thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 5 octobre 2017 à 20h

Festival de conférences gesticulées

« Octobre bouge »

Du 4 au 8 octobre

Pour octobre 2017, les organisateurs du festival OCTOBRE BOUGE à Malakoff n'ont pas pu s'empêcher de penser à un certain centenaire, avec une furieuse envie de remettre au goût du jour quelques idées qu'on nous dit périmées… Aussi, la lutte des classes sera à l'honneur pour cette troisième édition du festival de conférences gesticulées ! Mais on y parlera aussi de culture, d'éducation populaire, de militantisme, de service public, de théâtre (si, si…), de la protection sociale, de syndicalisme et même de santé. Du coup, le festival prend ses aises et démarre dès les mercredi 4 octobre, sur une scène nationale, s'il vous plaît !

Mercredi 4 octobre, 19 heures :

Conférence gesticulée avec Franck Lepage

Inculture(s) 1 - L'éducation populaire, Monsieur, ils n'en ont pas voulu !

Théâtre 71 - 3, place du 11 Novembre, 92240 Malakoff

Attention : c'est nous qui gérons la billetterie et les réservations.
Il est inutile de téléphoner au théâtre pour avoir des infos…

C'est ce qui m'est arrivé. Et c'est l'histoire que je vais vous raconter. Quand je dis : « J'ai arrêté de croire à la culture », entendons-nous bien, c'est idiot comme phrase ! Non, j'ai arrêté de croire, pour être très précis, en cette chose qu'on appelle chez nous « la démocratisation culturelle »… C'est l'idée qu'en balançant du fumier culturel sur la tête des pauvres, ça va les faire pousser et qu'ils vont rattraper les riches ! Qu'on va les « cultiver » en somme. Voilà, c'est à ça que j'ai arrêté de croire.

[...]

Jeudi 5 octobre, 9 h 30 :

Atelier

Désintoxication du langage

Maison de quartier Barbusse - 4 boulevard Henri-Barbusse, 92240 Malakoff

Jeudi 5 octobre 18 heures et 20 heures :

Conférences gesticulées en devenir avec Djenab Sangaré, puis Gisèle Katchenco

Maison de quartier Barbusse - 4 boulevard Henri-Barbusse, 92240 Malakoff

Deux conférences gesticulées sur le point de s'élancer : un "crash-test" pour des gesticulant-e-s qui viennent de terminer leur formation "Monte ta conf" avec l'Ardeur.

  • 18 heures : Mes jolies colonies…
    En nous livrant une autre histoire de la colonisation que celle relayée par nos manuels scolaires et nos leçons d'histoire, cette conférence gesticulée vient interroger les effets actuels de notre passé colonial. Quelle est notre légitimité à se sentir français-e aujourd'hui quand on vit sur le sol français, mais qu'on s'appelle Fatoumata ou Mohamed ?
    Franco-malienne, Djenab Sangaré nous parle de son métissage culturel, de sa double culture. A partir d'expériences vécues ou observées, elle nous parle d'ethnocentrisme, d'acculturation, de déracinement… Elle nous balade dans la grande histoire pour mieux nous relier au présent. Celui sur lequel il nous faut agir collectivement afin de déconstruire notre imaginaire post-colonial…
  • 20 heures : Un siècle de théâtre populaire, ou la mise sous tutelle des affaires de l'esprit par l'esprit des affaires
    On y a cru, très très fort, pendant près d'un siècle. Le théâtre… Le théâtre public. Une utopie inspirée de la démocratie athénienne. Un théâtre qui pourrait nous permettre de faire société par sa capacité à réunir en un même espace des publics issus de tous horizons, avec une visée possible d'émancipation populaire…
    Bon là, on n'y croit plus du tout. Le théâtre public est sommé de d'entrer dans l'économie de marché. La page est tournée. Confusion des genres…
    Gisèle Katchenco, travailleuse du théâtre depuis 40 ans, voudrait bien comprendre comment on en est arrivé là.

Vendredi 6 octobre, 9 h 30 :

Atelier

La conférence gesticulée, outil d'éducation populaire politique

Maison de quartier Barbusse - 4 boulevard Henri-Barbusse, 92240 Malakoff

Vendredi 6 octobre, 19 heures :

Conférence gesticulée en devenir avec Elisabeth Féry

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

Tagada soins soins : les astuces de Sioux d'une aide-soignante à l'hôpital du commerce

« Je me souviens. Quand j'ai commencé à l'AP (l'Assistance publique), on lavait les patients tous les jours. C'était chouette. Là, c'est plus possible. Déjà, on n'a pas le temps. En gérontologie - on a beau savoir que les vieux, c'est de qui rapporte plein d'argent dans les hôpitaux - , on manque de tout. De temps, mais aussi de couches. Alors il faut trouver des ruses de Sioux… Faire les étages pour trouver des « changes » en cancérologie, parce que la cancérologie, c'est prestigieux, alors il y a encore un peu de matériel.

Moi, je suis aide-soignante. C'est le plus beau métier du monde. Un métier que je ne peux plus exercer… »

Immersion dans la fonction publique hospitalière avec la découverte du parcours d'une aide-soignante syndiquée qui, année après année, assiste à la dégradation des conditions de travail de l'Assistance publique des hôpitaux de Paris.

Vendredi 6 octobre, 20 h 30 :

Dédicace par Bernard Friot

Bernard Friot vient présenter son nouveau livre :
Comment vaincre Macron et donc le Medef ?

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

En exclusivité mondiale (ou presque, le bouquin paraît la ville). Un livre dédicacé c'est toujours chouette… et il y a un atelier sur le salaire à vie le lendemain, samedi, à 18 heures !

En retrouvant la fierté de notre histoire populaire, qui est une histoire d'émancipation du travail, pour sortir le débat public de la fange de la xénophobie et prolonger les conquêtes du mouvement ouvrier au XXe siècle.
Le temps est venu de donner un contenu économique concret à l'audace démocratique de l'article premier de la Déclaration des droits de l'homme de 1789 : les humains naissent et demeurent libres et égaux en droits. Toute personne majeure résidant sur le territoire national doit être dotée de trois droits inaliénables :

  • la propriété d'usage de l'outil de travail afin de faire les choix majeurs dans l'entreprise ;
  • la participation à la délibération des caisses chargées de subventionner l'investissement à la place du crédit bancaire et des groupes capitalistes ; - le salaire à vie afin que, assurés de notre reconnaissance sociale, nous décidions au travail en toute liberté.

En prenant en main l'investissement et les entreprises, nous vaincrons Macron, et nous sortirons la production de la folie écologique, anthropologique et territoriale du capitalisme.

Vendredi 6 octobre, 21 heures :

Conférence gesticulée avec Thierry Rouquet

Un dernier tango pour les services publics
Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

2034, Mlle P. vient d'accoucher. Elle doit s'acquitter d'un petit forfait Civik pour l'enregistrement de son enfant sur les listes de l'état-civil. En effet, il y a plusieurs années, la société « Civin-citoyenneté » a remporté le le marché des formalités administratives. Mais ce qui la préoccupe, c'est que la facture de la maternité est plus élevée que prévu. Sans doute devra-t-elle prendre un emprunt, car tant que la facture n'est pas entièrement acquittée, l'enfant reste la propriété de la société « Civin-santé » qui gère dorénavant une grande partie du parc hospitalier français. Le groupe Civin pourra l'employer à sa convenance, dès qu'il l'estimera apte.

[...]

Samedi 7 octobre, 9 h 30 :

Atelier

Désintoxication du langage (bis)

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

Samedi 7 octobre, 14 heures :

Conférence gesticulée avec Leïla

Je vais tout CAF'ter : le RSA, un droit qui fonctionne à l'envers !

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

La CAF (Caisse d'allocations familailes) ça vous donne le CAF'ard ? Vous voulez comprendre comment fonctionne cette machinerie administrative et pourquoi on ne cesse d'entendre parler de fraude aux prestations sociales alors que le RSA passe à côté de 50 % de son public ?
Cette conférence gesticulée est faite pour vous !
Venez explorer les dessous des CAF'fouillages CAF'kaiens, des heurts et malheurs du « nouveau management public », de la protection sociale et du RSA.

Expression d'éducation populaire, incarnée et engagée, cette représentation articule des connaissances universitaires et des expériences vécues. Elle explore, avec ironie et critique, ce qui se joue des deux côtés du guichet, dans les relations administratives de gestion de la précarité. Elle décortique le rôle des politiques de la CAF dans l'évolution des droits femmes et certaines belles avancées sociales qui nous changent la vie !

Samedi 7 octobre, 18 heures :

Atelier

Un salaire à vie ?

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

Samedi 7 octobre, 20 h 30 :

Conférence gesticulée avec Jérémie Letort

Un pavé dans la bulle, ou une autre histoire de l'animation

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

Moi, ce que je voulais, c'était changer le monde… à plein temps. Pour ça, il fallait que je sois avec les gens, alors je suis devenu travailleur social. Plus précisément animateur socioculturel.

Dans les associations où j'ai travaillé, il fallait que je transmette des valeurs aux gens. Aux vieux, aux jeunes et surtout aux pauvres. Et puis un jour, j'ai commencé à douter. De la recette. La recette pour changer le monde…

[...]

Dimanche 8 octobre, 9 h 30 :

Atelier

Nous ne sommes pas à vendre ! Quand le social finance les banques et les multinationales…

en partenariat avec le CAC (Collectif des associations citoyennes)

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

Dimanche 8 octobre, 14 heures :

Conférence gesticulée avec Corrine Lepage

Militantisme mon amour. Du collage au décollage

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

« C'est de l'intérieur qu'on peut changer les choses ». Soit. Puisqu'il fallait s'y frotter, elle allait s'y coller. Alors, elle a adhéré : au travail, au parti, au syndicat… Elle s'est tout coltinée pour lutter de l'intérieur. Elle a même fini par racoler. Et s'est retrouvée engluée.
Rien n'a changé. Ses mots n'étaient pas les leurs et c'est son corps qui le lui a dit. C'est en se décollant, qu'elle a enfin pu militer. Militantisme mon amour raconte une quête douloureuse de l'action militante aux prises avec les stratégies du pouvoir et les formes dévoyées de la démocratie.

C'est un parcours personnel au sein du Parti Socialiste qui fait écho aux luttes internes des primaires engagées pour les présidentielles de 2017.

Dimanche 8 octobre, 18 heures :

Conférence gesticulée avec Anthony Pouliquen

Une autre histoire des classes sociales

Salle Jean-Jaurès - 11 avenue Jules-Ferry, 92240 Malakoff

« Mais alors moi, j'appartiendrais à cette petite bourgeoisie intellectuelle ? Oui, mais en même temps, je suis ouvrier, enfin je suis enfant d'ouvrier. Je viens d'un milieu prolétaire que je revendique encore aujourd'hui et dont je ne me suis jamais totalement débarrassé. Quand je suis devenu étudiant, j'ai rencontré pleins d'enfants de petits bourgeois intellectuels, qui me renvoyaient à ma condition de prolo… Finalement, et réflexion faite, je crois que j'ai le cul entre deux chaises… ».

Dans cette conférence gesticulée, Anthony Pouliquen interroge sa trajectoire personnelle, de la découverte de sa classe sociale à la construction de son désir révolutionnaire. Sa petite histoire s'entremêle ici avec la grande histoire, celle de la lutte des classes, des combats ouvriers, des conquêtes populaires. Celle également des trahisons et des renoncements de la petite bourgeoisie intellectuelle. L'occasion de faire entendre, à grand renfort de références cinématographiques, une autre histoire des classes sociales…

Octobre Bouge

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/57265
Source : http://octobre-bouge.fr
Source : message reçu le 2 octobre 13h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir