Réagir (4)EnvoyeriCalPartager

dimanche 27 janvier 2013 à 14h

8 parties : 1 2 3 4 5 6 7 8

Attention: ceci est la manifestation pour l'égalité (Mariage)

Pour la manifestation de la fonction publique
du 31 janvier suivre ce lien


1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestation pour l'égalité

Mariage, adoption, filiation, PMA pour tous les couples !

Trajet / parcours: 14h Denfert-Rochereau, manifestation en direction de Bastille

Denfert‐Rochereau > Bd Saint‐Michel > Bd Saint‐Germain > pont de Sully > Bastille

Pourquoi demander le mariage pour toutes et tous plutôt que d'améliorer le PACS ?

Le PACS et le mariage donnent des droits différents, en particulier en termes de succession et de filiation. Un PACS «amélioré» qui ne serait ouvert qu'aux couples de même sexe créerait une discrimination supplémentaire. De même que le PACS est ouvert à tous les couples, hétérosexuels et homosexuels, nous réclamons l'accès au mariage pour tous, et non pas une loi spécifique pour les couples de même sexe. Tous les couples doivent avoir le choix de se pacser, de se marier ou de vivre en concubinage selon leur projet de vie.

Qui parle de bouleverser le Code Civil ?

Le texte du projet de loi ne prévoit pas de supprimer les termes de «père», «mère», «mari» ou «femme» pour les couples hétérosexuels. Le Code Civil sera modifié mais ne sera pas bouleversé par cette loi. Ces modifications ne changeront rien pour les couples de sexe opposé et les familles hétéroparentales.

L'ouverture de l'adoption aux couples de même sexe ne va-t-elle pas détruire les fondements de la famille ?

L'adoption est ouverte aux célibataires, le nombre de familles monoparentales ou recomposées ne cesse de croître... La famille ne repose plus sur le schéma classique père-mère-enfants. Etre parent, ce n'est pas simplement transmettre ses gènes, mais s'occuper d'un enfant au quotidien, l'aimer et l'éduquer. Entre 100 000 et 300 000 enfants vivent dans des familles homoparentales. Actuellement un seul de leur parent est officiellement reconnu, ce qui les place dans une précarité juridique inacceptable. L'ouverture de l'adoption permettra au second parent d'établir un lien de filiation avec son enfant. Il est grand temps de reconnaître toutes les formes de familles et de protéger juridiquement tous les enfants.

Pourquoi ouvrir aux couples de même sexe la filiation en dehors du mariage ?

Les couples de sexe opposé ne sont pas obligés de se marier pour avoir un lien de filiation avec leurs enfants. Pourquoi obligerait-on les couples de même sexe à se marier pour établir ce lien ? Les dispositifs qui permettent aujourd'hui aux hétérosexuels de créer un lien de filiation avec leurs enfants en dehors du mariage doivent être accessibles aux couples de même sexe.

Pourquoi ouvrir la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux couples de femmes ?

La PMA est ouverte aux couples hétérosexuels infertiles mariés, pacsés ou en concubinage. Nous demandons simplement que les couples de femmes puissent avoir accès à la PMA dans les mêmes conditions que les couples hétérosexuels.

L'ouverture de l'adoption et de la PMA aux couples de même sexe conduira-t-elle à la gestation pour autrui ?

La gestation pour autrui (les «mères porteuses») est une pratique qui n'est pas autorisée en France pour les couples hétérosexuels. Nous réclamons l'égalité des droits entre tous les couples, et non pas des droits spécifiques pour les couples de même sexe. La gestation pour autrui ne rentre pas dans le cadre de cette loi.

Cette lutte s'inscrit dans la lignée des grands progrès sociaux, tels que le PACS, le droit à la contraception, à l'IVG, au divorce, droits difficilement gagnés en leur temps mais largement admis aujourd'hui. Ces lois, portées par les mouvements féministes et LGBT ont finalement profité à l'ensemble de la population.

www.agissonspourlegalite.fr

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/23965
Source : http://www.solidaires.org/article43327.html
Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article13226...


1 2 3 4 5 6 7 8

Second projet de loi « famille »

Communique de presse - 'Inter-LGBT

L'Inter-LGBT attend des clarifications du gouvernement et appelle les parlementaires à maintenir tous leurs amendements sur le projet de loi « mariage pour tous ».

Le Premier ministre a annoncé le 3 janvier qu'un nouveau projet de loi sur la famille allait être présenté en Conseil des ministres en mars visant à permettre « la reconnaissance de la diversité des modèles familiaux ». Cette déclaration se situe à quelques jours de l'ouverture des travaux en commission des lois autour du projet de loi « mariage pour tous » et dans un contexte où le groupe parlementaire socialiste à l'Assemblée nationale s'est engagé à intégrer l'ouverture de la PMA par voix d'amendement dans ce même projet de loi.

Pour l'Inter-LGBT les déclarations du Premier ministre ne sont que des annonces et méritent des précisions importantes. Quel calendrier de travail est-il prévu ? Quel sera le périmètre exact de ce projet de loi ? L'Inter-LGBT craint une loi « fourre-tout » qui ne serait qu'une façon déguisée de renoncer à certains des engagements du Président de la République, dont celui de l'ouverture de l'accès à la PMA pour les couples de femmes. Elle s'interroge sur la présence dans ce texte de sujets importants mais pour autant très divers et sans liens directs entre eux. Elle s'inquiète notamment de l'inclusion, tel qu'évoqué par Dominique Bertinotti auprès de l'AFP, de la question de l'accès aux origines qui nécessiterait de rouvrir les discussions sur les lois bioéthiques - et qui repousserait pour encore de nombreux mois l'adoption de l'ensemble des mesures du projet de loi. L'inter-LGBT ne comprend pas en quoi l'homoparentalité relancerait le débat sur une question qui concerne déjà - depuis des années - les couples hétérosexuels faisant appel à une PMA avec don de sperme.

L'Inter-LGBT rappelle que son objectif premier est l'égalité et la sécurisation de toutes les familles. Cela passe par l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, l'accès à la filiation et à l'adoption pour les couples de même sexe y compris en dehors du mariage et une réforme du partage de l'autorité parentale qui inclut les familles en co-parentalité. En l'état l'Inter-LGBT ne voit aucune raison à ce que les amendements annoncés il y a quelques jours par le groupe socialiste et les autres groupes politiques ne soient pas déposés et défendus. Le législateur n'aura certainement pas deux occasions dans la mandature pour se saisir de ces questions d'égalité et le débat étant bien engagé il a toutes les cartes en main.

Une mobilisation large le 27 janvier lors de la grande manifestation nationale pour l'égalité à Paris est d'autant plus nécessaire pour rappeler l'ensemble des engagements en matière d'égalité des droits, pour soutenir l'ensemble des élus qui œuvrent en ce sens et les inviter à saisir cette opportunité unique d'enfin mettre fin aux injustices et aux discriminations que vivent depuis trop longtemps les couples de même sexe et les milliers d'enfants vivant au sein des familles homoparentales.

Source : http://www.inter-lgbt.org/spip.php?article118...


1 2 3 4 5 6 7 8

Manifestation « mariage pour tous »

Le Front de Gauche appelle à manifester massivement les 19 et 27 janvier 2013

En faveur du droit au mariage et à l'adoption pour toutes et tous
Et du recours à la PMA pour les couples de femmes

Ce dimanche 13 janvier, une nouvelle manifestation est prévue par les mouvements politiques et sociaux opposés au mariage, à l'adoption, à la filiation et à la PMA pour tou-te-s. Depuis plusieurs mois, ces secteurs, enhardis par la frilosité du gouvernement et de la majorité parlementaire, mènent une importante offensive idéologique pour empêcher l'avancée politique et sociale majeure que représente l'adoption d'une telle loi.

Les débats sur la « loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe » offrent en effet l'occasion historique de supprimer les inégalités en droits qui légitiment les discriminations envers les personnes LGBT. C'est l'honneur et la responsabilité de toute la gauche non seulement d'assumer fièrement les valeurs égalitaires et progressistes inhérentes à ce combat mais aussi de mener bataille pour faire avancer toute la société dans cette voie. Telle est en tous les cas la position que nous défendons au Front de gauche. Comme l'affirme notre programme partagé L'Humain d'abord : « Nous adopterons une loi pour l'égalité qui éradiquera toute discrimination. Les droits du PACS seront renforcés. Le droit au mariage et à l'adoption sera reconnu aux couples homosexuels. Les femmes lesbiennes auront accès à la procréation médicalement assistée. » C'est le sens et le contenu de la proposition de loi N°119 déposée notamment par Marie-George Buffet « tendant à lever les discriminations reposant sur le sexe, le genre et l'orientation sexuelle en matière de filiation ».

Nous défendons le droit au mariage pour toutes et tous par conviction raisonnée que la liberté de choix est essentielle à chacune et chacun, et que l'égalité devant la loi, comme norme de la société, est porteuse d'un message sans équivoque qui délégitime les discriminations.

Nous défendons le droit à l'adoption parce que nous pensons que les personnes LGBT ne forment pas de moins bons parents que les autres et qu'ils ont autant d'amour à transmettre à des enfants.

Nous défendons aussi l'intégration du droit à la procréation médicalement assistée pour les femmes lesbiennes car, une fois évacuée la conception qui assigne une valeur inférieure à celles et ceux qui s'écartent d'une soi-disant norme hétérosexuelle, le cœur du débat est la filiation fondée sur l'engagement parental. Les lois de bioéthique ont consacré la valeur de l'engagement du compagnon stérile lors d'une PMA avec don de sperme : le compagnon de la mère a accès aux mêmes facilités pour faire reconnaitre sa filiation qu'un père biologique. Cette vérité selon laquelle ce sont l'amour et l'engagement parental qui fondent la filiation doit nécessairement s'appliquer pour les couples de femmes lesbiens. Dans un couple de femmes, aussi bien la parturiente que celle qui l'accompagne sont mères toutes deux. Par ailleurs, une femme seule recourant à la PMA a un projet parental tout aussi cohérent qu'une personne seule qui adopte.

C'est pourquoi, le Front de Gauche exige du gouvernement qu'il s'engage fermement et publiquement sur ces trois revendications légitimes et demande à la majorité parlementaire de les voter.

Dans le même temps, le Front de Gauche regrette la gestion calamiteuse de ce dossier par le gouvernement et ses continuelles hésitations, retours en arrière qui ont aboutit à affaiblir le soutien populaire largement majoritaire il y a encore quelques mois à cette loi. S'ajoutent à ces revirements le fait que le Gouvernement, en plein débat sur l'égalité des droits, a annoncé son renoncement à lever l'interdiction systématique du don du sang pour tout homme ayant des rapports sexuels avec des hommes, qui était un autre engagement de campagne de François Hollande ainsi que de toute la gauche.

Après la manifestation pour l'Egalité du 16 décembre à Paris, le Front de Gauche sera de nouveau présent sur les prochaines mobilisations début 2013, afin de réclamer une grande loi d'égalité et non une loi « à minima » : le 19 janvier sur les mobilisations décentralisées partout en France et le 27 janvier lors de la grande manifestation nationale à Paris.

Source : http://www.mille-et-une-vagues.org/ocr/spip.p...


1 2 3 4 5 6 7 8

Discrimination : la Cgt manifeste pour l'égalité

La CGT intervient depuis longtemps sur les questions liées à l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Le projet de loi portant sur l'ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe est l'occasion de marquer notre engagement pour gagner l'égalité pour les Lesbiennes, Gays, Bi et Trans (LGBT). Gagner l'égalité et le mariage pour tous, c'est aussi obtenir des droits dans l'entreprise et pour les salariés, les retraités et les privés d'emploi.

La participation de la CGT à la lutte contre les discriminations, pour l'égalité maintenant et plus particulièrement dans la période à propos du projet de loi sur le mariage pour tous et toutes, n'est ni un effet de mode ni un supplément d'âme à donner le change. D'ailleurs nous revendiquons au travers de nos repères revendicatifs « l'égalité d'accès aux droits et le droit effectif à la non discrimination.

Le mariage permettra l'égalité de droit pour les couples de même sexe, ainsi les salariés gays et lesbiennes pourront par le mariage obtenir la pension de réversion, les congés pour événement familiaux, etc.

Aujourd'hui le PACS et le mariage donnent des droits différents, en particulier en termes de succession et de filiation. Un PACS « amélioré » qui ne serait ouvert qu'aux couples de même sexe n'aurait pas de sens. De même que le PACS est ouvert à tous les couples, hétérosexuels et homosexuels, nous réclamons l'accès au mariage pour tous les couples, et non pas une loi spécifique pour les couples de même sexe. Tous les couples doivent avoir le choix de se pacser, de se marier ou de vivre en concubinage selon leur projet de vie.

Enfin, le mariage pour tous, n'ouvrira pas des droits en plus mais affirmera une égalité des droits pour tous les citoyens quel que soit leur orientation sexuelle.

Le combat pour l'égalité fait avancer les droits pour tou-te-s. C'est par l'engagement de chacune et chacun que nous le gagnerons.

La CGT dit Oui aux avancées de société qui font gagner des droits dans l'entreprise.

Elle appelle donc les salariés à participer aux manifestations qui se dérouleront partout en France, le 19 janvier dans de nombreuses villes de province et le 27 janvier à Paris.

Source : http://www.ulcgt11.fr/spip.php?article3370


1 2 3 4 5 6 7 8

Les réacs ne doivent pas faire la loi

égalité des droits !

NPA

Les réacs attaquent...

L'église, l'UMP, le FN, l'ultra-droite et tout ce que la France compte d'intégristes ont communié dimanche 13 janvier contre le droit au mariage pour tous et toutes. Pour les grenouilles de bénitiers et autres tenants de l'ordre moral, c'est la manifestation de l'intolérance et de l'homophobie décomplexées. Pour la droite c'est l'occasion de faire une démonstration d'opposition au gouvernement alors qu'elle a bien du mal à trouver des sujets pour se démarquer sur les terrains sociaux et économiques.

Le gouvernement tergiverse

L'accès au mariage et à l'adoption est une mesure de justice autant que d'urgence, pour mettre fin à des situations parfois dramatiques. Ce sont aujourd'hui 100 000 à 300 000 enfants qui vivent dans des foyers homoparentaux. Des enfants qui ne sont pas moins « équilibrés » et épanouis que les autres, mais dont les familles n'ont pas d'existence légale. L'un de leurs parents n'a aucune responsabilité, aucun droit, notamment de garde en cas de décès du parent « légal ».

Le projet de loi est en dessous du minimum nécessaire : la procréation médicalement assistée (PMA) pour les lesbiennes a été abandonnée, alors que les femmes hétérosexuelles y ont accès ; les étrangers et les étrangères ne pourront épouser une personne du même sexe que si le mariage pour les couples homosexuels existe dans leur pays d'origine...

Avec le mariage pour tous et toutes, le gouvernement se contente d'une mesure minimale, qui lui permet de se redonner un vernis de gauche. Il compte nous faire oublier à peu de frais qu'il coupe les budgets des services publics, supprime des dizaines de milliers d'emplois, laisse faire les licenciements et casse le droit du travail... Qu'il poursuit la politique d'expulsions de Sarkozy et oublie une autre promesse du PS, le droit de vote pour les étrangers et les étrangères. Non, l'égalité entre toutes et tous, ce n'est pas pour tout de suite.

Les reculs du gouvernement ne font qu'encourager et renforcer le camp réactionnaire.

Toutes et tous dans la rue pour l'egalite des droits

Des manifestations unitaires sont organisées, le 19 janvier dans différentes villes et le 27 janvier à Paris, pour exiger l'égalité et refuser de laisser la rue aux fachos et aux réactionnaires. A quelques jours du vote de la loi, nous devons être le plus nombreuses et nombreux possible pour peser dans le rapport de force. Le racisme, le sexisme et l'homophobie sont autant de poisons pour diviser celles et ceux qui subissent la crise, l'austérité, les attaques patronales. L'égalité des droits est donc une question de justice sociale autant que de lutte pour l'unité de celles et ceux qui subissent l'exploitation, l'oppression, les discriminations.

L'opposition de droite choisi le terrain de la haine et de intolérance rien de plus normal.

En face, il y a besoin d'une opposition de gauche qui ne cède rien sur l'égalité totale des droits concernant non seulement le mariage mais l'adoption, la filiation, la PMA pour les homosexuelLEs, les droit de vote pour les résidentEs étrangeREs, la régularisation de touTEs les sans-papiers.

Source : http://www.npa-paris13.org/LES-REACS-NE-DOIVE...


1 2 3 4 5 6 7 8

Pour l'égalité des droits :

toutes et tous à Paris le 27 janvier !

SUD / Solidaires

Le projet de loi sur le mariage pour tous et toutes sera examiné au parlement fin janvier 2013. L'égalité des droits, pour tous les couples et toutes les familles, doit devenir une réalité au travail et dans la vie quotidienne. L'Union syndicale Solidaires appelle les salarié-es à se mobiliser le 27 janvier à Paris, pour l'égalité et contre les discriminations.

Des attaques sans précédent

Depuis plusieurs semaines, le projet de mariage pour tous et pour toutes est attaqué de toutes parts. Au-delà du conservatisme et sous couvert d'un combat pour la filiation, des associations catholiques intégristes et d'extrême droite, mais également des partis politiques font ressurgir des propos que l'on croyait disparus depuis longtemps, accumulant les amalgames haineux et remplis de stéréotypes !

Une riposte indispensable dans la rue...

L'inter LGBT (regroupement d'associations d'homosexuel-les, bisexuel-les et transexuel-les) appelle à une manifestation nationale à Paris le 27 janvier pour le mariage, sans distinction de sexe ou de genre et pour l'homoparentalité, et pour la PMA (Procréation Médicalement Assistée). Il s'agit avant tout que l'ensemble de la population puisse accéder aux mêmes droits : celui de pouvoir se marier ou non, d'avoir des enfants ou non, quelle que soit l'orientation sexuelle et de faire reconnaître la filiation du second parent. ... et dans nos lieux de travail !

Solidaires s'inscrit dans la lutte permanente pour l'égalité des droits et contre toutes formes de discrimination. La loi doit prendre en compte et refléter l'évolution de la société. Elle doit aussi permettre que, dans les entreprises, les couples sans distinction de sexe, les parents de même sexe puissent accéder aux mêmes droits que les hétérosexuel- les. Lʼadoption du PACS avait ouvert certaines portes pour les couples homosexuels avec par exemple lʼobtention de certaines autorisations spéciales dʼabsence. En revanche la quasi-totalité des entreprises a refusé lʼextension des droits familiaux pour le second parent des familles homoparentales : journées enfant malade, priorités pour les congés, « congé parentalité » en lieu et place du congé paternité...

Dès que la loi sera votée, l'Union syndicale Solidaires exigera son application dans l'ensemble des entreprises du secteur public comme du secteur privé et dans l'ensemble de la Fonction publique. Solidaires poursuivra son travail revendicatif pour que cette nouvelle loi et ces droits nouveaux aient leur traduction dans la vie au travail.

Pour l'égalité des droits ! Dimanche 27 janvier, manifestation nationale 14 h - Place Denfert Rochereau à Paris.

Source : http://solidairesparis.org/spip.php?article44...


1 2 3 4 5 6 7 8

Égalité des droits

bloc radical contre l'homophobie, le sexiste et le racisme.

Face aux trahisons socialistes :solidarité des minorités !

Ces derniers mois ont été l'occasion d'un funeste « débat » sur l'égalité des droits entre couples hétérosexuels et couples LGBT en matière de mariage et de filiation, qui a attisé une homo-lesbo-transphobie violente. Ce climat de haine généralisé s'est cristallisé dans des manifestations ralliant homophobes de gauche, de droite et d'extrême-droite, n'hésitant pas à s'allier lorsqu'il s'agit de défendre l'ordre-moral et la différence-des-sexes.

Ces manifestations sont extrêmement préoccupantes, et montrent une convergence des réactionnaires, aujourd'hui pour promouvoir la marginalisation des minorités sexuelles, demain pour entretenir le harcèlement, la répression et la précarisation des étrangEREs.

Le gouvernement socialiste ne condamne toujours pas ces manifestations. Ses atermoiements, reculades et trahisons (abandon de la PMA pour les couples de lesbiennes, « liberté de conscience », « dialogue » avec les autorités religieuses etc) ne font que légitimer davantage un « débat » dont le seul objet est la validité de la vie des LGBT. L'indécence de ce « débat » et le peu d'indignation qu'il suscite nous désole :
quel niveau de haine faut-il atteindre pour qu'une réelle mobilisation émerge en soutien aux minorités ?

Ce déversement de haine et l'homophobie d'Etat toujours inscrite dans la loi promeuvent une hiérarchisation des vies.
Parce que leurs vies ont moins de valeur que les autres, les LGBT sont exposéEs à une précarité matérielle et affective accrue qui se traduit par des risques de suicide plus élevés chez les jeunes et par des taux record de contaminations au VIH-sida chez les femmes trans et les pédés.

Les errances du Parti Socialiste sur le mariage et la filiation ouverts à touTEs sont de très mauvais augure quant à l'accès aux droits pour les personnes trans (changement d'état civil libre et gratuit), et confirment l'absence de réelle inclusion des problématiques trans dans les préoccupations gouvernementales.

Le parti qui ouvre un boulevard à la haine homolesbotransphobe, aux droites extrêmes et à l'extrême droite est aussi celui qui ferme toujours plus les frontières aux étrangEREs et demandeuSEs d'asile. Alors qu'il prétendait il y a encore quelques mois incarner « le changement », il perpétue les mesures et les violences sécuritaires et racistes des gouvernements précédents :

  • Il se targue d'avoir élargi les critères ouvrant le droit au séjour, alors que le nombre de régularisations est toujours limité, et le nombre des expulsions toujours plus élevé.
  • Il a enterré la promesse d'ouverture du droit de vote aux étrangEREs.
  • Il expulse les Rroms plus violemment encore que le gouvernement de Nicolas Sarkozy
  • Il expose encore et toujours les travailleuSEs du sexe aux violences, en subordonnant l'abrogation du délit de racolage public à une pénalisation des clientEs dont les conséquences seront exactement les mêmes,
  • Il a abandonné le récépissé après contrôle d'identité et entend légitimer une fois de plus les violences policières contre les sans-papiers en instaurant une « retenue » de 16h.

Si cela ne suffisait pas, le même gouvernement entend pérenniser toutes les mesures de stigmatisation des plus précaires mises en place au cours des 5 dernières années. Il refuse d'abandonner les franchises médicales qui constituent un véritable impôt sur la maladie et de lutter contre les inégalités sociales.

Le Parti Socialiste feint d'avancer en faveur de l'égalité des droits, mais son action des derniers mois prouve le contraire.

L'égalité des droits proposée par le gouvernement n'est rien d'autre qu'une égalité fragmentée : en se targuant d'ouvrir des droits aux LGBT d'une main, il s'agit d'en refuser aux étrangEREs de l'autre.

À cela nous répondons :
Assez de débat, des droits pour toutes !

La stratégie de morcellement de l'égalité adoptée par le gouvernement lui permet d'effacer totalement la perspective des LGBT étrangEREs et précaires, tout en se gargarisant d'oeuvrer pour elles-eux, alors même qu'il les expose toujours aux violences d'Etat.

Les atermoiements du PS sur les droits des LGBT lui permettent paradoxalement de faire durer un « débat » dans lequel il a le beau rôle. Ce faisant, il occulte les effets dévastateurs de ses politiques néo-libérales, sécuritaires et racistes au sein de ces mêmes communautés LGBT.

Revendiquer l'égalité des droits ne se limite pas à manifester sporadiquement pour l'ouverture du mariage et de la filiation aux couples LGBT : il s'agit de revendiquer l'égalité réelle et sans division.

Pour cela, rejoignez-nous le 27 janvier à 13h place Denfert-Rochereau dans un bloc anti-homophobie, antisexiste et antiraciste.

Nous n'obtiendrons que ce que nous leurs prendrons !

PremierEs signataires :

Act Up-Paris, Alternative Libertaire Paris Nord-Est, CNT Santé-Social, Collectif 8 mars pour toutes, Étudions Gayment, Fédération Anarchiste, Outrans, P!nkBloc (cortège Queers et Freaks en touS genreS), Strass (Syndicat du Travail Sexuel), les TumulTueuses

affiche

Source : https://www.facebook.com/events/4078727192990
Source : message reçu le 22 janvier 18h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

MARIAGE POUR PERSONNE !

Par Anonyme, le 27/01/2013 à 10:55

CÉLIBATAIRES, C'EST VOUS QUI CASQUEZ !

Ce qu'on ne dit pas, c'est qu'on n'avantage FINANCIÈREMENT les gens mariés que pour mieux pénaliser les célibataires.

Être pour le mariage revient donc à être contre le célibat et les célibataires

Comment peut-on défendre la justice sociale ET le mariage ?

Les citations de grands auteurs contre le mariage et la famille se comptent par milliers. Pour Simone de Beauvoir après d'autres, le mariage est une prostitution légalisée.

Il y a des mariages d'octogénaires. Que vient faire la défense, l'intérêt, l'éducation des enfants là-dedans ?

Des vieux rupins peuvent même faire payer leurs dernières coucheries par la collectivité pendant plus de cinquante ans après leur mort, via le mariage et les retraites de réversion, ce qui donne des armes aux adversaires des retraites par répartition, lesquelles sont pourtant la plus fabuleuse conquête de l'histoire humaine.

Pour ces raisons et des tonnes d'autres, je mettrai sur ma petite pancarte : « MARIAGE POUR PERSONNE ! »

égalité

Par Anonyme, le 26/01/2013 à 17:45

Tu as raison Paloma, un célibataire ne peut adopter mais un veuf reste papa.

LA FAMILLE marche bien depuis l'origine des temps, nous sommes nés complémentaires, nous sommes nés hétéros et l'amour de la mère est différente de l'amour du père, la mère donne son lait que boit goulument l'enfant et son père les muscles pour défendre sa progénitures contre le raquettage de toute sorte. Ce que ne peut faire une mère le père le fait. Comment cette complémentarité peut-elle se traduire par une femme célibataire, entend-on sans enfant sorti de son ventre, de sa filliation, de sa complémentarité permanente avec un homme à la maison. L'ENFANT n'est pas un droit, il-y-a des mères stériles, l'enfant n'est pas un acquis à 18 ans beaucoup se barent en claquant la porte car ils ont honte du bonheur des autres et d'être considérés comme des batards (injure fréquente) et cet amour ne les concerne pas, ils n'ont pas plus de sentiments que si ils étaient tombés plus mal dans un orphelinat, l'amour ils n'en ont plus dans leur coeurs et leur but est de s'échapper dans l'anonimat où personne ne connaîtra leur filiation sans avoir gouté à leur droit d'être comme tout le monde: alors vouloir son bonheur en ne donnant pas une famille normalement complémentaire, unie. Je dis non car toujours et quotidiennement l'enfant aura sous les yeux et dans le coeur cette différence.

Salut. 26 janvier 2013

MARIAGE HOMO

Par Anonyme, le 26/01/2013 à 15:34

DE BRASSENS :" non, les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux "....

plus çà va plus l'époque entre dans l'obscurantisme , je me demande si ce n'est pas

une sorte de cycles successifs, ténébres, renaissance puis retour à une

civilisation plus raffinée, peut etre cela nous échappe-t-il finalement ?

Manifestation pour l'égalité

Par Anonyme, le 23/01/2013 à 23:27

Quand on parle d'égalité, il faut se battre pour tout le monde,

pourquoi réclamer la pma aux couples et non au femmes célibataires.

si cette loi passe, elle ne fait que creuser encore des inégalités, une femme célibataire n'a pas le droit d'avoir un enfant ?

on cite les exemples comme la belgique, les états unis.. mais dans ces pays, c'est ouvert également aux célibataires, allons au fond des choses !!

Paloma