thème : sexisme   le plus vu incomplet
Réagir (3)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

dimanche 8 mars 2020 (heure non définie)

Heure et lieu à préciser.

6 parties : 1 2 3 4 5 6

Manifestation féministe du 8 mars à Paris

Trajet / parcours : à préciser

Cette page, sur Démosphère est mise à jour régulièrement.

Rendez-vous particuliers

  • Bientôt, ici, sur Démosphère, les rendez-vous particuliers des collectifs

1 2 3 4 5 6

8 mars: Marche des grandes gagnantes !

Appel unitaire

Le 8 mars prochain, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, nous appelons toutes les dynamiques féministes à converger.

Nous sommes les femmes du monde entier qui se lèvent et se révoltent pour dénoncer la domination et l'exploitation et remettre en cause le patriarcat.

Mobilisées en masse depuis des décennies et encore le 23 novembre dernier pour exiger une société sans violences sexistes et sexuelles.

En lutte, en grève, en manifestation depuis le 5 décembre pour exiger le retrait de la réforme des retraites.

Nous sommes fortes, nous sommes fières.

Nous sommes les grandes gagnantes.

Si nous sommes les grandes gagnantes ce n'est pas grâce à la réforme des retraites de ce gouvernement, mais parce que notre mobilisation sera victorieuse.

Nous sommes les grandes gagnantes parce que nous sommes celles qui brisons le silence et qui dénonçons les violences.

Nous sommes les grandes gagnantes parce que nous refusons la dévalorisation du travail des femmes, travail salarié, précaire, et travail invisible domestique quotidien.

Nous sommes les grandes gagnantes parce que nous refusons toute discrimination liée au genre, à l'origine ou à l'orientation sexuelle.

Nous sommes les grandes gagnantes car nous refusons que les jeunes soient livrées à la précarité.

Le 8 mars, ensemble portons le mot d'ordre international de grève féministe. Le 8 mars, on arrête tout·e·s. Pour exiger une égale répartition du travail domestique et de soin entre les femmes et les hommes. Pour libérer les femmes du travail précaire et décalé auquel elles sont trop souvent assignées. Pour en finir avec des modes de consommations sexistes et destructeurs de la planète. Pour défendre le droit à l'avortement contre les attaques constantes dont il est l'objet, pour dénoncer la casse des services publics dont nous sommes les premières à faire les frais, pour dénoncer le refoulement en dehors de nos frontières des personnes exilées fuyant les guerres, la misère et le dérèglement climatique.

Le week end du 8 mars, multiplions les actions et organisons la marche des grandes gagnantes sur tout le territoire.

Cheminotes, infirmières, hôtesses, agentes du nettoyage, ouvrières, caissières, enseignantes, cadres, étudiantes, travailleuses indépendantes, artistes, avocates, retraitées..., défilons toutes en tenue de travail, à l'image de « Rosie la Riveteuse », icône de toutes les travailleuses invisibles. Revendiquons, dansons et chantons d'une même voix pour exiger le retrait de la réforme des retraites et refuser qu'« A cause de Macron, grandes perdantes nous soyons ». Dénonçons partout les inégalités de salaire et de pensions, exigeons l'égalité professionnelle.

Parce que les femmes partout dans le monde se lèvent et luttent pour l'égalité et leur émancipation, soyons les grandes gagnantes ce 8 mars !

Premiers signataires:

ActionAid France-Peuples solidaires, APEL-Égalité, Alchimie Solidarité, Attac, CGT, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif « Tou.te.s contre les violences gynécologiques et obstétricales », CQFD Lesbiennes Féministes, Femmes Egalité, Fondation Copernic, FSU, Les Chiennes de garde, le mouvement, Les effronté-es, Ligue des femmes Iraniennes pour la Démocratie-LFID, Maison des Femmes Thérèse Clerc-Montreuil, Marche Mondiale des Femmes Paris IdF, Osez Le Féminisme, Réseau Féministe « Ruptures », Touche pas à mon intermittente, Union Nationale Lycéenne, UNEF, Union syndicale Solidaires, Union des Étudiant-es de Toulouse .


Lien : https://paris.demosphere.net/rv/76969
Source : http://www.cgt-educaction94.org/spip.php?arti…
Source : http://solidairesparis.org/


1 2 3 4 5 6

Manifestation et grève féministe

« On arrête toutes ! »

Toutes contre la précarité, l'exploitation, la violence, le capitalisme néo-libéral qui fait disparaitre le service public, la fermeture des centres d'IVG, le refoulement des exilié-e-s...

Le 8 mars 2020, on arrête toutes de travailler, consommer, cuisiner, briquer, nettoyer, cuisiner, organiser... C'est là que l'on va s'apercevoir du boulot faramineux abattu par les femmes. Car quand les femmes s'arrêtent, tout s'arrête ! On prépare toutes ensemble cette grève et on partagera ici toutes les infos au fur et à mesure!

Dans le monde entier , les femmes luttent et ont toujours lutté. C'est ainsi qu'elles ont pu faire progresser notoirement leur condition. Mais les attaques se multiplient : nous disons haut et fort stop !

Stop à la précarité, à la surexploitation, aux bas salaires, aux discriminations, au racisme. Stop d'assumer presque seules les tâches domestiques, l'éducation des enfants, le soin aux plus ancien•nes. Stop au capitalisme néo libéral qui fait disparaître nos services publics : hôpitaux, maternités, écoles…. Stop aux injures, aux coups, aux violences gynécologiques et obstétricales, au harcèlement, aux viols, aux assassinats, aux féminicides. Stop aux fermetures des centres d'interruption volontaire de grossesse et aux attaques incessantes contre l'avortement. Stop aux logements indécents, aux personnes sans domicile fixe. Stop au refoulement aux frontières de l'Europe des femmes, des enfants et des hommes exilé-es de pays en guerre. Stop de voir la planète livrée aux multinationales et aux lobbies prédateurs capitalistes,

Notre rôle est fondamental dans la société : si on s'arrête, tout s'arrête. Nous avons l'arme de la grève contre le patriarcat. Le 8 mars, c'est la grève féministe ! Le 8 mars, #OnArrêteToutes

Proposé par http://onarretetoutes.org/
Facebook : On Arrête toutes.

Source : http://onarretetoutes.org/
Source : message reçu le 12 janvier 07h
Source : message reçu le 17 janvier 15h
Source : https://www.facebook.com/events/2441223099072…


1 2 3 4 5 6

#8mars15h40

Soyons les grandes gagnantes !

Tou·te·s dans la rue !

CGT

En ce 8 mars 2020, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, marchons tou·te·s pour exiger l'égalité femmes-hommes et le retrait de la réforme des retraites.

Une réforme des retraites sexiste

Contrairement à ce que prétend le gouvernement, les femmes sont les grandes perdantes de la réforme des retraites :

  • les 2 annuités de cotisation par enfant (et un an dans le public) dont bénéficient les mères seront supprimées ;
  • la pension de réversion, dont les bénéficiaires sont à 90 % des femmes, ne sera plus accessible en cas de divorce ;
  • la prise en compte de toute la carrière au lieu des 25 meilleures années (et des 6 derniers mois dans le public) ne permettra plus de neutraliser les périodes de temps partiels, ou d'interruption pour s'occuper des proches ;
  • 400 000 femmes fonctionnaires (aides-soignantes, infirmières, sages-femmes...) perdront la « catégorie active » et la reconnaissance de la pénibilité. Alors qu'elles peuvent partir à compter de 57 ans aujourd'hui, elles devront attendre 62 ans ;
  • il faudra travailler toujours plus longtemps, ce qui est particulièrement défavorable aux femmes qui sont déjà aujourd'hui 40 % à partir avec une carrière incomplète.

Pour que les femmes soient les grandes gagnantes, nous voulons au contraire :

1. Sanctionner les employeurs qui discriminent

Mettre fin aux 26 % d'écart de salaire entre les femmes et les hommes permettrait d'augmenter de 6,5 milliards par an les cotisations versées à notre régime de retraite par répartition. Pour ce faire, il faut réviser en profondeur l'index égalité salariale et sanctionner enfin les entreprises qui discriminent !

2. Lutter contre la précarité et les temps partiels subis

80 % des salarié·e·s à temps partiel sont des femmes, avec des salaires souvent en dessous du seuil de pauvreté et une flexibilité maximum (travail de nuit, le dimanche, horaires variables, amplitudes horaires énormes). Il faut instaurer un droit automatique au passage à temps plein, instaurer une surcotisation patronale sur les emplois à temps partiel de moins de 24 heures par semaine, majorer toutes les heures complémentaires à 25 % et 50 % et rémunérer les temps de trajet entre deux employeurs.

3. Revaloriser les métiers à prédominance féminine

Les femmes sont concentrées dans les métiers du soin, des services, de l'éducation, du social... dans lesquels les salaires sont les plus faibles. Comment expliquer qu'à l'embauche une sage-femme soit rémunérée 400 € de moins qu'un ingénieur hospitalier, alors qu'il s'agit du même niveau de qualification (bac + 5), de responsabilité et de charge physique et nerveuse ? Les qualifications doivent être reconnues et rémunérées. Les conditions de travail doivent être améliorées et la pénibilité reconnue.

4. Prévenir les violences sexistes et sexuelles et protéger les victimes

La CGT, avec la Confédération syndicale internationale, a gagné l'adoption en juin dernier de la première convention internationale contre les violences et le harcèlement au travail ! Cette convention OIT doit maintenant être ratifiée par la France. Il est urgent de mettre en place des mesures de protection des victimes et de prévention des violences sur tous les lieux de travail, par exemple :

la sanction de tous les employeurs qui n'ont pas de plan de prévention des violences, un droit à congé et à mobilité géographique ou fonctionnelle et l'interdiction du licenciement des victimes de violences conjugales, la sensibilisation de tou·te·s les salarié·e·s sur les violences et la formation de tou·te·s les professionnel·le·s...

5. Des droits pour la maternité et la parentalité

La maternité n'est toujours pas acceptée au travail. Pour permettre à toutes et tous d'avoir des enfants et une carrière professionnelle, nous proposons de réduire le temps de travail, d'allonger et rendre obligatoire le congé paternité, d'allonger le congé maternité et de protéger les femmes enceintes au travail. Il est urgent de mettre en place un service public de prise en charge de la petite enfance et des personnes âgées dépendantes pour permettre à toutes les familles d'avoir une prise en charge abordable et améliorer la qualité de l'emploi dans ces secteurs précarisés... et féminisés.

#8mars, marche des #grandesgagnantes, un appel unitaire féministe des syndicats et associations.

Pour plus d'informations, rendez-vous sur egalite-professionnelle.cgt.fr

Autour du 8 mars, agissons sur nos lieux de travail pour exiger l'égalité professionnelle et la fin des violences. Arrêtons-nous à 15 h 40, heure à laquelle chaque jour les femmes arrêtent d'être payées.

Portons tou·te·s un foulard violet !


Source : http://www.cgt-educaction94.org/spip.php?arti…


1 2 3 4 5 6

Le 8 mars, grève des femmes !

Solidaires

Le patriarcat c'est concret, ça se combat !

Les femmes subissent au quotidien le patriarcat, un système fait pour les exploiter et dominer. Le 8 mars c'est une journée de grève féministe, au travail, à la maison....

L'Union syndicale Solidaires appelle à y participer et à construire la mobilisation pour aller rapidement vers la fin du patriarcat !

www.solidaires.org/

Source : https://www.facebook.com/events/1566297166855…


1 2 3 4 5 6

Le 8 mars, grève des femmes !

8 mars toute l'année : En lutte contre toutes les formes de sexisme !

SUD éducation

Le gouvernement a annoncé vouloir faire de l'égalité entre les femmes et les hommes une grande cause du quinquennat. Comme pour le reste, Macron et ses sbires communiquent sans jamais passer aux actes. Pire, en menant une politique de régressions sociales, une guerre contre les services publics et en ruinant le système de protection sociale, le gouvernement organise l'aggravation de la précarité des femmes.

La contre réforme des retraites : une attaque en règle contre les femmes

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale répète les mêmes mensonges que les autres membres du gouvernement : les femmes seraient les grandes gagnantes de la contre-réforme des retraites. Les seuls grands gagnants seront les fonds de pensions privés. Les femmes quant à elles, perdraient encore, alors que le système tel qu'il existe leur est déjà défavorable : à l'heure actuelle, les pensions des femmes sont en moyenne 42 % inférieures à celles des hommes. La contre réforme des retraites introduit le calcul de la pension sur l'intégralité de la carrière au lieu des six derniers mois pour le public. Or, les femmes ont des carrières moins linéaires que les hommes. Dans l'Éducation nationale, 14% d'entre-elles sont à temps partiel contre 5% des hommes, essentiellement pour des raisons familiales et de double journée de travail (80 % des tâches domestiques sont effectuées par les femmes). Cela a donc des effets sur l'évolution de carrière, sur la rémunération (à corps grade égal, les femmes gagnent 14 % de moins que les hommes) et bien évidemment sur le calcul de la retraite !

Violences sexistes et sexuelles : le silence assourdissant de la hiérarchie !

Des collègues et élèves dénoncent de plus en plus des situations de violences sexistes et sexuelles de l'école à l'Université. Le silence que leur opposent les institutions est alors assourdissant. En faisant l'autruche, l'administration culpabilise les victimes, renforce la culture du viol et développe le sentiment d'impunité chez les agresseurs. La circulaire du 9 mars 2018, qui prévoit la protection des victimes de violences sexistes et/ou sexuelles, n'est pas appliquée : les collègues qui ont dénoncé les violences subies n'ont bénéficié ni de protection ni d'accompagnement convenables. Pourtant l'employeur est responsable de la santé et de la sécurité des agent-e-s sur leurs lieux de travail ! Un véritable protocole d'accord social est nécessaire pour que les violences sexuelles cessent ! Les ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur et de la recherche doivent prendre leurs responsabilités et agir concrètement pour prévenir les violences, pour protéger les victimes et pour sanctionner les agresseurs. Suite à d'autres initiatives communes sur cette question, SUD éducation a proposé une initiative allant dans ce sens à l'intersyndicale.

SUD éducation revendique :

  • une formation des personnels à des pédagogies antisexistes et à l'éducation aux sexualités ;
  • une réelle prévention des paroles/actes/agressions sexistes et LGBTQIphobes au travail et des mesures à la hauteur des enjeux lorsque cela se produit ; - le retrait du projet Macron/Delevoye de casse des retraites
  • légalité salariale entre les hommes et les femmes et la réduction du temps de travail pour permettre l'articulation vie privée/vie publique ;
  • une retraite égale dans les faits pour les hommes et les femmes. Cela implique une réelle égalité salariale mais aussi une répartition égalitaire ou a minima totalement compensée des charges éducatives et domestiques

Contre toutes les formes de sexisme, SUD éducation appelle à participer massivement à toutes les initiatives à l'occasion de la journée de luttes des femmes le 8 mars.



Source : http://sudeducation92.ouvaton.org/spip.php?ar…
Source : https://www.facebook.com/events/1566297166855…
Source : https://www.sudeducation.org/Le-8-mars-une-jo…