thème : sans-papiers
Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

vendredi 9 mai 2008 à 12h

2 parties : 1 2

Agissons ici et maintenant pour la régularisation de tous les sans-papiers !

Rassemblement et manifestation à Nanterre (92) le 9 mai

  • 12 h Rassemblement à la fac de Nanterre (pelouse)
  • 14 h Manifestation de la fac à la préfecture de Nanterre

Le Collectif de Sans-Papiers du 59, qui se bat pour la régularisation des sans-papiers, organise une marche de protestation partant de Lille et arrivant à Paris le 10 mai.

Le 9 mai, les marcheurs arrivent à Nanterre, notamment à l’occasion des 40 ans de mai 68. La jonction entre travailleurs et étudiants pour la résistance sociale, force de mai 68, est l’objectif de leur venue.

Aujourd’hui à l’Université de Nanterre, au moins 14 étudiants sont sous Obligation de Quitter le Territoire Français : ils peuvent être expulsés dès que la police les attrape.

La préfecture a retiré leur titre de séjour sous prétexte d’un redoublement ou d’une réorientation.

Certains, réfugiés politiques, attendent une réponse depuis des années.

On ne devient pas sans-papiers suite à un délit, c’est une situation administrative, qui rend les conditions de vie et d’études insupportables.

Comment réussir ses études quand on craint l’expulsion à tout moment, qu’on ne peut pas, à l’égal des français, se salarier, avoir un compte, redoubler, se réorienter, accéder aux aides sociales ?

L’université a sa responsabilité : elle met beaucoup d’embûches aux étudiants étrangers, souvent elle exige un titre de séjour pour inscrire l’étudiant, ce qui est illégal et pervers car c’est la carte d’étudiant qui est censée procurer un titre de séjour.

La fac devrait soutenir les étudiants par une lettre, et grâce au décret du 30 juin 1946 qui permet que l’administration de l’université enregistre une demande de titre de séjour et la transmette à la préfecture.

Cela éviterait les jours perdus à faire la file au guichet et les refus (illégaux) d’en registrer la demande, pratiqués par la préfecture du 92.

En avril 2008, plus de 800 travailleurs sans-papiers se sont mis en grève pour leur régularisation. Dès le début de la grève, le gouvernement a annoncé un examen des dossiers, cela montre qu’il est en difficultés face aux revendications des sans-papiers.

Face à la remontée des luttes, le gouvernement craint une grève de tous les sans-papiers, soutenue par une partie de la population, qui paralyserait une bonne part de l’activité économique en France.

On assiste à une véritable chasse à l’homme, des dizaines de sans-papiers sont morts ou blessés en tentant d’échapper à la police, comme Baba Traoré, mort noyé à Joinville. Au quotidien, les problèmes de logement, de soins, de nourriture s’ajoutent à la peur de l’expulsion.

Face au déni de leurs droits les plus élémentaires, on ne peut qu’exiger la régularisation de tous les sans-papiers.

Pour nous, seule l’organisation et l’action collective des premiers concernés permettra d’obtenir leur régularisation.

Il faudra des luttes menées par les sans-papiers et ceux qui les soutiennent.

Depuis 2006, la lutte collective a payé dans plusieurs facs, lycées et entreprises. Pour obtenir la régularisation d’étudiants de Nanterre, il faut nous réunir et s’organiser : populariser les cas, organiser régulièrement des réunions et des permanences juridiques, prévoir des manifestations à la préfecture comme celle du 9 mai,...

Notre objectif est que la préfecture régularise les étudiants et que l’université soutiennent ses étudiants dans leurs démarches.

-  Une carte d’étudiant = une carte de séjour

-  L’université doit enregistrer les demandes de titres de séjour (conformément au décret du 30 juin 1946)

-  Arrêt de la traque et des expulsions

-  Régularisation de tous les sans-papiers Etudiants étrangers soutenus par

Vendredi 9 mai

12 h Rassemblement à la fac de Nanterre (pelouse)

14 h Manifestation de la fac à la préfecture de Nanterre

Etudiants étrangers soutenus par : AGEN, CNT, Cultur’PX, Etudions Gayment, JCR, SNASUB-FSU, SNESUP, SUD, UEC, UNEF

TELECHARGER L’AFFICHE ICI :

PDF - 354.4 ko


Source : http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_arti...


Vendredi 9 Mai la marche des "sans papiers" arrive à Nanterre Université!!

APPEL COMMUN des organisations étudiantes de Nanterre accueillant la marche.

Le Collectif de Sans-Papiers du 59, qui se bat pour la régularisation des sans-papiers, organise une marche de protestation partant de Lille et arrivant à Paris le 10 mai. Le 9 mai,les marcheurs arrivent à Nanterre, notamment à l’occasion des 40 ans de mai 68. La jonction entre travailleurs et étudiants pour la résistance sociale, force de mai 68, est l’objectif de leur venue.

Aujourd’hui à l’Université de Nanterre, au moins 14 étudiants sont sous Obligation de Quitter le Territoire Français : ils peuvent être expulsés dès que la police les attrape. La préfecture a retiré leur titre de séjour sous prétexte d’un redoublement ou d’une réorientation. Certains, réfugiés politiques, attendent une réponse depuis des années.

On ne devient pas sans-papiers suite à un délit, c’est une situation administrative, qui rend les conditions de vie et d’études insupportables. Comment réussir ses études quand on craint l’expulsion à tout moment, qu’on ne peut pas, à l’égal des français, se salarier, avoir un compte, redoubler, se réorienter, accéder aux aides sociales?

L’université a sa responsabilité : elle met beaucoup d’embûches aux étudiants étrangers, souvent elle exige un titre de séjour pour inscrire l’étudiant, ce qui est illégal et pervers car c’est la carte d’étudiant qui est censée procurer un titre de séjour. La fac devrait soutenir

les étudiants par une lettre, et grâce au décret du 30 juin 1946 qui permet que l’administration de l’université enregistre une demande de titre de séjour et la

transmette à la préfecture. Cela éviterait les jours perdus à faire la file au guichet et les refus (illégaux) d’en registrer la demande, pratiqués par la préfecture du 92.

En avril 2008, plus de 800 travailleurs sans-papiers se sont mis en grève pour leur régularisation. Dès le début de la grève, le gouvernement a annoncé un examen des dossiers, cela montre qu’il est en difficultés face aux revendications des sans-papiers.

Face à la remontée des luttes, le gouvernement craint une grève de tous les sans-papiers, soutenue par une partie de la population, qui paralyserait une bonne part de l’activité économique en France.

On assiste à une véritable chasse à l’homme, des dizaines de sans-papiers sont morts ou blessés en tentant d’échapper à la police, comme Baba Traoré, mort noyé à Joinville. Au quotidien, les problèmes de logement, de soins, de nourriture s’ajoutent à la peur de

l’expulsion. Face au déni de leurs droits les plus élémentaires, on ne peut qu’exiger la régularisation de tous les sans-papiers. Pour nous, seule l’organisation et l’action collective des premiers concernés permettra d’obtenir leur régularisation. Il faudra des luttes menées

par les sans-papiers et ceux qui les soutiennent.

Depuis 2006, la lutte collective a payé dans plusieurs facs, lycées et entreprises. Pour obtenir la régularisation d’étudiants de Nanterre, il faut nous réunir et s’organiser : populariser les cas, organiser régulièrement des réunions et des permanences juridiques,

prévoir des manifestations à la préfecture comme celle du 9 mai,... Notre objectif est que la

préfecture régularise les étudiants et que l’université soutienne ses étudiants dans leurs démarches :

- Une carte d’étudiant = une carte de séjour

- L’université doit enregistrer les demandes de titres de séjour (conformément au

décret du 30 juin 1946)

- Arrêt de la traque et des expulsions

-Régularisation de tous les sans-papiers

Agissons ici et maintenant pour la régularisation de tous les sans-papiers !

Vendredi 9 mai

12 h Rassemblement

14 h Manifestation

Source : http://agen-nanterre.over-blog.com/article-19...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/5673

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

La marche des ch'tis sans papiers arrive à Nanterre le 9 Mai

Par Anonyme, le 08/05/2008 à 22:09
Pour l’égalité des droits ! Soutenons la marche des 35 sans-papiers de Lille à Paris ! Acceuillons la marche des Ch’tis sans-papiers qui arrive à l’Universitéde Nanterre le vendredi 9 mai ! Le 19 avril 2008, 35 marcheurs et marcheuses sont partis de Lille pour arriver le 10 mai àParis, journée dédiée à la commémoration de la traite et de l’esclavage des noirs, crime contre l’humanité,journée d’une manifestation nationale des sans-papiers. Les Ch’tis sans-papiers marchent pour la régularisation de tous les sans-papiers, pour le respect du droit d’asile, pour une France fraternelle aux antipodes du recyclage des idées xénophobes par le gouvernement. Chacune de leur étape est l’occasion de faire connaître leur cause et de créer des jonctions de luttes. 40 ans après mai 68, cette étapeà l’université, rappelle que les raisons de se révoltern’ont pas disparues, au contraire. Cette initiative prend une dimension toute particulière à l’heure où la chasse à l’homme contre les immigrés est orchestrée par le gouvernement et s’intensifie, à l’heure où des défenestrations se multiplient sous la pression policière,mais à l’heure aussi, où les sans-papiers sortent, plusque jamais, de l’ombre pour revendiquer leurs droits légitimes. Grève des travailleurs sans-papiers avec occupation de leur lieu de travail, lutte au sein même des centres de rétention : la lutte prend del’ampleur. Dimension toute particulière de la marche à l’heure de la disparition d’Aimé Césaire,à qui la manifestation du 10 mai sera dédiée, et qui autour de 1950 a écrit quelques unes des plus belles pages de la lutte anti-coloniale. Cette disparition nous rappelle avec force que le colonialisme est lui aussi un crime contre l’humanité,que la soumission d’une partie de l’humanité par une autre ne peut être cautionnée. C’est non seulement la soumission mais encore le harcélement, l’exploitation, l’humiliation que fait subir l’Etat aux sans-papiers. Avec la loi Hortefeux on assiste à une véritable chasse à l’homme qui se solde souvent parl a mort de sans-papiers tentant d’échapper aux policiers.C’est la course mortelle aux chiffres. Traqués, piégés jusque dans leur déplacement les plus anodins (dans les préfectures, aux abords des écoles, à la sortie des métros...), les sans-papiers vivent un véritable harcélement, duquel leurs enfants ne sont pas épargnés.Des rafles s’opèrent dans l’indifférence quasi-générale, la solidarité même avec les sans-papiers est criminalisée. Un décret ouvrirait la régularisation par le travail pour les branches d’activités nécessitant de la main-d’oeuvre. Or n’en déplaise à Hortefeux les sans-papiers sont avant tout des travailleurs qui payent d’ailleurs toutes les charges dues sans bénéficier d’aucune protection. Si la politique actuelle était réellement la régularisation par le travail quasiment tous les sans-papiers seraient régularisés. Il s’agit en réalité d’une politique de racket organisée par l’Etat. Vendredi 9 mai les Ch’tis sans-papiers marqueront une étape de leur marche à la fac deNanterre où plusieurs étudiants sont sous le coup d’une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). Les universités ne sont pas étanches au problème des sans papiers et bien souvent elles contribuent même à leur situation. A Nanterre par exemple, on exige des étudiants étrangers la présentation d’un titre de séjour alors que celui-ci ne peut être obtenu qu’avec la carte d’étudiant. Non-sens absolu qui créé chaqueannée de nouveau étudiants sans-papiers. L’AGEN avec d’autres syndicats etforces progressistes organise l’accueil des marcheurs du CSP 59. La liaison de lutte entre le CSP 59 et les étudiants de Nanterre n’est pas nouvelle. Il y a quelques années, lorsque plusieurs universités connaissaient un mouvement de lutte des étudians tsans-papiers, nous avons rejoint en solidarité une des nombreuses occupations menée par le CSP 59 à Lille. 12ans de lutte du CSP 59 ont permis 7000 régularisations etmalgré l’objectif des Sarkozy et Hortefeux de briser ce mouvement en nommant le préfet Canepa, sa lutte continue à aller de l’avant. Faisons du 9 mai à Nanterre un moment de convergence des luttes. ON A RAISON DE SE REVOLTER CONTRE LES INJUSTICES ! DES PAPIERS POUR TOUS ! AGEN (POUR UN SYNDICALISME DE COMBAT) http://agen-nanterre.over-blog.com/