Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 11 janvier 2012 à 20h

3 parties : 1 2 3

Présentation du film "La bataille d'Alger"

Le réalisateur a conçu cette fiction historique avant que le conflit soit terminé. La rencontre avec Yacef Saadi, ex-commandant du FLN d'Alger, trois fois condamné à mort, gracié en 1958 par de Gaulle, permettra au projet de voir le jour.

Ecrit à partir des rapports et photos des archives de la police, des témoignages des combattants des deux camps, ce film constitue un témoignage historique objectif qui aborde aussi bien les méthodes honteuses de l'armée française que les attentats du FLN contre les civils. Il fut tourné dans la casbah sur les lieux mêmes où se déroulèrent les scènes évoquées. Excepté Jean Martin, aucun comédien n'est professionnel et Yacef Saadi joue son propre rôle.

Ce moment de la guerre d'Algérie marquera la division de l'opinion publique française sur la pratique de la torture entre ceux qui comprennent son recours et ceux qui la dénonceront.

Le contexte : Janvier 1957, 8000 parachutistes commandés par le général Massu, entrent dans Alger où la tension est extrême. Il s'agit de porter un coup décisif aux indépendantistes algériens.Le FLN a de son côté avait décidé lors de son congrès de 1956, de concentrer ses opérations sur Alger pour leur donner un impact plus important.

Le film qui reçu de nombreux Prix : Lion d'Or Mostra de Venise 1966,Primé au Festival de Cannes, 3 fois nominé aux Oscars en 1967 et 1969. Il attendra cependant 1970 pour être brièvement présenté en France puis interdit jusqu'en 2004 sous la pression de l'extrême droite.

La projection sera suivie d'un débat animé par les historiens Alain Ruscio et Catherine Coquery Vidrovitch.

Participation aux frais : 5 euros

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/19639
Source : http://www.afaspa.com/article.php3?id_article...


1 2 3

Projection débat "La Bataille d'Alger"

Collectif non à Bigeard aux Invalides

Madame, Monsieur, Chers amis

[...]

Nous vous rappelons qu'il ne s'agit nullement de défendre l'honneur de l'Hôtel des Invalides, où dorment de leur dernier sommeil bien d'autres sabreurs et colonialistes, mais d'empêcher qu'un nouvel hommage soit rendu à une personne dont le général Massu lui-même se souvenait en 2000 « de l'avoir vu [en 1955] en train d'interroger un malheureux, avec la gégène », sans compter ses autres méfaits, bien connus (« crevettes Bigeard », exécutions sans jugements…).

Grâce à vous, grâce également à la presse écrite et aux sites qui ont relayé notre Appel, la manœuvre-provocation gouvernementale, qui aurait pu, qui aurait dû, se passer dans le silence et dans l'indifférence, a été mise au centre d'un débat historique, mémoriel et citoyen.

Nos informations nous amènent à penser que le gouvernement est embarrassé, mais n'a nullement l'intention de renoncer à son projet, qui pourrait être réactivé en début d'année (électorale !)

Par ailleurs, les éléments réactionnaires et nostalgiques ont, comme il fallait s'y attendre, entamé une contre-offensive : lancement d'une pétition opposée à la nôtre, signée par le « fleuron » des députés UMP (droite dite « populaire ») et par un quarteron d'officiers en retraite, dénonciations rageuses et souvent violentes sur les sites militaristes, d'extrême droite et d'OAS non repentis…

Cela ne peut que nous conforter dans l'idée de continuer notre combat. Notre succès, déjà considérable, doit être amplifié. Aussi, nous vous demandons de faire connaître l'appel autour de vous, à vos connaissances, au sein de vos associations, de le faire publier dans des bulletins ou journaux dans lesquels vous auriez quelque influence.

Nous vous rappelons les adresses :

Les signataires individuels doivent aller sur le site :

http://www.nonabigeardauxinvalides.net

Les associations, mouvements et partis doivent écrire à :

contacext@nonabigearexdauxinvalideexs.net

Pour la suite :

Nous avons décidé de demander un rendez-vous au Ministère de la Défense, afin de lui porter les pétitions. Nous vous informerons de la date, et d'une éventuelle initiative ce jour là.

Par ailleurs, nous tiendrons une réunion, le 11 janvier 2012, à 20 heures, au cinéma La Clef, 34 rue Daubenton, 75005, M° Censier-Daubenton. Après la projection du film « La Bataille d'Alger », de Gillo Pontecorvo, nous aurons un débat, animé par notre collectif.

D'autres initiatives, en particulier en province, sont envisagées, et n'attendent que des propositions.

L'année qui commence va être celle d'élections de grande importance. Comme en 2007, la droite la plus réactionnaire va tenter de s'appuyer sur les couches de la population encore attachées à la nostalgie du « bon » vieux temps des colonies.

Notre Appel n'est donc nullement limité au combat mémoriel pour la vérité. Il est aussi un combat citoyen terriblement d'actualité.

Merci de le poursuivre à nos côtés.

Source : liste de diffusion zpajol, reçu le 19 décembre 15h
Source : message reçu des organisateurs le 29 décembre 07h


1 2 3

La Bataille d'Alger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Bataille d'Alger (La Battaglia di Algeri) est un film italo-algérien de Gillo Pontecorvo, présenté au public en 1966.

Une reconstitution de la bataille d'Alger de 1957, à l'occasion du soulèvement de la population algérienne musulmane par le FLN contre le pouvoir colonial français, et de la tentative du détachement parachutiste de l'armée française de « pacifier » le secteur.

Le film retrace principalement l'histoire d'Ali la Pointe lors de la « bataille d'Alger », soit de la lutte pour le contrôle du quartier de la Casbah d'Alger en 1957 entre les militants du FLN et les parachutistes français de la 10e division parachutiste du général Jacques Massu, par tous les moyens y compris l'usage de la torture.

...

Initialement interdit en France, diffusé brièvement en 1970 mais retiré des écrans sous la pression de manifestations d'extrême-droite, le film attendit 1971 pour sortir normalement[2]. Le film resta pratiquement inédit en France jusqu'en 2004, car considéré comme un film de propagande, brisant des tabous sur le comportement militaire français au cours de ce qui ne s'est longtemps appelé en France de simples événements, et s'attaquant à des traumatismes alors récents

...

Ce film était régulièrement projeté aux stagiaires étrangers de l'École des Amériques (installée tout d'abord au Panama puis sur le territoire américain), dans le cadre des études relatives aux guerres de type révolutionnaires. Le réalisme poussé de la mise en scène et du scénario ont fait que ce film a été utilisé à contre-emploi par certains services de renseignement.

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/35/24/03/18380124.jpg

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Bataille_d'Al...