thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 23 mars 2010 à 11h

3 parties : 1 2 3

Rassemblement pour défendre tous les Services Publics

le mardi 23 mars à 11h à Bobigny sur le parvis de la Préfecture.

Ce rassemblement permettra de montrer la détermination des agents publics de Seine-Saint-Denis à gagner ensemble la bataille de l'emploi et du service public, de déposer des revendications concrètes pour l'emploi public et son financement durable chez le Préfet représentant de l'Etat, et de favoriser une participation massive des services publics à la manifestation parisienne de l'après-midi.

Source : tract CGT 93 ci-dessous
Source : message reçu le 17 mars 09h
Source : http://cgt.educaction94.free.fr/spip.php?arti...


Rassemblement pour défendre tous les Services Publics

Dans le cadre de la journée interprofessionnelle du 23 mars [...] un rendez-vous spécifique aux Services Publics est [] programmé.

Source : message reçu le 17 mars 09h
Source : http://cgt.educaction94.free.fr/spip.php?arti...


1 2 3

Un 23 Mars pour l'Emploi public et son financement durable dans le 93

Appel de l'UD-CGT 93

En Seine-Saint-Denis plus qu'ailleurs, la politique gouvernementale de régression de l'emploi public exerce aujourd'hui une violence extrême contre les besoins de la population, contre l'efficacité des services publics et contre ses agents.

Une population plus défavorisée a besoin de plus de services publics, pas de moins de services publics. En Seine- Saint-Denis plus qu'ailleurs l'alternative de la privatisation constitue une impasse, nie les besoins et approfondit les difficultés des gens. Ici plus qu'ailleurs la précarisation du service public et de ses agents aggrave la précarité de la vie pour la population du département.

Dans les écoles, les collèges et les lycées, la précarité massive des enseignants et les suppressions de postes ne permettent plus de travailler dans des conditions normales, l'entretien et la sécurité se dégradent, le présent comme l'avenir des jeunes sont pris en otage.

Dans les hôpitaux de Seine-Saint-Denis la suppression d'emplois réduit la capacité d'accueil et la qualité des soins. L'urgence est débordée, les séjours sont écourtés, les cliniques privées sont prises d'assaut... et leurs salariés pressurés d'autant plus.

Dans la Fonction Publique Territoriale, l'abandon progressif des prestations " non-obligatoires " en direction de la population (le sport, la culture, les espaces verts, etc.) n'empêche pas la réduction des moyens pour les " prestations obligatoires " (le social, les infrastructures...).

Au Conseil Général ce sont 400 suppressions d'emploi (dont 150 nontitulaires) qui sont programmées pour 2010, et c'est le besoin de création d'une centaine d'emplois qui est nié, au détriment de l'Aide Sociale, des personnes âgées, des prestations RMI/RSA, etc. Pour les communes la courbe de la baisse de la masse salariale se met en place avec des centaines de postes en moins.

Pour la Petite Enfance, c'est la réduction du taux d'encadrement des enfants qui est mis en oeuvre dans les crèches, le temps de formation des Assistantes Maternelles qui est réduit de moitié. C'est le gardiennage low-cost et l'ouverture au marché privé qui sont organisés.

A La Poste, c'est la logique du marché qui s'installe après l'accomplissement de la privatisation, l'emploi précaire utilisé pour démanteler les droits salariaux des agents, les prestations aux usagers soumises au crible de la rentabilité financière. Mais plus qu'ailleurs aussi, la Seine-Saint-Denis relève la tête, s'organise et se bat. Le 18 février c'était la participation massive des enseignants et des élèves de Seine-Saint-Denis à la manifestation devant le Ministère de l'Education pour les moyens de l'enseignement et de la formation.

C'est la campagne " Pas de bébé à la consigne " engagée avec vigueur en février, poursuivie de manière multiforme, qui se prolonge par une grande journée de grève et d'action pour le 11 mars.

Ce sont les actions engagées de toutes parts dans les Collectivités pour exiger le maintien et le développement de l'emploi territorial à la hauteur des besoins, ainsi que les financements publics nécessaires (taxe professionnelle, crédits de compensation pour les transferts de l'Etat, etc). C'est l'action solidaire que développent aux coude-à-coude fonctionnaires et contractuels de la Fonction Publique pour la défense des droits des non-titulaires et une loi de titularisation immédiate.

La journée d'action interprofessionnelle du 23 mars, organisée à l'appel de la CGT, CFDT, FSU, Solidaires et l'UNSA, va servir de point d'appui à ces luttes, favoriser leur convergence et leur élargissement.

Bobigny, le 10 mars 2010

Dans ce cadre, la CGT 93 organise un rassemblement des salariés du service public
le mardi 23 mars à 11h
à Bobigny sur le parvis de la Préfecture.

Ce rassemblement permettra de montrer la détermination des agents publics de Seine-Saint-Denis à gagner ensemble la bataille de l'emploi et du service public, de déposer des revendications concrètes pour l'emploi public et son financement durable chez le Préfet représentant de l'Etat, et de favoriser une participation massive des services publics à la manifestation parisienne de l'après-midi.

Appel de l'UD-CGT à télécharger

Source : http://cgteduc93.free.fr/?Un-23-Mars-pour-l-E...


1 2 3

18 mars 2010 : Une nouvelle journée de mobilisation dans l'académie de Créteil et des annonces inquiétantes

Communiqué de la CGT-Educ'action Créteil

[ voir fin de tract: La CGT-Educ'action Créteil appelle les personnels à amplifier la mobilisation et à participer à la grève interprofessionnelle du mardi 23 mars 2010. Elle appelle à participer au rassemblement pour les Services Publics à 11h00 sur le parvis de la préfecture de Bobigny et à la manifestation interprofessionnelle à 14h00 au départ de la place de la République. ]

150 enseignants devant le Rectorat de Créteil, 400 dans les rues de Saint-Denis, 1 000 dans les rues de Paris… ce jeudi 18 mars 2010, la mobilisation dans l'académie de Créteil a repris incontestablement avec de nouveaux établissements dans la lutte et avec la forte présence des parents d'élèves.

Dans le même temps, le Rectorat de Créteil a confirmé ses annonces de suppressions de postes dans les lycées professionnels, généraux et technologiques de l'académie et considère être arrivé au bout des discussions : étonnant alors que dans certains établissements, aucune discussion n'a eu lieu ! Pour la CGT-Educ'action Créteil, ces annonces sont inacceptables et vont entrainer de nouvelles dégradations des conditions de travail et d'apprentissage des élèves. Plus d'infos : http://www.cgteduccreteil.org/spip.php ?article2213

De plus, le Rectorat de Créteil a précisé les conditions de stages des futurs reçus-concours du 2nd degré : le Rectorat a tout simplement confirmé la fin de la formation initiale des enseignants et la mort des IUFM. Le dispositif choisi pour l'académie de Créteil dans le 2nd degré s'inscrit dans le cadrage de la circulaire ministérielle.

857 stagiaires sont attendus dans le 2nd degré à la rentrée 2010.

Les stagiaires seront affectés sur des supports à temps complet correspondant à la quotité de service de leur corps identifiés. Ces supports seront identifiés pour des stagiaires : ce sont l'équivalent de 500 postes qui vont être bloqués pour l'affectation de ces stagiaires !

L'implantation des postes se feraient sur les critères suivants :

  • Pas de nomination en Réseau Ambition Réussite
  • Pas de supports partagés sur plusieurs établissements, sauf exception
  • Une répartition des services qui doit éviter les classes difficiles et les classes à examens
  • Essayer de limiter à 2 le nombre de niveaux d'enseignants
  • Les stagiaires seraient affectés à moitié en lycées et à moitié des collèges
  • Les stagiaires participeront ensuite au mouvement national l'année suivante pour trouver leur affectation définitive. Le choix des supports se fera prioritairement sur les postes vacants mais rien n'exclut qu'un stagiaire soit affecté sur un poste définitif.

Le choix est fait que le stagiaire soit le moins souvent absent de sa classe, les modalités de formation choisies pour Créteil seront :

  • Accueil administratif et « social » le 25 aout et « début de formation pédagogique » les 30 et 31 aout par les inspecteurs sur la conduite de la classe. Ces journées seront sur la base du volontariat et un défraiement est envisagé sous la forme de vacations dans la mesure où ces collègues ne seront nommés qu'à partir du 31 aout.
  • 1er septembre : rentrée dans les établissements

A partir du début de l'année scolaire, le dispositif de « formation » repose sur l'accompagnement par un professeur tuteur sur l'année avec 2 temps forts :

  • sur septembre-octobre (au moins 3h par semaine dans la classe du professeur stagiaire).
  • entre les vacances de février et Pâques où le professeur tuteur accueillera dans sa classe pendant une semaine un étudiant M2 qui prendra ensuite celle-ci en responsabilité pendant 2 semaines. Pendant ces semaines, le tuteur sera donc déchargé de classe pour accompagner le stagiaire. Plutôt que le stagiaire soit remplacé par l'étudiant, c'est le tuteur qui le sera. Après ces 2 semaines en responsabilité, l'étudiant serait à nouveau accompagné par l'enseignant tuteur qui reviendrait dans sa classe.

Un temps de décharge de 2h est prévu pour les professeurs stagiaires non agrégés. Cela équivaut à 72h annuelles qui permettront de libérer une journée par semaine qui peut être utilisé pour l'organisation de journées ou ½ journées de « formation » sur le modèle des non-titulaires. Rien ne garantit que ce temps de décharge de 2h se concrétise par 2h libérées et pourront être en HSA.

L'université Paris 12 est sollicitée pour apporter sa contribution à la formation des professeurs. Maintien de la possibilité des visites-conseils qui ne participerait pas à l'évaluation.

Le stagiaire aurait par ailleurs :

  • l'équivalent d'une semaine de formation en regroupement des stagiaires au 1er trimestre
  • la possibilité ouverte de participer au PAF

Le tuteur devra être dans l'établissement ou un établissement proche. Les professeurs partant en retraite au 1er novembre et 1er décembre seront sollicités pour renforcer le dispositif de formation.

Le rectorat compte sur le réseau des anciens conseilles pédagogiques ou des compagnons actuels.

Au final, non seulement le tiers de formation prévue par le cadrage ministériel est déjà insuffisant, mais le rectorat a décidé de compter le temps d'accompagnement du tuteur dans le temps de formation des stagiaires. On est donc loin même du 1/3 temps de formation.

La CGT-Educ'action Créteil appelle les personnels à amplifier la mobilisation et à participer à la grève interprofessionnelle du mardi 23 mars 2010. Elle appelle à participer au rassemblement pour les Services Publics à 11h00 sur le parvis de la préfecture de Bobigny et à la manifestation interprofessionnelle à 14h00 au départ de la place de la République.

Source : http://cgt.educaction94.free.fr/spip.php?arti...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/12512

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir