Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 19 juin 2018 à 18h

2 parties : 1 2

Rassemblement

pour exiger la libération de Georges Ibrahim Abdallah

enfermé en France depuis 1984

Organisée par la campagne unitaire

Depuis le 30 mars dernier, de fortes mobilisations pacifiques ont eu lieu dans la bande de Gaza. Par cette « Grande marche du retour », les Palestiniens revendiquaient une nouvelle fois le droit légitime au retour des réfugiés palestiniens sur les terres dont ils ont été dépossédés depuis 1948 ainsi que la levée du blocus sur la bande de Gaza qui dure depuis près de 11 ans. Ces mobilisations ont été l'occasion d'un nouveau massacre du peuple palestinien par l'armée sioniste : ainsi, pour la seule journée du 14 mai dernier, date anniversaire de la Nakba de 1948, ont été dénombrés plus de 2000 blessés et 62 personnes abattues par les tirs à balles réelles des soldats israéliens. Le bilan global des victimes s'élève aujourd'hui à plus de 120 morts et 13 190 blessés. Cette fois encore, alors que l'abomination était sur tous les écrans, en direct, la « communauté internationale » est restée sourde et n'a rien entrepris pour protéger la population civile palestinienne.

Dans le même temps, à l'aube du 14 avril 2018, la propagande de cette même « communauté » n'a eu de cesse de justifier une intervention d'urgence en Syrie. Ce pays a subi une agression militaire impérialiste menée conjointement par les États-Unis, l'Angleterre et la France. Cette attaque, présentée comme « seule alternative possible pour stopper l'usage d'armes chimiques », a été en réalité le signal clair d'une entrée de la guerre dans une nouvelle phase. Cette dernière reflète la volonté de domination directe de ces trois forces impérialistes sur ce pays, sans plus avoir à recourir seulement aux groupes terroristes locaux, un temps financés et utilisés, mais désormais en voie d'anéantissement.

Cette guerre s'inscrit pleinement dans la lignée de celles menées, toujours selon le même scénario, depuis la première guerre contre l'Irak en 1991, contre les peuples et nations opprimés de ces régions stratégiques aux ressources à piller. Elle participe du plan impérialiste qui cherche à déstabiliser la région pour mieux y asseoir sa domination. La pièce maîtresse de ce plan est l'entité sioniste, véritable base avancée de l'impérialisme dans la région.

Ces guerres impérialistes aux coûts militaires exponentiels s'accompagnent pour les financer de véritables guerres sociales contre les peuples. Sous les prétextes bien rodés de l'austérité, de la dette, de la crise, l'offensive en France est désormais généralisée : elle s'étend à tous les secteurs et s'abat sur chacune des composantes de la classe populaire : lycéens, étudiants, travailleurs, retraités, migrants. Cette régression sociale - qui s'abat en particulier sur les quartiers populaires - va de pair avec le renforcement de la répression, du contrôle social, des lois liberticides et de la militarisation de la société ; elle s'accompagne inévitablement de la montée des forces fascistes, racistes, islamophobes, chauvines et réactionnaires. Elle aiguise ainsi la lutte des classes qui, aujourd'hui, atteint un stade explosif, comme le montre les fortes mobilisations et confrontations de ces derniers mois.

Ces mobilisations expriment le droit fondamental du peuple à se révolter contre un système impérialiste et capitaliste qui porte en lui la guerre et l'exploitation.

C'est contre ce système même que Georges Ibrahim Abdallah lutte au quotidien en clamant la validité et la justesse de ses combats pour la libération et l'émancipation des peuples et pour un système économique, social et politique débarrassé de l'exploitation de l'homme par l'homme.

Son combat et sa détention sont résolument politiques et c'est bien parce que Georges Ibrahim Abdallah est au croisement de toutes les luttes progressistes actuelles - anti-impérialiste, anticapitaliste, antisioniste et anti-réactionnaire, qu'il subit la perpétuité réelle depuis plus de 33 ans.

Faisons le procès public de l'impérialisme français et oeuvrons pour que mille initiatives fleurissent, dans le but de constituer un rapport de force qui impose et arrache la libération de notre camarade.

Dans ce cadre, nous appelons à participer massivement aux deux actions suivantes :

  • Mardi 19 juin 2018, 18h00 : Rassemblement, métro Ménilmontant, à Paris, dans le cadre de la journée internationale des prisonniers politiques révolutionnaires
  • Samedi 23 juin 2018, 15h00: Manifestation nationale unitaire pour exiger la libération de Georges Ibrahim Abdallah,métro Place des Fêtes(Paris 19eme)

Vive la solidarité internationale avec les luttes des peuples pour la libération nationale et l'émancipation sociale !

La résistance est un droit ! Liberté pour Abdallah !

Campagne unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (IDF)

Contact : campagexne.unitaire.exgabdallah@gmexail.com

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/62872
Source : https://www.facebook.com/events/4015396069799…
Source : message reçu le 20 mai 19h
Source : http://liberonsgeorges.samizdat.net/mobilisat…


Journée internationale du révolutionnaire prisonnier

19 juin / 21 juin / 23 juin

Appel à mobilisation pour les prisonniers politiques et de la guerre sociale d'ici ou d'ailleurs

Dans un contexte de forte répression du mouvement social (comme dernièrement à l'encontre des jeunes arrêté e s au lycée Arago) et de violences et de meurtres policiers (Lamine, Adama, Yacine, Gaye, Angelo, …), le Secours Rouge Arabe estime important de relier les luttes sur la question des prisonniers et de participer à ces initiatives à travers ces trois journées. Se mobiliser pour les prisonniers qui s'inscrivent dans une lutte politique d'émancipation sociale et ceux qui subissent l'enfermement en raison de l'oppression de cette société ou tout simplement incarcérés dans des centres de rétention pour avoir fuient des pays en guerre est indispensable.

Le 19 juin : journée du révolutionnaire prisonnier instaurée à la suite du massacre en 1986 des militants du Parti Communiste du Pérou dans les prisons péruviennes. Pensons aussi aux dizaines militantes et militants communistes enfermés dans l'état épagnol depuis des dizaines années et aux camarades enfermés du mouvement basque et corse de libération. Et cette répression vise à présent les catalans…Tous subissent le fascisme franquiste au pouvoir.

En Grèce également la répression a entrainé l'enfermement des camarades de Lutte Révolutionnaire et des Conspirations des Cellules du Feu.

En Italie des dizaines de militants sont toujours en taule, certains depuis 1982. D'autres, dans le cadre des Brigades Rouges/Parti Communiste Combattant (BR/PCC), sont à l'isolement extrême comme la camarade Nadia Lioce.

Ailleurs comme au Chili le militant du FPMR Mauricio Hernandez Norambuena est toujours en prison au Brésil et les trois compagnons anarchistes de la « caso security » et la compagnonne Tamara Sol sont emprisonnés depuis de longues années. Récemment deux militants mapuches ont été condamnés à la prison à vie.

En Turquie le fascisme d'Erdogan ravage le pays à coup de bombes contre le peuple kurde et réprime toute contestation en enfermant des milliers de militantes et militants.

Rassemblement le 19 juin au metro menilmontant a 18h

Voir ici : https://paris.demosphere.net/rv/62872

Le 21 juin : « Alors qu'on est toujours plus nombreu.ses à être confronté.es à la prison, que l'État planifie la construction de nouvelles taules et qu'il étend toujours plus hors les murs son contrôle sur nos vies grâce aux contraintes judiciaires et aux peines « alternatives », affirmons notre désir de ne jamais voir une autorité décider de notre liberté ! 10 ans après l'incendie à Vincennes de la plus grande prison pour étranger de France, retrouvons-nous, contre toutes les prisons et le monde qui les produit. »

Rassemblement le 21 juin Place des Fetes a 19h

Voir ici: https://paris.demosphere.net/rv/63067

Deambulation a partir de 21h

Le 23 juin : Georges Abdallah est enfermé depuis 33 ans dans les geôles de l'état français dans le cadre d'opérations de représailles contre les agresseurs des peuples palestiniens et libanais. Combattant dès 1978 dans les rangs du FPLP, il décide avec ses camarades de fonder les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises (FARL) afin de porter la guerre en Europe. Là où en autre s'exporte les armes qui ravage le Liban. C'est en évacuant l'organisation que Georges est arrêté à Lyon en 1984. Condamné deux fois dont l'une à perpétuité en 1987, il refuse de renier son engagement révolutionnaire et de capituler.

Ahmad Saadat est un palestinien en détention depuis le 15 janvier 2002. A la tête du FPLP, il est accusé par l'occupant sioniste de plusieurs attaques. En 2006 les sionistes décident de le capturer avec d'autres militants dans sa prison palestinien pour l'enfermer dans leurs taules. Condamné à 30 ans en 2008, il est à l'isolement total.

Manifestation nationale unitaire le 23 juin a 15h place des fetes

Voir ici: https://paris.demosphere.net/rv/62493

Source : message reçu le 18 juin 15h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir