thème : écologie
Réagir (6)EnvoyeriCalPartager

samedi 18 mai 2019 à 14h

3 parties : 1 2 3

Marche mondiale contre Monsanto / Bayer

  • Départ de République à 14h, avec des animations festives et musicales
    Parcours: République > Bd de Magenta > place Bonsergent > rue de Lancry > quai de Jemmapes > boulevard de la Villette > Stalingrad.
  • Dès 16h un village associatif sur la place Stalingrad pour accueillir la Marche
  • Témoignages et prises de parole à Stalingrad à l'arrivée de la Marche

Le 18 mai 2019, pour la septième année consécutive, des citoyens du monde entier se rassembleront dans des dizaines de villes (dont plus de 30 en France) pour des Marches et des actions non-violentes. Nous manifesterons contre le système agro- industriel et les multinationales de l'agrochimie (Monsanto/Bayer, Syngenta, BASF, Dow Chemical, DuPont, ChemChina, Limagrain...) qui sont responsables de l'empoisonnement de la planète et de ses habitants actuels et futurs.

La Marche mondiale contre Monsanto/Bayer est l'occasion de dénoncer un modèle agricole qui va dans le mur. L'agriculture intensive et industrialisée est dépendante à la fois de semences génétiquement modifiées (OGM) et de produits de synthèse dont nous ne voulons pas : pesticides et engrais qui tuent la biodiversité.

Le dernier rapport très alarmant de l'IPBES présenté le 6 mai dresse un constat dramatique de l'état de la biodiversité sur Terre et nous oblige à exiger une fois de plus des actes concrets très forts aux décideurs politiques et économiques pour tenter d'inverser la tendance négative.

Les négociations pour la prochaine PAC (2021-2027) sont l'occasion de changer radicalement l'agriculture européenne qui repose actuellement sur un modèle agro-industriel néfaste pour les êtres humains et l'environnement.

Devant le manque d'action des différents gouvernements qui se sont succédé ces dernières décennies, avec notamment l'augmentation constante de l'usage des pesticides et du nombre de fermes-usines, nous appelons tou-te-s les citoyen-ne-s à se mobiliser massivement le samedi 18 mai 2019.

Programme

La Marche contre Monsanto/Bayer de Paris partira de la place de la République à 14h, avec des animations festives et musicales : une Batucada (orchestre de percussions du Brésil), une semeuse géante, un stand de maquillages gratuits...

Dès 16h sur la place Stalingrad, un village associatif et festif sera ouvert pour accueillir l'arrivée de la Marche.

Des témoignages et des prises de parole sont prévus à l'arrivée de la Marche à Stalingrad.

Vous êtes toutes et tous les bienvenu-e-s samedi !

Plus de 100 organisations appellent à cette Marche en France dont :

Combat Monsanto, Nous voulons des Coquelicots, Générations Futures, Greenpeace, Idle No More, Alternatiba, SOS Racisme, Vietnam Dioxine, la Fondation Nicolas Hulot...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/67469
Source : message reçu le 15 mai 18h
Source : https://www.facebook.com/events/7838278319951…
Source : message reçu le 5 février 13h


1 2 3

Marche mondiale contre Bayer-Monsanto

Attac France

Attac France appelle à participer à la marche mondiale contre Bayer-Monsanto.

A Paris, la marche partira à 14h de la Place de la République pour rejoindre la Place Stalingrad.

Un cortège avec un char « abeille géante » organisé par Attac France se donne rendez-vous à 13h30 devant le magasin "Habitat" (Place de la République). Consultez l'événement Facebook.

L'appel à mobilisation

Le 18 mai 2019, pour la 7e année consécutive, des citoyens du monde entier se rassembleront dans des dizaines de villes pour des Marches et des actions non-violentes. Ils manifesteront contre le système agro-industriel incarné par les multinationales de l'agrochimie, responsables de l'empoisonnement de la planète et de ses habitants actuels et futurs.

La Marche mondiale contre Bayer/Monsanto est l'occasion de dénoncer collectivement un modèle agricole qui va dans le mur. L'agriculture intensive et industrialisée est dépendante à la fois de semences génétiquement modifiées (OGM) et de produits de synthèse dont nous ne voulons pas : pesticides toxiques et engrais climaticides. Elle est sous la coupe de multinationales qui s'approprient le vivant, dont le symbole planétaire Bayer/Monsanto n'est qu'un représentant parmi d'autres (Syngenta, BASF, Dow Chemical, DuPont, ChemChina, Limagrain...). Avec les agriculteurs, premières victimes de ce système mortifère, les citoyens sont évidemment touchés par les conséquences sanitaires de la dispersion incontrôlée de milliers de molécules de synthèse dans l'environnement. La situation est d'autant plus alarmante que la France est le deuxième consommateur européen de pesticides et le troisième au niveau mondial.
L'urgence climatique et environnementale exige un changement radical du monde agricole, qui ne peut continuer à favoriser uniquement les plus grandes exploitations au détriment de la majorité des petites fermes. Les négociations actuelles pour la prochaine PAC (2021-2027), dont le budget devrait s'élever à plus de 300 milliards d'euros, doivent remettre complètement à plat le système de subventions pour réserver celles-ci aux agriculteurs écologiques et inverser ainsi la tendance actuelle qui privilégie les systèmes les plus polluants.
Des investigations médiatiques ont récemment révélé les pratiques révoltantes des multinationales de l'agrochimie qui publient des études scientifiques falsifiées, exercent une énorme pression sur les institutions internationales et européennes (notamment l'EFSA et l'ECHA) et infiltrent ces dernières pour obtenir la prolongation d'autorisation de leurs poisons ou encore utilisent la technique du ghostwriting en payant certains scientifiques pour s'acheter une intégrité.

Régulièrement, des scandales planétaires viennent rappeler les conséquences catastrophiques des pesticides de synthèse sur la santé humaine et l'empoisonnement de l'environnement (glyphosate sur toute la planète avec notamment les épandages par voie aérienne en Argentine, au Brésil et en Colombie, dicamba aux États-Unis, chlordécone dans les Antilles françaises…).
Depuis des années, des procédures judiciaires contre Monsanto sont en cours aux États-Unis (plus de 13 400 à ce jour) et la multinationale a récemment été condamnée par deux décisions de justice à verser des dizaines de millions de dollars de dommages et intérêts aux victimes plaignantes (Dewayne Johnson et Edwin Hardeman). En France, l'agriculteur Paul François, gravement intoxiqué par un pesticide en 2004, vient de gagner pour la troisième fois une nouvelle étape dans son long combat judiciaire commencé il y a plus de 10 ans contre Monsanto. La Franco-Vietnamienne Tran To Nga a attaqué quant à elle 18 firmes américaines en 2014 pour avoir fabriqué les herbicides (dont 84 millions de litres d'agent orange) déversés pendant la guerre du Vietnam et qui ont provoqué un véritable écocide et une catastrophe humaine qui touche plus de 4 millions de victimes sur trois générations.

Les pesticides de synthèse n'ont jamais été aussi décriés dans le monde et des pays commencent à en interdire certains grâce à la pression populaire croissante. Depuis 2018, l'Union européenne (UE) a enfin interdit plusieurs pesticides néonicotinoïdes tueurs d'abeilles, la France a prohibé l'usage des pesticides de synthèse par les particuliers et dans les espaces verts publics et le Vietnam vient tout juste d'interdire le glyphosate sur son territoire !
Mais des décisions négatives récentes, telles que la prolongation d'autorisation du glyphosate dans l'UE jusqu'en 2022 ou le report à 2025 de la fin de la fabrication de pesticides interdits en France (mais exportés), continuent d'être adoptées au mépris de la santé humaine et de la préservation de l'environnement ! L'augmentation constante de la quantité de pesticides utilisés en France ces dernières années montre que l'État ne fait rien pour respecter ses engagements et continue de suivre le dogme du principal syndicat agricole pro-pesticides, la FNSEA.

Pourtant, les alternatives à l'agriculture intensive et aux pesticides existent déjà et il est plus que temps de les mettre en place dès maintenant à grande échelle. Nous ne pouvons nous permettre d'attendre encore des années pour réaliser une révolution agricole complète fondée sur une agriculture respectueuse de la planète et de ses habitants. Les aides de la prochaine PAC doivent aller en priorité aux petites exploitations qui pratiquent l'agriculture et l'élevage écologiques. Les pesticides de synthèse les plus dangereux (dont le glyphosate) doivent être interdits immédiatement et les autres doivent disparaître d'ici 2025. Nous ne voulons plus que les fermes-usines fassent partie du paysage agricole français et nous soutenons les élevages écologiques de proximité, sans soja transgénique importé d'Amérique du sud ni antibiotiques. Des mesures doivent être prises pour la reconversion des outils de production et des salarié-e-s des multinationales sus-nommées, comme la permanence, pendant la période de reconversion, d'un revenu et d'une protection sociale équivalents à l'emploi occupé précédemment.
De plus, les agences sanitaires nationales et européennes doivent exclure tous leurs membres concernés par des conflits d'intérêts et devraient avoir l'obligation de se baser sur des études scientifiques publiées n'émanant pas des multinationales qui fabriquent ces produits qu'elles contrôlent. De plus, il est important de garantir l'existence de laboratoires indépendants pour vérifier la qualité des aliments fabriqués et vendus en France.
Cette agriculture, écologique et productive, est créatrice d'emplois non-délocalisables, capable d'assurer aux producteurs un revenu juste et aux consommateurs des produits sains et accessibles à tous les budgets. Nous voulons une agriculture transparente et sans OGM, ni dans les champs, ni dans l'alimentation animale, grâce à une interdiction législative globale des organismes transgéniques et un étiquetage réel et précis sur tous les produits alimentaires, y compris les œufs, les produits laitiers et la viande. Le passage d'une agriculture industrielle à une agriculture écologique ne se fera pas sans une évolution globale de la qualité de notre alimentation, notamment dans la restauration scolaire. Cela doit passer en particulier par une baisse importante de la consommation de viande industrielle, une augmentation de la consommation de produits bio et locaux...

L'objectif de la Marche mondiale contre Bayer/Monsanto (MaM) ne se limite pas à une simple manifestation éphémère. Elle a vocation à rassembler des citoyens derrière un objectif commun : dénoncer l'agro-industrie et ses multiples représentants (industriels, politiques et syndicaux) dans le but de construire un grand mouvement collectif qui agisse toute l'année de manière radicalement non-violente.
Afin d'être plus efficaces, nous ne nous contenterons pas de marcher le 18 mai : nous mènerons aussi des actions d'interpellation directe prochainement, qui placeront multinationales, distributeurs, producteurs et élus devant leurs responsabilités.
La MaM est un événement militant non-partisan, autogéré localement par les personnes qui s'en emparent et s'organisent, dans une logique horizontale de convergence et de non-violence, afin d'assurer la participation du plus grand nombre. La réussite de la Marche dépend de la mobilisation des citoyens, des organisations et collectifs engagés dans les domaines de l'environnement, l'agriculture, la santé, l'alimentation, la défense des victimes de l'agrochimie...

Plusieurs marches auront lieu en France et dans le monde entier, nous devons nous joindre à cette grande vague de mobilisations. Toutes et tous soyons nombreux debout pour la vie de nos enfants, pour la défense de la Nature, pour un monde plus juste et en paix !

Source : https://france.attac.org/agenda/article/march…


1 2 3

Appel à marcher le 18 mai pour que les

multinationales assument les responsabilités de leurs atteintes aux droits !

LDH

Depuis maintenant sept ans, une marche citoyenne a lieu en mai dans le monde entier pour dénoncer les pratiques attentatoires au droit de vivre dans un environnement sain des grands groupes de l'industrie agrochimique. Elle se concentre sur la figure de Monsanto (désormais Bayer-Monsanto), non parce qu'il en est le seul responsable, mais parce qu'il en est venu à incarner l'esprit d'inconséquence qui domine le système économique contemporain.

Déformant l'objectif de sécurité alimentaire face aux aléas naturels, l'agrochimie est allée très loin dans la volonté de contrôler les cycles et la chaîne de production, incluant des pans toujours plus grands de la vie sociale agricole dans un marché mondial. En Inde par exemple, le contrôle par Monsanto des semences transgéniques stériles du coton a conduit des milliers de paysans à la misère et au désespoir, avant que le gouvernement ne réagisse.

Car de manière générale, les pouvoirs publics ne jouent qu'a minima leur rôle de protection des populations, se satisfaisant d'une régulation minimale des logiques capitalistiques de l'industrie. Les conflits d'intérêts dans la recherche sur la dangerosité des produits pesticides et leurs effets sur les écosystèmes, les tentatives d'influence qui ne sont pas découragées sont autant de signes délétères pour la démocratie.

Face à cela, des collectifs citoyens se sont mobilisés pour mettre les institutions et l'industrie face à leurs responsabilités respectives. La quasi-impunité de Monsanto commence à être battue en brèche, avec des décisions de justice qui lui ont été récemment défavorables. Cela a aussi été rendu possible grâce au travail réalisé lors du procès fictif de Monsanto à La Haye dès 2015, qui avait dégagé des arguments sur sa culpabilité dans un « crime d'écocide » : une destruction intentionnelle de l'environnement portant atteinte aux droits humains.

Face aux calculs essentiellement financiers et à courte vue des multinationales, mais dont les conséquences se font sentir à long terme, il importe en effet que les droits soient défendus non plus seulement de manière immédiate, mais aussi en perspective. Pour l'exiger, marchons le 18 mai !

Source : http://www.ldh-france.org/appel-a-marcher-le-…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Par Anonyme, le 18/05/2019 à 12:51

Je suis d'accord avec cette marche, et je serais venue si je n'avais pas été blessée lors de la manifestation de Gilets jaunes du 20 avril. Nous devons faire converger nos luttes : l'environnement, la préservation de la biodiversité, en lien avec les luttes sociales, la lutte contre l'évasion fiscale, la préservation des services publics (le train à la place des camions, des bus...), la lutte pour sauver les hôpitaux à l'agonie (où j'ai pu constater à quel point c'est devenu un parcours du combattant pour se faire soigner correctement). J'attends de toutes ces associations de défense de l'environnement, un soutien plus important aux revendications des Gilets jaunes, et une prise de position réelle contre la répression et les violences policières qui ont atteint des sommets.

Nous pouvons tous être unis, nous serons plus forts pour obtenir des résultats, au lieu de manifester chacun de notre côté. En Algérie, ils sont nombreux dans la rue, et sans violence obtiennent beaucoup plus que nous ! La police osera moins nous matraquer si nous sommes un million dans la rue !

Une syndiquée CGT et Gilet jaune

pourquoi une manif une fois par an ....

Par Anonyme, le 18/05/2019 à 00:42

le gouvernement s'en fiche de votre manif ,une fois par an; il décide sans vous. il faut changer cette république. Obtenir la dissolution de l'assemblée, au moins . Je souhaiterais un gouvernement provisoire , pour mettre en place une nouvelle constitution , avec le RIC. Il est urgent d'agir pour une vraie écologie. ( on dénonce les dégradations de l'environnement depuis 30 ans .... cultres inténsives, élevages intensifs, etc.... par de nombreuses associations .. et pour peu de résultats...)

Par Anonyme, le 17/05/2019 à 16:19

tant que vous ne rejoignez pas la cause sociale et que chacun manifeste sans effets dans son coin ce sera parfait ! - Manu Mdr

Par moderateur, le 16/05/2019 à 21:52

Merci 21:35 ! C'est ajouté.

parcours manif

Par Anonyme, le 16/05/2019 à 21:35

Source FB Idle No More France :

Voilà, la 7e autorisation de marche parisienne est en poche. Certaines personnes s'inquiétaient de savoir si elle était déclarée ou non. Oui, elle est toujours déclarée plusieurs mois à l'avance chaque année. La sécurité a toujours primé dans l'organisation de la MAM. Alors n'hésitez pas à venir en famille, beaucoup d'animations sont prévue. Batucada, stand de maquillage pour petits et grands, stands d'information. Et nos amis du collectif "Nous voulons des coquelicots" vous réserve une surprise de taille, mais chuttttt, ça reste entre nous ;)

Parcours déclaré : République - Bd de Magenta - place Bonsergent - rue de Lancry - quai de Jemmapes - boulevard de la Villette - place de Stalingrad.

Ôn y sera

Par Anonyme, le 16/05/2019 à 15:06

en tant que faucheur je ne peut qu y être pour dire à nos dirigeants:non,et vous devrez payer.tous ceux qui ont imposé ces saloperies par votre silence.ce n est point tant le bruit des bottes qu il nous faut craindre aujourd'hui que le silence des pantoufles