Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 6 juillet 2016 à 18h

2 parties : 1 2

Rassemblements

Pour l'abolition de la peine de mort aux États-Unis

et la libération de Mumia Abu-Jamal

Deux rassemblements :

Samedi 2 juillet :

rassemblement (Die In) place de la Concorde à Paris à 18h (*)

Comme chaque année, cette date du triste anniversaire du rétablissement de la peine de mort aux États-Unis (2 juillet 1976) est l'occasion pour les abolitionnistes français d'attirer l'attention de l'opinion publique sur la situation dans ce pays qui use encore de ce châtiment inhumain en condamnant à mort et en exécutant. Bien que le recours à la peine de mort et le nombre d'exécutés soient en diminution constante ces dernières années, il n'en reste pas moins que la majorité des États américains et l'Etat fédéral n'ont toujours pas abandonné cette sentence légale de mort.

Ce "Die In" est organisé par l'ACAT-FRANCE avec le soutiens du Collectif français "LIBÉRONS MUMIA" et d'autres organisations (voir la liste et le dossier en pièces jointes).

Mercredi 6 juillet :

rassemblement place de la Concorde à Paris à 18h (*)

Comme chaque premier mercredi du mois, nous donnons rendez-vous aux franciliens pour exiger la libération de Mumia Abu-Jamal et les traitements médicaux dont il a absolument besoin.

Rappelons que Mumia a déjà passé 34 ans en prison dont 30 dans l'enfer du couloir de la mort. Il a toujours clamé son innocence sans jamais pouvoir la défendre face à un système judiciaire raciste et inéquitable. Son état de santé reste préoccupant. La mobilisation internationale doit donc se poursuivre pour qu'il puisse au plus vite obtenir un traitement afin d'éradiquer l'hépatite C dont il est atteint, ce que lui ont refusé l'administration pénitentiaire et la justice de Pennsylvanie depuis le début de l'année 2015. Aujourd'hui, c'est la justice fédérale qui a été saisie par son équipe de défense. Les audiences (voir nos infos sur www.mumiabujamal.com) qui ont eu lieu en décembre 2015 ont été particulièrement éloquentes sur les pratiques dont use l'administration pénitentiaire pour attenter à sa vie, avec notamment la falsification de documents médicaux pour minorer la gravité de la maladie, pour fausser le diagnostic et pour limiter - voire empêcher - l'accès aux soins et traitements indispensables. La vie de Mumia est désormais entre les mains de la Cour fédérale (dont nous sommes toujours dans l'attente du jugement qu'elle doit rendre), mais dépend aussi et surtout de notre mobilisation. C'est l'objectif de notre rassemblement ce mercredi 6 juillet.

(*) Angle rue de Rivoli - Jardin des Tuileries / Métro CONCORDE

Collectif francais "liberons Mumia !"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

MEMBRE DE LA COALITION MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Courriel : contacext@mumiabujamexal.com

Site Web : www.mumiabujamal.com

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/48971
Source : message reçu le 28 juin 15h


« Die‐In »

Rassemblement militant contre la peine de mort aux États-Unis

2 juillet 1996 - 2 juillet 2016 en forme de bilan

Cela fait 40 ans, 4 décennies, que la Cour suprême des Etats‐Unis d'Amérique a décidé d'autoriser le retour de la barbarie.

Cela fait 22 ans que les abolitionnistes américains manifestent 4 jours durant devant cette même Cour pour réclamer la fin des exécutions.

Aujourd'hui, 2 juillet 2016, cela fait 20 ans que nous manifestons place de la Concorde en solidarité avec nos amis d'outre‐Atlantique.

Depuis le 2 juillet 1996, nous avons comptabilisé :

  • 1105 exécutions
  • 97 condamnés innocentés
  • 7 états abolitionnistes de plus

Depuis le 1er janvier 2013, seuls 9 états ont procédé à des exécutions et le nombre de condamnations à mort n'a jamais été aussi bas : 49 pour toute l'année 2015 dans 14 états et au niveau fédéral.

Aujourd'hui, ce sont les partisans de la peine de mort qui sont sur la défensive…

Aujourd'hui, deux juges de la Cour suprême osent poser publiquement la question de la constitutionnalité de la peine de mort…

Aujourd'hui, d'anciens policiers, des procureurs, des gardiens de prison rejoignent les rangs abolitionnistes…

Aujourd'hui, la plus grande industrie pharmaceutique refuse que le fruit de ses recherches soit utilisé pour tuer au lieu de sauver…

Aujourd'hui, plus que jamais, alors que la très grande majorité des états n'exécutent plus, la question est bien : «A QUAND L'ABOLITION TOTALE ? »

Source : http://www.ldh-france.org/die‐in-samedi-2-jui...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir