thème :   2e le plus vu
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 16 novembre 2011 à 19h30

Débat - La contre-révolution informatique.

Le journal Offensive organise un débat autour du thème de la numérisation du monde et les effets sociaux engendrés.

Repas à partir de 19h30. Débat vers 20h

Le premier usage des machines à calculer et des machines programmables a été de « rationaliser » les processus de production. En automatisant, en accélérant et en rendant plus flexibles la production, et la gestion des comptes et des stocks, l'informatique a intensifié, et continue d'intensifier, l'exploitation salariale. En plus de licencier des travail leurs-euses devenus-e-s inutiles, l'implanttion de l'informatique a souvent transformé l'organisation du travail, rendant l'activité des salariés-e-s encore en activité moins autonome, moins créatif et plus pénible.

Avec l'arrivée de l'ordinateur dans les foyers, et surtout depuis l'accès grand public au réseau Internet, l'informatique est devenu également un outil de communication. Des discours sont alors apparus qui vantaient les vertus démocratiques et libératrices d'Internet : celui-ci permettrait de diffuser gratuitement, et ce partout dans le monde, des informations alternatives et militantes.

De par sa structure en réseau, décentralisée, il faciliterait des modes d'organisation horizontaux en permettant une égale participation de toutes et tous, que l'on vive à Bangalore ou en Lozère. Ainsi, il suffirait de détourner l'usage de cet outil pour le mettre au service de la construction d'une société libertaire et saper les fondements du système actuel. Alors pourquoi la « révolution informatique » est-elle menée de fronts par les industriels et les gouvernants, soutenus par les media dominants ?

http://offensive.samizdat.net/spip.php?article556

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/18753
Source : message reçu le 25 octobre 11h
Source : http://www.cl-aligre.org/spip/spip.php?articl...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir