thème : éducation
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 17 janvier 2009 à 14h

2 parties : 1 2

Réunion nationale ouverte

document au format PDF:

Les lycéens ont raison : « Darcos, maintenant ou dans douze mois, ta réforme on n'en veut pas. »

Pour le retrait et l'abrogation des « réformes » destructrices du gouvernement, le rétablissement des postes supprimés, il faut s'organiser pour :

  • la rupture de la concertation des directions syndicales avec le gouvernement,
  • la tenue d'une conférence nationale de délégués élus d'établissements à l'appel uni des syndicats, qui pourra décider des actions pour vaincre le gouvernement Sarkozy-Fillon-Darcos.

Le « report » de la réforme des lycées sous l'effet de la mobilisation des lycéens le montre : le gouvernement Sarkozy Fillon n'est pas invincible.

Sa crainte de voir en France une mobilisation de la jeunesse comme en Italie ou en Grèce l'a amené à manoeuvrer en recul.

Mais ce « report » montre aussi que le point d'appui décisif pour le gouvernement pour ne pas avoir à capituler, c'est la concertation avec les directions syndicales enseignantes : la proposition d'une nouvelle concertation s'appuyant sur les « points de convergence » signés par les directions syndicales l'été dernier, ainsi que celle d' « états généraux du lycée» que leur a faite Darcos, c'est un appel à sauver sa « réforme » réactionnaire !

Les lycéens en poursuivant leurs manifestations pour exiger le retrait et non le report de la réforme ont raison : il faut battre le fer tant qu'il est chaud ! La première exigence est donc : boycott des Etats Généraux du lycée, « aucune concertation » avec ce gouvernement qui maintient ses « réformes », les suppressions de postes, tout en arrosant de milliards les patrons et les banquiers. L'imposer, c'est s'assurer que la réforme du lycée sera retirée. Ce serait un point d'appui décisif pour arracher le retrait définitif de toutes les contre réformes de l'Education Nationale du gouvernement :

  • Arrêt immédiat de la « réforme » du primaire, rétablissement des horaires, des postes RASED
  • Arrêt immédiat de la réforme des LP, rétablissement de toutes les sections BEP et du Bac Pro
  • Arrêt immédiat de la réforme des concours, rétablissement de l'année de stage
  • Et évidemment retrait définitif de la réforme des lycées.

Ces objectifs, comme le rétablissement des postes, exigent que le gouvernement soit vaincu. Pour cela, les enseignants, la jeunesse scolarisée, auront à imposer le front unique de leurs organisations syndicales.

Pour rassembler la force qui s'est exprimée dans les grèves enseignantes et les manifestations lycéennes, il faut combattre, aujourd'hui, pour que soit convoquée rapidement, dans l'unité par les fédérations enseignantes FSU, CGT, FO, ..., une conférence nationale de délégués élus dans les établissements ou les secteurs dans le primaire, conférence qui aura toute légitimité et force pour décider des actions nécessaires pour battre le gouvernement.

En imposant à l'automne dernier aux dirigeants du SNES de rompre les discussions sur la « réforme » des lycées, puis, certes du bout des lèvres, de se prononcer pour le retrait de la réforme Darcos - mot d'ordre auquel ils se sont opposés pendant des mois ! - les enseignants ont démontré qu'ils pouvaient briser la funeste coopération des directions syndicales avec le pouvoir.

C'est ce combat qu'il faut maintenant organiser. C'est pour y aider que le courant front Unique a décidé d'organiser une réunion nationale à Paris sur cette base. Participez, soutenez cette réunion !

Samedi 17 Janvier à 14 heures, à l'AGECA, 177 rue de Charonne, Paris 11ème

Source : liste réseau des bahuts, reçu le 4 janvier 20h


Communiqué Front Unique au BN FSU

compte-rendu de l’intervention effectuée par le représentant du courant "Front Unique" au Bureau National de la FSU qui s’est tenu ce 8 décembre, avec en conclusion l’invitation à participer à la réunion nationale organisée par FU le 17 janvier.

En fichier joint, vous trouverez la lettre de Woerth et Santini aux fonctionnaires, qui annonce l’instauration d’une prime "au mérite et au résultat", la généralisation d’un entretien annuel avec le chef d’établissements déterminant l’évolution de carrière et la possibilité d’augmenter... ou de baisser les salaires !


Intervention du représentant Front Unique au BDFN de la FSU du 8 décembre

Les dirigeants de la FSU (du SNUIPP, du SNES, du SNUEP) ont reçu un mandat dans les élections paritaires : celui d’organiser le combat contre le gouvernement pour le retrait des réformes !

En participant massivement aux élections pour le renouvellement des commissions paritaires, les enseignants ont indiqué leur disponibilité au combat contre le gouvernement. Il faut rappeler que le gouvernement veut remettre en cause les attributions des commissions paritaires qui sont directement liées au statut des enseignants, aux règles des mutations, des promotions en particulier.

De plus, dans le primaire, dans les Lycées professionnels, en faisant reculer les syndicats dont les directions sont allés jusqu’au bout dans le soutien aux réformes (le SE et le SGEN dans le primaire, le SNETAA dans les Lycées Professionnels), ils ont indiqué qu’ils rejetaient les réformes du gouvernement Sarkozy – Fillon – Darcos. Voilà le sens du vote. Il serait faux d’y voir un soutien à la politique des dirigeants syndicaux. C’est au contraire un appel à eux pour qu’ils organisent le combat.

On lit pourtant ici et là que le vote signifierait un appel « au dialogue social ». A ce sujet, la lettre aux fonctionnaires de Woerth et Santini aux fonctionnaires est instructive. Cette lettre annonce l’instauration d’une « prime au résultat » pour les fonctionnaires, d’abord ceux de la filière administrative mais avec vocation à être généralisée. Le montant de cette nouvelle prime sera alloué sur la base d’un « entretien » individuel de la hiérarchie avec le fonctionnaire, la hiérarchie « vérifiant » à cette occasion que le fonctionnaire a bien rempli ses « objectifs ». Au terme de cet entretien, le salaire du fonctionnaire pourra être augmenté ou diminué ! Et Woerth et Santini ajoutent : « Il convient de souligner que cette réforme dans son ensemble a été élaborée au terme d’une intense concertation menée par le ministre(…) avec l’ensemble des ministères d’une part et avec les partenaires syndicaux d’autre part ». C’est hélas strictement exact et cela répond à la question : à quoi sert le « dialogue social » ?

Aujourd’hui, inquiet du résultat des paritaires, inquiet de l’ébauche de mobilisation dans la jeunesse, Darcos a repris le « dialogue social ». Il tient des propos doucereux et en même temps annonce le maintien de l’intégralité de ses réformes. Mais comment accepter que les directions syndicales continuent à se prêter à ce jeu au service du pouvoir ? Comment accepter par exemple que la direction du SNES après avoir du quitter la commission Gaudemar retourne à la discussion avec Darcos sur le terrain des aménagements de la réforme des lycées et continue de refuser de se prononcer pour le retrait de la réforme, conduisant les professeurs à se battre matière par matière, et ce au moment où commence à se développer une mobilisation lycéenne qui ne doit pas être isolée ?

Bien au contraire, la responsabilité des directions syndicales est d’organiser l’affrontement avec le gouvernement, ce gouvernement de classe dont le plan « de relance » a été si chaleureusement salué par Parizot et le MEDEF, qui sait au profit de quelle classe il est fait alors que les directions syndicales du mouvement ouvrier refusent de le caractériser pour ce qu’il est : un plan pour les capitalistes.

Pour le retrait et l’arrêt des réformes en cours (primaires, Lycées Professionnels), le courant Front Unique réitère la demande qu’il a fait il y a déjà quinze jours au Conseil National de la FSU : que les directions syndicales convoquent la conférence nationale des délégués d’établissement qui décidera de l’action efficace pour faire plier le gouvernement et imposer le retrait des contre réformes !

Pour la réalisation du front unique contre les réformes Sarkozy Fillon Darcos, réunion nationale ouverte à tous les enseignants, militants sans exclusive Samedi 17 Janvier 14 heures AGECA 177 rue de Charonne Paris 75011

Le déplacement, la location de la salle, ça coute cher ! Versez votre contribution financière : 10, 20 euros et plus Chèque à Association Front Unique envoyer à Front Unique 11 rue Michalias Clermont Ferrand 63000.Pour les départs groupés, renseignez vous auprès des militants Front Unique ou par mail à courriexer@frontuniqexue.com

Documents joints

Source : http://reseaudesbahuts.lautre.net/spip.php?ar...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/7312

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir