Réagir (5)EnvoyeriCalPartager

mardi 29 janvier 2013 à 14h

6 parties : 1 2 3 4 5 6

Attention: ceci est la manifestation contre les licenciements

Pour la manifestation de la fonction publique
du 31 janvier suivre ce lien


1 2 3 4 5 6

Attention: plusieurs rendez-vous circulent pour ce rassemblement
Le tract d'appel indique bien: ministère du travail, 14h

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/24443
Source : message reçu des organisateurs le 26 janvier 13h


Rassemblement - salariés en lutte contre les licenciements

Pour une vraie sécurisation de l'emploi,
Une loi contre les lic
enciements dans les groupes qui font du profit

Grand rassemblement devant le ministère du travail

Pas une semaine ne passe sans l'annonce d'un nouveau plan de licenciement massif par un groupe qui fait des bénéfices énormes. A chaque fois c'est le même refrain : "Entreprise en difficulté, restructuration pour sauver la compétitivité ..." alors qu'en réalité l'objectif est de faire encore davantage de profit.

Depuis quelques mois, des délégations de salariés en lutte venus de toute la France se rassemblent autour d'une proposition de loi nouvelle contre les licenciements dans les groupes qui font des bénéfices. L'initiative vient de "Licenci'elles", l'association des salariées des 3 suisses licenciées abusivement par un groupe qui réalise des profits colossaux. Les Licenci'elles ont dénoncé le fait qu'elles ne pouvaient pas porter plainte contre le plan de licenciement de 3 Suisses tant qu'elles n'avaient pas été licenciées !

Comme des centaines de milliers de salariés, elles savaient que le groupe 3Suisses n'avait aucune justification économique valable à leur licenciement au regard de la loi, mais qu'elles ne pouvaient pas pour autant empêcher leur patron de les licencier. Ensemble avec les Pilpa, Bigard, Crédit Agricole, Faurecia, FNAC, Ford, Fralib, Goodyear, PSA, Samsonite, Sodimedical, Sanofi, Sony, Valeo, ZF, Coca-Cola, Merck Serrono... elles ont décidé de rédiger une proposition de loi pour empêcher les licenciements, avant qu'il ne soit trop tard, dans les groupes qui font du profit.

Une loi nouvelle pour vraiment bloquer les licenciements lorsqu'ils sont interdits, c'était aussi une exigence portée par des milliers de salaries pendant la campagne de l'élection présidentielle. Le candidat Hollande est même allé à la rencontre des salariés en lutte de Goodyear et Fralib, en faisant la promesse que s'il devenait Président de la République il ferait voter en urgence une loi interdisant les licenciements dans les groupes qui font des profits.

Pour l'heure Hollande n'a toujours pas tenu cet engagement. Comme bien d'autres promesses de campagne qui ont permis la victoire de la gauche, celle de donner aux salariés le droit d'arrêter les plans de licenciements illégaux avant qu'ils n'aient lieu a disparu des écrans radars du gouvernement.

Pire, l'accord national sur la sécurisation de l'emploi, signé récemment par trois confédérations syndicales, ne va pas dans le bon sens en remettant en cause les principaux droits des salariés face aux licenciements économiques ! Ces confédérations sont-elles réellement en phase avec leurs adhérents et militants de terrain, dont beaucoup sont pourtant en lutte contre des plans de restructuration dont ils dénoncent les effets néfastes pour l'emploi ?

Mais nous n'avons pas l'intention de laisser cela arriver. Nous les représentants des salariés en lutte de Pilpa, Bigard, Crédit Agricole, Faurecia, FNAC, Ford, Fralib, Goodyear, PSA, Samsonite, Sodimedical, Sanofi, Sony, Valeo, ZF ... nous avons décidé d'agir pour que la loi que nous avons rédigée soit votée à l'Assemblée Nationale et au Sénat.

Nous avons besoin de cette loi dans les luttes que nous menons contre certaines des multinationales les plus puissantes de la planète qui licencient en masse pour accroitre sans cesse leurs profits et le cours de leurs titres en bourse.

C'est pourquoi nous allons venir de toute la France et de dizaines d'entreprises, où nous nous battons pour nos emplois, pour nous retrouver :

Le mardi 29 janvier 2013 a 14 heures
Pour un grand rassemblement devant le ministère du travail

Ce sera le premier acte fort d'une bataille que nous engageons pour que Hollande, son gouvernement et la majorité de gauche au Parlement tiennent ses engagements en nous donnant les moyens de nous battre pour stopper nos licenciements avant qu'il n'aient lieu.

Les salaries en lutte de :

Pilpa, Bigard, Crédit Agricole, Faurecia, FNAC, Ford, Fralib, Goodyear, PSA, Samsonite, Sodimedical, Sanofi, Sony, Valeo, ZF, Coca-Cola, Merck Serrono…

Source : message reçu des organisateurs le 26 janvier 13h


1 2 3 4 5 6

Manifestation - salariés en lutte contre les licenciements

manifestation des entreprises en lutte contre les licenciements (Licencielles, Goodyear, PSA Aulnay, Sanofi, Ford Bordeaux) - De l'Assemblée nationale vers le ministère du travail, Paris (75)

PSA Aulnay en grève, soutien aux grévistes !

Depuis mercredi, les salarié de PSA - Aulnay-sous-Bois ont commencé une grève reconductible avec occupation de l'usine.

Depuis mercredi il ne sort plus de voiture d'Aulnay. Il y a entre 500 et 600 grévistes qui se sont organisés en comité de grève. Le mouvement a été déclenché par la CGT et SUD, puis rejoint par le SIA.

AU-delà du soutien moral et de la participation à leurs actions à venir, un appel à solidarité financière a été lancé :

*les règlements par chèque doivent être libellés à l'ordre de Soutien aux salariés de l'automobile du 93 et envoyés à Soutien aux salariés de l'automobile du 93, 24 avenue Romain Rolland, 93150 Le Blanc Mesnil *les règlements par carte bancaire, sont effectués via le système de paiement sécurisé Paypal et vous serez redirigé sur ce site pour confirmer votre paiement.

Tous les détails sur http://www.soutien-salaries-automobile-93.org/

Il est important de faire circuler largement ces informations, car il semble que l'occupation de l'usine n'a pas été beaucoup médiatisée.

Les dates de mobilisation sur l'emploi :

  • Jeudi 24 janvier à 19h : "meeting contre les licenciements et pour la convergence des luttes" : à Paris, à l'Université de Sciences Politiques (Métro Saint-Germain-des-Prés ou Rue du Bac). Avec la participation d'équipes militantes de Sanofi, Virgin, Air France, Presstalis, PSA… Et à l'invitation de la CGT Sanofi et de SUD étudiants, soutenu par le Front de Gauche et le NPA.
  • Mardi 29 janvier, 14h : manifestation des entreprises en lutte contre les licenciements (Licencielles, Goodyear, PSA Aulnay, Sanofi, Ford Bordeaux) - De l'Assemblée nationale vers le ministère du travail, Paris (75)

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article13290...
Source : http://www.npa2009.org/content/manifestation-...
Source : http://eldiablo.over-blog.org/article-pour-un...


1 2 3 4 5 6

Manifestation devant le ministère du Travail

Rendez-vous est pris pour le 29 janvier, pour une manifestation devant le ministère du Travail destinée à rappeler au président sa promesse de candidat : faire passer une loi interdisant "les licenciements boursiers".

Source : https://www.facebook.com/LesSanofi


1 2 3 4 5 6

Communiqué de presse

convergence des luttes

Un meeting pour la convergence des luttes et le soutien des étudiant-e-s aux salarié-e-s qui résistent

Ce jeudi 24 janvier 2013 à 19h se tiendra dans le grand amphi de Sciences-po, 27, rue Saint-Guillaume, 75006, un meeting réunissant des représentant-e-s et des salarié-e-s de plusieurs boîtes aujourd'hui en lutte contre des licenciements ou menacés par des suppressions d'emplois : Sanofi, PSA, Goodyear, 3 Suisses (Licenci'elles), Virgin, Renault, Air France, Presstalis, etc., à l'invitation de Sud étudiant et de la CGT sanofi CRVA.

Depuis le début de la crise, les attaques contre l'emploi et les résistances qu'elles suscitent font connaître un monde insuffisamment relayé par les médias. Plus de 500 000 emplois ont déjà été détruits et le pire reste à venir . Au contraire, les accords sur la "sécurisation" de l'emploi entérinent la casse de pans entiers du droit du travail et facilitent les procédures de licenciement.

Pour l'instant, aucune victoire significative n'a pu être emportée, malgré des batailles dures menées ici et là. Il est donc fondamental aujourd'hui d'agir pour la convergence des luttes, pour que les différentes boîtes qui résistent se rencontrent et se coordonnent, afin de former un front commun contre l'ensemble des attaques. Ce meeting pourra constituer une première étape importante dans la construction d'un mouvement plus large, avec comme première échéance l'organisation d'un grand rassemblement le 29 janvier devant le ministère du Travail, initié par un certain nombre de salarié-e-s d'entreprises en lutte.

Signataires :

Sud étudiant, CGT Sanofi CRVA, Sud Chimie Toulouse, Sud aérien Air France, CGT Air France, CGT Presstalis, Les Licenci'elles, CGT Virgin, Sud Virgin.

Source : http://www.ccr4.org/Apres-le-meeting-du-24-il...


1 2 3 4 5 6

La direction rouvre l'usine en organisant un climat de tension et de provocations

CGT PSA Aulnay

Pour la réouverture de l'usine, la CGT dénonce le climat de tension que la direction veut instaurer dans l'usine en revenant aux méthodes « Citroën » des années noires d'il y a 30 ans :

En réunion de CE de vendredi dernier :

1) La direction avoue qu'elle a fait appel à une 2ème société de vigiles privée. Cette 2ème société, la société MAURY, vient renforcer la société PRETORIAN. La direction a refusé de communiquer le nombre de vigiles présents sur le site. Pour la CGT, ils seraient plus d'une centaine à quadriller l'usine et cela en toute illégalité article L 612-4 : « Il est interdit aux personnes exerçant une activité mentionnée à l'article L. 611-1 ainsi qu'à leurs agents de s'immiscer, à quelque moment et sous quelque forme que ce soit, dans le déroulement d'un conflit du travail ou d'événements s'y rapportant. Il leur est également interdit de se livrer à une surveillance relative aux opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou aux appartenances syndicales des personnes ».

2) Confirmation de l'arrivée de cadres et de maîtrise d'autres sites PSA. Selon la direcion, ils ne seront pas là pour occuper un poste mais pour « renforcer » les cadres d'Aulnay. D'après nos informations, ils seraient eux aussi près d'une centaine.

3) Annonce que des groupes d'intervention de vigiles et de cadres/maîtrise prendraient position derrière les portillons d'entrée du personnel aux premières heures de l'embauche.

4) Dernière provocation : malgré les multiples annonces faites aux différentes réunions de CE, la direction cherche les moyens juridiques pour ne pas payer la période de chômage pour les salariés qui étaient en grève depuis le mercredi 16 janvier.

La CGT dénonce la politique irresponsable de la direction qui a comme objectif d'empécher les salariés à se déclarer librement en grève.

Du côté des grévistes, vendredi dernier, à la Bourse du travail, l'Assemblée Générale des salariés a voté la grève pour lundi et a décidé de réoccuper l'usine. Malgré les pressions et les provocations de la direction, ils s'adresseront, comme depuis le début de la grève, pacifiquement, à leur camarades de travail pour les appeler à rejoindre et à renforcer la grève à la veille de la dernière réunion de négociation (mardi 29 janvier à Paris).

5 militants CGT convoqués à la Sureté Territoriale de Bobigny

la direction monte d'un cran pour casser la grève.

Le cabinet d'huissier payé par PSA a porté plainte contre 5 militants CGT engagés dans la mobilisation depuis 20 mois et particulièrement dans la grève depuis mercredi 16 janvier.

Parmi les 5 militants, Agathe Martin, mère de deux enfants qu'elle élève seule. Ces convocations, une par jour, sont faites pour détourner et paralyser la mobilisation. C'est bien la preuve que PSA craint par dessus tout que la grève s'étende.

En renforçant sa campagne de calomnie et de mensonge, la direction tente par tous les moyens de casser la grève en faisant passer les grévistes pour des violents. La CGT rejette toute accusation de violence.

Jean-Pierre Mercier DS CGT PSA Aulnay DS Central adjoint CGT du groupe PSA

Source : http://www.cgtparis.fr/spip.php?article823

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

En effet, enfin l'ensemble

Par Anonyme, le 28/01/2013 à 18:07

En effet, enfin l'ensemble des salariés ce regroupe pour lutter - Ensemble, tous ensemble, il nous faut faire arreter ce masacre

Envahir l'assembler ? pourquoi pas ;-)

Virgin et le ministère du travail quasiment à la même heure!!!

Par Anonyme, le 28/01/2013 à 12:28

C'est étonnant: le rassemblement devant Virgin (contre les licenciements chez Virgin) suivi d'une manif vers le siège de Buttler à 13H00 et la manif nationale contre les licenciements à 14H00 convoquée à 2 endroits différents: par les uns à l'Assemblée Nationale pour aller au ministère du travail, par les autres directement au ministère du travail.

Vous avez dit division organisée??

Désolé mais le trajet est nul

Par Anonyme, le 27/01/2013 à 20:36

Désolé mais le trajet est nul ! les Ministères y s'en fichent totalement des problémes des travailleurs; il aurait fallu passer dans les quartiers les plus peuplés de Paris pour entrer en contact avec la population et aussi bloquer la circulation; mais puisque l'Assemblée nationale est à côté je suis d'accord avec le camarade pour occuper l'Assemblée.En tout cas mobilisons-nous comme jamais car ils nous préparent la pire des misères

Trajet

Par Anonyme, le 27/01/2013 à 09:43

BNous ne pourrons être à l'AN à 14h00, mais rejoindre la manif si le trajet était indiqué et cela pour toutes les manifs.

on attend cette manif avec

Par Anonyme, le 26/01/2013 à 21:24

on attend cette manif avec impatience;enfin les travailleurs licenciés réagissent fermement face à un patronat de plus en plus dur; ça serait bien d'envahir l'Assemblée nationale à cette occasion qui est juste à côté; et encore bravo aux travailleurs pour cette initiative!