Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 14 février 2017 à 11h

3 parties : 1 2 3

Départ en bus de Paris

Manifestation européenne « Stop CETA ! »

Pour se mobiliser contre le CETA, nous organisons des bus pour Strasbourg au moment du vote du traité.
Les bus partiront de Paris mais nous étudions les possibilités de transports pour tou-te-s.
Le vote est prévu le 15 février.
Dans ce cas, le départ en bus serait organisé le 14 février 2017 à 11 heures, pour un retour le 15 dans la nuit.

Bus, s'inscrire ici: https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/mobilisation-stopceta-organisation-des-bus-pour-strasbourg

Programme sur place :

  • le 14 février à partir de 19h30, soirée festive Stop CETA au Molodoï
  • le 15 février à partir de 8h00 : accueil des euro-député.e.s devant le Parlement Européen avec Cheval de Troie et pancartes
  • le 15 février à 10h30 : manifestation européenne, RDV : Place Kléber
  • le 15 février à 14h : assemblée publique des mouvements européens.

Un hébergement sur place sera organisé et pris en charge par le collectif.

Participation pour le bus et l'hébergement : prix libre.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/52726
Source : https://www.collectifstoptafta.org/actu/artic...
Source : https://france.attac.org/agenda/article/manif...
Source : https://www.collectifstoptafta.org/actu/artic...


1 2 3

Tou-te-s à Strasbourg pour le vote du CETA !

Au moment du vote du CETA le 15 février, et indépendamment de son résultat, nous serons des milliers à affluer vers Strasbourg pour faire entendre nos revendications : « Pour la justice sociale et climatique, non au traité des multinationales ! »

Les mouvements européens se retrouveront dès le mardi 14 février au soir pour une grande soirée festive, à partir de 19 h 30 au Molodoï à Strasbourg (19 rue du Ban-de-la-Roche), en compagnie d' eurodéputé⋅e⋅s opposé⋅e⋅s au CETA et des mouvements venus de toute l'Europe. Le lendemain à 10 h 30 s'élancera une grande manifestation, pour aller faire entendre nos voix face au Parlement européen. L'après-midi à partir de 14 h se tiendra une assemblée des mouvements européens pour continuer à renforcer notre réseau et exiger un commerce au service des peuples et de la planète et non pour le profit d'une poignée de multinationales.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau fera le déplacement pour l'occasion et, avec les défenseurs européens du CETA, il tentera à nouveau de le faire passer pour un accord progressiste. Nous ne les laisserons pas avoir le dernier mot !

Des bus au départ de Paris sont organisés. Pour s'inscrire rendez-vous sur la page du collectif (tarif à prix libre).

Nous vous invitons aussi à partager l'événement Facebook largement !

Source : message reçu le 8 février 00h


1 2 3

CETA… la bataille continue !

Contre le traité de libre échange entre l'Europe et le Canada

Sous le prétexte d'une croissance potentielle, le CETA (traité de libre échange entre l'Europe et le Canada) organise la régression de toutes les normes sanitaires, sociales, et environnementales, met en péril les services publics, et organise la main-mise des multinationales sur toute activité… Après une vague d'harmonisation par le bas des « lois travail », ce traité et son jeu concurrentiel de libre « marché », risque d'accélérer encore la régression en terme de conditions de travail, de précarité et de salaires pour l'ensemble des travailleur-ses… Et de réduire à néant les services publics, faisant primer l'intérêt particulier des multinationales sur l'intérêt général. Il va également à l'opposé de nos revendications de transformation écologique et nuira à l'environnement et à la santé des populations. Solidaires combat ce traité aux côtés d'autres syndicats et d'organisations de la société civile au sein du collectif « Stop TAFTA ». Ce 4 pages revient sur les différents épisodes (avec rebondissements sur l'adoption) du CETA, et surtout sur le contenu de l'accord, ses enjeux et les mobilisations en cours pour y faire barrage.

Les épisodes du CETA…

Celui de la « résistance des Wallons... »

La « fronde » Wallone aura fait la une des journaux dans un feuilleton à suspens (signera, signera pas..), jusqu'à finalement la signature officielle du traité le 30 octobre dernier entre le gouvernement canadien représenté par Trudeau et la Commission européenne. Au final, la signature n'aura été retardée que d'une dizaine de jours… sans changement majeur sur le fond, malgré un « instrument interprétatif » (une déclaration « rassurante » annexée au Traité), mais en ayant permis médiatiquement au moins de donner une visibilité sur les enjeux.

Celui en cours du processus de ratification....

Il est double :

Une ratification par le Parlement européen

Un débat au Parlement plénier est prévu début février à Strasbourg, après une prise de position de la Commission emploi du Parlement et de la Commission environnement (avis), et de la Commission internationale du Parlement (vote indicatif) à la mijanvier. La pression est donc désormais mise par les collectifs anti-CETA sur les parlementaires européens.

Une ratification de tous les parlements nationaux

La Commission européenne a admis la « mixité » du CETA, le fait qu'il touche à la fois aux compétences de l'UE et des Etats membres. Il devra donc être ratifié à la fois par l'UE et par les 38 parlements nationaux et régionaux. Mais la Commission européenne pourrait revenir sur la nécessité de cette ratification des parlements nationaux si la mixité d'un autre accord (entre l'UE et Singapour) était remise en cause (litige en cours) !

Celui à venir d'une probable application « provisoire » dès 2017 !!!

Pour « gagner du temps », il est d'usage d'appliquer provisoirement une partie des accords commerciaux après l'approbation du Parlement européen sans attendre celle des parlements nationaux. Ce qui ferait entrer en vigueur en France un CETA qui n'a pas encore été approuvé par le parlement français… Et pourtant, l'ensemble des 28 gouvernements européens ont consenti à cet abandon de démocratie cet été sous la pression du Canada. Les chapitres du CETA concernés par l'application provisoire (dès 2017) ne sont pas encore connus, mais le gros de l'accord devrait en faire partie.

Celui d'une mobilisation toujours d'actualité…

En septembre et octobre dernier, 300 000 personnes en Allemagne, 15 000 à Bruxelles et 6 000 personnes en France, ont manifesté contre l'adoption de ce traité. Solidaires a récemment interpellé la Commission emploi du Parlement et les parlementaires pour qu'ils se prononcent contre le CETA (ce que la commission a fait au final !) Solidaires a signé l'appel comme les « 455 groupes de la société civile européens et canadiens qui ont dit "non" au CETA ».

Le 21 janvier prochain, le collectif Stop Tafta appelle ainsi que d'autres collectifs et organisations à une journée européenne contre le CETA.

Plusieurs actions décentralisées contre le CETA auront lieu partout en Europe !

Liste des évènements en France accessible sur :

https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/ journee-d-action-europeenne-le-21-janvier

[...]

Le 21 janvier : journée européenne décentralisée contre le CETA. Le vote du CETA devrait avoir lieu entre le 13 et le 16 février à Strasbourg, une montée en bus de Paris est prévue. La bataille contre le CETA continue !!!

Source : http://solidairesparis.org/Mobilisation-contr...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir