thème : international   2e le plus vu incomplet
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 8 novembre 2018 à 18h

Lieu exact sur l'esplanade des Invalides à préciser.

2 parties : 1 2

Rassemblement contre la complicité de la France avec les

crimes de guerre commis au Yémen

Depuis 2015 la coalition menée par l'Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis bombarde le Yémen, affame les populations, et restreint l'accès de l'aide humanitaire. Depuis 2015, cette guerre qui se déroule à huit clos dans un silence assourdissant a provoqué 10 à 50 000 morts selon les estimations. Un enfant meurt toutes les deux minutes par manque de nourriture ou de médicaments. L'ONU condamne depuis plusieurs mois des crimes de guerre, s'alarme d'une situation qualifiée de « pire crise humanitaire au monde » - qui touche en premier lieu femmes et enfants - et appelle à la mise en place de vrais corridors humanitaires.

La France fournit en quantité des armes et munitions utilisées par l'Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis. Le gouvernement français se refuse à faire cesser ces exportations. Contrairement à de nombreux autres gouvernements européens, qui se sont conformés aux appels du Parlement européen à un embargo sur les ventes d'armes aux Émirats et à l'Arabie Saoudite, et au Traité international sur le commerce des armes, qui interdit à ses signataires - dont la France fait partie - les exportations d'armes et de munitions dès lors qu'elles servent à commettre des crimes de guerre.

Les conditions d'exportation et d'utilisation des armements dans cette guerre ont suscité de nombreux débats parlementaires en Suède, aux Pays Bas, en Belgique, au Royaume Uni, en Allemagne… et même aux États-Unis. Mais en France, la demande de parlementaires issus de l'ensemble des forces politiques d'ouverture d'une enquête parlementaire reste sans suite depuis avril 2018. Le silence complice du gouvernement et sa volonté d'étouffer tout débat sont inacceptables.

A cet effet, en marge de la tenue d'une journée parlementaire consacrée à la guerre au Yémen le 8 novembre, et à quelques jours de l'organisation du forum sur la paix à Paris, le collectif Solidarité Yémen appelle à un rassemblement devant l'Assemblée nationale pour :

  • Refuser que le gouvernement continue d'impliquer la France, en notre nom, dans des crimes de guerres, et demandons la fin de toute livraison d'armes et munitions à la coalition menée par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de même que toute maintenance des chars, avions et autres matériels livrés à ces pays par la France ;
  • Exiger du gouvernement français de faire pression sur cette coalition pour l'arrêt immédiat des bombardements et autres attaques contre les populations civiles, les hôpitaux, les écoles et le patrimoine millénaire Yéménite classé patrimoine mondial.
  • Condamner l'application par cette coalition d'une stratégie de la famine, et exiger du gouvernement français de faire pression pour la levée du blocus et de toute entrave à l'acheminement de nourriture, fournitures médicales et carburant conformément au droit humanitaire et aux résolutions de l'ONU quant à l'accès des secours humanitaires à la population civile yéménite.

ACDA - AFD international - ATMF -AIDL - ATTAC - CEDETIM - Collectif ni Guerre ni état de guerre - CRLDHT - EELV -Ensemble - Femmes plurielles - Fondation Frantz Fanon - Forum Palestine Citoyenneté - FTCR - GDS - Génération.s - IPAM - Médecins du monde - MRAP - Nouvelle Donne - NPA- Observatoire des armements - PCF- PCOF - PIR - PRCF- PG - Salam for Yémen - Solidaires - SumOfUs - Survie - UJFP

Collectif Solidarité Yémen

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/65134
Source : https://www.facebook.com/events/2515624723834…


Rassemblement

Yémen : briser le silence et faire cesser les livraisons d'armes

Pour Paris, un rassemblement est prévu le 8 novembre à 18h00, esplanade des Invalides...

La guerre civile au Yémen est devenue depuis 2015 une guerre internationale, avec notamment l'intervention des forces armées de la coalition menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, dans les airs, sur terre et sur mer.

Plus que les combats, ce sont les attaques aériennes en particulier contre les civils et les infrastructures vitales, les hôpitaux, les marchés, les écoles, qui font des victimes par milliers. La misère gagne, la malnutrition progresse, les secours essentiels destinés à ces populations ne leur parviennent qu'insuffisamment et irrégulièrement, malgré les exhortations des Nations unies pour des « corridors humanitaires ». Les enfants sont les premières victimes de cette situation.

La France, comme d'autres pays, est un important fournisseur d'armes et de munitions qui sont utilisées dans la région, notamment par l'Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis. De telles exportations d'armes sont régies par le Traité international sur le commerce des armes (TCA) qui a force de loi dans notre pays depuis sa ratification par le Parlement français le 2 avril 2014. Il précise que de telles exportations d'armes ne peuvent avoir lieu si celles‐ci servent à commettre des crimes de guerre, actes graves de violence contre les femmes et les enfants, ou à en faciliter la commission (article 7 du traité).

La situation au Yémen a provoqué, dans de nombreux pays exportateurs d'armes vers les belligérants des débats et enquêtes, parlementaires notamment, sur les conditions d'exportation et d'utilisation de ces armes, en Suède, aux Pays Bas, en Belgique, au Royaume Uni, en Allemagne… ainsi qu'aux États-Unis (non signataires du TCA). Le Parlement européen a voté une résolution dès novembre 2017 et s'est prononcé récemment pour la fin des transferts d'armement vers l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Un tel débat doit aussi avoir lieu en France. De nombreuses organisations non gouvernementales dont les sections françaises d'Amnesty International, de Human Rights Watch et de Handicap International, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), Action contre la faim, etc. ont réclamé une commission d'enquête sur le respect des engagements internationaux de la France dans le cadre de ses exportations d'armes aux belligérants du conflit au Yémen. Une telle commission a été demandée par des dizaines de parlementaires de toutes opinions depuis avril 2018 (résolution 856). Il n'a jusqu'à présent, pas été fait droit à leur demande, si ce n'est sous la forme très limitée d'une mission d'enquête.

Le groupe d'expert mandaté par l'ONU sur la violation des droits de l'homme au Yémen a rendu un rapport en septembre 2018 évoquant des crimes de guerre. Au terme de l'article 7‐7 du TCA, la France se doit de réexaminer ses autorisations d'exportations d'armes et de munitions qui pourraient contribuer à ces crimes, en particulier aux Émirats arabes unis et à l'Arabie saoudite. Qu'en est‐il ?

Nous dénonçons le silence complice du gouvernement français. Nous demandons que la France conformément au dernier vote du Parlement Européen et au TCA, en toute indépendance, cesse toute livraison d'armes aux belligérants, de même que toute maintenance des chars, avions et autres matériels livrés à ces pays par la France.

Nous exigeons qu'une enquête parlementaire soit ouverte quant à l'implication possible de soldats français dans le conflit.

Contre l'application par les belligérants d'une stratégie de la famine, nous demandons au gouvernement français de faire pression sur les belligérants pour qu'ils respectent les résolutions de l'ONU quant à l'accès des secours humanitaires aux populations concernées, pour qu'ils cessent les combats et ouvrent des négociations immédiates.

Organisations signataires :

ACDA ‐ AFD international ‐ ATMF ‐AIDL - Attac - Cedetim - Collectif ni Guerre ni état de guerre - EELV -Ensemble ‐ Femmes plurielles ‐ Fondation Frantz Fanon - Forum Palestine Citoyenneté ‐ FTCR - GDS ‐ Génération.s ‐ IPAM - Médecins du monde ‐ MRAP ‐ Nouvelle donne - NPA Observatoire des armements ‐ PCF‐ PCOF - PIR ‐ PRCF‐ PG - Salam for Yémen ‐ Solidaires - SumOf US - Survie ‐ UJFP

Source : https://solidaires.org/Yemen-briser-le-silenc…
Source : http://www.ujfp.org/spip.php?article6753
Source : message reçu sur ensemble-faldi le 3 novembre 17h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir