thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 31 mai 2007 à 19h45

débat - "loin des censier battus" - témoignages et documents - mouvement CPE et précarité

débat autour de l'ouvrage:

LOIN DES CENSIER BATTUS
Témoignages et documents sur le mouvement contre le CPE et la précarité. Sorbonne nouvelle, printemps 2006
Editions CNT | 253 pages | 2007 |15 euros

EN PRESENCE D'ETUDIANT.E.S, PROFS, IATOS

" Tout a débuté par un malentendu : les étudiants se mêlaient de ce qui ne le regardait pas. A la révolte de la racaille des banlieues on avait pu répondre par la violence policière, par des caméras de surveillance, du mépris et des mesures d'exception. Façon de dire aussi que le reste de la société, les jeunes en particulier, les vrais, devaient par définition s'en sentir distingués. Or le projet de Contrat nouvelle embauche (CNE) et celui qui concernait le premier contrat des jeunes en particulier (CPE), la loi dénommée LEC dans son ensemble, étaient précisément destinés à augmenter cet écart, à marquer plus fermement la différence entre les jeunes étudiants et travailleurs précaires et la masse anonyme des classes dangereuses de banlieue, ou le groupe obscur des pas-formés sous-qualifiés. Le délinquant et le mal inséré, c'est toujours un autre. Les médias étaient à l'hiver 2005-2006 unanimes, le CPE ne concernait pas les étudiants pour toutes les raisons possibles, d'âge, de statut, etc. Ca aurait dû passer comme le reste. Pourtant, non. C'est là que prend forme, dans cette université du centre de Paris, au public relativement mélangé mais globalement aisé même si de nombreux étudiant sont également salariés, ce qui va devenir un mouvement cohérent et assez solide pour tenir sans fléchir. Les étudiants ont décidé que ça les regardait. Et que ça regardait tout le monde, en fait. On les a écoutés, on les a entendus. Trois millions de manifestants le 28 mars. Dans toutes les actions l'université de Paris 3, étudiants, personnels, contractuels est représentée en nombre. Sa banderole géante fait la une du Times : sauvons nos droits "


organisé par la librairie Quilombo

Et dans 150 ans, se souviendra-t-on des mois de février, mars et avril 2006, de ces deux mois de grève générale de la jeunesse, soutenue par d’énormes manifestations unitaires de salarié-e-s qui ont fait trébucher Villepin, Chirac et Sarkozy. Un mouvement puissant, irrésistible qui a jeté des millions de gens dans la rue. Cela faisait longtemps que le monde du travail et la jeunesse n’avaient pas remporté de succès par la mobilisation. C’est une victoire politique, une victoire de la ténacité, et de la volonté collective de dire non jusqu ‘au bout quand le pouvoir prétend imposer ses diktats. Un an après, nous nous devions d’écrire collectivement cette histoire…


 

Source : http://www.librairie-quilombo.org/debatstxt.h...
Source : http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=1033
Source : http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article1108

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/3104

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir