Réagir (1)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 18 décembre 2018 à 14h30

3 parties : 1 2 3

Rassemblement à Paris des retraités

Rv à 14h30 devant le ministère de finances


Pressurés et maltraités, c'est assez !

Nous sommes 17 millions de retraité-e-s : imposons-nous, exprimons notre colère !

CGT, FO, FSU, Solidaires, CFTC, CFE/CGC, FGR, UNSA, LSR, ADRA

Nous sommes particulièrement pressurés depuis 2013 :

La liste est longue des mesures ayant diminué le pouvoir d'achat : le gel des pensions pendant plusieurs années, la fiscalisation de la majoration familiale de pension, la suppression totale de la 1⁄2 part fiscale pour les personnes vivant seules ayant élevé au moins un enfant.

De nouvelles taxes apparaissent, elles ont diminué la retraite : de 0,3 % avec la CASA, de 1,7 % avec la CSG, soit une baisse de pension de 3 %, c'est-à-dire un tiers de mois de pension perdu chaque année.

Nous sommes fortement pressurés et maltraités depuis 2018 :

  • En 2018, perte de près de la moitié d'un mois de pension à cause de la hausse de la CSG et du gel de la pension alors que l'inflation de ces 12 derniers mois s'élève à 2,2 %
  • En 2019, la perte s'élève à 2/3 d'un mois de pension, à cause de la maigre revalorisation des pensions de 0,3 % alors que l'inflation est annoncée à 1,7 %, pour le moment...
  • En 2020, la perte atteint 90 % d'un mois de pension, à cause de la revalorisation de 0,3 %, bien moins que l'inflation prévue à 1,8 %.
  • Sur les trois années, nous perdons plus de 2 mois de pension ! Sur une même période de 3 ans, en tant qu'actif, aurions-nous accepté de ne pas être payés pendant 2 mois ?

Nous serions indéfiniment pressurés si nous laissons faire.

C'est un recul social de 70 ans qui est inscrit dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2019, le PLFSS, actuellement en discussion au parlement. Jusqu'à maintenant, nos cotisations sociales nous donnaient droit à une pension, revalorisée chaque année selon une règle précise, le salaire moyen ou l'inflation.

Si nous laissons faire, nous n'aurions plus de retraite, plus de pension, mais une « allocation sociale », revalorisée, ou pas, selon le fait du prince (0,3 % pour 2019 et 2020, bien moins que les prix qui continuent d'augmenter).

Si nous ne réagissons pas à ce test en 2019 et 2020, cette « allocation sociale » remplacerait la retraite et la pension définitivement, elle serait inscrite dans la loi retraite que veut faire voter le gouvernement en 2019.

Où va notre argent ? Aux plus riches !

Les millions d'euros pris dans nos poches ne sont pas perdus pour tout le monde :

  • suppression de l'ISF, l'impôt sur la fortune,
  • mise en place de la « flat tax » sur les revenus des actions (12,5 % d'impôts au lieu de 45 % pour les plus riches)
  • suppression de « l'exit taxe » (qui luttait contre l'évasion fiscale), baisse de l'impôt sur les sociétés (jusqu'à 25 % en 2022),
  • baisse de 1,8 point de la cotisation famille,
  • baisse annoncée des cotisations patronales maladie de 6 points en 2019, etc.

Pressurer, maltraiter les personnes en retraites n'est pas une obligation économique, c'est un choix politique de répartition des richesses.

Ne nous laissons pas faire, nous revendiquons :

  • La suppression de la hausse de la CSG dans le PLFSS 2019.
  • La revalorisation de toutes les pensions, par la fin du gel des pensions, le rattrapage des pertes subies, le refus du 0,3 % en 2019 et 2020.
  • L'indexation des pensions sur les salaires et un minimum de pension au SMIC pour une carrière complète.
  • Le maintien des pensions de réversion, sans conditions de ressources.
  • La prise en charge de la perte d'autonomie à 100% par la sécu et l'ouverture d'un droit universel dans le cadre du service public.
  • L'amélioration des moyens budgétaires, le recrutement important de personnels qualifiés et l'humanisation des EHPAD et des services d'aide à domicile,
  • Le développement et le renforcement de services publics de qualité indispensables au mieux vivre individuel et collectif (santé, transports, culture, sécurité, etc.).

Les 10 organisations de retraités agissent sur le département et appellent les retraités à se défendre, sans relâche

  • Nos organisations départementales interviendront dans le cadre de l'action nationale du 18 décembre et ont demandé à être reçues à la préfecture ce même jour à 15h.
  • En ce mois de décembre, nous nous adresserons également aux parlementaires du département pour porter nos revendications.
  • Début 2019, nous appellerons les retraités participer à une nouvelle mobilisation nationale.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/66051
Source : https://solidaires.org/ACTION-NATIONALE-DES-R…


1 2 3

Les retraités ne sont pas seulement en colère…

Ils veulent une revalorisation de leurs pensions

CGT Paris retraités

Pour justifier les mesures qui réduisent le pouvoir d'achat des retraités, le gouvernement d'Emmanuel Macron affirme vouloir favoriser « ceux qui travaillent » ou encore « ceux qui font tourner le pays ». Mais comment peut-on les croire ?!

Car pour le président de la République, ceux « qui font tourner le pays » ce sont « les premiers de cordée », autrement dit les grandes fortunes du pays et le grand patronat. Ceux à qui il ne demande jamais de « faire un effort » alors qu'ils pourraient le faire sans mettre en péril leur immense patrimoine.

Bien au contraire, il leur a accordé tous les privilèges : suppression de l'Impôt Solidarité sur la Fortune, réduction de la fiscalité sur les dividendes et le capital, exonérations fiscales de toutes sortes et sans jamais vraiment inquiéter les évadés fiscaux et les fraudeurs.

Pourquoi enrichir les riches et appauvrir les autres ?

Sous la présidence d'Emmanuel Macron, les plus riches n'ont jamais amassé autant d'argent : record battu cette année avec un montant de 431 milliards soit une hausse de 15% en moyenne. Le plus riche d'entre eux, Bernard Arnaud, a vu sa fortune augmentée de 50 %.

Selon le Président, ces faveurs devaient favoriser l''investissement et l'emploi. Les investissements stagnent, les prévisions de croissance sont revues à la baisse. Le chômage a encore augmenté. Les salaires ?

Une maigre augmentation par la suppression des cotisations sociales, compensée par la hausse de la CSG.

Ce qui revient à faire financer par les retraités, à la place des employeurs, des prestations dont ils ne bénéficient jamais : indemnités de chômage et congés de maladie et maternité.

Les retraités font aussi « tourner le pays »

Préserver et augmenter le pouvoir d'achat des retraités, contrairement à ce qu'affirment nos gouvernants, est très utile à l'économie du pays.

L'immense majorité des retraités ne spéculent pas, ni ne placent leur argent dans des paradis fiscaux. Ils l'injectent dans l'économie.

Selon le CREDOC, les plus de 50 ans représentent 48 % de la consommation totale de la France. Ils assurent 64% du marché de la santé, 60% de l'alimentation, 58% de l'équipement, 57% des loisirs et un tiers des jouets sont achetés par les retraités.Ils sont le cœur d'une nouvelle industrie, la « silver economie », emplois à domicile, télé-assistance et sécurité, qui va générer la création de 350 000 emplois d'ici 2020. Ils consacrent 4 % de leurs revenus soit 10 milliards à leurs enfants et petits enfants... Et que dire de leur contribution aux activités associatives socialement précieuses pour compenser le désengagement de l'Etat.

L'exonération de la taxe d'habitation ? Un leurre

Au total, c'est près de 5 milliards de pouvoir d'achat qui aura été prélevé sur les pensions. L'exonération par tiers de la taxe d'habitation représente cette année 1,2 milliards seulement. Mais de plus, cela va se traduire par des suppressions d'aides et de services dans les municipalités que l'Etat aura privé de ressources. Les retraités en particulier se verront privés de toutes sortes d'aides dans les villes et les villages. A cela s'ajoutent les augmentations de carburants, du fuel, du gaz, des mutuelles, la réduction de l'aide au logement...

Une baisse continue du pouvoir d'achat des retraités

Les retraités sont et seront lourdement frappés.

Toutes les prévisions montrent que le niveau de vie des retraités va baisser au minimum de 20 % d'ici à 2035. Cela n'est pas acceptable sur le plan humain, mais ne l'est pas non plus sur le plan économique et social. Pas question de laisser faire.

Nous sommes 16 millions

Le gouvernement fait semblant d'ignorer le rôle que jouent les retraités dans tous les domaines de notre société. Il ne peut mépriser à ce point le rôle qu'elles et ils ont joué dans la production des richesses de la France. En réalité, il craint la colère des retraités et surtout leur résistance et leurs actions. Nous n'allons pas le rassurer.

Nous allons multiplier les initiatives dans tout le pays.

La CGT à la rencontre des retraité·e·s

Dans les villes et les villages, les retraités CGT vont au devant de leurs « collègues retraités »

pour débattre de leurs situations, certains sont en grande difficulté, définir les modes d'actions qui rassemblent largement les retraités. Car nous ne sommes pas seulement en colère, nous voulons que nos retraites soient revalorisées à la hauteur de ce qui nous a été injustement prélevé.

Rassemblement devant le ministère des finances

Le 18 décembre à 14 h 30

Source : http://cgtparis.fr/spip.php?article3503


1 2 3

Le Président parle,

la colère et les revendications des retraité.e.s restent.

CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, E&S

La colère et la mobilisation des retraité.e.s sont confirmées par le mouvement social actuel, dans lequel ils sont souvent impliqués.

Le Groupe des 9 organisations de retraité-e-s (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, Ensemble & solidaires) qui regroupe forces syndicales et associations, est présent depuis 2014 sur le terrain pour protester contre notamment la hausse de la CSG de 25 %, la poursuite du gel des pensions en 2018 et la sous-indexation d'ores et déjà décidée pour 2019 et 2020, qui feraient perdre deux mois de pension en trois ans. Le 15 mars 2018, 200 000 personnes retraitées manifestaient contre la politique menée par le gouvernement à leur égard. Les 9 organisations de retraité-e-s sont particulièrement vigilantes à l'égard des prochaines réformes des retraites : pour elles, il n'est pas question de transformer le droit à retraite, contrepartie de cotisations payées tout au long de la vie active, en une allocation sociale dépendant du bon vouloir d'un quelconque gouvernement.

Le président des riches reste le président des riches

Le Président Macron vient de déclarer qu'il ressent la colère du « retraité modeste qui ne s'en sort pas » ... sans préciser qu'il est grandement responsable de cette situation, notamment par le gel des pensions et l'augmentation de 25 % de la CSG. Lors de son intervention télévisée, il a annoncé que seraient exonérés de hausse de CSG celles et ceux ayant une pension inférieure à 2 000 € ; cela ne répond pas à nos demandes et ne concernera pas les plus petites pensions qui sont déjà exonérées de toute CSG.

Nous exigeons toujours la suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités et l'indexation de toutes les pensions sur l'évolution des salaires. Il refuse toujours de s'en prendre à l'I.S.F. qui coûtera chaque année 4 milliards d'euros aux autres contribuables. Il maintient la baisse de l'impôt sur les sociétés et le plafonnement à 30 % de l'imposition des dividendes.

Les revendications des retraité.e.s restent plus que jamais d'actualité pour l'augmentation du pouvoir d'achat, l'indexation des pensions sur les salaires, la prise en charge de la perte d'autonomie à 100 % par la sécurité sociale dans la branche maladie, le renforcement des services publics, particulièrement dans le secteur de la santé, ... ce qui nécessite un renforcement des cotisations sociales et non une baisse comme vient de l'annoncer Emmanuel Macron.

Le Groupe des 9 proteste aussi contre le mépris du gouvernement qui refuse depuis plus d'un an de les recevoir et ce en dépit de multiples relances. Il s'insurge contre l'attitude de ce gouvernement vis à vis des revendications des 17 millions de retraité.e.s dont il ne tient pas compte et avec lesquels il refuse de discuter.

Comme dans de nombreuses villes, dans toute la France à l'appel du groupe des 9, des mobilisations se poursuivent. Les retraités de la région parisienne rappelleront haut et fort leurs revendications à Paris le 18 décembre, devant le ministère des Finances à Bercy.

Il s'agit de bien mettre en opposition la politique de rigueur menée à l'égard du plus grand nombre (dont les personnes retraitées) et les cadeaux fiscaux et sociaux largement accordés à la minorité privilégiée sans contrôles ni contreparties (baisse de l'impôt sur les sociétés, suppression de l'ISF sur les portefeuilles boursiers, plafonnement à 30 % de l'imposition des dividendes, etc.).

Source : https://solidaires.org/Le-President-parle-la-…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Par Anonyme, le 11/12/2018 à 17:43

Il manque un syndicat dans l'appel?

CQFD...T!