Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 5 novembre 2014 à 18h

Journée de mobilisation pour Ayotzinapa - Mexique

Le 26 Septembre 2014 à Iguala, au Mexique, plusieurs étudiants ont été encerclés par la police mexicaine. Ils venaient récolter des fonds pour l'Ecole normale rurale Raul Isidro Burgos d'Ayotzinapa, où sont formés les futurs enseignants de l'Etat de Guerrero. Les forces de l'ordre ont tiré sur les bus. Ils ont ainsi assassiné trois étudiants, dont l'un a de plus été retrouvé sans visage. Trois autres personnes prises à tort pour des étudiants ont également été tuées. Quarante-trois jeunes ont été emmenés par la police et sont à ce jour, introuvables. La plupart ont entre 17 et 22 ans.

Les autorités mexicaines ont tardé à réagir et promettent aujourd'hui que justice sera rendue. Mais un mois après la disparition forcée des étudiants, toujours aucune réponse ! Plusieurs fosses clandestines ont été découvertes sur les collines de la ville d'Iguala avec un nombre encore indéterminé de corps démembrés et calcinés, laissant présager une issue dramatique à ces enlèvements. Ce n'est pas la première fois que des groupes de sécurité de l'Etat, en coordination ou pas avec des groupes paramilitaires, exécutent extrajudiciairement des civils désarmés. L'occupation de la ville d'Iguala par l'armée mexicaine et la nouvelle gendarmerie ne peut être que génératrice de nouvelles violences ici comme dans tout le pays.

Ces événements s'inscrivent dans une longue histoire de répression. Créées au lendemain de la révolution mexicaine pour former les instituteurs dans les campagnes, les Ecoles normales rurales sont la cible de gouvernements successifs qui cherchent à les fermer. Il y a quatre ans, deux étudiants de cette même école avaient été tués par la police pendant une manifestation. Les assassinats et les disparitions sont malheureusement un fait quotidien au Mexique depuis que l'ex-président Felipe Calderón a déclaré en 2006 la guerre au trafic de drogues. Cette fois-ci les victimes ciblées, l'implication avérée des forces de l'Etat, et l'incertitude quant au sort des étudiants ont provoqué des mobilisations nationales et internationales d'une ampleur inédite. La façon dont l'enquête sur les attaques du 26 septembre a été menée par les autorités, qui font obstacle au travail de journalistes et de médecins légistes indépendants, soulève plus d'inquiétudes qu'elle n'apporte de réponses. Combien d'innocents ont été des victimes "collatérales" de cette guerre contre les cartels lancée par le gouvernement mexicain ? Combien d'opposants politiques ont été éliminés sous le couvert de la guerre contre les drogues ? Combien d'êtres humains reposent aujourd'hui au Mexique dans une fosse clandestine, torturés, mutilés, disparus ?

Nous, les associations des droits humains et de solidarité internationale, les organisations syndicales, les partis politiques, les universitaires, les étudiants, les organisations culturelles, en France, signataires, nous manifestons au gouvernement mexicain et au gouvernement de l'Etat de Guerrero notre colère et notre profonde indignation devant les événements survenus à Iguala depuis le 26 septembre dernier.

Face à ces crimes, nous nous solidarisons avec les étudiants de la Raul Isidro Burgos, avec leurs familles et avec le mouvement citoyen qui manifeste dans les rues de Mexico. Nous exigeons le retour, en vie, des 43 normaliens disparus et la fin de la répression et de la criminalisation des étudiants. Nous exigeons aussi l'identification des corps retrouvés dans les fosses clandestines. Nous réclamons une enquête et une justice exemplaire afin de mettre un coup d'arrêt à une violence générée par l'impunité et par des politiques favorisant le développement de groupes paramilitaires et rétablir un état de droit et de justice au Mexique. Nous appelons le gouvernement et les parlementaires en France comme en Europe, à prendre toutes les mesures qui s'imposent devant cette situation inacceptable et à exiger, avec nous, justice.

Une mobilisation est prévue mercredi 5 novembre prochain, en soutien à la grève nationale des étudiants mexicains pour exiger que la lumière soit faite sur la disparition des étudiants normaliens.

A Paris, le rassemblement se tiendra place Saint-Michel, mercredi 5 novembre de 18h à 20h30.

Contact : falnatexionale@francexeameriquelatexine.fr

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/36017
Source : liste de diffusion TERRA, reçu le 4 novembre 16h
Source : http://www.franceameriquelatine.org/spip.php?...