thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

dimanche 15 mars 2009 à 9h30

Rencontres de convergences acte1

Contre la politique de la peur
Contre une société de surveillance
Pour la défense des droits fondamentaux et des libertés
Pour la défense de la citoyenneté et des professionnalités

Le Dimanche 15 mars 2009, 9h30 - 17h

Bourse départementale du travail
1, place de la Libération - 93000 Bobigny- Accès bus 301, Conservatoire Jean Wiener - Accès métro 5, Bobigny - Pablo Picasso

Le 8 février, une réunion de travail qui a permis de s'apprécier mutuellement :

Notre assemblée du 8 février a été une excellente première réunion de travail. Elle aura été une bonne préparation à un très prochain rassemblement des initiatives et des collectifs de lutte actuels en vue des Etats généraux des droits et des libertés.

Elle aura été un temps d'information réciproque, d'éclaircissements des objets et objectifs de chacun, de positionnements contextuels, de mutualisation des soutiens et engagements. Les orientations politiques et d'action exposées sont incontestablement sur la même ligne politique d'opposition résolue à la politique de la peur et à ses fondements néolibéral.

Il en a été ainsi des présentations et engagements de l'Appel des 39 - la nuit sécuritaire (Mathieu Bellhasen, Serge Klopp, Elie Winter), de la coordination des collectifs 3 C (Françoise Nay, Michel Antony, Jean Vignes), du CLEJ (Hélène Franco, Jean-Paul Ravaux) et de la pétition « Quel futur pour les jeunes délinquants » (Marc Tomolillo, Lille).

Philippe Castel est venu exposer le combat contre le fichage généralisé et aux fins de surveillance liberticide, du projet d'Etats généraux contre le fichage en juin prochain comme de la nécessité de discuter encore de la perspective des Etats généraux des droits et libertés. Nous avons rencontré le collectif Non au fichier Edvige le 16 février, répondu à leurs questions et échangé sur les objectifs poursuivis, ouvrant ainsi à la concrétisation d'un rapprochement.

Pierre Suesser a développé la position d'antagonisme prévention / prédictivité, fondatrice de l'action pasdezérodeconduite, dont l'estimable succès ne met pas à l'abri de nouvelles offensives (en particulier, la récente d'un porte-parole de l'UMP).

Sur la même lancée, Mireille Charpy et Françoise Dumont nous ont présenté « Résistance à Base élèves », qui allie syndicats enseignants, FCPE, Ligue des droits de l'homme, partis de gauche, et qui, après sa victoire, maintient une attention vigile sur son application.

Bruno Percebois, au titre du CNU - Mouvement antidélation, est revenu sur la lutte contre la loi dite de prévention de la délinquance et a souligné combien la politique de la ville est marquée du paradigme du contrôle social et de l'imprimatur de la jeunesse en tant que classe dangereuse. Il a également insisté sur la résistance locale (au travers de nombreux comités locaux) et ses difficultés.

Un temps fort aura été celui du débat avec les représentants des partis politiques : Pouriah Amirshahi, secrétaire national ttdu parti socialiste aux droits de l'homme ; Isabelle Lorand, membre du comité exécutif du PCF en charge des libertés et droits individuels ; Claire Villiers, Alternatives citoyennes, vice-présidente du conseil régional Ile de France ; il faut y ajouter un message du NPA envoyé par Jean-Claude Laumonnier, responsable santé. Nous avons pu apprécier les déclarations critiques et les engagements annoncés par tous. Nous avons pu mesurer leur soutien.

Des syndicats étaient également présents et pleinement partie prenante des exposés et débats : SUD santé sociaux, SNPES PJJ / FSU, syndicat de la magistrature, union syndicale de la psychiatrie ; des organisations associatives (outre celles déjà citées) : Ligue des droits de l'homme, Comité Européen : Droit, Ethique et Psychiatrie, Fondation Copernic, Serpsy,

La volonté de s'opposer à la politique blitzkrieg du pouvoir actuel était unanime. Les idées exposées par les différents intervenants illustrèrent une grande proximité de points de vue. La détermination à une résistance active apparaissait forte et s'affichait clairement comme inscrite dans la durée et résolue à gagner. La convergence de toutes ces luttes était nettement plus évidente en fin de journée qu'avant sa tenue. Il demeure encore des hésitations ou des différences tactiques sur les bases et modalités concrètes de sa réalisation. D'où notre proposition de Rencontre des convergences avant le lancement organisatif des Etats généraux.

Conclusions et perspectives :

  • La décision que toutes les organisations représentées et tous les présents à l'assemblée du 8 février qui se déclarent constituent le Collectif d'animation du collectif « CONTRE LA POLITIQUE DE LA PEUR ».
  • La création d'un BULLETIN électronique. Pour le N°1, tous les intervenants sont sollicités à fournir leurs textes !
  • La décision de créer un site web et une adresse mail spécifique. L'Union syndicale de la psychiatrie propose la création d'un lien sur son site. Notre site web est donc : http://refus-peur.fr et l'adresse email : contacext@refus-peurex.fr .
  • Le Manifeste contre la politique de la peur est proposé à tous nos partenaires, actuels et à venir, comme base d'un Manifeste pour les Etats généraux des droits et libertés. La rencontre du 15 mars devrait discuter un tel document.
  • La décision de rencontrer individuellement les collectifs de lutte et les organisations (y compris les excusés) s'impose pour s'entendre et confirmer.
  • La décision de poursuivre dans la perspective des Etats généraux.

La date initiale de juin sera reportée à fin septembre - début octobre afin que chaque collectif spécifique puisse finaliser son initiative en cours.

Une rencontre d'échanges valorisant le mouvement social et civil en cours, et oeuvrant concrètement aux Etats Généraux. Pour ce faire, elle devrait être scindée en 2 parties : L'une, sous forme d'ateliers thématiques, permettant l'appropriation commune des idées et la mutualisation des actions, établissant des liens pour s'inscrire dans le partage, dans l'interactivité, dans l'unité et dans la durée ; l'autre, commune argumentant la généralité du mouvement.

Au vu des semaines à venir fort chargées cette première rencontre de convergences pour les droits, les libertés et la justice sociale est donc appelée pour le 15 mars 2009.

R L'axe choisi de la défense de la citoyenneté et des professionnaltés marque bien que tous nos collectifs de lutte sont engagés dans des actes de résistance aux atteintes aux libertés et aux droits, et tout autant au dévoiement des missions des professionnels du travail social, de la santé, de la justice, de la formation, .... Exposer les uns aux autres les questions qui nous mobilisent, travailler ensemble pour les articulations entre nos différentes actions et la convergence des approches éthiques et des pratiques d'opposition, parvenir à l'écriture d'un manifeste d'unité, progresser dans l'établissement d'une charte interpellant sur le mode majeur et constructif la question politique.

· 9h30 - 10h30 : Ouverture

· 10h45 - 13h : 3 ateliers :

1. Surveiller : les libertés à l'épreuve du contrôle social

2. Punir : le champ social à l'épreuve du répressif

3. Gouverner : les services publics à l'épreuve du néo-libéralisme

Ces ateliers pourraient se poursuivre sous forme de forums sur notre site web.

· 14h - 16h 30 : Débat général

Retour des ateliers

Les Etats généraux :

leur raison : l'opposition aux attaques liberticides et d'instauration de l'insécurité sociale, le refus de la société néolibérale.

Leur objectif : Affirmer le mouvement social et civil à la fois dans sa diversité de riposte sur chacun des fronts ouverts par le pouvoir actuel, dans son affichage d'oppositions déterminées et dans l'affichage d'une capacité à construire une résistance unifiée et à poser les bases d'avancées éthiques et politiques alternatives et solidaires.

Leur méthodologie : L'appui sur des thèmes concernant l'ensemble de la société civile, les droits sociaux, les libertés publiques. / L'appui sur la promotion des pratiques et des réalisations se basant sur le développement humain / L'appui sur des collectifs de lutte à la fois indépendants, ouverts et unitaires dans leur organisation, forts et radicaux dans leur contestation démocratique, et dont la communauté de projet ne peut se concevoir que dans le respect de chacune de ses composantes.

· 16h30 - 17h : Conclusions et perspectives.

Nous avons peu de temps de préparation, certes. Mais, la positive effervescence actuelle est mobilisatrice d'énergies unitaires et d'appétits d'offensive. A chacun de convaincre et d'être présent !

Cordialement,

Guilhem Bleirad, Matthieu Bonduelle, Jean-Pierre Dubois, Françoise Dumont, Claude Louzoun, Jean-Pierre Martin, Emmanuelle Perreux.

Source : liste de diffusion des collectifs anti-délation, reçu le 5 mars 16h

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/8030

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir