Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

mercredi 19 juin 2019 à 12h

6 parties : 1 2 3 4 5 6

Rassemblement

Pepy veut faire taire les syndicalistes!

Solidarité avec Rénald

Soyons nombreux le 19 JUIN pour montrer que nous sommes soudés et mobilisés autour de collègues victimes de répression !

La politique du premier dirigeant de l'entreprise, avec un rapport à l'humain contestable, est déclinée avec zèle par des encadrants dépourvus d'empathie et challengés à l'objectif !

Décomplexés, ils s'autorisent toutes les transgressions, justifient tous les abus, et quand des militants syndicaux réagissent … et agissent, la répression est sauvage. Les procédures disciplinaires et le niveau de sanctions pour des motifs totalement futiles se multiplient :

  • Renald, contrôleur à gare de Lyon, élu SUD-Rail est menacé de radiation pour avoir voulu déplacer une vieille traverse pourrie qui traînait afin d'empêcher l'accès à des sanitaires insalubres : Mais sur la base de la conviction de l'encadrement, ce serait un vol des biens de l'entreprise qu'il faut sanctionner d'un licenciement !
  • Linda, agent commercial, ex représentante SUD-Rail du personnel est menacée de radiation car selon la conviction de sa hiérarchie elle n'aurait pas pleinement respecté une procédure de colis suspect pour un cartable d'écolier : mise en danger de la vie d'autrui…
  • Eric, militant et ex-délégué SUD-Rail, la protestation symbolique pour s'être mis à genoux devant ses hiérarchiques qui venaient de lui annoncer que sa réclamation pour le niveau 2 de la qualif D aux notations était rejetée pour la troisième année consécutive lui vaut une demande de radiation des cadres …
  • Yannick, militant et ex-délégué SUD-Rail s'est vu notifier sa radiation parce que l'entreprise avait la conviction qu'il avait tenté d'arrêter les circulations pour nuire pendant la grève du printemps alors qu'il a juste essayé de protéger la vie de policiers qui avaient pris place dans les voies !

Soyons nombreux, syndique(e)s ou non, le 19 juin à partir de midi au cnit de la defense pour dire a pepy que nous ne laisserons pas faire sans reagir !

C'est grâce aux actions syndicales, aux torches brûlées, qu'il existe encore à la SNCF un droit social. C'est bien pour avoir voulu tenter une action syndicale que Rénald risque la plus grosse sanction.

Pourquoi un tel acharnement !? C'est bien parce que la direction de la SNCF doit faire passer en quelques mois, ce qu'elle espérait depuis des années : la casse de notre statut, de nos métiers, de notre boîte. Pour cela aucune tête ne doit dépasser, aucune traverse ne doit être déplacée. Il faut mater les militants actifs comme Rénald, militant particulièrement actif lors des grèves de 2018 !

Une direction prete a tous les mensonges et a toutes les manœuvres pour arriver a ses fins !

Eric Bezou, cheminot depuis 27 ans, est menacé de licenciement pour s'être mis à genoux devant l'une de ses responsables et lui avoir demandé si c'était la posture qu'on attendait d'un agent de maîtrise.
Ce geste, symbolique, avait pour objectif de dénoncer la pression au travail que subit Eric depuis des années à cause de son engagement syndical, ainsi que de manière générale l'ambiance répressive qui règne dans l'entreprise.
Au cours de son conseil de discipline, ce jeudi 23 mai, la direction a fait un pas de plus dans l'indécence, en ajoutant un grief à son dossier : selon les responsables, cette posture avait un caractère sexuel.
A la sortie du conseil, Eric, choqué, répond à ces accusations au cours d'une interview : « Pour moi il n'y a rien de sexuel. Je me suis mis à genoux face à une responsable et me suis prosterné. Il n'y avait absolument rien de sexuel là-dedans. ».
Une instrumentalisation scandaleuse des questions féministes de la part de la SNCF pour dégager un délégué syndical qui a été le premier à aider les cheminotes, mères isolées, face aux discriminations de la direction.

Il est temps de réagir face a de tels « managers » qui font souffrir et qui repriment !

Pepy veut afflaibir le syndicalisme soyons la le 19 juin pour lui montrer que les cheminots seront toujours mobilises pour soutenir ceux d ' entre-nous qui s ' engagent !

Lui-même mis en cause dans l'affaire des marchés truqués d'IBM et après avoir licencié le lanceur d'alerte (réintégré par la justice), PEPY devrait lui aussi passé en conseil de discipline, jugé par les cheminots pour la souffrance et les morts causées par son action à la tête des SNCF !

SUD-Rail demande qu'il lui soit appliqué la même politique qu'il prône et qu'il soit traduit en conseil de discipline avant de l'être devant les tribunaux !

Dès maintenant, je prends contact avec mon représentant SUD-Rail pour venir manifester et soutenir le syndicalisme en danger à SNCF !

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/70410
Source : https://solidaires.org/Soyons-nombreux-le-19-…
Source : http://www.sudrailpse.org/site/pepy-veut-fair…


1 2 3 4 5 6

Rassemblement de soutien à Renald le 19 juin.

SUD Rail

Dans le cadre de la mobilisation du 19 juin en soutien à Rénald entraînant un dépôt massif de DII sur PSE, la direction serait prête à baisser significativement le niveau de sanction de Rénald ( le licenciement était initialement demandé par la direction).

En effet nous étions partis pour avoir un service minimum le 19 juin ( jour du baccalauréat) sur les lignes D et R. C'est donc bien suite au rapport de force imposé par les cheminots que la direction est contrainte de baisser significativement la sanction de notre camarade Rénald:

  • 300 cheminots qui ont accompagné Rénald le 8 avril lors de son entretien disciplinaire.
  • 98% de grévistes des ASCT le 7 juin, les 100 contrôleurs lors de l'AG.
  • Dépôt massif de DII pour le 19 juin.

Nous prenons acte de ce recul de la direction. Pour autant le rassemblement est maintenu le 19 juin. Contre la répression à la SNCF, pour le soutien à nos camarades Yannick, Linda, Eric et Rénald. Départ collectif de gare de Lyon , 11h centre-tri postal ou RDV 12h CNIT/La défense.

Source : http://www.sudrailpse.org/site/rassemblement-…


1 2 3 4 5 6

Rassemblement

Tous en grève le 19 juin en soutien à Rénald.

Notre camarade Renald SZPITALNIK contrôleur à l'ESV PSE et élu CSE Axe TGV Sud-Est passera en conseil de discipline le mercredi 19 juin avec une demande de radiation des cadres (licenciement) de la direction. Il est accusé d'avoir voulu voler une vieille traverse de chemin de fer sur le site de Conflans du TSEE, l'un des sites ferroviaires les plus surveillés de France.

Vieilles traverses, pleine de créosote qui pourrissent par milliers le long des voies, des bâtiments SNCF voire à côté des bâtiments syndicaux comme c'est le cas en gare de Lyon. La direction accuse même notre camarade d'avoir voulu mettre la traverse sur le toit de sa voiture, sans même se rendre compte du ridicule de cette accusation: cela l'aurait obligé à passer devant le poste de vigile… avec une traverse sur le toit. Peu importe la loufoquerie de l'accusation, le but étant de disséminer le doute dans la tête des cheminots. « Calomniez calomniez, il en restera toujours quelque chose ».

Pourtant le 15 mars 2019, ce n'est pas pour la voler que Rénald a déplacé, une vieille traverse de chemin de fer, mais pour barrer l'entrée de toilettes insalubres et faire ainsi réagir la direction du site.

Ce n'est donc pas un vol mais une action syndicale, comme des milliers de cheminots en ont fait au cours de leur carrière: bruler des traverses/palettes lors d'un piquet de grève, allumer une torche en pleine manifestation…

C'est bien , en partie, grâce à toutes ces actions syndicales, ces torches brûlées, ces traverses en feu qu'il existe à la SNCF un droit social meilleur que dans la plupart des autres entreprises privées.
C'est bien pour avoir voulu tenter une action syndicale que Rénald risque la plus grosse sanction. Pourquoi un tel acharnement ! Acharnement qui, d'ailleurs, ne se limite pas qu'aux représentants du personnel, mais concerne l'ensemble des cheminots. Car la direction de la SNCF doit faire passer en quelques mois, ce qu'elle espèrait depuis des années: la casse de notre statut, de nos métiers, de notre boîte. Pour cela aucune tête ne doit dépasser, aucune traverse ne doit être déplacée. Il faut mater les militants comme Rénald, militant particulièrement actif lors des grèves de 2018 qui n'hésita pas en tant que membre CHSCT à poser un droit d'alerte générant quelques difficultés pour la direction de l'ESV…

Ce type de syndicaliste doit être mis au pas à la première occasion qui s'offre. Car le message de fermeté doit passer pour tous les autres.

Rénald à PSE, Eric à PSL, Linda à PRG, Yannick à Nantes et combien d'autres dans les régions. 4 élus SUD-Rail qui risquent la porte en moins d'un an, ça suffit !

Article du Parisien sur la discrimination syndicale en gare de Paris Lyon

Par ailleurs c'est la deuxième fois en moins de 3 mois que notre syndicat est victime de discrimination syndicale sur gare de Lyon. En janvier les directions de l'ESV (encore elle) et de Gares et Connexions ont voulu se débarrasser de l'ensemble de l'équipe SUD-Rail de la société de gardiennage Lancry. Grace à plusieurs témoignages audios, un article fut publié dans le Parisien et l'inspection du travail est intervenue, obligeant la direction à revenir en arrière. Il y eut même une enquête du comité éthique de la SNCF.

Dans ce contexte d'acharnement SUD-Rail n'hésitera pas à aller au tribunal.

Rassemblement du 08 avril en soutien à Rénald

Nous étions plus de 300 cheminots le 8 avril afin d'accompagner Rénald lors de son premier entretien disciplinaire. Il faudra être beaucoup plus le nombreux le 19 juin pour le soutenir et faire reculer la direction dans son acharnement contre les cheminots et les militants syndicaux qui relèvent la
tête !

Voilà pourquoi SUD-Rail appelle les cheminots à se mettre massivement en grève le mercredi 19 juin et à venir nombreux devant les locaux du conseil de discipline de Rénald à partir de 12h au CNIT à la défense (RER A).

Source : http://www.sudrailpse.org/site/tous-en-greve-…


1 2 3 4 5 6

La direction de la SNCF s'acharne sur les militants SUD-Rail

Rénald passe en conseil de discipline le 19 juin, Eric le 23 mai, tous les deux risquent la radiation des cadres, soit le licenciement.

Deux représentants SUD-Rail qui risquent la porte, ce n'est pas banal. L'un pour s'être mis à genoux devant ses patrons, l'autre pour avoir voulu déplacer une traverse de chemin de fer devant des toilettes insalubres.
À chaque fois la direction n'hésite pas à mentir et à divulguer les pires inepties afin de discréditer nos militants.

Sur la région de PSE c'est la deuxième fois en moins de trois mois que notre syndicat est victime de discrimination syndicale. En janvier la direction de Gares et Connexions et de l'ESV ont voulu se débarrasser de l'ensemble de l'équipe SUD-Rail de la société de protection sécurité Lancry, lors de la passation de marchés à Octopus. Prises la main dans le sac, par un courrier, une enquête de l'inspection du travail et un article du Parisien, la direction de l'ESV et de Gares et Connexions ont fait marche arrière. Deux mois plus tard, profitant d'une action d'un militant de l'ESV sur le site de Conflans, la direction l'accuse de vol et le menace de licenciement.

SUD-Rail PSE ira en justice pour défendre notre collègue.
Mais pourquoi un tel acharnement? Car Il faut que la boîte fasse passer de nombreuses réorganisations dans les mois qui viennent, il est donc important pour elle de mettre tout le monde au pas, à commencer par les militants syndicaux revendicatifs.

Il est important qu'un maximum de cheminots soient en grève et viennent au rassemblement à la défense le 19 juin à partir de midi.

Source : http://www.sudrailpse.org/site/le-journal-de-…


1 2 3 4 5 6

Rassemblements

La SNCF menace deux syndicalistes cheminots de licenciement !

Après la grève du printemps dernier pour la défense des conditions de travail de cheminot et pour défendre le service public pour les usagers, et alors que la SNCF se prépare à la privatisation, la direction cherche à se débarrasser des syndicalistes combatifs et de toutes celles et ceux à la SNCF qui ont relevé la tête. Si l'un d'entre nous est visé, nous sommes tous attaqués ! Mobilisons-nous et refusons le licenciement d'Eric et Rénald !

Crédit photo : O Phil des contrastes

Source : https://www.revolutionpermanente.fr/La-SNCF-m…


1 2 3 4 5 6

Soutien à Eric Bezou, militant de Sud Rail

Après le succès de la mobilisation du 26 avril à Paris en soutien à Eric, camarade du rail menacé de licenciement par sa direction SNCF, avec des camarades grévistes postiers, des soutiens politiques, des Gilets Jaunes (dont voici la vidéo faite par Révolution Permanente : https://www.facebook.com/RevolutionPermanente… et le compte-rendu écrit : https://www.revolutionpermanente.fr/Eric-chem…), le prochain rendez-vous sera le jeudi 23 mai à 14h à la gare Saint Lazare, pour le conseil de discipline d'Eric, à faire suivre pour contribuer à maintenir le rapport de forces.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre d'une campagne #plusjamaisagenoux, pour contribuer à faire vivre le soutien entre salariés, pour l'autodéfense et la solidarité (de classe), que cet exemple de mobilisation serve, pas seulement à la SNCF, pas seulement dans le cadre syndical, pour gagner partout.

Source : http://sudeducation78.ouvaton.org/23-mai-Sout…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

remarque

Par Anonyme, le 18/06/2019 à 08:10

je remarque qu'il y a moins de soutients pour les étrangers dans tous ces rassemblements Bizarre non? y aurait-il des Diréférences de nationnalités ?