thème : travail
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 23 octobre 2018 à 19h

Réunion du comité de soutien aux postiers du 92

à leur 7è mois de grève

Depuis le 26 mars, 150 postiers et postières des Hauts de Seine sont en grève contre les réorganisations et la casse du service public postal, contre la répression anti-syndicale et le licenciement de leur délégué de Sud Poste 92, Gaël Quirante. Sans salaire depuis des mois, ils ne tiennent que par la caisse de grève. La Poste refuse de négocier et veut montrer que la lutte ne paie plus : montrons lui l'inverse, au moment où des postiers entrent en lutte dans des bureaux parisiens !

Nous, usagers solidaires de leur combat pour la sauvegarde du service public postal, vous appelons à venir les soutenir afin d'étendre leur lutte jusqu'à la victoire ! Rejoignez le comité de soutien !

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/64948
Source : message reçu le 22 octobre 22h


Pour la défense du service public postal,

soutien des usagers à la grève des postiers des Hauts de Seine, et à son extension jusqu'à la victoire !

Postiers et usagers, nous refusons la casse du service public postal

Depuis sa privatisation, la Poste mène à marche forcée la casse du service postal rendu aux usagers et la destruction du métier de facteur. En dix ans, elle a supprimé 100 000 emplois, d'où l'allongement de l'attente au guichet ; elle ferme un grand nombre de bureaux partout, 14 000 en 12 ans, et pas seulement en zone rurale et en quartiers populaires, bientôt ne restera plus qu'Internet ; elle recourt massivement à des emplois précaires, CDD ou intérimaires, non formés et sous pression au détriment du service rendu aux usagers. Parallèlement, pour des objectifs de rentabilité, elle met progressivement fin aux tournées quotidiennes et on pourra rester une semaine sans courrier.

Sous couvert de réorganisation, elle est en train d'imposer un quasi doublement de la journée de travail jusqu'à 19H avec une pause non payée à midi, et avec le smartphone Factéo, elle oblige les facteurs à vendre de nouveaux services non postaux aux usagers ; ainsi, à grand renfort de publicité, le service « Veiller sur mes parents » rend payant le lien social qu'entretenaient les facteurs avec les usagers, transformés en clients. Il en résulte une déshumanisation et la perte de sens du métier, le postier devenant un homme à tout faire, à tout vendre, soumis à des rythmes et une charge de travail insoutenables, avec des sanctions, d'où une grande souffrance, des postiers allant jusqu'à se suicider. La Poste abat une répression féroce sur les postiers syndiqués qui veulent résister à cette marchandisation : licenciement de délégués syndicaux suite à des grèves, comme Gaël Quirante, Secrétaire départemental de SUD Poste 92, suspension de fonction d'un ou deux ans à répétition, sanctions… Les luttes que mènent les postiers pour sauver le service public postal restent isolées les unes des autres, les réorganisations se faisant par dates et secteurs géographiques différents. D'où l'importance de les mener tous ensemble, postiers et usagers.

150 postières et postiers en grève dans les Hauts de Seine depuis le 26 mars

Ils luttent pour mettre un coup d'arrêt à la casse de leur métier et du service rendu aux usagers suite au licenciement de leur délégué syndical. Or, au bout de près de 7 mois de grève sans salaire, la Poste du 92 refuse toujours de négocier, tablant sur leur épuisement. Elle déploie un arsenal répressif impressionnant, par huissiers et interventions policières dans des bureaux, pour empêcher les grévistes de parler aux autres postiers. Elle mise sur la colère des usagers, alors même que c'est elle qui s'oppose à une sortie de conflit acceptable. Or nous sommes solidaires des postiers en lutte pour sauver le service public postal !

Extension de la grève à Paris

Le 9 octobre et les jours suivants, la grève s'est étendue à des bureaux de poste parisiens frappés par des réorganisations d'une extrême violence, et qui se voient imposer la distribution de publicités non adressées, jusque là faite par Médiapost, en attendant celle des colis, voire à terme leur ubérisation… ? Rien n'est plus urgent que l'union des forces et des luttes entre postiers des divers départements, seule à même d'imposer l'arrêt de cette politique de marchandisation et précarisation à la Poste.

Nous, usagers, soutenons la grève des postiers des Hauts de Seine et ferons tout pour en favoriser l'extension, car la destruction du service postal a lieu partout, nous sommes tous concernés, postier-e-s et usager-e-s.

La Poste veut montrer que la lutte ne paie plus : montrons lui l'inverse ! Leur lutte est la nôtre !

Nous vous appelons, postier-e-s, usager-e-s, élu-e-s, citoyen-ne-s,

  • à rejoindre le comité de soutien aux postiers des Hauts de Seine en grève, par mail : comiteex-de-soutien-exgreve-postieexrs92@googlegexroups.com
  • à les aider à tenir en alimentant la caisse de grève car ils sont financièrement exsangues,
  • à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour l'extension de la mobilisation actuelle et pour la victoire !

Pour la sauvegarde du service public postal et du métier de postier au service des usagers !

Le comité de soutien à la grève des postiers des Hauts de Seine

Pour soutenir les postier-e-s en grève des Hauts de Seine :

  • on peut verser à la caisse de grève sur le pot commun : https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66
  • ou par chèque adressé à SUD Poste 92, 51 rue Jean Bonal, 92250 La Garenne Colombes, avec la mention "Solidarité grévistes",
  • et commander le calendrier 2019 signé de personnalités au prix de 10 euros minimum à la même adresse (mention calendrier) ou par virement (IBAN FR76 4255 9100 0008 0033 2571 214)

Source : message reçu le 22 octobre 22h