thème : international
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 9 octobre 2012 à 18h30

2 parties : 1 2

Projections, rencontres "Eau et Amérindiens"

Deux projections, rencontres sont prévues le 9 octobre, à 18h30 et à 20h30.


À 18h30:

Courts-métrages "Eau et Amérindiens"

L'association De la Plume à l'Ecran promeut le cinéma amérindien afin de combattre les stéréotypes véhiculés à l'encontre des peuples autochtones dans les médias et de défendre leurs droits fondamentaux, dont, au premier plan, le droit à la libre expression de soi et à la récupération de sa propre image.

Grâce à cette sélection de courts-métrages réalisés par des Amérindiens sur le thème de l'eau, le Festival Ciné Alter'Natif permet de mieux connaître les peuples amérindiens et d'apporter un soutien aux luttes abordées par les films.

Première partie : Wapikoni Mobile

Le Wapikoni Mobile voit le jour en 2004 au Québec avec l'objectif de former les jeunes des Premières Nations aux techniques cinématographiques pour leur donner les moyens de s'exprimer visuellement. Depuis huit ans, ce sont plus de 2000 jeunes qui ont ainsi été formés,
En accord avec le thème principal du festival, les films Wapikoni sélectionnés cette année offriront des points de vue personnels, poétiques et artistiques sur le rapport qu'entretiennent les Premières Nations du Québec avec l'Eau.

Deuxième partie : Et plus au Sud...

En complément des films Wapikoni et toujours en rapport avec l'Eau, des films venus de Colombie, du Mexique et du Guatemala intègrent la sélection 2012 de courts-métrages.

Un débat en présence du producteur amérindien Ernest Webb (Cri), de la réalisatrice amérindienne Tracy Rector (Seminole) et du jeune réalisateur seminole/chocktaw Solomon Calvert-Adera suivra la projection

Tarif : 6€ (4€ réduit et abonnés De la Plume à l'Ecran)
Pass 3 entrées La Clef : 15€


À 20h30

Projection de March Point de Tracy Rector, en présence de la réalisatrice

Depuis des siècles, les Swinomish dépendent de la pêche à la palourde et aux crabes. Avant la colonisation, la tribu habitait la vallée Skagit et ses rivières. Mais en 1885, par le traité de Point Elliott, le gouvernement fédéral leur retire une grande partie de leurs terres. En compensation, les Swinomish se sont vus accorder le droit à des soins élémentaires gratuits, des droits de pêche et une petite réserve. Mais à la fin des années 1950, deux raffineries pétrolières sont construites à March Point. Un lieu qui, d'après les traités, se situe pourtant sur leurs terres...
2008. Cody Nick et Travis, trois adolescents swinomish, souhaitent réaliser un film de gangsters ou une vidéo de rap. Mais, au lieu de cela, il leur est demandé d'enquêter sur l'impact des deux raffineries situées sur les terres de leur communauté. March Point les suit alors qu'ils en viennent à mieux se comprendre, à appréhender leur environnement et à prendre conscience de la menace qui plane sur leur peuple.

Tarif : 6€ (4€ réduit et abonnés De la Plume à l'Ecran)
Pass 3 entrées La Clef : 15€

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/22733
Source : message reçu le 19 septembre 00h


Festival Ciné Alter'Natif

Eau et Amérindiens : l'eau, simple ressource énergétique ?

Cette année, le Festival Ciné Alter'Natif propose une programmation spéciale "Eau et Amérindiens : l'eau, simple ressource énergétique ?"

Essence-même de la vie pour les peuples autochtones, le droit à l'eau n'est pas suffisamment reconnu et défendu dans les lois et les politiques nationales. Ceci est surtout dû à la vue totalement différente des autochtones et des non-autochtones en matière de gestion de l'eau. De plus, la qualité de nombreux réseaux hydrographiques est aujourd'hui dégradée et pour bien des autochtones, cela signifie la détérioration de leur santé et de leurs modes de vie.
A travers une sélection de films entièrement consacrée à l'eau, le Festival Ciné Alter'Natif souhaite célébrer, faire connaître et préserver les relations privilégiées qu'entretiennent les Amérindiens avec cette ressource naturelle essentielle, tout en exposant les différents impacts
néfastes de sa surexploitation sur leur vie quotidienne. Les projections s'orienteront autour de quatre axes principaux :

  • L'eau, simple richesse énergétique ? Amérindiens et barrages
  • L'eau, bien commun de l'humanité ? Perspectives amérindiennes
  • Au rythme de l'eau qui coule : spiritualité et pratiques ancestrales
  • En eaux troubles... pollution, pénurie et alternatives

Un événement organisé par l'association De la Plume à l'Ecran

De la Plume à l'Ecran

L'association De la Plume à l'Ecran promeut le cinéma amérindien afin de combattre les stéréotypes véhiculés à l'encontre des peuples autochtones dans les médias et de défendre leurs droits fondamentaux, dont, au premier plan, le droit à la libre expression de soi et à la récupération de sa propre image.

Source : http://www.delaplumealecran.org
Source : message reçu le 19 septembre 00h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir