Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

vendredi 27 mai 2016 à 9h

6 parties : 1 2 3 4 5 6

Rassemblement de lutte

Procès des salariés d'Air France « chemises déchirées »

  • 9h : Début du rassemblement
  • 10h à 12h : projection du film "Comme des lions" en présence de sa réalisatrice, Françoise Davisse.
  • 12h à 14h : prises de parole
  • 14h à 17h : concert de soutien aux 16 d'Air France par Soviet Suprem

Restauration sur place

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/44936
Source : http://cgtparis.fr/spip.php?article2746
Source : https://www.solidaires.org/Contre-la-repressi...


Goodyear / Air-France - même combat - pour les libertés syndicales

CGT 93, FO 93, FSU 93, Solidaires 93, Unef, UNL

Pour soutenir les salariés d'Air-France convoqués au TGI de Bobigny et pour défendre le droit de se défendre.

« Les organisations syndicales de la Seine-Saint-Denis ont eu l'occasion d'exprimer leur profonde indignation et leur colère suite à la condamnation de 8 ex-salariés Goodyear à 24 mois de prison dont 9 mois ferme.

Dans une région fortement frappée par le chômage, dans le cadre d'un conflit social âpre où les salariés étaient engagés contre la casse de 1173 emplois,luttant pourleurdignité et le devenir social de leur famille, un accord de fin de conflit avait été signé entre la direction de Goodyear et le syndicat majoritaire de l'entreprise.

Cet accord, conclu après une bataille de 7 ans, actait, entre autre, l'arrêt de toutes les poursuites judiciaires contre les militants syndicaux.

C'est donc le Procureur de la République,qui a décidé de poursuivre l'action judicaire. Ce qui donne à cette condamnation un caractère politique.

Dans un contexte d'état d'urgence, où cette loi d'exception est parfois détournée pour tenter de faire taire le mouvement social, où l'on constate que des militants écologistes sont assignés à résidence, cette attaque contre des militants syndicaux, est un nouveau très mauvais signe.

Elle s'inscrit dans un mouvement de criminalisation de l'action syndicale, qui ne cesse de s'accentuer, avec notamment les gardes à vue de salariés d'Air France.

Des gardes à vue qui faisaient suite aux accusations publiques du 1er ministre contre des salariés, condamnés avant le moindre procès, après les évènements dits « de la chemise ». Des propos martiaux du chef du gouvernement, qui ont totalement débridé la direction d'Air France dans sa stratégie répressive. La direction du travail a rétabli un délégué syndical d'Air France dans ses droits, après son licenciement arbitraire, ce dont nous nous félicitons.

Les militants qui se font les portes voix de la défense des libertés syndicales et démocratiques, des combats pour l'égalité et la justice sociale, n'ont pas à être traités comme des délinquants.

Laisser entendre l'existence de « deux poids deux mesures », permettre que s'installe la criminalisation de ceux qui luttent pour le bien commun, faire du souci de la sécurité une arme contre nos libertés, serait entrer dans des chemins bien obscurs, que nous refusons!

Nous adressons toute notre solidarité aux8exsalariés de Goodyear, exigeons l'arrêt des poursuites à leurs encontre, et la réintégration des 5 salariés d'Air France.

Nous appelons à rejoindre le comité de soutien départemental de Seine-Saint-Denis aux salariés de Goodyear et d'Air France ».

Source : http://ulcgt-bagnolet.fr/Le-27-mai-Solidarite...
Source : http://ulnancy.reference-syndicale.fr/2016/05...
Source : http://www.communcommune.com/2016/02/le-comba...
Source : http://ouvalacgt.over-blog.com/2016/02/nous-e...


1 2 3 4 5 6

Air France :

Un tissu social déchiré, des libertés syndicales entravées

CGT

Partout en France, mobilisons-nous massivement le 27 mai 2016 en soutien aux salariés d'Air France, mais aussi à tous les syndicalistes injustement incriminés.

Le 27 mai 2016, 16 salariés d'Air France sont traînés devant le Tribunal de grande instance de Bobigny par la direction de l'entreprise. Onze seront jugés pour avoir forcé l'ouverture de la grille du siège et cinq pour faits de violence concernant l'affaire dite « de la chemise ».

Rappelez-vous, c'est le déclenchement du plan B, un plan de broyage de l'activité Air France avec plus de 2900 suppressions d'emplois à la clé qui a déclenché l'envahissement du CCE.

Plan abandonné par la suite.

Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans cette affaire, puisque dès le 6 octobre 2015, Manuel Valls traitait les salariés d'Air France de voyous sans un mot sur les destructions d'emploi !

Cette volonté de poursuivre la CGT s'inscrit dans une stratégie de criminalisation de l'action syndicale. Le gouvernement et le grand patronat piétinent ainsi des droits fondamentaux, acquis par la force de nos luttes. Oui, les salariés doivent pouvoir s'organiser, s'exprimer et agir en conséquence et ce, dans de bonnes conditions.

L'acharnement à l'encontre des syndicalistes, mais aussi des bourses du travail prend une tournure sans précédent, à travers d'innombrables actes de répressions antisyndicales, avertissements, mises à pied, intimidations, menaces, affaires montées de toute pièce et licenciements.

Aujourd'hui, les militants et militantes sont exposés au risque d'amendes, aux relevés d'ADN, à l'emprisonnement, voire la privation des droits civiques.

Bref, ils ou elles sont considérés comme des délinquants, ou pire, des criminels.

Goodyear, Mc Do, Casino, Air France, Id-logistic sans oublier les fonctions publiques, viennent se rajouter à la longue liste d'une sinistre chasse aux sorcières orchestrée par le gouvernement, le patronat.

Pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales

à l'heure où la loi travail menace la démocratie dans l'entreprise et où le droit de manifester est en péril, imposons :

  • l'arrêt des poursuites judiciaires et le retrait des procédures de sanction ;
  • la réintégration des salariés licenciés : Pascal, Samir, David et Fabrice… ;
  • l'arrêt du recours auprès du ministère du Travail à l'encontre de Vincent, délégué du personnel à la Maintenance ;
  • Une loi d'amnistie et de protection des militants syndicaux ;
  • L'engagement de l'état pour faire respecter les libertés syndicales ;
  • De nouveaux droits pour garantir l'exercice de l'activité syndicale et ses différentes expressions…

Source : http://www.cgt94.fr/spip.php?article1491


1 2 3 4 5 6

Le 27 Mai, la direction Air France fait juger 16 salariés

Sol, Navigants : ensemble répondons présent(e)s !

Appel intersyndical

Le 5 octobre 2015, lors d'une session de Comité Central d'Entreprise, le tissu social d'Air France, déjà fortement abîmé, s'est déchiré en même temps que le tissu de la chemise du DRH.

Aujourd'hui, 16 salariés sont traînés devant les tribunaux par la direction de l'entreprise. 11 seront jugés pour avoir forcé l'ouverture de la grille du siège et 5 concernant « l'affaire » de la chemise.

2 pilotes, accusés d'avoir ouvert un portique d'accès aux grévistes dans le siège, ne seront pas jugés. Le procureur vient de classer la plainte d'Air France sans suite. Ils ont pourtant reçu une sanction.

Rappelons en préambule que la direction d'Air France avait fait installer en catimini 6 caméras la veille du CCE et avait au dernier moment décidé de fermer la grille d'accès au parvis du siège Air France à ses propres salariés. Une enquête de journalistes indépendants, sur le site « lesjours.fr » apporte des éléments troublants quant à l'attitude de la direction.

Celle-ci porte une lourde responsabilité dans la mobilisation des salarié(e)s, responsabilité qu'elle cherche à nier en s'acharnant sur 16 d'entre nous.

La violence sociale orchestrée par la direction des ressources humaines de l'entreprise a entraîné la colère des salariés. On ne réunit pas 2500 salariés de toutes les catégories de l'entreprise par hasard. Les équipes de Xavier Broseta ont réussi ce tour de force !Souvenons-nous, c'est le déclenchement du plan B, un plan d'attrition de l'activité Air France avec plus de 2900 suppressions d'emplois dans toutes les catégories de personnels, qui a mobilisé cet énorme cortège de manifestants et par la suite l'envahissement du CCE. L'entreprise a elle-même reconnu que son plan était inacceptable puisqu'elle l'a finalement retiré fin 2015.

Dans ces conditions, pourquoi maintenir cet acharnement à sanctionner, licencier et attaquer en justice des salariés lorsqu'on porte soi-même une bonne part de responsabilité dans le déroulement de cette journée ?

En attendant, nous salarié(e)s Air France devons nous mobiliser massivement le 27 mai pour nos 16 collègues. Nous battre pour la justice sociale, c'est construire notre avenir à toutes et tous. Ensemble, exigeons :

  • l'arrêt des poursuites judiciaires le retrait des procédures de sanction à l'encontre des salariés Sol et Pilotes
  • la réintégration des 4 collègues licenciés : Pascal, Samir, David et Fabrice l'arrêt du recours auprès du ministère du travail à l'encontre de Vincent, délégué du personnel à la Maintenance
  • Rendez vous devant le tribunal de Bobigny le 27 mai à partir de 9h00 pour une journée revendicative haute en couleurs.
  • Des soutiens venant de toute la France seront présents en solidarité avec les 16 Air France.

Source : http://www.solidaires.org/Rassemblement-a-l-o...


1 2 3 4 5 6

Rassemblement de soutien contre la

répression syndicale et la criminalisation du mouvement social

Déroulé de la journée de soutien du 27 mai 2016

  • 09h00 : Début du rassemblement
  • 10h à 12h : projection du film "Comme des lions" en présence de sa réalisatrice, Françoise Davisse.
  • 12h à 14h : prises de parole
  • 14h à 17h : concert de soutien aux 16 d'Air France par Soviet Suprem

Restauration sur place

Le soutien aux « 16 d'Air France », aux « 8 de Goodyear » et à toutes les vic- times de la répression patronale et gouvernementale est indispensable. Il par- ticipe de l'indispensable solidarité entre salariés et à la défense de nos droits à manifester, à protéger nos emplois, à améliorer nos conditions de vie.

Source : https://www.solidaires.org/Contre-la-repressi...


1 2 3 4 5 6

Rassemblement de soutien

SUD Aérien, Alter

Le 27 mai prochain, 16 de nos collègues passeront en jugement à la suite de la journée de mobilisation massive des salariéEs d'Air France le 5 octobre 2015. 11 seront jugés pour l'ouverture d'une grille et 5 autres concernant « l'affaire de la chemise ».

En cette journée du 5 octobre, les salariéEs d'Air France se rassemblaient devant le CCE pour affirmer leur refus face à l'annonce d'un plan de licenciement de 2900 personnes. La direction d'Air France avait planifié sa réponse à notre mobilisation : recrutement de vigiles et mise en place de caméras. Et quand les salariéEs d'Air France ont investi le CCE, les dirigeants de l'entreprise, plutôt que d'assumer leurs responsabilités, ont fui. Il s'en est suivi une bousculade qui n'a fait que 2 victimes : les 2 fameuses chemises. Pour venger l'affront fait à l'amour propre de nos dirigeants, 16 de nos collègues, pris au hasard, passeront donc en jugement, sous forme d'une Double Peine, après des sanctions disciplinaires internes, dont quatre licenciements secs.

Cette affaire ne vient pas seule. Avec Goodyear, pour la première fois, des travailleurs sont condamnés à de la prison ferme pour des faits de mobilisation sociale. Et la répression féroce des manifestations contre la loi

Travail ou des Nuits Debouts montre que les luttes sociales sont attaquées de toute part. Le patronat comme le gouvernement cherche à criminaliser le mouvement social. C'est nos possibilités de réaction, nos possibilités de lutter pour un monde meilleur qui sont attaquées. Ne nous laissons pas faire !

Le soutien aux « 16 d'Air France », aux « 8 de Goodyear » et à toutes les victimes de la répression patronale et gouvernementale est indispensable. Il participe de l'indispensable solidarité entre salariés et à la défense de nos droits à manifester, à protéger nos emplois, à améliorer nos conditions de vie.

A l'appui de ces revendications, Sud Aérien et ALTER appellent tous les salariéEs d'Air France à se mettre en grève le 27 Mai 2016.

Nous appelons tous les salariéEs, jeunes, précaires, retraitéEs, privéEs d'emploi qui veulent se battre pour améliorer nos vies à se rassembler le 27 Mai, à 9 heures, devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny (173, avenue Paul Vaillant Couturier).

Les bureaux nationaux

Source : http://www.solidaires.org/Rassemblement-a-l-o...


1 2 3 4 5 6

Le 27 mai nous sommes tous des Air France

CGT Goodyear

Vendredi 27 mai les camardes de Air France seront devant les juges du tribunal de Bobigny.

La CGT a donc décidé de faire de cette journée un nouveau déplacement, pour cette fois-ci, aller aux côtés des 16 de Air France poursuivis pour des faits inexistants ....

Ce qui arrive aux Air France est dans la poursuite de ce que le gouvernement a décideé de faire, casser du syndicaliste, détruire celles et ceux qui osent relever la tête....

Nous avons 78 places de disponibles pour un départ en car du parking usine le 27 mai à 8.30 h .

Nous comptons sur vous pour venir avec nous dire que nous sommes tous Air France car comme eux les GOODYEAR ont subi du harcèlement, des provocations et un complot de la part d'une direction revancharde et de plus archaïque !!!

Le 27 mai 8.30 h parking usine, pour aller soutenir nos camarades d'Air France ...

Pour vous inscrire :

Par mail :

tousdeexsgoodyear@gmexail.com

Par tel : 0668804525 ou 0786831614

Tous ensemble ...

LA CGT GOODYEAR

Source : http://blog.cgt-goodyear-nord.com/post/2016/0...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Par Anonyme, le 27/05/2016 à 10:27

courage a vous tous !! J ESPERE QUE LA JUSTICE N OSERA PAS CONDAMNER UN E CHEMISE DECHIREe !! c'est notre "nouvelle gauche! qui ose cette provocation ! vos pertes de salaires et conditions de travail de plus en plus contraignates

valent combien de chemises ! les réponses arrogantes de vos patrons inspirées une provocation odieuse à l'egard de vos salaries !!!

BENEVOLE d'une association d'aide aux victimes je vous soutiens de tout COEUR -

edith - limoges