thème :
Réagir (9)EnvoyeriCalPartager

samedi 30 mars 2019 à 12h

3 parties : 1 2 3

Rassemblement et manifestation

contre les expulsions, les coupures d'énergie, le logement cher !

[ Voir les autres manifestations Gilets jaunes à Paris du samedi 30 mars ]

A l'appel de:
Droit au Logement, Cerveaux non disponibles, Gilets jaunes logement

Attention: la prefecture ayant interdit le rassemblement place du Palais-Royal, il se tiendra place du Châtelet

  • 12h : Rassemblement pique-nique (avec la participation de Les Tabliers Volants )
  • 14h : Manifestation (Place du Châtelet, Quai de la Mégisserie, Quai Mitterrand, Pont du Carrousel, Rue des Saints-Pères, Rue du Four, Rue de Sèvres, Av de Saxe, Av Lowendal, Av de Suffren, Quai Branly, Pont d'Iéna, Trocadéro)

Pour:

  • Arrêt des expulsions et des coupures d'énergie
  • Baisse immédiate des loyers de 50% des charges et de l'énergie
  • Hausse de l'APL
  • Apurement des dettes des accédants
  • ZERO SDF. Respect du droit au logement décent pour toutes et tous (sans abris, mal logés, victimes de sinistres, menacés d'expulsion…)
  • Application des lois DALO, hébergement jusqu'au relogement, réquisition
  • Construction massive de logements très sociaux, taxation des profits immobiliers
  • Abrogation de la loi ELAN…

Note: ce rassemblement+manifestation fait l'objet d'une déclaration en préfecture. Des familles avec enfants et personnes vulnérables y participeront pour porter leurs revendications et défendre leurs droits.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/68791
Source : message reçu sur infos foyers le 24 mars 12h
Source : message reçu le 19 mars 20h
Source : https://fr-fr.facebook.com/events/39132292837…


1 2 3

Acte XX contre

les expulsions, les coupures d'énergie et le logement cher !

Appel national

Dès le lundi 1er Avril, des dizaines de milliers de familles et personnes seront expulsées et jetées à la rue par la police, ou devront subir une coupure d'électricité ou de gaz[1][1]. Loyers et énergie en hausse, baisse des APL, spéculation immobilière, baisse des salaires et des revenus, hausse des taxes, ventes et démolition de logements sociaux, locations touristiques dans les centres des grandes villes… sont les causes de cette violence sociale au quotidien qui frappe des millions d'entre nous.

C'est pourquoi nous exigeons du gouvernement :

  • l'arrêt des expulsions et des coupures d'énergie,
  • la baisse conséquente et immédiate des loyers, des charges et de l'énergie, la hausse de l'APL,
  • l'apurement des dettes des accédants en difficulté,
  • le respect du droit au logement, un logement décent pour toutes et tous (sans abris, mal logés, victimes de sinistres, menacés d'expulsion…), l'application de la loi de réquisition,
  • l'abandon de la privatisation du logement social et la construction massives de vrais logements sociaux,
  • la taxation de la spéculation immobilière,
  • l'abrogation de la loi ELAN…

Nous demandons aux maires de prendre des arrêtés anti expulsion et anti coupure d'énergie, ainsi que des arrêtés de réquisition pour reloger les expulsés et les sans logis

Nous, gilets jaunes, appelons à nous mobiliser

samedi 30 mars lors de l'acte XX

[1][1] En 2017, il y eu 125 00 jugements d'expulsion et 250 000 coupures d'énergie.

Source : https://www.facebook.com/events/3572930981995…
Source : message reçu le 21 février 17h


1 2 3

Paris-banlieue: Gilets jaunes, acte XX.

C'est pas les squats qu'il faut expulser, c'est l'Elysée !

Des Gilets jaunes anarchistes, des squatteur·euse·s, des galérien·ne·s et d'autres

Ça fait plus de quatre mois que le mouvement des Gilets jaunes a commencé, et malgré son intensité et sa détermination, le gouvernement Macron n'a lâché que quelques miettes pour faire bonne figure, tout en faisant voter de nouvelles lois visant à nous faire taire (des mesures anti-chômeurs de fin décembre à la loi anti-casseurs décidée il y a quelques semaines). Comme toujours, les gouvernants, à l'image de la classe possédante, s'accrochent à leurs privilèges. On le sait, il n'y a rien à attendre d'eux.
On a peu parlé de la question du logement depuis le début du mouvement, mais c'est une question centrale dans la vie quotidienne de tou·te·s. C'est aussi une question révélatrice des inégalités sociales et du fossé énorme qui existe entre les plus riches et les plus pauvres.

Du côté de la classe possédante, il y a tout un paquet de bourgeois·es qui sont propriétaires de plusieurs bâtiments et se font de la maille sur notre dos. Il y a aussi l'État qui prétend mener une politique «sociale» pour le logement, mais c'est de la poudre aux yeux, de la poudre de perlimpinpin

Côté Gilets jaunes, question logement, c'est la galère à plusieurs niveaux. La plupart se saignent pour payer des loyers à des propriétaires privés ou «publics», certain·e·s s'endettent sur des dizaines d'années pour être propriétaires de leur logement, et d'autres sont poussé·e·s à squatter, c'est-à-dire à occuper des bâtiments vides sans demander d'autorisation aux propriétaires. Les plus en difficulté d'entre nous tou·te·s vivent dans la rue, dans leur véhicule, dans des bidonvilles, des tentes, ou carrément sous un pont ou sur une bouche d'aération…

Cette simple description de la situation peut paraître caricaturale. Elle est pourtant bien réelle. Elle constitue une raison supplémentaire de se révolter, et de vouloir changer les choses.

Si tout le monde ressent bien la nécessité d'avoir un toit pour vivre avec un minimum de confort, pour beaucoup d'entre nous, la question du logement est une source de stress: loyers trop chers, menaces d'expulsion, déménagements forcés à cause de l'embourgeoisement de nombreux quartiers, manque d'entretien des bâtiments dans les cités les plus pauvres, et chaque soir se demander où on va dormir pour les plus galérien·ne·s…

* * *

Le gouvernement et les médias ont parlé de «Grand Débat», ont essayé de nous endormir avec du blabla entre politicien·ne·s, que ce soit à la télé ou dans des salles municipales, genre renouvellement de la démocratie, on s'écoute et on décide tou·te·s ensemble. La bonne blague ! Il en ressort quoi de cette opération médiatique ? Un bon gros foutage de gueule.

Les racistes parlent de «Grand Remplacement», essayent de nous diviser entre Français·es et étranger·e·s, de rejeter la faute sur les migrant·e·s si on manque de thunes, si on n'a pas de taf ou de logement. C'est n'importe quoi ! Les migrant·e·s sont encore plus dans la merde que nous, c'est pas eux\elles qui nous exploitent, c'est pas eux\elles qui nous rackettent. C'est pas eux\elles, les riches qui profitent du boulot et des services effectués par des gens payé·e·s au lance-pierre.

Les élu·e·s d'Île-de-France et les promoteurs immobiliers parlent de «Grand Paris», essayent de nous faire croire que grâce aux investissements dans l'aménagement urbain tout ira mieux, qu'on finira par vivre dans une belle mixité sociale au sein d'un capitalisme bienveillant. Ça aussi c'est n'importe quoi ! Ce à quoi on assiste progressivement, c'est Paris qui se vide de ses habitant·e·s, c'est l'embourgeoisement de la petite Couronne, l'expulsion et l'expropriation de plein de gens pour laisser place à des projets capitalistes rutilants, l'impossibilité de trouver un logement abordable sur Paris ou en proche banlieue et l'obligation d'aller vivre toujours plus loin en banlieue.

Pourtant, les bâtiments vides, c'est pas ce qui manque. Rien qu'à Paris intramuros, il y aurait à peu près 200 000 logements vides, c'est-à-dire largement assez pour loger toutes les personnes qui dorment dehors dans toute la France (environ 200 000 selon des estimations récentes d'associations qui viennent en aide aux SDF).

Cette nécessité de squatter pour se loger, beaucoup l'ont comprise depuis longtemps et la mettent en pratique, passant à l'action sans rien demander aux autorités, aux institutions, aux propriétaires. Les bourges, ça les empêche pas de dormir de savoir que des centaines de milliers de personnes dorment dehors. Ce qui les stresse, c'est qu'on passe à l'attaque dans les quartiers riches, c'est la peur de devoir descendre de leur piédestal.

* * *

Squatter, occuper «sauvagement» des bâtiments, des terrains, est bien entendu illégal. Mais on n'arrivera jamais à rien en respectant les lois. Les lois sont faites par les riches, pour les riches, pour nous empêcher de lutter. Une des plus récentes propositions de loi vise d'ailleurs à couper le RSA aux «casseur·euse·s» condamné·e·s… Une arme de plus pour réprimer celles\ceux qui luttent.

Face à ces politicien·ne·s qui flippent de perdre leurs privilèges et qui font tout pour nous affaiblir, on a besoin de renforcer nos luttes. On a besoin de lieux pour habiter, mais aussi pour s'auto-organiser, pour se rencontrer, pour lutter. Pour cela, des squats s'ouvrent. Il y a quelques jours, un grand squat a été expulsé à Montreuil (l'Écharde, où vivaient une vingtaine de personnes, où se trouvait un infokiosque rassemblant diverses lectures anti-autoritaires, où se réunissaient notamment une assemblée anti-carcérale et un collectif de lutte contre les centres de rétention administrative). Les Gilets jaunes aussi ont ouvert des squats ces quatre derniers mois: à Saint-Nazaire, une «Maison du Peuple» est ouverte depuis le 24 novembre dernier. En décembre dernier, le squat du Marais, à Caen, a accueilli une assemblée des Gilets jaunes. Mi-février à Avranches, une maison abandonnée depuis quinze ans a été occupée par des Gilets jaunes pour en faire un lieu de rencontre et d'auto-organisation. Elle a été expulsée deux jours après par la police ! Le samedi 2 mars, lors de l'Acte XVI, les flics ont empêché l'ouverture d'un QG de lutte à Nantes. Et bien sûr, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, des cabanes servent de lieux de rencontres et d'auto-organisation partout en France, subissant elles aussi la répression. De droite, de gauche, quelle que soit sa couleur politique, l'État déteste que son «peuple» s'organise sans lui, contre lui, de façon autonome.

* * *

Dès le 1er avril, c'est la fin de la trêve d'hiver. Déjà que de nombreux squats ont été expulsés en plein hiver, là ce sera opération «portes ouvertes», les flics vont enchainer les coups de bélier et défoncer des portes ! Les expulsions vont se succéder: squatteur·euse·s et locataires qui n'arrivent plus à payer leurs loyers, tout le monde va y passer.

Ce qui compte dans cette société, c'est pas qu'il n'y ait plus personne qui dorme dehors.
Ce qui compte dans cette société, c'est de protéger les privilèges des bourgeois·es, protéger la propriété privée même quand elle ne sert à rien, même quand les bâtiments sont vides.
Ce qui compte dans cette société, c'est d'avoir un discours hypocrite et humaniste quand bien même la réalité est tout autre.

Pour toutes ces raisons, c'est pas les squats qu'il faut expulser, c'est l'Elysée. Pas pour changer de Président. Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen ne valent pas mieux que Macron. De toute façon, on pourrait mettre le plus doux des agneaux à l'Elysée, il se transformerait rapidement en chef mafieux. C'est parce que le pouvoir corrompt qu'on ne veut pas de Président du tout. C'est aussi parce que l'auto-organisation, sans chef pour diriger nos vies, nous semble largement plus désirable que ce système qui survit par l'exploitation, les inégalités sociales et la répression.

30 mars 2019, Paris-banlieue
Des Gilets jaunes anarchistes, des squatteur·euse·s, des galérien·ne·s et d'autres
Contact: personexne@squat.net

Post scriptum: à tou·te·s les squatteur·euse·s en herbe, jetez un oeil au «Squat de A à Z», dont une mise à jour devrait être publiée en avril 2019. À suivre !

À Paris, rendez-vous samedi 30 mars 2019 à 12h sur la place du Châtelet pour se retrouver, et partir en manif «Gilets jaunes / Logement» vers 14h.

Source : https://fr.squat.net/2019/03/29/paris-banlieu…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Par Anonyme, le 29/03/2019 à 20:30

Le DAL existe depuis fort longtemps, en agissant, avec des résultats... sans casses, mais avec occupations d'immeubles!

Heureusement qu' il existe!!!

Et devant les sièges de CNews ou BFM, ce serait pas mieux??

Par Anonyme, le 28/03/2019 à 18:56

parce que eux, putain, ils le valent plus que bien!

DAL

Par Anonyme, le 28/03/2019 à 17:18

Ce cortège DAL n'est pas une aubaine, c'est un parasite de plus (pas le seul, on est d'accord) qui se greffe au mouvement des gilets jaunes.

profitons-en

Par Anonyme, le 28/03/2019 à 15:08

Parcours extraordinaire. Retour des GJ rive gauche. Départ à 14h, donc auparavant, vous avez le temps de vous retrouver en tous les autres rdv, de sévir un peu partout dans Paris, avant de venir vous incruster dans le cortège DAL. De plus, la greffe de cerveaux non disponibles va prendre : ça promet...Paraît que des flics dorment dans leur voiture à leur sortie de l'école de police lorsqu'ils sont nommés dans des zones "tendues" pour l'immobilier...Qu'ils squattent dans les beaux quartiers, en même temps, ils y surveilleront les voyous dorés et les délinquants en col blanc. Ce cortège DAL est une aubaine. Mettons le DAL à notre service, gilejaunifions le DAL.

Le 30 mars tous pour le droit au logement pour tou-te-s

Par Anonyme, le 26/03/2019 à 00:01

Le logement est devenu hors de prix et les Gilets jaunes réclament qu'il soit un droit pour tous.

Le DAL ( droit au logement) aussi, et a essayé d'empêcher le vote de la loi ELAN qui a détruit ce droit; il occupe avec des mal logé-e-s et SDF le gymnase Roquépine à Paris pour obtenir des relogements. Nous ne voulons plus voir personne à la rue, y compris des femmes et des enfants!

Tous et toutes, faisons du 30 mars - à la veille de la fin de la trêve hivernale - un ACTE XX commun contre les expulsions locatives, pour que chacun ait un toit, pour la réquisition des logements et bureaux vides, contre la spéculation immobilière ! Tou-te-s ensemble, Gilets Jaunes Logement et DAL et mal logé-e-s ou sans logis , en une même énorme manifestation ! Ouvrons une Maison du Peuple !

MANIF GILET JAUNE

Par Anonyme, le 25/03/2019 à 20:48

GILLET JAUNE UNE SEULE GRANDE MANIF A PARIS CA CERAIT SUPER

Palais Royal, la classe !

Par Anonyme, le 25/03/2019 à 13:26

Palais-Royal :central, visible, chic, fric, et pouvoir :Conseil d'Etat, Comédie française, Louvre, ministère de la culture. Paris classe reçoit Paris crasse. Et si les Champs sont à nouveau autorisés pour la manif déclarée, ça peut faire une jonction. La rue Montorgueil est proche : pour ceux qui le 16 mars étaient visés par des pots de fleurs depuis le 5ème étage... Le DAL semble avoir prévu de pique-niquer jardin du Carrousel -entre les deux ailes du Louvre, puis ensuite marche vers le ministère du logement : en fort distingué 7ème arrd. A côté, le Bon Marché, la Grande Epicerie, du groupe LVMH de Bernard Arnault : vous le méritez bien !

manif du DAL

Par Anonyme, le 25/03/2019 à 11:41

Ce n'est pas une manif Gilets Jaunes, mais une manif du DAL.

Par Anonyme, le 24/03/2019 à 14:34

Très beau mouvement, une expulsion n est pas une sanction il casse une vie.