thème : sexisme
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 1er mai 2019 à 14h

Bloc Queer VNR contre l'exploitation !

Le Premier mai,
nous, trans, biEs, pédés, gouines, queers, intersexes, meufs, marchons en fin de cortège de tête pour refuser ce travail qui n'a que faire de nos vies, qui exige la mise à disposition de nos corps et utilise nos subjectivités.

Les gouvernements successifs nous soumettent à une répression accrue, en muselant toute opposition à la dégradation de nos conditions de travail, de nos droits et à la précarisation de nos vies.
Avec ou sans vernis LGBTfriendly, nous refusons d'être exploitéEs, précariséEs, harceléEs, misEs en danger par le productivisme libéral qu'il promeut.

Nous refusons que les travailleuses et travailleurs du sexe, qui n'ont toujours pas de droits sociaux et à qui l'État dénie la possibilité de s'auto-organiser, soient pousséEs vers toujours plus de clandestinité et de vulnérabilité, les exposant aux violences des trafics et de la police. Que faisait-il lorsque Vanessa Campos était tuée au travail et qu'il réduisait les subventions des associations de lutte contre les violences sexuelles ?

Que les personnes séropositives continuent de souffrir de discriminations à l'embauche, d'une plus grande précarité sociale, d'isolement au travail, et d'un manque d'accès aux soins.

Que les migrantEs se voient nier tout libre-arbitre et dignité par les entraves à la liberté de circuler et l'externalisation des frontières : interdites de travailler en France malgré la nécessité de justifier d'un travail pour être régularisées ; moteur contraint du capitalisme lorsqu'elles sont fixées comme main d'œuvre pour les travaux mal payés et dangereux dans et aux frontières de l'Europe ; réduites en esclavage et vendues pour leur force de travail par les partenariats de l'UE et de la France.

Que les travailluers-euses se voient exploitéEs à l'étranger au service de l'impérialisme français.

Que les enseignantEs, les infirmierEs, les aides-soignantEs, les travailleurs-euses sociales de la petite enfance accomplissent dans le déni, l'invisibilité et la précarité ce travail primordial d'éducation, de soin et de care.

Que tous les indépendantEs, free-lance et travailleurs-euses uberiséEs, pousséEs à sortir de structures habituelles du marché du travail par besoin ou peur des discriminations, voient leurs couvertures médico-sociales diminuer et leur précarité augmenter.

Que chaque année les rythmes de travail s'intensifient, les conditions de vie se dégradent, les salaires diminuent et l'âge de la retraite soit repoussé.

Nous marchons parce que nous ne voulons plus taire, transformer ou performer nos identités au travail. Nous ne sommes ni des atouts marketing ni les garantEs de la diversité dans vos boîtes, et nous refusons de rejoindre celles et ceux qui, au sein de notre communauté, décident de jouer pleinement ce jeu du libéralisme et de l'exploitation.

Nous marchons pour dénoncer les conséquences de ces projets politiques sur nos corps, pour dénoncer les mécanismes de psychiatrisation et de médicalisation dont nous sommes par conséquent les cibles de choix. Car c'est dans la mise au pas et le déni de nos corps exploités en souffrance que se nourrit et se renforce ce productivisme effréné.

C'est l'entièreté de l'organisation du travail qu'il faut donc faire trembler, ces lieux où l'on s'épuise au nom des sacro-saintes "productivité" et "consommation", assises sur des politiques économiques coloniales.

Nous, queers, voulons décider quand, comment et pourquoi nous travaillons ! Car nous nous battons pour des vies aux activités qui ont du sens, pour que chacun-e ait de quoi vivre dignement, pour la disparition du travail aliénant précaire et autres bullshit jobs.

Nous appelons à nous retrouver le 1er Mai, pour faire bloc, pour notre autonomie et notre autodétermination face à la violence et au chantage du travail.

Nous exigeons :

- Un revenu inconditionnel et universel, déconnecté des conditions de travail, de citoyenneté et de résidence. Un revenu garantissant l'indépendance économique, et donc une forme concrète de soutien contre les violences (familiales, professionnelles et institutionnelles).
- Des services publics et un accès à la santé universels, gratuits et accessibles à touTEs.
- La construction de nouveaux services publics pour l'enfance et la vieillesse (TPBGIQ ou pas).
- Une politique pour la construction massive de logements sociaux pensés à partir de nos besoins spécifiques et non sur un modèle familial cis-hétéro.
- La réduction drastique du temps du travail légal.
- Une fiscalité non-basée sur le modèle familial actuel, mais capable de reconnaître et de garantir les formes, relations, besoins et modes de vie et de solidarité et d'entre-aide que nous avons inventé et/ou dont nous faisons l'expérience.
- Contre la gentrification et la privatisation des espaces, nous voulons des lieux autogérés et autonomes dans lesquels exprimer nos désirs, construire notre libération et se réapproprier de la ville dans laquelle nous habitons et que nous ne voulons plus juste traverser !
- À l'international, la fin des politiques économiques coloniales, des guerres impérialistes et des occupations de territoires.
- Des alternatives radicales aux politiques destructrices et productivistes du capitalisme néolibéral, ce capitalisme fondé sur l'exploitation à outrance des ressources environnementales et humaines. Nous réaffirmons également la nécessité d'alternatives dans la production et la distribution, dans l'utilisation des ressources et des territoires, et la nécessité de la création, la gestion et la défense des biens communs.
- La liberté de circulation et la régularisation pour touTEs.
- L'accès au travail légal pour touTEs dès l'entrée sur le territoire européen.

Appel ouvert à signature.

Comité de Libération et d'Autonomie Queer - CLAQ, Burn Out - Collectif, F.M.I.-Front monstrueux insurrectionnel Trans Pédées Gouines Bordeaux, Fracas·se, BAAM, Guarichas Cósmikas: batucada lesbo trans féministe, AVA-Association pour la Visibilité Asexuelle, Friction Magazine, Collectif Irrécupérables, Act Up-Paris, Fières, Diivineslgbtqi+ Visibilité Représentativité Afro-Carïbéenne LGBTQI+, ...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/70025
Source : https://www.facebook.com/events/8721540764542…
Source : message reçu le 30 avril 20h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir