Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mardi 31 mai 2011 à 11h

5 parties : 1 2 3 4 5

Mobilisation nationale pour les

Salaires dans la Fonction publique

Grève nationale le 31 mai, journée d'action à l'appel de toutes les organisations syndicales de la fonction publique. Et si on s'y mettait tous ensemble, public et privé ?

Mardi 31 mai à 11H30 : rassemblement unitaire à Bercy place du bataillon du Pacifique métro Bercy… … puis manifestation vers Bastille.

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/17221
Source : http://urif.cgt.fr/?p=1021
Source : http://cgt.educaction94.free.fr/spip.php?arti...
Source : http://www.financespubliques.cgt.fr/Le-31-mai...


Appel à la mobilisation des Organisations Syndicales

Pour une véritable politique salariale dans la Fonction publique

Les organisations syndicales (CFDT - CFTC - CGC - CGT - FO - FSU - SOLIDAIRES - UNSA), réunies ce jour, condamnent la politique d'austérité salariale menée par le gouvernement à l'égard des agents publics. Celle-ci aggrave encore un contexte marqué par les suppressions d'emplois et la dégradation des conditions de travail.

Elles dénoncent l'absence de véritables négociations salariales qui auraient dû permettre a minima le maintien du pouvoir d'achat des agents publics pour 2011 et 2012.

Elles contestent le discours du gouvernement consistant à laisser croire que la Fonction publique connaît de véritables hausses de pouvoir d'achat. Elles rappellent que le contentieux salarial, qui s'accumule depuis presque 10 ans, constitue pour les fonctionnaires une perte de largement plus de 10 % de rémunération. Elles continuent à demander la mise en œuvre rapide de mesures de rattrapage.

Les organisations signataires réaffirment fortement leur attachement au point d'indice, élément central et prioritaire en matière salariale dans la Fonction publique.

En effet, seule la progression du point d'indice permet véritablement de compenser l'inflation et d'assurer une réelle augmentation des salaires, pour tous les fonctionnaires et agents contractuels. C'est pourquoi les organisations syndicales exigent une augmentation immédiate et conséquente du point d'indice, suivie de l'ouverture d'une véritable négociation sur :

  • Les mesures de rattrapage ;
  • Une revalorisation des grilles indiciaires ;
  • Une véritable politique salariale dans la Fonction publique.

Pour ce faire, elles appellent l'ensemble des agents des trois versants de la Fonction publique à se mobiliser fortement le mardi 31 mai prochain, sous les formes locales ou sectorielles les plus appropriées : rassemblements, manifestations, grèves…

Source : http://ulcgt20.org/spip.php?article184
Source : http://cgteduc93.free.fr/?31-mai-2011-Appel-a...
Source : http://www.npa-paris13.org/Mobilisation-unita...
Source : http://www.solidaires.org/article36172.html
Source : http://www.financespubliques.cgt.fr/Salaires-...
Source : http://cgt.educaction94.free.fr/spip.php?arti...


1 2 3 4 5

Action 31 mai 2011 :

Salaires : le compte n'y est pas !

Tract de la FERC-CGT

Invoquant le coût du travail, la sempiternelle compétitivité, la réduction de la dette publique, le gouvernement et le patronat imposent à l'ensemble des salariés un véritable racket salarial, qui entraîne une baisse drastique du pouvoir d'achat. Pourtant, les salariés doivent faire face à l'explosion des prix des carburants ( 20%), du gaz ( 19% en moyenne depuis avril 2010), de l'électricité ( 5,9% en moyenne), des mutuelles ( 8 à 10%), du logement ou encore des denrées alimentaires. A contrario, les profits des entreprises du CAC 40 annoncent encore 83 milliards de bénéfices. Aujourd'hui les dirigeants et les actionnaires se paient grassement sur le travail des salariés : le salaire des grands patrons équivaut aujourd'hui à 500 fois le SMIC quand ce n'était qu'un ratio de 50 il y a une vingtaine d'années.
A cette manne financière, se rajoute la nouvelle réforme de l'allègement de l'ISF. La nouvelle répartition prévoit ainsi l'exonération de 500 000 contribuables (aux dires de Christine Lagarde) dès 2011 alors que le bouclier fiscal sera encore en vigueur. Un véritable subterfuge pour toujours donner plus aux plus riches. Le gouvernement justifie la liquidation de l'emploi public, l'augmentation de la précarité dans les services et le gel des salaires des fonctionnaires par la prétendue réduction de la dette nationale. Cela ne l'empêche pas de distribuer 173 milliards d'euros par an d'argent public aux entreprises, en aides et exonérations, sans aucun contrôle.

La hausse du pouvoir d'achat, promesse du candidat Sarkozy, n'est qu'une chimère, d'autant qu'elle ne passe que par l'augmentation des primes en tout genre (heures supplémentaires dans la Fonction Publique, primes aux résultats, hypothétique prime de 1000 € dans les entreprises augmentant les dividendes aux actionnaires, etc.). C'est prôner l'individualisation de la rémunération des salariés à tout va ! C'est forcer la mise en concurrence en lieu et place de la solidarité ! La politique actuelle se traduit donc par le gel des salaires dans la Fonction Publique pour 2011 et 2012. Ce qui induit une baisse non plus seulement du pouvoir d'achat (10% de perte depuis 2000) mais aussi du salaire net puisque depuis la contre-réforme des retraites, les cotisations salariales ont augmenté de 0,27% (pour une hausse totale de 2,7% d'ici 2020).

Dans les entreprises, les NAO sont souvent au point mort car les propositions ne sont pas à la hauteur des attentes des salariés. A l'AFPA, cela fait plus de 10 ans que le point de salaire n'a pas évolué, avec pour conséquence une perte de pouvoir d'achat supérieure au 13e mois. Ce qui amène la CGT à demander une prime immédiate de 500 € pour l'ensemble du personnel en plus de l'ouverture de négociations salariales pour 2011.
Il en est de même dans le champ des associations régies par la convention collective de l'animation (CCNA) où, lors des dernières négociations salariales en 2010, les patrons de « l'économie sociale » ont usé du sempiternel refrain de la conjoncture difficile pour justifier le choix d'adaptation aux commandes publiques, de compétition sur les appels d'offre et de la soumission à la baisse des financements publics en faisant payer la note aux salariés et en refusant la revalorisation du point proposée notamment par la CGT à 5,72 €. Ce qui avait mis fin aux discussions.

Pour la FERC, c'est inacceptable !
La FERC s'inscrit pleinement dans l'action unitaire du 31 mai 2011 afin de dénoncer le plan d'austérité mis en place par le gouvernement.

Elle revendique :

  • Une nette augmentation des salaires dans l'ensemble des secteurs économiques. Cela permettra une véritable hausse du pouvoir d'achat des salariés mais aussi d'assurer le fonctionnement de notre système de protection sociale.
  • L'augmentation immédiate et conséquente du point d'indice dans la FP.
  • Le rattrapage de la perte du pouvoir d'achat subie depuis des années par les fonctionnaires par le biais de la mise en place d'une réelle politique salariale dans ces secteurs.
  • L'ouverture de véritables NAO porteuses de propositions salariales couvrant les réels besoins des salariés dans les secteurs privés.
  • L'arrêt du recours aux heures supplémentaires, le plus souvent imposées.

La FERC appelle l'ensemble des personnels à se mobiliser pour défendre ces revendications, en participant aux actions qui auront lieu le Mardi 31 Mai 2011, quelle qu'en soit la forme (rassemblement, manifestation, grèves, etc.)

Source : http://cgteduc93.free.fr/?ACTION-31-MAI-2011-...


1 2 3 4 5

Salaires : urgence à agir tous ensemble !

SUD / Solidaires

A l'appel de l'ensemble des organisations syndicales de fonctionnaires, une journée nationale d'actions et de grèves est organisée le 31 mai prochain. Cette journée doit marquer le début d'une véritable mobilisation pour une revalorisation générale des salaires. !

Tout augmente ...

Les tarifs du gaz ont progressé de plus de 20% en un an, ceux de l'électricité de près de 5%. La hausse des produits alimentaires les plus courants se situe entre 4 et 20%. Sans parler des loyers, de l'essence, des frais de santé ... Toutes ces dépenses incompressibles augmentent considérablement, pénalisant particulièrement les bas salaires.

... Par contre les salaires stagnent !

Dans la fonction publique, aucune augmentation générale en 2011, ni en 2012, et la Cour des Comptes recommande de reconduire ce gel en 2013 ! Dans notre secteur, les conventions collectives du privé suivent en général les orientations du public. En moyenne les augmentations salariales prévues cette année tournent autour de 0,5%.

Et l'individualisation progresse !

Dans plusieurs conventions collectives comme celle des Centres de Lutte Contre le Cancer des dispositifs d'augmentations individuelles se substituent aux augmentations générales. Dans le secteur médico-social et sanitaire privé, les patrons veulent introduire des dispositifs semblables.

Dans la Fonction Publique Hospitalière, la prime de fonction et de résultats (PFR) se met en place cette année pour les cadres supérieurs, mais devrait être progressivement étendue à l'ensemble des catégories. C'est la remise en cause du statut et des garanties collectives qui sont en jeu !

L'arnaque de la "prime de la valeur ajoutée"

L'annonce très médiatique de l'octroi d'une prime de 1000 euros aux salariés des entreprises qui ont augmenté leurs dividendes s'est dégonflée. Moins de 15% des salariés pourraient être concernés par l'attribution de cette prime qui pourrait être modulée. Elle risque fort de se substituer aux augmentations de salaire. Une fois de plus cette prime est exemptée de cotisations sociales, réduisant les recettes de la Sécurité Sociale.

Selon le gouvernement, la priorité est à la réduction des déficits publics. Ils sont la conséquence de choix politiques : les réductions et exonérations massives de cotisations sociales, et des cadeaux fiscaux aux plus riches. L'austérité salariale pratiquée depuis des années assèche aussi les recettes fiscales et sociales.

Il faut stopper cette dérive !

Il faut remettre les revalorisations générales de salaires au coeur des revendications dans le public et le privé, refuser tous les dispositifs qui introduisent l'individualisation des salaires. Cela implique une autre répartition des richesses en faveur des salariés.

SUD revendique :

  • le salaire minimum à 1500 € nets,
  • 300 € pour tous,
  • l'échelle mobile des salaires (c'est à dire leur augmentation automatique en fonction de l'inflation),
  • une grille unique de salaires pour l'ensemble des salariés du secteur (public, privé non commercial, privé lucratif),
  • la suppression de toutes les clauses d'individualisation et l'abrogation de la prime de fonction et de résultat dans la Fonction Publique Hospitalière.

Il est urgent de débattre partout de ces propositions et de préparer un mouvement unitaire et national public/privé pour imposer nos revendications au gouvernement et au patronat.

Pour la fonction publique, le 31 mai peut en être le début !

Source : http://www.sud-sante.org/Salaires-urgence-a-a...


1 2 3 4 5

Le 31 mai : manifestation pour l' augmentation des salaires

Les fédérations de fonctionnaires CGT - CGC - FSU - SOLIDAIRES - UNSA appellent à l'action pour l'augmentation des salaires.

La CGT a déposé de multiples préavis de grève dans la fonction publique pour le 31 mai.

D'autres initiatives ont lieu :

  • Les fédérations cheminots CGT - UNSA - SUD Rail - CFDT appellent à faire grève et à une manifestation nationale le 16 juin à Paris.
  • Après les magasins Carrefour, ce sont les salariés de Carrefour Market qui se sont fortement mis en grève le 14 mai.
  • A la Caisse d'Epargne, AXA, Natixis et dans beaucoup d'autres entreprises, les salariés signent des pétitions, manifestent et font grève pour l'augmentation des salaires.

La Commission exécutive de l'Union Départementale CGT de Paris, réunie le 19 mai, appelle l'ensemble des syndicats parisiens du privé et du public à faire du 31 mai, une journée de mobilisation interprofessionnelle pour exiger l'augmentation générale des salaires.

Source : http://ulcgt20.org/spip.php?article200


1 2 3 4 5

Le 31 mai, agir dans l'unité pour les salariés, pour l'emploi, pour le service public !

Le 31 mai, agir dans l'unité pour les salariés, pour l'emploi, pour le service public !

Les syndicats de la DGFiP, unanimes, condamnent la politique de rigueur actuellement menée par le gouvernement contre les fonctionnaires et le service public, et plus globalement contre les salariés.

Le gel de la valeur du point d'indice dans la Fonction Publique, imposé pour 2011 et 2012, en est la dernière illustration. Cette mesure est tout aussi inadmissible que les suppressions d'emplois et la casse des missions du Service Public.

Cette politique est dans la ligne de celle menée par d'autres pays européens qui font supporter aux seuls fonctionnaires et salariés des baisses drastiques de salaire, au prétexte de lutter contre la crise (Grèce, Portugal, Irlande, Hongrie…).

Les syndicats de la DGFiP condamnent ces orientations tout comme le « pacte européen de compétitivité », qui vise à tirer les salaires vers le bas.

De plus, face à la flambée des prix, les syndicats de la DGFiP revendiquent une revalorisation immédiate des frais de déplacement (indemnités kilométriques, nuitées, repas…).

La capacité des agents de la DGFiP à se mobiliser massivement pour défendre leurs droits et leurs missions pèse indéniablement dans le rapport de forces.

Bien qu'insuffisantes, les récentes annonces du ministre (8ème échelon du C, IMT portée à 500 euros, plan de qualifications) en sont un signe.

La DGFiP et le ministère n'ont cependant toujours pas répondu aux revendications de la plate forme unitaire de 2010 « Agir ensemble à la DGFiP ! ».

Pourtant, nos revendications sur les salaires et les carrières, sur les emplois, sur les conditions de travail et sur les missions sont toujours d'actualité !

C'est pourquoi l'Union SNUI-SUD Trésor Solidaires, la CGT Finances Publiques, FO DGFiP, la CFDT Finances Publiques, la CFTC Finances Publiques et l'UNSA DGFiP appellent les agents de la DGFiP à s'inscrire dans la journée de mobilisation et d'action du 31 mai à l'appel des organisations de fonctionnaires :

  • En se rassemblant partout en AG le 31 mai jusqu'à la fin de la plage variable,
  • En décidant alors des modalités d'action : grève, manifestation, rassemblement,
  • En participant aux manifestations locales, notamment pour l'Ile de France devant Bercy à partir de 11 heures, à l'appel des organisations de la Fonction Publique.

Le 20 mai 2011

Article publié le 23 mai 2011.

Source : http://www.financespubliques.cgt.fr/Le-31-mai...

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir