Réagir (7)EnvoyeriCalPartager

vendredi 13 avril 2018 à 13h30

2 parties : 1 2

Attention: ceci est la manifestation du 13 avril

Pour la manifestation du 19 avril, suivre ce lien:
https://paris.demosphere.net/rv/61031


Manifestation - cheminots, postiers, santé, étudiants

Manifestons tous ensemble vendredi 13 avril 2018 !

Convergeons nos luttes pour faire plier le gouvernement

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/61516
Source : http://www.cip-idf.org/
Source : https://twitter.com/fede_sud_rail?lang=fr

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

A l'offensive !

Par Anonyme, le 12/04/2018 à 19:38

La brigade Malik Oussekine sera en première ligne dans l'offensive contre Macron, et appelle tous ses membres à rejoindre la tête du cortège !

La brigade Malik ousekine

Par Anonyme, le 12/04/2018 à 17:37

La brigade Malik ousekine sera presente si oui repondez

Grève générale !

Par Anonyme, le 12/04/2018 à 16:03

Idée de pétition que je vous donne ! (je ne veux pas être grillé dans mon syndicat)

Pétition aux dirigeants des organisations syndicales ; confédération et fédérations de la
CGT, de FO, de la FSU, de l'UNEF, aux dirigeants des organisations disant lutter pour
défendre les travailleurs et la jeunesse.
Cela fait maintenant des années que les travailleurs de ce pays n'ont pas remporté de victoire
majeure.
Au contraire, par l'action de gouvernements toujours au service des patrons et de la finance, leurs
droits ont régressé.
Les régimes des retraites, le contrôle des chômeurs, la loi travail, les ordonnances Macron sont des
avancées majeures pour le Medef et des défaites pour ceux qui n'ont que leur force de travail pour
vivre, particulièrement dans le secteur privé.
En 2016, la mobilisation contre la loi El Khomri a été massive. Pourtant le gouvernement Hollande
ne n'a pas cédé.
Au contraire, il n'a eu ni doute ni état d'âme en intimidant et en réprimant sauvagement les
manifestants, particulièrement les plus jeunes.
Il n'a pas vacillé, n'a jamais tenté la conciliation. Nous étions pourtant des millions à pétitionner, à
manifester, à faire grève...
Pourquoi ce paradoxe ?
Malgré le nombre, le mouvement ne s'est jamais unifié. Jamais il n'y a eu de grève simultanée de
tous les secteurs qui se sont mis en mouvement. Jamais un appel à la grève générale n'a été
prononcé, permettant à tous et toutes de rejoindre le mouvement EN MÊME TEMPS.
Des appels à la grèves toujours dispersés, des journées d'action multipliées ont épuisé le mouvement
et permis que le gouvernement fasse passer ses ordonnances par la force.
Aujourd'hui, Macron et son gouvernement poursuivent et aggravent les «réformes» (le mot officiel
pour désigner les destructions des droits sociaux) : le but est de rentabiliser tout ce qui peut l'être, de
liquider ce qui ne peut pas être rentable, de faire des usagers des clients, de la fonction publique une
entreprise, de financiariser tout ce qui ne l'est pas, de rendre dociles, licenciables et soumis tous
ceux qui avaient des droits, des protections et des garanties.
Enfin, pour paralyser toute résistance, Macron et ses serviles ministres envoient les CRS contre les
étudiants, contre les défenseurs de la Zad de Nantes, se montrent sans pitié pour les migrants, y
compris les mineurs.
Son dédain est sans limites lorsque des travailleurs le prennent à partie (le cheminot, l'aide
-soignante de Rouen).
Il roucoule quand il reçoit le Roi d'Arabie saoudite qui massacre la population du Yémen.
Ses réformes, à commencer par celle de la SNCF, ne doivent pas passer.
Le statut des cheminots n'est qu'un prétexte, la privatisation elle, sera catastrophique. La
Grande-Bretagne va sans doute re-nationaliser ses chemins de fer tellement le bilan est calamiteux !
Une unification est nécessaire et vitale : cheminots, étudiants, fonctionnaires («Cap 2022»),
travailleurs du privé (toujours les premiers attaqués par la loi El Khomri et les ordonnances
Macron), chômeurs, retraités.
Cette puissance de feu, les syndicats l'ont. Et ils ont le pouvoir de l'allumer ou de l'éteindre. Le
gouvernement le sait très bien lorsqu'il reçoit en grande pompe nos dirigeants syndicaux, de la
CGT, de FO, de la FSU, ….mais pour négocier quoi ???
Le gouvernement dit lui-même qu'il ne veut rien retirer !!!!!
Localement, de nombreux syndiqués et de nombreuses sections syndicales de tous secteurs et de
toutes confédérations, n'aspirent qu'à l'unité. Cette aspiration doit remonter jusqu'aux directions !
Alors oui, "une grève ne se décrète pas" comme vous aimez le dire, mais si vous ne proclamez pas
que c'est l'objectif à atteindre pour pouvoir gagner, alors le gouvernement continuera de sentir fort.
Or, il faut qu'il ait peur pour reculer! Et il n'a peur que d'une chose : la GREVE GENERALE !


C'est pourquoi, dirigeants de la CGT, de FO, de la FSU, de SUD, ... CESSEZ DE
VOUS ET DE NOUS DIVISER !
il est aujourd'hui de votre RESPONSABILITE de permettre à tous de rejoindre le
mouvement contre la réforme de la SNCF, car nous sommes tous concernés !
Mobilisez partout !
Les journées d'actions dispersées , ça suffit ! Les mobilisations un secteur après l'autre,
ça suffit ! La division syndicale, ça suffit ! Les travailleurs ont besoin de l'unité
syndicale !
Arrêtez de négocier avec le gouvernement ce qui n'est ni amendable ni négociable !
Votre place est aux côtés des travailleurs et de la jeunesse, pas à Matignon !
Les travailleurs, les jeunes ont envie de changer de politique!
Ce n'est pas vrai qu'ils ne sont pas prêts !
Ils le sont ! Il ne manque qu'un principe fédérateur et vous avez le pouvoir de leur
apporter !
Appelez ENSEMBLE et MAINTENANT à la GREVE GENERALE
interprofessionnelle JUSQU'AU RETRAIT des ordonnances SNCF!

Le cancre

Par Anonyme, le 12/04/2018 à 15:39

interrogé par le professeur Penaud = noté zéro!

Macron est un tigre en papier !

Par Anonyme, le 12/04/2018 à 14:37

Pour l'[...], tous ensemble dans le cortège de tête !