thème : travail
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 13 juin 2019 à 12h

Manifestation - Hôpitaux 94 - Gériatrie

Aucun Lit hospitalier en Gériatrie ne doit fermer
Humanisation et Rénovation de l'Hôpital E.Roux
Une véritable filière gériatrique en Val-de-Marne

Rassemblement devant la Préfecture du Val-de-Marne à Créteil - Jeudi 13 juin, à 12h

Ensemble, imposons le débat sur l'avenir de la Gériatrie en Val-de-Marne, à l'AP-HP

La Coordination, depuis qu'elle a demandé le maintien des lits de Soins de Longue Durée (SLD) à l'Hôpital E.Roux, et dans les Hôpitaux du Val-de-Marne de l'APHP, ne cesse d'engranger des soutiens : Parlementaires, Conseils municipaux, Conseil Départemental par la voix de son Président, demandent à l'Agence Régionale de Santé un moratoire sur la fermeture de 50% (1061) des lits de Soin Longue durée d'ici 2023, dont 326 en Val-de-Marne.

Ils sont tous résolus à ce que l'on ne mette pas la charrue avant les bœufs, puisqu'à ce jour il n'y a ni projet médical, ni plan de substitution, ni prise en compte de la vétusté des locaux, alors que depuis 2004 une loi impose que ces structures soient modernisées en chambres de 1 à 2 lits maximum.

Venez nombreux, le 13 juin à midi, devant la Préfecture de Créteil, interpeller le Gouvernement.

Signez notre pétition et venez dire au représentant du gouvernement, que face au vieillissement de la population, nous devons nous doter d'une politique gériatrique ambitieuse, permettant d'accueillir nos ainé·e·s dans les meilleurs conditions possible. Pour cela, la politique gériatrique doit être adaptée aux besoins et apporter une réponse humaine. Or la politique mise en place par l'AP-HP, dont le seul but est de réduire les déficits, va conduire à un déséquilibre entre les besoins des usager·es et les services proposés.

L'organisation de la filière gériatrique revêt un intérêt majeur, elle doit être réfléchie avec l'ensemble des parties prenantes. C'est pourquoi la Coordination, comme le Doyen de la Faculté de médecine, les parlementaires, les syndicats, maires et élus locaux, ... demandent des Etats généraux de l'hôpital et du médico-social pour tout le sud de l'Ile-de-France, afin de réfléchir sereinement à l'avenir de la filière gériatrique à cette échelle. Cela exige que soit stoppée cette hémorragie de lits que veut nous imposer la Direction générale de l'APHP.

Il est temps que l'Agence Régionale de Santé nous reçoive comme nous le lui avons demandé, avec d'autres, depuis des mois. Où est la démocratie sanitaire ? On ne peut se moquer impunément de toute la population d'un département et mépriser les personnes âgées, de leurs aidants, les personnels de santé, les élu-e-s et les organisations syndicales !

Nous avons des propositions alternatives pour la population val-demarnaise!

Rassemblés, nous avons notamment maintenu la Chirurgie cardiaque, la Chirurgie hépatique et soutenu les Urgences de Mondor (à nouveau en lutte comme dans toute l'AP-HP),

ENSEMBLE, NE LÂCHONS RIEN

Nous voulons une filiére gériatrique du 21ème siècle !

En 2030, il y aura 20 millions de personnes âgées de plus de 60 ans . En 2050, les plus de 85 ans seront 4,8 millions.

Nous ne voulons pas que cela soit un nouveau « marché » juteux pour les industriels de la "SilverEconomy".

Au travers de ces fermetures de lits SLD, l'objectif est tout à la fois de faire des économies sur l'espérance de vie des « Vieux » mais aussi d'offrir un nouveau pôle de gérontologie marchand à travers les EHPAD et l'aide à domicile.

En effet, médecins, infirmières et aides-soignantes sont près de trois fois plus nombreux au chevet du malade en SLD qu'auprès des résidents des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) publics. On voit bien où se situe le choix, pas du côté de la qualité et de la prise en charge des patients mais bien dans la réduction de la masse salariale qualifiée.

Ce que nous exigeons c'est que l'on puisse accueillir dans de bonnes conditions les personnes âgées de plus de 60 ans ayant perdu leur autonomie et dont l'état nécessite une aide importante en matière de soins et pour les gestes de la vie quotidienne ainsi qu'une surveillance médicale constante et un accès à un plateau technique. Cet accueil de qualité nous le voulons aussi en EHPAD, où le taux d'encadrement est largement inférieure aux normes françaises comme européennes, et tout particulièrement dans les groupes privés qui ont versé, en 2018, prés de 35 millions d'euros de dividendes à leurs actionnaires gagnés sur le dos des « Vieux ».

Comme le dit, dans le Monde du 11 mai dernier, le Dr Christophe Trivalle, chef de service à Paul-Brousse, « L'AP-HP joue sur tous les tableaux - déficit, pénurie de médecins, d'infirmières - pour dire qu'il est préférable de se débarrasser des vieux et que d'autres s'en occupent ! La vérité, c'est qu'on a laissé les services de gériatrie tomber en désuétude. » Quant aux élus locaux, au regard des moyens financiers que cela représente, ils sont réticents à financer de nouveaux Ehpads.

Alors, on fait quoi ? La situation est grave et il y a besoin, plus que jamais, de faire un pas en avant vers une gériatrie plus moderne ! C'est le sens de notre proposition « d'Etats Généraux de l'Hôpital et du médico-social. »

Des propositions Alternatives? Nous en faisons !

Selon l'INSEE, en 2013, le Val-de-Marne comptait près de 94 000 habitants de 75 ans ou plus et ce nombre pourrait presque doubler d'ici 2050 pour atteindre 185 000.

Les besoins en matière de soins sont bien là !

Pour y répondre, il faudrait :

  • Rénover et humaniser l'Hôpital, avec des chambres à 1 ou 2 lits, sans réduire le nombre total de lits
  • Créer un centre de santé, utile à toute la population de Limeil-Brévannes.
  • Avoir plus de place en Unité Cognitivo-Comportementale (UCC)
  • Se doter d'un Unité d'Hébergement Renforcé (UHR) avec plus de lits d'Unité de Gériatrie Aigue (UGA).
  • Conserver les lits de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR)
  • Développer une équipe mobile de soins palliatifs.
  • Rouvrir le service d'Hôpital à domicile (HAD)
  • Développer l'Hospitalisation de Jour (HDJ)
  • Renforcer le plateau technique en l'ouvrant plus sur la ville de Limeil et les communes avoisinantes
  • Développer le service de transport, et celui de gériatrie ambulatoire,...

Il faut créer une vraie filière gériatrique de soins qui permettrait de désengorger les Urgences.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/71041
Source : http://coordination-defense-sante.org/2019/06…
Source : http://coordination-defense-sante.org/2019/05…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir