thème : international
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 9 novembre 2018 à 19h

Un demi-siècle après la disparition de Mehdi Ben Barka,

que reste-t-il du projet progressiste marocain?

Il y a 53 ans, le 29 octobre 1965, le Maroc et l'ensemble du Tiers monde non-aligné perdaient une icône de la lutte progressiste, internationaliste et anticolonialiste. Mehdi Ben Barka, alors homme fort de l'Union Nationale des Forces Populaires, était enlevé dans le centre-ville parisien dans des circonstances encore jamais élucidées, pour ne jamais réapparaître. Cet assassinat politique est sans doute le point d'orgue de la répression impitoyable subie par une gauche marocaine à laquelle il n'a jamais été pardonné de militer pour la souveraineté populaire, l'égalité et des conditions de vie dignes pour tous.

Plus d'un demi-siècle plus tard, la gauche marocaine officielle balance entre le collaborationnisme (USFP, PPS) et le manque de visibilité institutionnelle (FGD, VD). Alors même que la situation politique, sociale et économique n'a probablement jamais été aussi alarmante, le Makhzen aurait réussi le tour de force de faire disparaître tout projet de société alternatif de l'horizon.

Pourtant, dans la situation d'urgence actuelle, il est indispensable que la gauche marocaine sorte du mutisme et de l'impuissance politique pour que renaisse l'espoir des jours heureux au Maroc. Comment peut-elle s'appuyer sur l'héritage de cette gauche prospère incarnée jadis par Mehdi Ben Barka, ayant tenu tête fièrement au Makhzen et aux puissances de l'argent?

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/64947
Source : https://www.facebook.com/616286573/posts/1015…
Source : message reçu le 22 octobre 21h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir