Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

jeudi 28 juin 2012 à 18h

Honduras:

rassemblement à l'occasion des 3 ans du coup d'Etat

28 juin 2009 - 28 juin 2012
le peuple, toujours debout, résiste à tous les coups

Trois ans se sont écoulés depuis que l'oligarchie et l'armée honduriennes ont perpétré leur Coup d'État contre le président Manuel Zelaya et contre le peuple hondurien qui l'avait élu. Depuis, le pays est plongé dans une crise sans précédent.

En 2009, l'élément déclencheur avait été la mise en route d'un processus de révision de la constitution à travers l'invitation faite aux citoyens de se prononcer sur la convocation d'une Assemblée constituante.

Par sa position géographique et stratégique au cœur de l'Amérique centrale, le Honduras suscite depuis longtemps l'intérêt des grandes puissances du continent. Le Honduras a servi notamment de base d'entraînement militaire aux armées contre-révolutionnaires qui ont sévi en Amérique centrale pendant des décennies, avec l'appui de l'armée des Etats-Unis. Sa production agricole et industrielle, comme celles des pays voisins, n'a cessé d'être pillée par les sociétés transnationales qui la contrôlent.

Les réformes sociales et les autres mesures progressistes entreprises par le gouvernement de Manuel Zelaya ont donc touché à la fois les intérêts des oligarques locaux et ceux des grands actionnaires étrangers.

Si l'entrée du Honduras dans l'Alliance Bolivarienne pour les peuples d'Amérique (ALBA) a provoqué l'inquiétude et la désapprobation des partenaires internationaux, la mesure de trop a été le projet de briser, à travers le projet de constituante, un système clientéliste et corrompu par lequel les élites traditionnelles se relaient au pouvoir depuis des décennies. Aussi, l'oligarchie a-t-elle comprise qu'elle devait riposter avec force pour mettre un frein à la transformation d'un pays où les intérêts du peuple risquaient de prendre le pas sur les siens. Après le coup d'état, la communauté internationale, qui a échoué dans sa tentative à imposer un plan de conciliation, a eu tôt fait de passer l'éponge sur les turpitudes des militaires et d'entériner quelques mois plus tard, des élections, majoritairement boycottée par le peuple, qui ont remis en selle une oligarchie engluée jusqu'au cou dans l'aventure putschiste.

Cependant, le renversement du gouvernement Zelaya, démocratiquement élu a été confronté à un obstacle de taille : le peuple hondurien qui résiste fermement et pacifiquement depuis le 28 juin 2009.

La violence s'est accrue considérablement depuis le Coup d'État contre tous ceux qui résistent pour défendre au quotidien les droits et les libertés fondamentaux du peuple. L'expropriation, la torture, les menaces de mort et les licenciements font de nouveau partie du quotidien des honduriens comme lors des pires périodes de son histoire. Victimes de la répression exercée par le pouvoir d'État qui criminalise les luttes sociales, nombre de syndicalistes, de dirigeants de quartiers, de militants homosexuels et transsexuels, de féministes et de membres des Communautés indigènes et afro-descendantes sont également tombés sous les balles de groupes paramilitaires qui, eux, sévissent en toute impunité.

Dans la région de l'Aguán, les milices privées à la solde des grands propriétaires terriens ont été signalées comme responsables de l'assassinat de près de 50 membres d'organisations paysannes depuis près de deux ans. Les journalistes communautaires et d'opposition, les défenseurs des droits de l'homme et, de façon générale, la société civile sont également des cibles privilégiées : selon Reporters sans frontières, 28 journalistes ont été tués au cours de la dernière décennie, dont 20 depuis le coup d'État.

Les organisations signataires appellent à manifester le

Jeudi 28 juin 2012 à 18h

Fontaine Saint-Michel à PARIS

pour :

  • dénoncer les violations des droits de l'homme qui sont commises au quotidien dans le pays,
  • soutenir le peuple et la résistance hondurienne dans leur combat pour le retour à la démocratie et dans leur combat pour leur souveraineté et la Constituante.

Signataires:

  • Alerte Honduras
  • France Amérique Latine
  • le MRAP
  • Tierra y Libertad
  • Terre et Liberté pour Arauco
  • Association América Latina Publicaciones
  • Cuba Si

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/22202
Source : http://www.alerte-honduras.org/spip.php?artic...
Source : http://www.franceameriquelatine.org/spip.php?
Source : message reçu le 25 juin 14h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir