thème : international
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 13 juin 2019 à 9h

Perspectives comparatives sur les droits des peuples autochtones

Violence envers les femmes autochtones

Séminaire SOGIP

le 13 juin 2019, de 9h à 13h

Intervenantes :

  • Rosalva Aída Hernandez Castillo, Professeure et anthropologue, CIESAS
  • Sofia Dagna, Doctorante à l'EHESS, LAIOS-IIAC

Résumés des interventions:

Rosalva Aída Hernandez Castillo

Violence de genre, militarisation et criminalisation des peuples autochtones au Mexique

Dans cet exposé, je voudrais réfléchir à l'impact de « la guerre contre les drogues » sur les corps et les territoires des peuples autochtones du Mexique. En prenant comme référence analytique les histoires de femmes victimes de violences sexuelles dans des régions militarisées et paramilitarisées, ainsi que les histoires d'exclusion de femmes autochtones emprisonnées dans le contexte de la guerre contre les drogues, j'aspire à démontrer les liens qui connectent l'occupation du corps des femmes autochtones, par leur violation, leur emprisonnement et leur contrôle, avec l'occupation de leurs territoires et la dépossession de leurs ressources naturelles. Ce sont des processus qui surviennent de manière simultanée et qui répondent aux logiques néocoloniales du capitalisme. En outre, il est clair que les inégalités de genre et de « race » sont fondamentales à la reproduction de cette chaîne de phénomènes.

Sofia Dagna

Stratégies de défense de femmes autochtones face à la violence institutionnelle

La présentation se concentre sur l'analyse de la violence institutionnelle de l'État et des autorités locales, qui s'exerce à l'encontre des femmes autochtones organisées au Guatemala. Leurs luttes sont traitées comme une forme de dissidence, et leur action est alors criminalisée. Les agressions sont le fruit de logiques patriarcales et racistes historiquement présentes dans les structures de l'État guatémaltèque. À partir de récits de femmes autochtones qui s'auto-définissent comme des « défenseures des droits humains », la communication évoquera leurs stratégies qui se basent sur l'appropriation d'instruments juridiques nationaux et internationaux, sur la « réparation émotionnelle » et sur l'action politique directe. L'étude de cas porte notamment sur l'organisation de femmes maya k'iche au Guatemala et leur circulation dans les espaces locaux, régionaux et internationaux qui leur permet de se légitimer et de porter leurs revendications.

http://www.sogip.ehess.fr/

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/70760
Source : http://www.csia-nitassinan.org/spip.php?artic…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir