thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 20 avril 2019 à 18h

Soirée de soutien à la

coordination anti répression des Gilets jaunes

Concerts, Performances, Stands

La soirée est à prix libre et les fonds seront reversés à la coordination anti répression :

https://www.facebook.com/Coordination-contre-…

On dit que la violence est aveugle.

C'est sûr qu'il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir que la violence utilisée par le mouvement des Gilets jaunes est symbolique et/ou défensive comparée à celle de l'Etat, sa police et ses médias, qui elle est bel et bien effective et destructrice. Inutile de rappeler ici que le niveau de répression du mouvement est déjà devenu tristement historique, que les manifestations soient déclarées ou pas, pacifistes ou véhémentes ne changeant absolument rien. La réponse est systématique: on empêche, on provoque, on charge, on tire dans le tas, on mutile, on menace de mort, on tabasse des street medics, des personnes âgées, des passants, on nasse tout le monde puis on gaze, on enferme... Les mass-medias peinent à continuer à collaborer tant il devient évident qu'ils se vautrent toujours plus dans les "fake news" de semaines en semaines. Oui ces journalistes ne comptent que les dégats matériel mais pas les blessés, inventent des complots ou des leaders pour ne jamais parler du fond, se fatiguent à vouloir éteindre des braises en soufflant dessus, et in fine prient pour l'avènement d'une Marine Le Pen, de l'armée, ou de n'importe quel charlatan d'un grand "retour à l'ordre". Et pendant ce temps le gouvernement Macron accélère son propre burn out et ses mesures de casse sociale et n'hésite pas à privatiser des grosses entreprises nationales lucratives pour conclure son "grand débat" au cas où on aurait pas compris où il voulait en venir.

Oui il faut être aveugle pour ne pas lire le message anticapitaliste des Gilets jaunes qui, depuis quatre mois, réclament, face à un gouvernement de banquiers, plus de justice sociale et fiscale, de réelles mesures écologiques, plus de participation à la vie de la cité, une meilleure répartition des richesses, plus de commun, moins de privé. Et surtout, dans un premier temps, de mettre un frein au planning ultra-libéral d'une oligarchie autoproclamée qui n'a jamais été choisie (pour rappel, à peine 12% réels au premier tour pour Macron).

Alors, maintenant, comment trouver le moyen de s'exprimer aujourd'hui dans cette asphyxie médiatique, dans ce dénigrement des élites et dans cette aliénation individualiste généralisée ? Bloquer Rungis, un terminal pétrolier, ou occuper un rond-point ? Ouvrir un péage de Vinci ou créer des listes de revendications sur facebook ? Saccager une banque, une boutique de luxe ou appeler à la grève générale ? Créer de nouveaux médias ou continuer à défiler tous les samedis en tissant des solidarités inter-luttes ? Qu'est ce qui est le plus efficace ? En tous cas, toutes ces actions le sont déjà bien plus que de mettre un bulletin de vote dans une urne et se plaindre en silence pendant 5 ans. Et, pour cette raison, toutes ces actions sont indistinctement censurées et réprimées. Et les peines sont lourdes.

Oui, tout ça se passe en bas de chez nous. On le sais tous, on s'informe, on échange, on soutien, on participe, on fait ce qu'on peut à notre échelle.

Ce qui est certain, c'est qu'on ne se laissera pas terroriser.

On reste solidaire !

Des Gilets jaunes et leurs complices.

Mecano Lacrymo's photo.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/69410
Source : https://www.facebook.com/events/2406233609612…
Source : message reçu sur ag.interpro.interluttes le 8 avril 14h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir