Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 14 mars 2018 à 18h30

Meeting - Aucun humain n'est illégal

La présidence de l'université de Jussieu met à la rue des migrant.e.s !

Partout aux frontières, murs et barbelés, navires de guerre, avions : les chefs d'Etats européens font la guerre aux migrant.es et l'Europe se barricade en développant des outils de plus en plus répressifs pour dissuader au voyage et pour rafler, trier et enfermer les exilé.es.

Il est grand temps de sonner l'alarme !

Politique répressive : En conséquence la politique gouvernementale de Macron ne cesse de se durcir en matière de migrations. L'objectif déclaré de Collomb, ministre de l'Intérieur, est d'augmenter encore le nombre d'expulsions, de durcir les conditions d'accès aux hébergements d'urgence, de systématiser la criminalisation et l'enfermement par la rétention des migrante.s soumis.es aux accords de Du...blin. Ainsi la trame de la loi asile-immigration ré-affirme inscrit le monopole du racisme politique français dans ce qui est désigné comme une politique de dissuasion migratoire. Parmi les « réformes », il s'agit d'abord de permettre les conditions pratiques à la multiplication multiplier des renvois. Par exemple, la durée maximale des séjours en rétention administrative va passer de 45 à 90 jours, et même à 115 jours. La chasse aux sans-papiers sera elle aussi simplifiée puisque la retenue administrative pour vérification du droit au séjour sera augmentée de 16 à 24 heures et les « pouvoirs d'investigation » des policiers seront renforcés.

A Jussieu aussi : Cette dynamique n'est pas seulement l'oeuvre d'un gouvernement obsédé par la ligne dure anti-migrant mais trouve une déclinaison au sein même de l'université. Ainsi en témoigne la réponse policière et répressive à l'occupation pacifique de mercredi 28 fevrier d'un local (inutilisé depuis 2 ans) par une trentaine d'exilés venu trouver un endroit chaud par des températures glaciales et un lieu pour affirmer leurs revendications. La direction de l'université a non seulement fait appel à la police et aux CRS pour encercler le campus Jussieu mais s'est servi de son propre service de sécurité pour bloquer les entrées de l'université. Ce blocage de l'université par sa direction a été une méthode hallucinante de violence et complètement disproportionnée à cette occupation laissant présager des méthodes utilisables lors de prochains conflits.

Solidarité : Il y nécessité pour le mouvement de solidarité avec les migrant.es de bâtir des initiatives nationales, voire internationales, qui permettent de reconstruire un rapport de forces face à l'explicitation de discours et pratiques racistes et de moyens de répression qui leur sont donnés la répression, à l'extrême droite et au racisme qui se développent. Alors que depuis plus d'un mois une centaine de personnes occupe un bâtiment à l'Université de Saint Denis, les espaces universitaires doivent s'affirmer comme des lieux tant politiques que d'ouverture aux savoirs et aux connaissances, notamment ceux venant d'ailleurs. En tant que militant.es, étudiant.es, chercheur.ses, nous devons participer à construire la solidarité avec les personnes migrant.es et à développer les conditions nécessaires des programmes d'accueil universitaire pour leur permettre de porter une voix politique autonome ainsi que d'étudier ou de continuer à le faire ici.

Avec les interventions:

  • Un.e exilé.e militant.e
  • Intervenant en Centre de Rétention
  • La Chapelle Debout !
  • Ouvrir P6

Soutenu par : collectif de soutien au migrants de Jussieu, Ouvrir P6, Solidaire Etudiant.e.s, SUD, Alternative Libertaire, NPA

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/60734
Source : http://www.revolutionpermanente.fr/La-preside…
Source : https://www.facebook.com/events/1664354693659…

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir