thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 13 juillet 2018 à 9h

Appel à soutien pour notre camarade S. au tribunal

Le 20 janvier 2017, Manuel Valls, alors candidat aux primaires de la « gauche », tient son dernier meeting au Trianon dans le 18ème arrondissement. Tandis que des opposant-e-s se rassemblent devant le bâtiment pour dénoncer sa politique sous Hollande et sa fameuse loi travail imposée à coups de 49.3, les forces de l'ordre se déploient afin d'empêcher toute voix discordante de se faire entendre. Quelques personnes parviennent à entrer mais les renforts policiers installent des barrières pour bloquer la cinquantaine de manifestant-e-s qui restent devant le Trianon en leur ordonnant de se disperser.

Notre camarade S. leur signifie qu'il est anormal qu'un meeting censément ouvert à tout public soit interdit à une partie de la population par la force, surtout concernant un personnage qui s'est autoproclamé garant de la liberté d'expression. Elle se voit aussitôt plaquée au sol et interpellée brutalement. S'ensuit une garde-à-vue de 24 heures durant lesquelles S. subit menaces, humiliations et maltraitance : les policiers lui arrachent son voile, lui refusent l'accès à son traitement médical, ironisent sur sa folie supposée, la laissent dormir à même le sol sans couverture, lui adressent des remarques sexistes. S. est ensuite déférée au tribunal et poursuivie pour outrage et violences envers dépositaires de l'autorité publique.

Suite à des renvois d'audience, son procès est finalement fixé au 13 juillet 2018 avec dépôt de plainte des policiers et demande d'indemnisation.

Nous ne pouvons tolérer qu'une camarade subisse, à l'instar de centaines d'autres, une interpellation violente et soit poursuivie sur la base d'allégations fantaisistes. Nous ne pouvons qu'être révolté-e-s par les violences islamophobes et sexistes qu'elle a enduré durant son emprisonnement. Nous savons que les poursuites dont elle fait l'objet ne sont qu'une façon de masquer la propre violence de la police et qu'elles frappent celles et ceux qui refusent de baisser la tête face à un Etat toujours plus autoritaire.

Soyons donc nombreuses et nombreux à la soutenir vendredi matin en chambre 13.2 à 9h au nouveau TGI !

Attaquer l'une d'entre nous, c'est nous attaquer tout-e-s !

Non à l'intimidation policière et judiciaire des militant-e-s !

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/63424
Source : message reçu le 12 juillet 00h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir