ignorer ce qu'est une projection de ses propres travers très appréciés chez elle!!, mais combattus âprement quand ils sont attribués aux autres !!!!!La folie a la dent dure et persistante...

À demain !

Par Anonyme, le 01/10/2010 à 16:50
Chers amis, Les retraites vieillesse par répartition sont, là où elles existent, la plus fabuleuse conquête de l'histoire humaine. Donnons en France l'exemple de la clairvoyance et de la combativité. Savez-vous que l'extension des retraites à l'ensemble de l'humanité pourrait changer radicalement la marche du monde ? Jean

Quel est le parcours pour les SANS Appartenance Avant Gardiste ?

Par Anonyme, le 01/10/2010 à 16:32
Ce sont les manifestants qui font la manifestation qu'ils soient syndiqués ou non, politiquement engagés ou non.

C'est toujours le même... Combat, la même colère

Par Anonyme, le 01/10/2010 à 11:56
Les syndicats sont en effet trop mous; Il serait préférable d'organiser SANS TARDER un mouvement de type 1995. Et encore, le gouvernement ne cédera peut-être pas. Sans faire l'apologie de la violence, tout ça pourrait tourner un jour en "Mai 68" et là, ils comprendront. Il faut changer tout le système occidental!

Rendez-vous le samedi 2

Par Anonyme, le 30/09/2010 à 11:46
Rendez-vous le samedi 2 octobre devant la gare de l'est à 12H30 pour rejoindre la manifestation , et à 13H30 devant le magasin GO Sport de la place de la République, pour organiser notre intervention dans le cortège. CF tract AG interpro

deux parcours mais en fait c'est toujours le même

Par Anonyme, le 29/09/2010 à 10:44
pourquoi deux parcours ? une seule et immense déferlante ! et direction le MEDEF, pas la place de la Nation qui n'en peut mais car trop éloignée de leurs bureaux : cela ne les dérange même pas les manifs , c'est pour cela qu'ils disent qu'ils ne les voient pas, qu'ils ne les entendent pas !! trop mous les syndicats qui canalisent la colère des millions de manifestants, trop mous !

Quel est le parcours pour les SANS Appartenance Avant Gardiste ?

Par Anonyme, le 28/09/2010 à 19:38
Oui je vois qu'il y a deux parcours sur lesquels se répartissent les avant gardes syndicalistes. Mais quel parcours doivent suivre les SANS Appartenance Avant Gardiste (SAAG) ? En effet si nous sommes contre cette réforme des retraites, entre autre, mais que nous ne reconnaissons pas aux seuls syndicats, comme les partis, de mener le mouvement d'opposition, alors où est la place des SAAG ? Nous n'allons tout de même pas nous faire compter dans une organisation d'avant garde ou une autre ! Alors quel est notre parcours ? Et bien organisons nous par nous même, et quand bien même pour cette fois si nous devons emprunter le même chemin, faisons savoir que nous ne déléguons pas notre pouvoir à qui que se soit pour nous organiser, décider pour nous. Pour une autonomie populaire, organisons nos vies, décidons pour nous même et par nous même.

Paralysons l'hexagone.

Par Anonyme, le 28/09/2010 à 10:07
NE RACCOMMODE PAS CE QU'IL FAUT DÉCHIRER ! NE SOUTIENS PAS CE QUI DOIT S'ÉCROULER ! Laissez consciemment et tranquillement pourrir l'industrie ou c'est elle qui vous pourrira. Gouvernement ?! Je n'en ai pas, puisque je ne le respecte pas, ni le reconnais. Vous cédez vos voix pour les perdre, vous voulez vous en servir pour vous-même ? Vous n'en disposez plus car vous leur avez donné. Faites donc comme eux ! Dites : je veux ! Dites : je ne veux pas ! Est-ce qu'un seul de vos chefs a d'autres buts que vous régenter ou se servir de vous pour en dominer d'autres, que chacun soit son propre chef ! Je n'ai pas besoin de chef, je ne veux ni éduquer, ni persuader, ni convertir personne ! Vous faites grève, bravo ! Mais l'industrie s'engraisse de vos grèves et vous affame, vous gagnez ? Ce que vous avez gagné, c'est un maigre quignon de pain, car pendant que vous fêtiez victoire, le “Vaincu” a acquis deux domaines et votre chef est aujourd'hui ministre ! Pensez ! Mais vous ne pouvez pas penser, parce qu'il vous faut des administrateurs, des statuts, des politicards à introniser et des Parlements, vous ne savez pas vivre sans état, sans gouvernement ni chef. Pensez ! Vous n'avez besoin de rien d'autre. Prenez conscience de la sereine passivité qui est en vous, nul dieu, nul programme, nul parti, nul bulletin de vote, nulle masse, nulle unité ne t'aidera. Je suis seul capable de m'aider et j'aiderai tous les hommes dont les larmes débordent. Observez ! Entendez ! Ne croyez rien ! Ne faites pas confiance ! Ne faites confiance qu'à votre propre force ! Aide-toi ! Agis ! Soit volontaire ! Soit action ! D'après un texte de B. TRAVEN (1919).