thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 19 mai 2018 à 17h

Meeting contre les violences policières

Un meeting contre les violences policières se tiendra ce samedi 19 mai, de 17 heures à 20 heures dans l'amphithéâtre de l'EHESS, 105 boulevard Raspail. Il sera suivi d'un banquet de soutien aux collectifs des victimes des violences policières et aux exilé.e.s de Paris 8 à l'occupation du 96 boulevard Raspail.

L'homicide d'Ismaël Bocar Deh, tué par des policiers à Versailles le 30 avril dernier, s'ajoute à une déjà trop longue liste d'homicides, de blessures, de viols, de tabassages, d'humiliations, d'arrestations et de gardes-à-vue commises par des soi-disant « gardiens de la paix », « Compagnies Républicaines de Sécurité » et autres « forces de l'ordre ».

Les violences policières ne s'exercent pas contre tout le monde mais contre des populations ciblées : en sont d'abord victimes les habitant.e.s des quartiers populaires, surtout jeunes, surtout de phénotype noir et arabe ainsi que des migrant.e.s et des sans-papiers. En un mot, ce sont les personnes non-blanches qui sont les première victimes de ces exactions. De plus, particulièrement depuis la politique ultra-sécuritaire mise en place avec l'application de l'état d'urgence permanent, les manifestant.e.s s'opposant aux politiques gouvernementales sont aussi la cible de la répression. Les violences policières mais aussi judiciaires, sont de fait des violences racistes et classistes.

Il faut en prendre conscience et dire que toutes ces violences commises par des agents de l'Etat sont des violences inadmissibles et que le fait qu'elles soient perpétrées par des policiers ne les rendent en aucun cas légitimes : un.e mort.e est un.e mort.e, un.e blessé.e est un.e blessé.e, une souffrance est une souffrance, quelle que soit la main qui l'a provoquée. Il en va des droits humains, des droits des minorités, des droits des plus faibles. Plus, il en va de la nécessité de combattre la politique d'un état raciste qui repose sur l'exploitation et la répression des non-blanc.he.s, des travailleur.euse.s et autres employé.e.s, des étudiant.e.s.

C'est pourquoi le Comité de mobilisation de l'EHESS propose une soirée de convergence des luttes de toutes les victimes des violences policières, de leurs familles, de leurs ami.e.s.

Interviendront au meeting :

  • Alain Charlemoine (Initiative Oury Jallo - Allemagne - Coalition internationale des sans papiers et migrants)
  • Amal Bentoussi (Urgence Notre Police Assassine)
  • Antonin Bernanos (condamné dans l'affaire du quai de Valmy)
  • Anzoumane Sissoko coordination des sans papiers 75
  • Le Bisous (Collectif anti-déportation et CRA)
  • Christian Tidjani (L'assemblée des blessés)
  • La coordination contre la répression et les violences policières
  • Les exilé.e.s de P8
  • Fabrice Olivet (ASUD Auto-Support des Usager.e.s des Drogues)
  • La famille et les amis d'Angelo Garand
  • La famille et les amis de Curtis
  • Mahamadou Camara (frère de Gaye Camara, tué par des policiers en janvier 2018)
  • Moha Le Paria
  • Nacira Guénif
  • Omar Slaouti (collectif Ali Zibi)
  • Ramata Dieng (collectif des volées)
  • Raphaël Kempf (collectif d'avocats anti-répression)
  • Vanessa Codaccioni (collectif d'universitaires contre les violences policières)
  • Vérité pour Adama
  • Véronique Nahum-Grappe

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/62356
Source : message reçu sur Resistons rezo le 16 mai 07h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir