thème : répression
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

dimanche 21 novembre 2010 à 14h

4 parties : 1 2 3 4

Projections et débats

Surveillance et manipulation

Durant cette journée, animations et films en libre-service sur la manipulation des esprits et l'éducation à l'image.

- 11h, Brazil de Terry Gilliam (comédie dramatique de SF, Grande-Bretagne, 1985, 145 min, VO) : dans un futur indéterminé, un dérèglement informatique entraîne le fonctionnaire Sam Lowry dans une aventure délirante. Pourchassé par les autorités, il poursuit la femme de ses rêves...

- 14h, Total contrôle d'Etienne Labroue (documentaire, France, 2006, 53 min) : demain, nous serons tous fichés, tracés, voire « pucés ». Les outils de traçage et d'identification sont sans cesse plus perfectionnés et plus nombreux.

+ débat « Je suis (presque) partout », avec Jean-Pierre Petit, de l'association Souriez vous êtes filmés, et un ou plusieurs représentants des Big Brother Awards France : caméras de surveillance, puces RFID, carte Navigo, carte bleue, nous sommes en permanence observés, suivis, traqués. Administrations, police, services sociaux, les fichiers se multiplient et s'interconnectent ! Ces technologies ne sont pas neutres : c'est bien une société de contrôle total, délirante de toute puissance qui est en train de se mettre en place. C'est une société du soupçon où chaque individu représente un danger potentiel. Quelle liberté reste-t-il pour l'individu ? Comment résister ?

- 16h, Telepolis (La Antena) d'Esteban Sapir (drame, Argentine, 2007, 95 min, N&B, VO) : dans un monde où la télévision dicte sa loi, les habitants ont été privés de leur voix et ne peuvent plus communiquer. Fable poétique d'une incroyable inventivité visuelle, ce conte fantastique mêle personnages réels et différentes techniques du cinéma d'animation.

- 18h, Citizen cam de Jérôme Scemla (documentaire, France, Islande, 1999, 26 min) : la police de Reykjavik a lancé en 1996 une chaîne de télévision qui retransmet 24 heures sur 24 les images de deux cents caméras de surveillance. Neuromarketing : des citoyens sous influence de Laurence Serfaty (documentaire, France, 2009, 52 min) : parce que les études de marché ne garantissent pas le succès d'un produit, les « marketeurs » se tournent désormais vers les sciences du cerveau. Objectif avoué : décrypter notre subconscient pour mieux connaître nos désirs.

- 20h, Dominium mundi - L'Empire du management, de Gérald Caillat (documentaire, France, 2007, 67 min) : désormais appliqué au business, le management s'impose comme le joyau de l'Occident industriel et communicateur. Il est devenu une doctrine, une propagande, la boîte à idées de la nouvelle mondialisation.

+ débat « Ils pensent donc je suis », avec Christophe Del Debbio, réalisateur, éducateur à l'image, et Olivier Azam, réalisateur, membre du collectif Les Mutins de Pangée : « neuromarketing », « management », publicité, médias… Les techniques et outils de manipulation des esprits sont nombreux et s'appliquent dans tous les domaines de notre quotidien, les moins perceptibles étant souvent les plus pernicieux. Est-ce à chacun d'organiser sa propre résistance pour éviter que ses pensées, ses actes et ses désirs ne soient influencés, dirigés, contrôlés… ? Ou bien est-ce collectivement que doit s'organiser la lutte contre le formatage des cerveaux ?

Source : http://mai19.justice-europe.org/spip.php?arti...


1 2 3 4

Dimanche 21 novembre - séance de 14 h

Débat "Je suis (presque) partout"

Après la projection de "Total contrôle" d'Étienne Labroue

Débat avec

  • Jean-Pierre Petit de l'association "Souriez vous êtes filmés"
  • un ou plusieurs représentants des Big Brother Awards France

Des technologies au service du contrôle

Des systèmes inefficaces, coûteux, et dangereux pour les libertés!

Les caméras de vidéo surveillance se généralisent, dans les magasins, le métro, les immeubles, les rues et carrefours, les lycées, tous les espaces de circulation sont envahis. Nous sommes en permanence, observés, suivis, traqués. La présence humaine est peu à peu remplacée par ces yeux invisibles, on supprime des postes de surveillants et de profs dans les lycées pour les remplacer par des caméras, là où l'humain créait du lien, parlait, ressentait, rendait l'autre vivant, l'appareil technologique enregistre, capte, traque et chosifie celui qui est filmé.

A Paris un plan d'installation de 1000 caméras supplémentaires sur la voie publique est a été adopté en novembre 2009, à un coût exorbitant 25 M d'Euros. Elles s'ajouteraient aux 9500 caméras de la RATP et SNCF et aux 20 000 caméras privées. Sans doute pour faire oublier le contrôle, on ne parle plus de vidéo surveillance mais de vidéo protection! C'est pour notre bien que ces yeux invisibles font de chaque citoyen un suspect permanent.

Administrations, police, services sociaux, dans chacun de ces secteurs les fichiers se multiplient et s'interconnectent ! Des puces RFID, aux téléphones portables, en passant par la carte Navigo, et la carte bleue, avec toutes ces technologies, c'est une véritable cartographie comportementale de chaque individu qui est à l'oeuvre. C'est une société du soupçon qui se met en place où chaque individu représente un danger potentiel. Les technologies ne sont pas neutres dans leur application et leur développement, c'est bien une société de contrôle total, délirante de toute puissance qui est en train de se mettre en place.

Quelle liberté pour l'individu? Comment résister? Vers quelle société allons nous ?

Source : http://local.attac.org/images-mouvementees/Fe...


1 2 3 4

8ème Festival de cinéma d'Attac - Images Mouvementées

La démesure, jusqu'à quand ?

au Centre culturel de la Clef

du mercredi 17 au mardi 23 novembre 2010

L'ère industrielle, commencée il y a environ deux siècles, est depuis le départ placée sous le signe du « toujours plus ». La croissance, érigée comme règle absolue par l'essor du capitalisme, a conduit à des changements d'échelles successifs qui ont changé notre rapport au monde et aux autres. Certains événements peuvent être considérés comme particulièrement significatifs des étapes franchies pendant cette période : plein essor de la colonisation/création de géants commerciaux (empires français et anglais, Etats-Unis), accélération des transports, taylorisation du travail, constitution d'empires industriels et financiers, guerres mondiales, industrialisation de toutes les productions, révolution informatique, mondialisation économico-financière/compétition à l'échelle mondiale, émergence de la Chine et de l'Inde…

Ces changements successifs d'échelle, s'ils ont apporté certains bienfaits, ont aussi produit des effets néfastes qui, pour certains d'entre eux, dépassent de loin leurs apports positifs, parfois par négligence, souvent par cupidité. Mais par-dessus tout, ils ont fait naître chez les hommes un sentiment de toute-puissance qui conduit à la démesure, le plus grave des crimes selon les philosophes grecs. Mais cette croyance dans le contrôle total n'empêche aucunement les catastrophes (AZF, vache folle, crise financière, Titanic…)

Tous les domaines sont concernés :

  • finance : enrichissement sans limites, bulles spéculatives déconnectées de l'économie réelle qui peuvent déstabiliser l'ensemble de l'économie mondiale
  • production alimentaire : cultures intensives, pollution à grande échelle, terres déshumanisées, aliments sans goût, OGM prétendant nourrir la planète, crises alimentaires, crises sanitaires
  • Grande distribution : déshumanisation de l'échange, addiction à la consommation
  • ressources naturelles : épuisement progressif, défiguration de la terre, mise en danger des générations futures
  • mégapoles : concentration des populations (hygiène, difficultés de transport…)
  • libertés individuelles : fantasme de la surveillance totale (caméras, drônes, repérage par les portables ou cartes électroniques diverses qui « facilitent » la vie quotidienne)
  • extension du rôle de l'informatique : pouvoir démesuré de Microsoft, de Google, des fournisseurs d'accès ; règne du « toujours plus vite ou plus gros » sur des appareils toujours plus miniaturisés.
  • recherches médicales : mythes de la santé universelle et de l'homme parfait et éternel
  • hégémonie de l'Anglais, langue internationale, « pratique », « efficace », au détriment d'une diversité qui fonde l'espèce humaine. La démesure dans ce domaine nous ramène au mythe de la tour de Babel (les hommes punis de leur volonté d'égaler les dieux)

Conséquences essentielles de la démesure : sentiment d'impuissance, déshumanisation, mécanisation, uniformisation, compétition génératrice de conflits…

Source : message reçu des organisateurs le 23 octobre 19h
Source : http://local.attac.org/images-mouvementees/Fe...
Source : http://local.attac.org/images-mouvementees/Fe...


1 2 3 4

Programme

mercredi 17

  • 13 h.45 Wall-E de Andrew Stanton
  • 16 h. Paysages manufacturés de Jennifer Baichwal
  • 18 h. Plastic planet de Werner Boote
  • 20 h. L'île aux fleurs de Jorge Furtado
    Poubelle la vie
    de Martin Meissonnier & Pascal Signolet
    + Débat
    avec l'un des réalisateurs

jeudi 18

  • 14 h. Trafic de Jacques Tati
  • 16 h. Le silence des nanos de Julien Colin
  • 18 h.Virilio, penser la vitesse de Stéphane Paoli
  • 20 h. Alertes sur la cité de Jean Druon
    + Débat
    Techno-science sans conscience

vendredi 19

  • 9 h.45 États-Unis, la richesse à crédit de Laure Delesalle
  • 14 h. Soldat bleu de Ralph Nelson
  • 16 h.15 La guerre de pacification en Amazonie de Yves Billon
  • 18 h. Le temps des bouffons de Pierre Falardeau
    Speak white
    de Pierre Falardeau & Julien Poulin
    Iron wall
    de Mohamed Alatar
  • 20 h. Le business de l'or au Guatémala : chronique d'un conflit annoncé de Grégory Lassalle
    + Débat
    La raison du plus fort

samedi 20

  • 11 h. Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau
  • 14 h Les médicamenteurs de Stéphane Horel, Annick Redolfi & Brigitte Rossigneux
    + Débat
    La santé cotée en bourse
  • 16 h. Alerte à Babylone de Jean Druon
  • 18 h Super size me de Morgan Spurlock
  • 20 h Food inc. de Robert Kenner
    + Débat
    Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu engraisses

dimanche 21

  • 11 h. Brazil de Terry Gilliam
  • 14 h Total contrôle d'Etienne Labroue, Bruno Faye & Xavier Muntz
    + Débat
    Je suis (presque) partout
  • 16 h. Télépolis (la Antena) d'Esteban Sapir
  • 18 h Citizen Cam de Jérôme Scemla
    Neuromarketing : des citoyens sous influence
    de Laurence Serfaty
  • 20 h. Dominium Mundi - L'empire du management de Gérard Caillat sur un texte de Pierre Legendre
    + Débat
    Ils pensent donc je suis

lundi 22

  • 14 h. Wall Street d'Oliver Stone
  • 16 h. 1929 de William Karel
    Le milliardaire rouge
    de Sophie Lepault
  • 18 h. Let's make money d'Erwin Wagenhofer
  • 20 h. La stratégie du choc de Michael Winterbottom & Mat Whitecross
    + Débat
    Le veau d'or toujours plus gras !

mardi 23

  • 14 h. Le grand embouteillage (l'ingorgo - una storia impossibile) de Luigi Comencini
  • 16 h. Sous les pavés la terre de Thierry Kruger & Pablo Girault
  • 18 h. La Zona, propriété privée de Rodrigo Plá
  • 20 h. L'île aux fleurs de Jorge Furtado
    Le siècle des villes
    de Guilhem Rondot & Yves Robert
    + Débat
    Démesurbanisation

Source : http://local.attac.org/images-mouvementees/Fe...

Lien : https://paris.demosphere.net/rv/14660

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir