Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

lundi 27 mai 2019 à 19h30

Lecture

« En attendant, les avions décollent »

Mise en lecture des propos de personnes enfermées au Centre de Rétention Administrative de Sète

Représentation publique de Mathieu Gabard et Pierre Bertrand (Cactus Calamité team)

Entrée libre

« Ils me gardent ille galement ici, pour gagner des sous, car le France reçoit des sous pour investir dans des centres comme ça, c'est un esclavage moderne. »

D'une activité l'autre, d'une production poétique à la suivante et sous diverses formes, nous sommes heureux de recevoir à nouveau l'École Internationale Supérieure de Poésie Intercontemporaine, avec Mathieu Gabard de Cactus Calamité et Pierre Bertrand.

En janvier 2016, Cactus Calamité présentait un fanzine à partir du CRA de Marseille. C'est à celui de Sète que cette soirée de représentation publique est consacrée le 27 mai.

Un extrait:

Enferme s inutilement
c'est tourner en rond
c'est de penser de l'argent pour rien
c'est faire des quotas d'expulse s au lieu d'aider
ça complique la vie
ça angoisse
ça pense es suicidaires
ça taillade les veines
ça souffrance beaucoup
ça rage
ça stresse
ça je n'arrive pas à dormir la nuit allonge les yeux ouverts
ça la douche brûlante
ça marche pas la machine
ça sert à rien tout ça
c'est pas de jà assez complique comme ça pour que l'Etat vienne mettre des bâtons dans les pattes?
ce centre de re tention administrative de Sète
cage de de sespoir
où chacun attend la sentence administrative
être libe re ou expulse
inutilite
violence
stress
ça complique la vie de ceux qui l'ont de jà assez complique e comme ça
ça arrête
ça stoppe
ça fait rater la naissance de son fils
ça fait perdre son boulot
pour : l'administratif
l'administratif
et dehors c'est n'importe quoi
on est paye 4 euros de l'heure
que l'Etat y nous re gularise pour qu'on soit paye comme tout l'monde
au lieu de ça
on bosse
et avant d'nous payer sur l'chantier
le chef passe un coup d'fil anonyme à la police
qui vient nous arrêter
qui nous met au CRA
qui nous renvoie dans notre pays
comme ça le chef y paye pas
inutilite
enferme s inutilement
bêtement
pour remplir des quotas
pourquoi? pour rien
à des gens qu'on pas besoin d'ça
au lieu de les aider
on leur met des bâtons dans les pattes
centre de re tention administrative de Sète
perte de temps
perte d'argent
perte d'emploi
perte d'espoir
lieu de perdition
en plein coeur de la ville
entourisme e de soleil
lieu de perdition
où gambergent les ide es noires contenues au bord de l'orage
au bord du port
à deux pas du soleil
à deux pas des passants
à deux pas de la poe sie
des espoirs torpille s
des vies en pointille s
prêtes à basculer
à deux pas des transats
à deux pas des hamacs
des bâtons dans les pattes
parasols re vulse s
parasols brise s
trempant dans le silence

Et on leur laisse la parole puisqu'ils nous feront tout entendre le 27 mai.

En attendant, les avions de collent est une pre sentation publique qui met en parole et en jeu des propos de personnes enferme es au Centre de Re tention Administrative de Sète.

Nous menons des visites au CRA de Sète depuis juin 2017. Nous portons la parole de celles et ceux qu'on entend peu, qu'on ignore, qu'on rejette, qu'on tait, qu'on bâillonne, qu'on rafle, qu'on de porte. En attendant, les avions de collent est une pre sentation e volutive que nous continuons de modeler au gre des nouvelles rencontres, situations et te moignages provenant du CRA de Sète.

En attendant, les avions de collent rassemble des artistes autour de la transmission d'une parole renverse e, re volte e, tabasse e, troue e, meurtrie, cerne e.

Nous transmettons directement leurs propos, ou les re e crivons, les re agençons. Nous partageons aussi nos ve cus, ressentis, sensations et pense es à travers des poèmes et textes divers entremêle s aux propos des hommes enferme s.

Ce corpus de textes est dit, lu, chante , joue , danse .

(...)

Depuis le de but de nos visites, à l'e te 2017, en marge du festival de poe sie Voix Vives de Sète, nous allons porter, dans les rues, les paroles des hommes enferme s au CRA, quelques heures après notre sortie de visite dans le but d'e tablir un rapport direct entre l'inte rieur du CRA et l'exte rieur, d'informer et de mobiliser les passants.

Ainsi est arrive e la ne cessite de construire, une forme, mouvante, d'e tablir le socle d'une pre sentation publique, un cadre pour mieux partager ces paroles ; nous sommes partis de ces questions :

Comment faire pour que le pathe tique, le dramatique et le tragique de ces re cits de traversants de la Me diterrane e coulant de leur bouche aux nôtres n'aillent plus se fourrer seulement dans des recoins de la side ration et de l'accablement ?

Comment se rendre sur les rives de la sensibilite sans sombrer dans le sensationnel ?

Comment faire entendre ces voix, toucher une part de chacun qui lui permettrait d'acce der à une prise de conscience, une mise en mouvement, en lutte, en re volte?

Le travail a commence sur ces questions. Le processus de cre ation ressemble à une tentative de de calage, une tentative de dire autrement l'inique et la violence.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/69704
Source : https://openagenda.com/cafe-librairie-michele…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir