thème : écologie
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 25 février 2020 à 20h30

Projection débat « Watt the Fish »

Projection mardi 25 février à 20h30 à Utopia Saint-Ouen l'Aumône,
suivie d'une rencontre avec

  • Dorian Hays, réalisateur, et
  • Laetitia Bisiaux, chargée de projet sur la pêche électrique au sein de l'association BLOOM.

Watt the Fish

Documentaire de Dorian Hays et Emerick Missud - France 2018 52mn

C'est une guerre silencieuse, un angle mort de la cause écologiste qui paraîtrait presque bénigne comparée aux catastrophes planétaires dont nous sommes les témoins éffarés et hagards. Et pourtant, loin d'être un épiphènomène de l'Anthropocène », le scandale de la pèche électrique -puisque c'est de cela qu'il s'agit- non seulement est tout sauf anodin, puisqu'il conditionne rien moins que la pérennité de la chaine alimentaire , mais qui plus est illustre parfaitement la tartufferie des faux-discours 'environementally friendly » des lobbies indutriels comme des Etats qui les protègent.

Présentée comme une alternative « durable » aux techniques de pêche dites « à herse », qui ratissaient les fonds marin pour ne laisser que ruine et chaos, soutenue au sein de l'UE par les puissants représentants néerlandais de cette technique de pointe, la pêche électrique n'en est pas moins foncièrement nocive, en ce qu'ellle tue sans discrimination les poissons de toutes espèces, comestibles ou non, juvéniles ou adultes, pour ne laisser après son passage qu'un désert infertile, au désespoir des pêcheurs artisanaux britanniques, belges et français.

Partant de ce constat, une association de protection des océans, Bloom, se penche sur la question et relève très vite que les licences délivrées par l'UE sont illégales. De là va s'engager un combat sur deux fronts : d'une part sur le terrain dans les ports de la Mer du Nord pour alerter les populations avec les pêcheurs traditionnels soucieux de sauvegarder une pratique raisonnée afin de garantir la survie des ressources halieutiques -et donc leur gagne-pain- pour les générations à venir, d'autre part dans les couloirs feutrés de la Commission et du Parlement Européen afin d'obtenir à terme l'interdiction de cette méthode mortifère.

Là où ce documentaire devient passionnant, c'est qu'il dépasse vite l'approche purement écologique et morale du problème (la question est sans appel pour peu qu'on soit honnête) pour suivre à la trace le travail de fourmi des militants comme des pêcheurs dans leur lutte contre les géants de la surpêche qui ont leur rond de serviette au sein des institutions. En 52 mn le film brosse un réquisitoire implacable des connivences entre les lobbies et les organismes de l'Union, des coups tordus, des reculades, des pièges sémantiques et des chausse-trapes cachées entre deux codicilles ; en contrepoint, il ausculte le patient travail de Bloom et des pêcheurs impliqués dans le combat pour déminer le terrain, revenir à la charge et avancer pas à pas, des déchirements entre idéal et compromis nécessaires, parfois amers, pour arriver à un accord acceptable et sauver l'essentiel.

Véritable vade-mecum de la meilleure façon de mener les combats écologiques à venir en portant le fer au cœur même de l'adversaire, Watt the Fish démontre l'air de rien que toutes les batailles, même les plus mal engagées, méritent d'être menées. De défaites en défaites jusqu'à la victoire, voilà le message que véhicule ce film, qui donne envie de relever ses manches et se jeter dans la mêlée.

WATT THE FISH

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/77762
Source : http://www.cinemas-utopia.org/saintouen/index…