Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 2 mars 2012 à 19h

3 parties : 1 2 3

Projection débat « Qui sème le vent »

Nucléaire: Areva en Afrique !

Dans le cadre de la semaine anticoloniale

Entrée libre

Depuis 40 ans, le développement du nucléaire est justifié au nom de l' « indépendance énergétique » de la France et revendiqué comme étant une « filière propre ».

Dans le cadre de la semaine anticoloniale 2012 http://www.anticolonial.net/spip.ph... : Survie et Sortir du Nucléaire organisent une projection débat pour questionner ces discours qui omettent que l'uranium alimentant nos centrales ne provient pas de France et qui nient les conséquences environnementales et sociales du nucléaire, y compris à l'étape de l'extraction.

La soirée commencera par la projection du téléfilm « Qui sème le vent » de Frédéric Garson. Ce téléfilm, très réaliste, rappelle que l'uranium de nos centrales provient en grande partie du Niger, où l'ingérence politique de la métropole et les pratiques de la Françafrique permettent une exploitation des ressources à bas prix, et au détriment de l'environnement, de la souveraineté d'une nation et de la santé des populations locales.

Un débat avec la salle suivra, en présence de

  • Frédéric Garson (le réalisateur),
  • de Danyel Dubreuil (membre de Survie) et
  • d'un membre du réseau Sortir du Nucléaire.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/20016
Source : message reçu le 20 février 02h
Source : http://www.anticolonial.net/spip.php?article2...
Source : http://www.survie-paris.org/semaine-anticolon...
Source : http://www.anticolonial.net/spip.php?article2...


1 2 3

« Qui sème le vent »

un téléfilm qui sème enfin le doute sur « l'indépendance énergétique » française

Survie

http survie.org local cache-vignettes L xH arton - b .jpg

Alors que le nucléaire tend à s'imposer comme une question centrale de la campagne présidentielle, l'association Survie tient à souligner l'intérêt de la fiction Qui sème le vent que la chaîne Arte diffusera, ce vendredi 2 décembre à 20h40. Ce téléfilm interroge enfin un angle mort de la filière française de l'atome : les conditions sociales, environnementales et politiques dans lesquelles la Cogema puis Areva exploitent l'uranium africain depuis des décennies. La levée d'un tabou qui atomise l'argument de « l'indépendance énergétique » de la France.

Qui sème le vent [1] rappelle que l'uranium de nos centrales provient pour une large part du Niger [2], où la France a toujours jalousement veillé sur son approvisionnement, au prix d'une contamination de l'environnement à laquelle les populations locales sont exposées en permanence. La Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) a ainsi précisé que le scénario de ce film était basé, « en ce qui concerne l'impact radiologique de l'exploitation de l'uranium sur l'environnement, sur des constats effectués par [son] laboratoire » : ses différentes enquêtes et analyses indépendantes ont en effet démontré depuis plusieurs années la réalité du scandale environnemental de la présence de notre fleuron industriel au Nord Niger, mais sans qu'aucune enquête fiable sur les maladies radio-induites des habitants de la région n'ait encore pu briser l'omerta imposée par le numéro un mondial du nucléaire.

Le réalisme du film concerne également le contexte françafricain et les pires ingérences politiques liées à cette exploitation. Le scénario s'inspire, en les condensant en une histoire de quelques jours, de faits politiques qui retracent la réalité de la présence au Niger de la COGEMA puis d'Areva : soutien au renversement du chef de l'Etat en 1974 [3], complaisance envers le coup d'Etat constitutionnel du Président Tandja contre l'attribution de la mine d'Imouramen en 2009, (la France lâchera Mamadou Tandja en 2010 [4]), diplomatie parallèle [5], imbrication entre réseaux politiques, militaires et industriels [6], gestion cynique et sans scrupule de la vie d'otages [7].

Ce film est un outil pédagogique évident, qui montre par la fiction le vrai visage de la pseudo « indépendance énergétique » de la France, assise sur des décennies de pillage et de pollution : une « indépendance » qui a pour prix la confiscation de la souveraineté d'une autre nation. C'est notamment pour souligner cette hypocrisie que l'association Survie publiera en février 2012 Areva en Afrique, une face cachée du nucléaire français, Dossier Noir aux éditions Agones, afin que les débats sur la pertinence et l'intérêt du nucléaire en France intègrent pleinement les questions du pillage et de l'impérialisme liées à son développement.

Qui sème le vent sera diffusé sur Arte le vendredi 2 décembre à 20h40 et sera rediffusé le mardi 6 décembre à 14h45.

Source : http://survie.org/francafrique/niger/article/...


1 2 3

Semaine anti-coloniale 2012

La 7ème édition de la semaine anticoloniale est organisée par l'association « Sortir du colonialisme ».

Cette année, la semaine anticoloniale aura pour grands thèmes le 50e anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, la fraternité entre français et immigrés à l'approche des élections présidentielles, et les luttes des femmes à travers les mouvements de décolonisation.

Cette 7ème semaine sera exceptionnelle car placée entre le 50ème anniversaire du massacre de Charonne et celui des accords d'Evian, le 19 mars 1962, la semaine anticoloniale permettra de revenir sur la mémoire occultée de la Guerre d'Algérie tout en montrant en quoi le combat des anticolonialistes est plus que jamais d'actualité.

L'association « Sortir du colonialisme » qui a pour but de promouvoir les valeurs de l'anticolonialisme, de l'antiracisme, de la lutte contre le néocolonialisme, et de la lutte pour l'égalité des droits fédère plus de 50 associations, mouvements, partis, et cette année s'efforcera de faire de la Semaine anticoloniale un événement national. La semaine anticoloniale se déroulera du 23 février au 11 mars et comportera notamment cette année de nombreux colloques, conférences, débats. Parmi les principaux : Médias et colonialisme, la résistance française contre la guerre d'Algérie, prostitution et colonialisme.

Autres initiatives : Région parisienne: Saint - Denis par l' APCV : Algérie au Féminin Aubervilliers : projection débat cinéma Le studio : thème : Algérie Projection débat au Laboratoire d'Aubervilliers , thème : les tirailleurs sénégalais

Autres initiatives prévues France :

Languedoc Roussillon : Gard : Nîmes Alès Hérault : Montpellier

Midi Pyrénées : Toulouse

PACA Marseille : La semaine commencera le 21 février avec un hommage à Ibrahim Ali, immigré comorien 17 ans, tué à Marseille par des colleurs d'affiches du candidat du FN, Jean-Marie Le Pen. le 21 février 1995

Bordeaux : La semaine aura lieu du 5 au 11 mars avec des action menées par AC Gironde, Aides, la Cimade, le collectif pour l'égalité des droits, le CRAN, RESF 33, Survie Gironde, l'UJFP

programme au format PDF:

http://www.anticolonial.net

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article12529...
Source : http://solidaritekanaky.org/spip.php?article3...
Source : http://www.telephonearabe.net/mainout/debat_d...
Source : http://www.anticolonial.net/spip.php?article2...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir