thème : travail
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

dimanche 27 novembre 2016 à 18h

Projection débat

Repenser l'action syndicale révolutionnaire aujourd'hui

  • 18h : Projection du film « Comme des lions »
  • Rencontre/dédicace avec la réalisatrice Françoise Davisse pour la sortie du livre/DVD.
  • 20h : Débat sur l'anarchosyndicalisme et le syndicalisme révolutionnaire face à la situation sociale actuelle

A la fin de la seconde guerre mondiale, la peur d'un soulèvement de la classe ouvrière a contraint la classe dirigeante des pays occidentaux à lui proposer une sorte de « compromis ». Si elle acceptait de renoncer à tout fantasme de changement radical du système, elle pourrait conserver ses syndicats et jouir d'une vaste gamme d'avantages sociaux. A partir de l'acceptation de ce « compromis », la plupart des organisations syndicales ouvrières ont lutté pour conquérir des droits supplémentaires en termes d'amélioration des conditions de travail, d'augmentation de salaire et de représentation syndicale. Cependant ce « compromis » a sanctionné la défaite du prolétariat dans son objectif révolutionnaire d'abolition de la division de la société en classes sociales et ces inégalités structurelles induites par l'antagonisme du capital et du travail.

Malgré cela, à partir des années 1980, le contenu du « compromis » a changé avec l'offensive néo libérale, déclenchée par la classe dirigeante. Cette nouvelle phase du capitalisme consiste à faire du marché le principe directeur de tous les aspects de la vie. Ce grand tournant néo libéral a eu pour objectif et pour résultat de refondre les relations salariales et de briser le cadre de négociation avec le patronat comme avec l'Etat. Le rapport entre le capital et le travail est modifié en profondeur avec une perte de la part salariale de 10% dans la valeur ajoutée. Le procès de travail a été également modifié, il ne s'agit plus seulement aujourd'hui d'accomplir son travail en échange d'un salaire mais le salarié doit s'impliquer en intégrant les impératifs de compétitivité de l'entreprise et du marché. Les institutions protectrices du salariat qui s'appuyaient sur une représentation syndicale sont contournées ou supprimées et le salariat subit des différenciations de statut avec la montée du chômage et de la précarité. Le syndicalisme doit faire face aux fragmentations opérées par les nouveaux dispositifs de management de la performance dont l'un des effets est de dissoudre tout collectif. L'antagonisme entre employeurs et salariés, qui doit permettre de se constituer en tant que groupe et de s'unifier est supplanté par la mise en concurrence des individus. Le néo libéralisme a également marqué le début d'une guerre systématique contre les syndicats avec la criminalisation des actions syndicales et des syndiqués. De même, le syndicalisme est pris au piège du simulacre du « dialogue social » imposé par le patronat et tous les gouvernements successifs qui l'obligent a « accompagné » tous les reculs imposés aux salariés ne lui laissant négocier que les termes de leurs applications.

Tandis qu'aujourd'hui certains syndicats d'accompagnement et de négociation préfèrent épouser les options néo libérales, les considérants comme des contraintes incontournables ; d'autres cherchent à atténuer les effets dévastateurs du néo libéralisme en misant sur la protection des pouvoirs publics et de l'Etat.

La succession de projets de lois menaçant directement les droits des salariés, (loi de sécurisation de l'emploi, loi Macron, loi Rebsamen, loi El Khomri), obligent les syndicats révolutionnaires à adopter invariablement une posture de résistance face aux attaques répétées du capital et de son bras armé qu'est l'Etat, à l'encontre du droit du travail.

Que faire aujourd'hui face à l'offensive néolibérale ?

Si l'on s'accorde à dire que l'offensive néo libérale à rendu caduc les termes du « compromis » d'après-guerre, il est impératif de réfléchir aux nouvelles conditions dans lesquelles le syndicalisme révolutionnaire doit accomplir sa double tâche de défense des intérêts immédiats des travailleurs mais également de proposer un projet politique d'abolition du travail salarié. Ce qui veut dire également abolir l'Etat en tant qu'appareil du droit et de l'administration soustraite au pouvoir des individus ; mais aussi abolir l'économie politique avec ses lois propres s'imposant aux travailleurs. Ainsi, la contradiction, entre « travail » au sens de travail « rémunéré » devra être éliminée par la collaboration sociale rationnelle des individus : C'est l'utopie de l'autogestion et du contrôle ouvrier, de l'unité du travail et de la vie, de l'activité professionnelle comme épanouissement total de l'individu.

Au sein du groupe La Révolte de la Fédération anarchiste, nous pensons qu'il faut travailler collectivement au renouveau d'un syndicalisme de lutte de classe, anarcho-syndicaliste et révolutionnaire, en repensant l'action syndicale révolutionnaire et en réfléchissant à nos modes d'actions et stratégies syndicales.

C'est pourquoi, nous vous proposons la projection du film documentaire « Comme des lions » suivie d'un débat consacré au renouveau de l'action syndicale dans le contexte actuel.

Présentation du film « Comme des Lions »

Grève des travailleurs de PSA Aulnay, en 2013 /Film de Françoise Davisse/

« Comme des lions » plonge le spectateur au cœur de deux ans d'engagement de salariés de PSA Aulnay, contre la fermeture de leur usine qui employait plus de 3 000 personnes, dont près de 400 intérimaires.

Les lions qui se battent pendant deux ans devant la caméra de Françoise Davisse, ce sont les ouvriers de l'usine PSA d'Aulnay.

Dix-huit mois de conflit, dont quatre de grève dure. La réalisatrice a tout filmé : les AG fraternelles ou bien houleuses, l'investissement surprise d'ouvriers lambdas révélés par l'adversité, et l'heure amère des choix...

Ils n'ont pas empêché la fermeture. Mais ils ont mis à jour les mensonges de la direction, les faux prétextes, les promesses sans garanties, les raisons de la faiblesse de l'état. Ils se sont même découvert décideurs. Ils ont ouvert une brèche dans le mur du désespoir.

Bande annonce: https://vimeo.com/154476126

Venez nombreuses et nombreux! Il y aura de quoi manger et boire.

Groupe La Révolte - Fédération anarchiste

Contact: la-revexolte@federatexion-anarchisexte.org

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/51415
Source : message reçu le 19 novembre 13h
Source : message reçu le 22 novembre 20h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir