thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 11 mai 2018 à 18h30

Apéro festif - soutien à la coordination anti-repression

Touche a un.e membre de ma clique et tu verras qu'on est pas toustes seul.es

Apéro festif contre la répression vendredi 11 mai au 96 boulevard Raspail, venez nombreu.ses.x !

La répression juridique des évènements du 1er mai est intense : 109 interpellations, des dizaines de gardes-à-vue, au moins 13 comparutions immédiates, 13 personnes sorties avec des rappels à la loi, une quinzaine de personnes sont convoquées pour des procès à des dates ultérieures, au moins 7 personnes sont placées sous contrôle judiciaire... Nous apportons tout notre soutien et solidarité à ces militant.e.s, et tout particulièrement aux quatre militant.e.s actuellement placées en détention provisoire. Ce qui se joue ici, c'est la criminalisation de nos luttes politiques et la mise en place d'une vaste entreprise de répression pour tuer dans l'œuf toute tentative de construction d'un mouvement social, et surtout pour faire peur à toustes celleux qui voudraient s'engager. La justice se fait le théâtre d'un régime de la suspicion généralisée ridicule et d'un contrôle croissant de nos vies et de nos corps : on voit ainsi la police exiger les codes de déverrouillage de téléphones, les confisquer et les mettre sous scellés ; un SMS échangé disant « attention, il y a des flics dans la rue truc » devient une preuve à charge pour « association de malfaiteurs dans le but de commettre des dégradations » ; on s'appuie sur une photo en noir et blanc d'un militant, accusé d'avoir porté un vêtement noir : son avocat présente la même photo en couleur et surprise, le vêtement n'était pas noir...

Que faire alors ? Face à la répression, il est primordial de faire échec au but ultime du pouvoir en place : nous diviser et nous individualiser. Car la répression, qu'elle soit physique, financière ou juridique, est toujours individualisée alors que nos luttes sont collectives : lorsque la police et la justice accusent des individus, elles les accusent de faits dont nous sommes toustes responsables ; lorsqu'ils mettent un.e militant.e derrière les barreaux, c'est nos luttes qu'ils essayent d'enfermer et à la prochaine manif, le.la camarade interpellé.e ça pourrait être toi. En enfermant un militant, ou bien en le plaçant sous contrôle judiciaire qui l'interdit de contact avec ses camarades, il s'agit pour la répression de nous isoler et de briser nos liens : le moment est donc venu d'organiser concrètement la solidarité contre la répression, de faire front ensemble avec les interpellé.e.s et les emprisonné.e.s, de prendre en charge collectivement le coût financier de la répression en organisant des collectes et évènements, mais aussi son coût moral en faisant plus que jamais attention les un.e.s aux autres. Il est temps de faire bloc et de rendre nos luttes radicalement et résolument anticarcérales.

(Texte rédigé par le Séminaire Autogéré de Sciences Po)

Pour répondre à cet appel à la solidarité, pour soutenir financièrement la caisse de la legal team et pour trouver des réponses politiques face à la répression en cours, donnons-nous rendez-vous au 96 boulevard raspail pour un apéro dînatoire et festif.

https://reporterre.net/Des-etudiants-de-l-EHE…

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/62228
Source : message reçu sur Resistons rezo le 10 mai 19h
Source : message reçu le 11 mai 12h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir